Partagez | 
 

The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Envoyé du Valinor il a posé ses petites affaires entre le l'Harad, le Khand et le Rhûn (oui il avait beaucoup de valises).
Localisation : Là où il y a le plus de potins à glaner, ou d'âmes à réparer, ou d'agitation à semer... Tout dépend des priorités et des humeurs du moment.
Amour Gloire et Beauté : Une bague au doigt ? Oui il en a plusieurs mais très franchement ce genre de bague LA.... Lorsque l'on chaperonne tant de dames aimantes il faut éviter de créer une jalousie vous ne pensez pas.
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Mari-Jane
FT. : Aidan Gillen
Date d'inscription : 01/09/2015
Messages : 43
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando   Mar 15 Sep - 1:08


   
The time will come, when you'll have to riseAs a child, you would wait and watch from far away. But you always knew that you'd be the one, to work while they all play. And you, you lay, awake at night and scheme of all the things that you would change, but it was just a dream! ( Imagine Dragon → Warrior )
       Il referma doucement la porte derrière lui pour trouver le visage soucieux d'une des âmes qui s'inquiétaient du sort de la demoiselle à laquelle il sourit avant de s’éclipser en silence. Elle vivrait, là n'était pas la question, mais dans quelles conditions ? Cette expérience n'avait pas laissé que ses marques dans sa chaire, non le traumatisme avait atteint son esprit et à juste titre. Mais il avait promis qu'elle serait protégée, qu'ici la sécurité lui serait accordée à plus grand titre qu'ailleurs et maintenant cet événement l'élevait en affabulateur et cela notre Istar ne l'appréciait guère. De toutes les âmes de la Terre du Milieu on ne pouvait toucher à celles qu'il gardait sous sa protection, personne ne pouvait s'octroyer ce droit pas même celui que l'on appelait Roi de ses contrés qui s'assombrissaient jour après jour. L'heure était donc au rappel, il devait se frayer un chemin jusqu'à la mémoire probablement défaillante de ce souverain, il était temps qu'il se souvienne que tous les actes n'étaient pas impunis et il était préférable qu'il se le rappel grâce à lui plutôt que par le biais de son nouvel ami.

   Cependant le temps de la confrontation brute et sans détour n'était pas encore arrivé, non notre Istar estima que jouer de ses relations était plus adéquat pour faire parvenir son message correctement aux oreilles de l'imprudent pyromane. Pallando ne désirait en effet pas encore abattre son jeu devant cet homme qui fricotait avec ses voisins du Mordor, il n'avait en effet pas encore l'utilité de savoir qui dissimulait l'identité de l'influent maquereau Pemendhuil, son ignorance était un atout que le principal intéressé entendait encore garder dans sa manche. Alors non, ce n'était pas vers le seigneur Dastan que ses pas le guidaient dans les couloirs du palais qu'il avait rejoint. Non l'être qu'il recherchait c'était perdue elle aussi, influencée par sa méconnaissance et la noirceur de ce coin de Terre mais même brisée elle avait su garder une part d'utilité dont Pallando entendait bien user aujourd'hui.

   Ses pas raisonnaient dans les couloirs délicatement ciselés du palais. Le visiteur n'avait guère besoin de demander son chemin, non il n'avait qu'à suivre la trace de cette âme qu'il connaissait et qui n'était plus bien loin à présent. Bien évidemment en chemin il avait croisé quelques regards mais son allure décidée n'avait entraîné aucun désir de l'arrêter pour badiner, seules quelques interrogations étaient mortes dans son sillage au grand désintérêt du mage qui pu bientôt voir se dessiner les appartements de la favorite. Les deux pauvres âmes se redressèrent un peu à son approche qui laissait entendre ses intentions et il retrouva cette muette interrogation dans leur regard familier. Les traits de Pallando adoptèrent la politesse amicale qui lui était adéquate alors qu'il s'arrêtait devant les deux hommes.

▬ " Je désirerais m’entretenir avec votre protégée. " Cela n'était pas la première fois qu'il venait ainsi et il connaissait ces deux silhouettes qui le reconnaissaient aussi sans peine, c'était le genre de privilège que lui accordait sa position auprès de ces hommes avides d'expériences... Bref l'Istar n'eut qu'à compter les secondes avant que l'hésitation ne fasse place à une décision et que les regards se détournent de son trajet. Pourquoi voudraient-ils le voir passer ? Ils ne voulaient pas d'ennuis que ce soit avec leur employeur qui ne se trouvait pas derrière ces portes ou avec le maître de leurs divertissements favoris alors il était évident que leur regard respectif ne perçut pas le passage de cet invité de toute façon inoffensif qui entra dans ces appartements.

   Il referma la porte derrière lui et fit quelques pas dans ces lieux qu'il avait déjà eu l'occasion d'arpenter. La demoiselle n'était pas loin, à portée de voix si ce n'était de vue alors il pouvait se manifester, ce qu'il fit sereinement.

▬ " Bonjour Carmine. " Son visage préserva ses traits de politesse et son fin sourire car il allait tout d'abord devoir faire avaler son intrusion à la demoiselle. Il s'arrêta donc où il était, préférant que la résidente vienne à lui ou se manifeste car il avait déjà fait une petite entorse au protocole que la jeune femme estimait mériter. " J'espère que je ne vous dérange pas, la porte était ouverte. " Il n'avait pas fallu plus de quelques instants pour que l'amusement de l'Istar retrouve une place dans son regard, malgré ses contrariétés il lui était difficile de s'éloigner de ce chemin.

   © 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Graphiste
Royaume : Al-Amrûn
Localisation : palais de Dastan
Amour Gloire et Beauté : elfiquement mariée à Dastan il paraît *out*
I'm beautiful biatch, look at me : I will rule the world
Copyright : Hollow Bastion & tumblr
FT. : Jessica De Gouw
Date d'inscription : 03/02/2015
Messages : 64
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando   Mar 22 Sep - 16:56

Pallando & Carmine
The time will come, when you'll have to rise

Des couloirs vides. Des silhouettes qui fuyaient à son approche. Voilà ce que Carmine voyait alors qu'elle remontait des cachots, incessant voyage qui se répétait encore et encore chaque jour. Elle laissait dans son sillage un parfum entêtant de tubéreuse et de sang tandis que les plis de ses jupes sombres effleuraient ses jambes nues à chaque pas. Qu'il était difficile pour elle de se plier jour après jour aux exigences et désirs farfelus d'un roi capricieux. Si elle aimait Dastan de manière plutôt déraisonnable à son goût, elle était parfois profondément fatiguée de devoir subir directement ou indirectement les conséquences de ses expérimentations. Elle tentait tant bien que mal de réfréner ses pulsions avides de savoir, d'empêcher le prince fol de s'en prendre à d'autres êtres que les criminels, mais parfois sans grand succès. Dastan était têtu et hélas elle ne pouvait prétendre à discuter sur un pied d'égalité avec lui : elle était sa favorite mais surtout son esclave. Tant que cet état de fait perdurerait, il lui serait impossible d'étendre son influence sur son souverain et son royaume comme elle l'avait fait jusque là. Elle avait atteint ses limites. La semi-elfe n'avait pas tant de scrupules à torturer, à essayer de nouvelles douleurs -quand bien même elle devait les subir également- sur des prisonniers sans grande valeur. Mais elle ne cautionnait pas l'esclavage et cela n'était qu'un des nombreux points de désaccord avec son seigneur et maître.

Sans doute son enfance sur l'île de femmes parmi d'anciennes esclaves lui avait fait prendre conscience de l'horreur de cette condition, mais plus encore les mauvais souvenirs arrachés à ces pauvres créatures afin de les libérer de leurs tourments. Mais elle avait gardé en elle cette douleur, cette humiliation et cette négation de l'être et de la liberté sans savoir qu'en faire. Elle avait goûté à l'amertume et au désespoir de l'esclavage avant même d'être soumise à son tour aux désirs d'un autre. Dastan ne comprendrait sans doute pas avant de goûter lui-même à cette douleur et cette honte cuisante, mais Carmine se refusait à lui faire partager cela. Autant lui faire subir la brûlure d'un coup de fouet ne la dérangeait pas, autant ce type de mal était beaucoup plus insidieux et vous marquait plus sûrement qu'une simple blessure physique. Malgré tous ses défauts, elle continuait à aimer son roi car il était le seul ici à ne pas craindre son don, à ne pas craindre son contact. Tous sans exception évitaient sa compagnie et sans doute à raison. Qui voudrait fréquenter une créature capable de vous rendre fou de douleur simplement en vous effleurant la joue du bout des doigts ? Ici au moins n'avait-elle pas à soulager la souffrance des autres en la prenant sur elle. Elle se contentait de l'infliger et de la ressentir, avec la satisfaction amère de ne pas offrir sans recevoir en retour. Cette fragile impression de contrôle qu'elle ressentait alors lui était plus précieuse que n'importe quelle chose au monde.

Cependant, la vie au palais n'était pas trop désagréable si l'on exceptait les folies du roi et sa solitude forcée. La sombre créature s'était prise d'affection pour les fauves qui paressaient au détour des couloirs et dans les cours ensoleillées. Aussi il était rare de ne pas la voir flanquée au moins de deux tigres et il lui arrivait de somnoler sans crainte appuyée sur le flanc de l'un d'entre eux. C'était donc en compagnie de trois d'entre eux que la favorite rejoignait ses appartements en une éternelle routine instaurée dès le premier jour. Dastan aimait à garder ses jouets près de lui, jusqu'à ce qu'il s'en lasse ou qu'il les brise, et elle ne faisait pas exception à la règle. Sa chambre était contigüe à celle de son roi, à la fois don et malédiction puisqu'elle n'appréciait guère d'entendre ses ébats avec ses autres concubines et autres mignons. Elle pouvait cependant profiter d'un luxe égoïste n'appartenant qu'à elle seule d'un grand bassin où elle passait le plus clair de son temps à nager en compagnie des fauves. Toujours le même rituel alors qu'elle revenait des cachots où elle exerçait son art sombre : ses vêtements formaient une fleur aux pétales d'un noir profond maculé de rouge alors qu'elle les laissait tomber à terre, elle entrait sans attendre dans l'eau fraîche et laissait l'onde rincer le sang qui teintait parfois sa peau opaline. Puis après de longues minutes durant lesquelles la naïade rêvait à son île et aux siens, elle venait s'envelopper dans une étoffe immaculée et reposait parmi les coussins et les fauves en attendant les premières lueurs dorées de l’aube.

« Bonjour Carmine. » Les tigres furent les premiers à soulever leurs paupières paresseuses alors que leur compagne laissait échapper un soupir déjà las. Elle savait que le jour de la confrontation viendrait et n’était guère impatiente que cela arrive. Malheureusement Pemendhuil en avait décidé autrement et encore une fois elle n’était qu’un jouet que deux hommes utilisaient pour se faire passer des messages plus ou moins subtils. Il était en effet plus facile de se plaindre auprès de Carmine qu’auprès du principal intéressé et coupable d’accidents fort malheureux. « J'espère que je ne vous dérange pas, la porte était ouverte. » Dépliant sa carcasse avec une grimace déconfite, la semi-elfe resserra le drap autour d’elle pour ménager sa pudeur. « Elle était fermée et vous le savez parfaitement Pemendhuil. » Disparaissant derrière un paravent, elle se hâta d’enfiler une longue tunique d’une simplicité austère et parfaitement déprimante avant d’aller à la rencontre du maquereau. « Soyez certain que les deux idiots qui vous ont laissé entrer seront punis par ma main. Je suppose que vous n’êtes pas ici pour mes beaux yeux n’est ce pas ? » La sylphide marqua une pause, vaguement distraite par les grondements des fauves qui folâtraient dans ses appartements. « Si je ne me trompe pas, il s’agit de mon roi dont vous désirez vous entretenir ? J’ai vu le résultat de sa dernière… » Elle marqua une courte pause « …expérience et j’en suis navrée. »

FICHE ET CODES PAR ILMARË


Wake up, my beauties. Rise and shine. It’s a brand new day and the mortal world is at peace. But not for long. Just look at them; I pull one tiny thread and their whole world unravels into chaos. Glorious chaos. ▵ ©endlesslove.
I pull one tiny thread & their whole world unravels into chaos ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Envoyé du Valinor il a posé ses petites affaires entre le l'Harad, le Khand et le Rhûn (oui il avait beaucoup de valises).
Localisation : Là où il y a le plus de potins à glaner, ou d'âmes à réparer, ou d'agitation à semer... Tout dépend des priorités et des humeurs du moment.
Amour Gloire et Beauté : Une bague au doigt ? Oui il en a plusieurs mais très franchement ce genre de bague LA.... Lorsque l'on chaperonne tant de dames aimantes il faut éviter de créer une jalousie vous ne pensez pas.
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Mari-Jane
FT. : Aidan Gillen
Date d'inscription : 01/09/2015
Messages : 43
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando   Jeu 8 Oct - 21:18


 
The time will come, when you'll have to riseAs a child, you would wait and watch from far away. But you always knew that you'd be the one, to work while they all play. And you, you lay, awake at night and scheme of all the things that you would change, but it was just a dream! ( Imagine Dragon → Warrior )
     Un soupir, un bruissement et notre ami su vers où se tourner pour voir apparaître la demoiselle pour qui ses pas l'avaient porté ici. Son regard se posa bien évidemment sur les félins de taille disproportionnée qui paraissaient comme à leur habitude autour de la jeune femme et qui ne remportait toujours pas un grand succès à ses propres yeux. Non, il n'avait aucune passion pour le genre animal, cela passait des chiens en passant par ces tigres et cela allait jusqu'aux orcs particulièrement crasseux... Il laissait ce genre d'appréciation à son collègue qui en avait bien assez pour eux deux. Cependant son "dédaignement" ne dissimulait aucune crainte et il passa rapidement outre la présence de ces félins pour observer la demoiselle qui semblait décidée à enfiler quelque chose de moins léger.

▬ " Elle était fermée et vous le savez parfaitement Pemendhuil. " Cette remarque éclairée entretenue le sourire innocent baigné d'amusement de l'intéressé qui observa son interlocutrice disparaître derrière un paravent. Il jugea utile de garder le silence et se contenta de rester au milieu de la pièce où il avait échoué tout en joignant ses doigts dans son dos. " Soyez certain que les deux idiots qui vous ont laissé entrer seront punis par ma main. "

▬ " Votre main aurait-elle tant besoin d’exercice pour perdre un temps si précieux sur deux pauvres âmes dont le dévouement n'est même pas remis en doute ? " Cette réponse découlait d'un pur sarcasme, comme le prouvait d'ailleurs l'air amusé de notre invité surprise qui prenait cependant la peine de préserver un léger voile de respect pour l'estime de la demoiselle. Certain pourrait peut-être vous dire que sa remarque avait pour but de ménager le salut de ses alliés impromptus... Mais notre ami avait tout de même bien l'air de s'amuser...

▬ " Je suppose que vous n’êtes pas ici pour mes beaux yeux n’est-ce pas ? " Pallando prit le parti de ne pas porter attention aux spectateurs de la scène qui évoluaient de manière lourdaude dans les alentours et ôta le sarcasme de ses traits pour ne garder que cette pointe d'amusement qui animait la commissure de ses lèvres et son regard.
▬ " Vos yeux pourraient pourtant valoir à eux seuls ma présence ici. Mais en effet, ce n'est pas la principale raison de cette visite. " Autant ne pas trop tourner autour du pot en effet, même s'il n'avait rien contre une invitation à la collation ce qui l'avait amené ici n'avait rien d'agréable ou de protocolaire.

▬ " Si je ne me trompe pas, il s’agit de mon roi dont vous désirez vous entretenir ? J’ai vu le résultat de sa dernière … expérience et j’en suis navrée. " Sans l'aviser, notre visiteur jaugea de la sincérité de cette réplique avant de s'animer légèrement en oscillant sur ses talons.
▬ " C'est à ce propos en effet. Je suis venu me renseigner sur le degré de votre sollicitude. " Tout n'était d'ailleurs peut-être pas totalement perdu à ce sujet, mais il fallait aussi que la demoiselle se sente concernée par le propos pour qu'elle puisse agir efficacement et ainsi éviter à notre mage d'agir directement avec le concerné. Trouvant la neutralité qui s'accordait mieux à son visage en cet instant, Pallando se détourna légèrement de son interlocutrice pour faire quelques pas vers une des ouvertures qui offrait la lumière du jour. " Car si celui-ci n'est pas jugé convenable je me verrais dans l'obligation de ne plus accéder aux requêtes de votre souverain. " Nous parlions bien de ne pas tourner autour du pot ? Et bien voilà, il sortait sa première carte maîtresse pour aviser la demoiselle de la teneur de sa présence et sa propre sincérité n'était pas à remettre en doute, ne pas se plier aux exigences d'un seigneur était dans son domaine. Bien évidemment son interlocutrice pouvait un brin se demander ce qu'elle pouvait bien faire dans cette histoire mais il était peut-être temps pour elle d’empreinter enfin le chemin de son ambition au lieu d'arpenter ces détours qu'elle prenait depuis tout ce temps. Si elle était prête à le faire, elle comprendrait qu'elle avait un rôle à jouer.

▬ " En aucun cas je ne peux accepter qu'une telle chose puisse se reproduire. " S'il savait briser des promesses il en demeurait certaine qui ne pouvait connaître ce sort. Une de ces dernières avait été ébranlée par la bêtise de ce roi, il devait s'assurer que cela serait la seule.


  © 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Graphiste
Royaume : Al-Amrûn
Localisation : palais de Dastan
Amour Gloire et Beauté : elfiquement mariée à Dastan il paraît *out*
I'm beautiful biatch, look at me : I will rule the world
Copyright : Hollow Bastion & tumblr
FT. : Jessica De Gouw
Date d'inscription : 03/02/2015
Messages : 64
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando   Ven 16 Oct - 11:06

Pallando & Carmine
The time will come, when you'll have to rise

« Votre main aurait-elle tant besoin d’exercice pour perdre un temps si précieux sur deux pauvres âmes dont le dévouement n'est même pas remis en doute ? » La semi-elfe agit levé les yeux au ciel alors qu’elle enfilait sa tunique sombre. Évidemment, avait elle voulu répondre. Évidemment qu’elle les punirait. Elle les ferait hurler de souffrance parce que… parce qu’elle le pouvait, voilà tout. Parce qu’elle voulait lui faire comprendre qu’il était autant responsable de la future souffrance de ces deux infortunés qu’elle le serait. Pourtant elle resta muette, comme à son habitude. Il était rare qu’on lui adresse la parole et si les fausses flatteries de son compagnon auraient pu lui arracher un sourire ironique, elle n’en fit rien, se contentant de sortir de derrière le paravent une fois vêtue. Austère silhouette au visage visiblement épuisé, elle laissa échapper un petit ricanement lorsque l’intrus continua dans sa lancée. « C'est à ce propos en effet. Je suis venu me renseigner sur le degré de votre sollicitude. » Personne ne venait à elle si ce n’était par intérêt. Si elle y était habituée, Carmine ne pouvait s’empêcher de se sentir blessée à chaque fois un peu plus. Cela lui prouvait une fois encore qu’elle ne comptait pas, que peu de monde tenait réellement à elle. Sa mère, restée sur l’île des femmes, reine inflexible qui n’avait jamais pu révéler leur lien de sang afin de la protéger d’un père qu’elle ne connaissait pas. Dastan qui tenait sans doute un peu à elle à sa façon désinvolte, ou qui du moins n’avait pas peur de l’approcher.

« Car si celui-ci n'est pas jugé convenable je me verrais dans l'obligation de ne plus accéder aux requêtes de votre souverain. » La sombre sylphide se tendit et alors que les fauves se rassemblaient autour d’elle par instinct. « Vous avez bien plus de tact quand vous vous adressez à mon roi. Est-ce plus facile de faire des reproches à l’esclave d’un prince qu’à son maître ? Vous souhaitez ma sollicitude ? Qu’en-est-il de la vôtre à mon égard Pemendhuil ? » Son ton était amer, pas encore colérique mais cela ne saurait tarder. Carmine était fatiguée, terriblement fatiguée alors qu’elle était encore jeune pour le peuple des elfes. Elle était fatiguée de répondre aux exigences et au bon vouloir des autres au point que cela la rendait malade. Elle préférait de loin s’infliger et infliger aux autres la souffrance plutôt que de se montrer conciliante et être utilisée comme un objet. « En aucun cas je ne peux accepter qu'une telle chose puisse se reproduire. » Oui bien sûr la belle n’était pas totalement dénuée de compassion. Elle avait grandi sur l’île des femmes. Elle avait vu des créatures brisées par les hommes venir à elle pour qu’elle les soulage de leur souffrance. Elle comprenait la colère de son invité, son inquiétude aussi. Mais il ne fallait pas lui en demander plus. Il n’y avait plus de place pour la compassion en son coeur, il fallait aussi qu’elle pense à elle. S’entourer d’une armure de mithril et se fermer au monde extérieur, faire preuve d’une cruauté plus acérée que la lame d’une épée, voilà qui lui permettait d’avancer chaque jour et de ne pas se laisser aller au désespoir. Car si elle pouvait parfois imaginer se satisfaire de sa situation, elle n’était pas dupe. L’illusion ne tenait que l’espace de quelques instants.

« Je ne comprends pas ce que vous attendez de moi. Si vous avez des reproches à faire, allez voir Dastan. Je ne saurais être tenue pour responsable de ses actes et je n’ai de toutes manières aucun moyen de vous aider. Je ne suis qu’esclave et bien qu’étant sa favorite, viendra le temps où il se lassera de moi et me jettera comme tous ses jouets. Ma seule influence consiste à le convaincre de torturer proprement ceux qui l’ont contrarié. C’est à cela que je sers… » L’amertume dans sa voix était désormais palpable, plus forte encore que précédemment. Oui elle n’était qu’un objet, un outil, elle en avait cruellement conscience mais devoir l’avouer, le mettre en mots la répugnait particulièrement. Aussi en voulait-elle un peu à son interlocuteur de l’avoir placée dans cette situation. D’autant plus qu’elle ne comprenait toujours pas pourquoi il était venu la trouver elle et non pas Dastan. Qu’avait-elle à faire du sort d’une prostituée ? Rien si ce n’était une vague peine sur laquelle elle ne désirait pas s’attarder. Si elle recommençait à avoir de la compassion pour toutes les victimes qui l’environnait alors son coeur ne pourrait en supporter davantage et elle ne survivrait pas bien longtemps ici. Il valait mieux pour elle se tenir éloignée de ces sentiments pourtant si forts et puissants pour se tourner vers quelque chose de plus sombre mais d’extrêmement nécessaire afin de mieux se protéger.

FICHE ET CODES PAR ILMARË


Wake up, my beauties. Rise and shine. It’s a brand new day and the mortal world is at peace. But not for long. Just look at them; I pull one tiny thread and their whole world unravels into chaos. Glorious chaos. ▵ ©endlesslove.
I pull one tiny thread & their whole world unravels into chaos ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Envoyé du Valinor il a posé ses petites affaires entre le l'Harad, le Khand et le Rhûn (oui il avait beaucoup de valises).
Localisation : Là où il y a le plus de potins à glaner, ou d'âmes à réparer, ou d'agitation à semer... Tout dépend des priorités et des humeurs du moment.
Amour Gloire et Beauté : Une bague au doigt ? Oui il en a plusieurs mais très franchement ce genre de bague LA.... Lorsque l'on chaperonne tant de dames aimantes il faut éviter de créer une jalousie vous ne pensez pas.
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Mari-Jane
FT. : Aidan Gillen
Date d'inscription : 01/09/2015
Messages : 43
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando   Mer 2 Mar - 1:14


 
The time will come, when you'll have to riseAs a child, you would wait and watch from far away. But you always knew that you'd be the one, to work while they all play. And you, you lay, awake at night and scheme of all the things that you would change, but it was just a dream! ( Imagine Dragon → Warrior )
  Créature lasse et fatiguée, il suffit de l'évocation du sujet de la venue de Pallando pour qu'un nuage finisse d'obscurcir le tableau que la demoiselle offrait au regard. Une détresse et une amertume planaient, notre ami sentait le rayonnement de la jeune femme qui ne semblait guère s'arranger alors que le temps s'écoulait.
▬ " Vous avez bien plus de tact quand vous vous adressez à mon roi. Est-ce plus facile de faire des reproches à l’esclave d’un prince qu’à son maître ? Vous souhaitez ma sollicitude ? Qu’en-est-il de la vôtre à mon égard Pemendhuil ? " Voilà qui pouvait presque être blessant lorsque l'on référençait ses quelques visites parfois juste courtoises. Certes cela faisait quelque temps qu'il n'avait pas prit ce temps mais était-ce juste de tirer ainsi un trait dessus ? Pallando mit ces interrogations sur l'état qu'arborait la demoiselle qui semblait aujourd'hui n'être bonne qu'à se plaindre de son sort dans lequel elle s'était elle-même glissée.

▬ " Vous l'avez toujours eu ma chère, navré que vous ne l'ayez jamais remarqué. " Ne lui avait-il pas accordé plus d'attention que bon nombre d'âmes ici présentes ? Détournait-il le regard en sa présence ? L'avait-il un jour rabaissé ou érigé en idole ? Non la jeune femme avait été toujours traitée de manière égale de sa part, elle était ici la seule à avoir été parfois désobligeante. Alors oui, aujourd'hui il venait régler une affaire, ce n'était pas la première fois mais après tout la demoiselle pouvait très bien trouver son intérêt ici, si seulement elle apprenait à apprivoiser ses sentiments. " Et préférez-vous réellement les mièvreries que l'on dessert aux royautés à la sincérité que je vous offre en gage ? " Si la première la version l'intéressait réellement plus cela ne devait véritablement pas être facile pour elle tous les jours. Et très franchement notre mage n'avait aucune affection pour les cirages de souliers, c'était un art qu'il maîtrisait mais il préférait mille fois les sarcasmes à ce jeu de dupes.

▬ " Je ne comprends pas ce que vous attendez de moi. Si vous avez des reproches à faire, allez voir Dastan. Je ne saurais être tenue pour responsable de ses actes et je n’ai de toutes manières aucun moyen de vous aider. Je ne suis qu’esclave et bien qu’étant sa favorite, viendra le temps où il se lassera de moi et me jettera comme tous ses jouets. Ma seule influence consiste à le convaincre de torturer proprement ceux qui l’ont contrarié. C’est à cela que je sers… " Il n'était pas venu pour ça, il n'était pas venu pour s'occuper d'autre chose que de ses affaires et pourtant son esprit ne pouvait s'ouvrir qu'au chantier d'avenir gâché qui se tenait devant lui. A se refermer et à se dénigrer ainsi la demoiselle n'allait définitivement plus rien acquérir, pire elle allait perdre, chose qui ne lui seyait guère et il renoncerait définitivement d'informer Nenu qu'il avait retrouvé la chaire de sa chaire...

▬ " Si je ne vais pas voir votre seigneur c'est bien au nom de l'égard que j'ai pour vous, je n'ai jamais usé d'intermédiaire pour me défiler... " Elle ne comprenait pas son rôle, Pallando avait assimilé cela mais ce n'était pas à lui de dicter son chemin, il ne pouvait que l'éclairer mais pour cela la miss devait arrêter de se regarder le nombril et avoir la force de lever le menton. N'ayant plus le cœur de mener la conversation ainsi, "l'invité" décida d'aller s'échouer sur la première assise venue sans forcément s'approcher de son hôte et de ses compagnons à quatre pattes.

▬ " Depuis quand vous êtes vous résolu à ne faire que partie des meubles du palais ? J'avais un autre souvenir... Le temps aurait-il filé pour que vous soyez déjà arrivée aux heures des désillusions ? " L'amusement avait abandonné ses traits et il n'avait guère eu besoin d'invitation pour s'installer confortablement. Ainsi posé, il observait la demoiselle d'un air serein, cherchant à percevoir les teneurs du mal qui la rongeait. Oh bien sûr son don devait occuper une part des responsabilités, elle l'avait toujours bien trop combattu pour envisager de le supporter et ce combat la fatiguait. Mais il y avait probablement autre chose, il y avait là une accumulation qu'il devait survoler tout en tentant d'ouvrir quelques portes.


  © 2981 12289 0


Désolé de l'attente et de cette navrante réponse



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Graphiste
Royaume : Al-Amrûn
Localisation : palais de Dastan
Amour Gloire et Beauté : elfiquement mariée à Dastan il paraît *out*
I'm beautiful biatch, look at me : I will rule the world
Copyright : Hollow Bastion & tumblr
FT. : Jessica De Gouw
Date d'inscription : 03/02/2015
Messages : 64
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando   Mer 2 Mar - 21:48

Pallando & Carmine
The time will come, when you'll have to rise

Fatigue. Lassitude. Ennui. Abandon. C’était ce que ressentait Carmine alors qu’elle faisait face au mage tandis que les fauves bienveillants se pressaient autour d’elle, comme pour la protéger des foudres d’un être dont elle ignorait la puissance. Il lui parlait de sollicitude, elle n’avait pas remarqué qu’il en faisait preuve à son égard. Sans doute devait-il considérer que ne pas la considérer comme l’une de ses « filles » -des prostituées- devait suffire. Mais Carmine voulait plus, réclamait davantage. Tout comme elle ne parvenait pas à se satisfaire d’avoir en la personne de Dastan un être qui ne la craignait pas, elle souhaitait être son égale, elle ne parvenait pas à se satisfaire d’une franche honnêteté sur fond de reproche à peine masqué que lui servait l’homme l’assommant de paroles. S’il pensait sans doute qu’elle s’apitoyait sur son sort, Carmine considérait plutôt qu’elle était d’une clairvoyance malheureusement juste et impitoyable. Elle ne pouvait pas se bercer d’illusions en prétendant avoir trouvé ici une place enviable, ni même prétendre que son influence sur Dastan était notable. Son roi l’écoutait seulement parce qu’il le voulait bien et oubliait tout aussi vite ses sages paroles dès qu’une distraction le lui permettait. « Si je ne vais pas voir votre seigneur c'est bien au nom de l'égard que j'ai pour vous, je n'ai jamais usé d'intermédiaire pour me défiler… » La semi-elfe se contenta d’un haussement d’épaules et retourna s’échouer sur sa couche richement brodée d’or, passant et repassant les doigts sur les délicats et pourtant ostentatoires motifs d’un air absent.

Pemendhuil continua dans sa lancée, asticotant sa mauvaise humeur sans pour autant parvenir à totalement l’éveiller. « Depuis quand vous êtes vous résolu à ne faire que partie des meubles du palais ? J'avais un autre souvenir... Le temps aurait-il filé pour que vous soyez déjà arrivée aux heures des désillusions ? » Un rire aigrelet échappa à la nymphe alanguie qui se redressa soudainement. « Il paraît que je suis jeune encore pour quelqu’un de ma race et j’ai pourtant vécu des centaines de vies. Vous savez parfaitement de quoi je parle, comment pourrais-je encore me faire des illusions sur l’existence avec ce don qui est le mien ? » Son regard jusqu’alors las se fit dur et acéré comme la pointe d’une flèche. « On m’a utilisée pour soulager les autres encore et encore, j’ai pris sur moi la douleur de centaines de vies brisées. Et tout ça pour quoi ? On me fuyait, on ne venait me trouver que pour déverser encore davantage de souffrance en mon corps et mon esprit, sans jamais se préoccuper de me soulager moi ! » Enfin la colère. L’ombre d’une rage qui couvait depuis bien trop longtemps dans son coeur d’immortelle et qui l’avait rongée peu à peu, la poussant à fuir l’île où elle avait toujours vécu. Elle avait porté un masque de discrétion et de complaisance bien trop longtemps, alors que le mal la torturait jour après jour, la rendant amère et aigrie.

« Alors ne me parlez pas de désillusions Pemendhuil, il vous est aisé de vous donner bonne conscience en sauvant quelques femmes perdues et en vous érigeant en protecteur. Mais c’est vous qui les jetez en pâture à des hommes parfois dangereux, tout cela pour qu’elles vous offrent leurs secrets ensuite. Je suis consciente de cette réalité et du fait que mon sort n’est certes pas enviable, je suis esclave de Dastan et je ne dois mon confort qu’à ce don qui m’a permis de l’intriguer. Celui qui se berce d’illusions c’est vous : je n’ai pas l’influence que vous supposez sur mon roi. Car s’il en était autrement je l’aurais empêché de faire des choix et des alliances douteuses. » A ces mots, la belle se laissa retomber sur le matelas après un regard méprisant et pourtant de nouveau las posé sur le marchand de plaisirs. La colère l’avait quittée aussi soudainement qu’elle était apparue et ne restait plus que la fatigue d’une vie incertaine, suspendue aux lèvres d’un roi fol et lunatique. « Vous voulez des informations ? Questionnez et je répondrai. Et j’ose espérer qu’ensuite vous partirez satisfait et ne reviendrez pas avant longtemps pour me faire une scène. C’est indigne de vous. »

FICHE ET CODES PAR ILMARË


Wake up, my beauties. Rise and shine. It’s a brand new day and the mortal world is at peace. But not for long. Just look at them; I pull one tiny thread and their whole world unravels into chaos. Glorious chaos. ▵ ©endlesslove.
I pull one tiny thread & their whole world unravels into chaos ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Envoyé du Valinor il a posé ses petites affaires entre le l'Harad, le Khand et le Rhûn (oui il avait beaucoup de valises).
Localisation : Là où il y a le plus de potins à glaner, ou d'âmes à réparer, ou d'agitation à semer... Tout dépend des priorités et des humeurs du moment.
Amour Gloire et Beauté : Une bague au doigt ? Oui il en a plusieurs mais très franchement ce genre de bague LA.... Lorsque l'on chaperonne tant de dames aimantes il faut éviter de créer une jalousie vous ne pensez pas.
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Mari-Jane
FT. : Aidan Gillen
Date d'inscription : 01/09/2015
Messages : 43
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando   Jeu 3 Mar - 1:04


 
The time will come, when you'll have to riseAs a child, you would wait and watch from far away. But you always knew that you'd be the one, to work while they all play. And you, you lay, awake at night and scheme of all the things that you would change, but it was just a dream! ( Imagine Dragon → Warrior )
  Les deux parties semblaient être plus ou moins disposées à la conversation, notre mage avait ainsi trouvé une assise alors que la demoiselle trouvait le repos sur son lit, traînant les félins dans son sillage. Il avait semble-t-il réussi à s'imposer avec une relative délicatesse plus que l'on ne désirait pas clairement son départ immédiat, c'était déjà là un bon point même s'il s'était éloigné de son but. Chaque chose devait être faite en son temps et son hôte avait clairement réclamé son attention, il était temps qu'il la lui accorde.

▬ " Il paraît que je suis jeune encore pour quelqu’un de ma race et j’ai pourtant vécu des centaines de vies. Vous savez parfaitement de quoi je parle, comment pourrais-je encore me faire des illusions sur l’existence avec ce don qui est le mien ? On m’a utilisée pour soulager les autres encore et encore, j’ai pris sur moi la douleur de centaines de vies brisées. Et tout ça pour quoi ? On me fuyait, on ne venait me trouver que pour déverser encore davantage de souffrance en mon corps et mon esprit, sans jamais se préoccuper de me soulager moi ! " Carmine avait là toute son attention, cela n'était pas difficile à deviner au vu du regard qu'il soutenait sur elle. Les mains de Pallando s'étaient jointes devant lui et ses index passaient pensivement sur ses lèvres. Il était assez bien placé pour comprendre l'animosité de la jeune semi-elfe mais cela elle n'en avait probablement pas encore conscience. Ce don il le connaissait, sous une certaine forme il faisait partie de lui, de son être mais ils avaient une manière bien différentes de l’appréhender et il fallait aussi ajouter qu'il avait l'expérience pour lui. Jusqu'alors il l'avait cru assez forte pour tenir ce rôle qui lui avait été offert, que sa manière était sa façon de se protéger mais à présent il percevait une faille, une faille qu'il devrait peut-être panser pour ne pas perdre celle sur qui il avait promis de veiller et qui pouvait faire tellement mieux. " Alors ne me parlez pas de désillusions Pemendhuil, il vous est aisé de vous donner bonne conscience en sauvant quelques femmes perdues et en vous érigeant en protecteur. Mais c’est vous qui les jetez en pâture à des hommes parfois dangereux, tout cela pour qu’elles vous offrent leurs secrets ensuite. Je suis consciente de cette réalité et du fait que mon sort n’est certes pas enviable, je suis esclave de Dastan et je ne dois mon confort qu’à ce don qui m’a permis de l’intriguer. Celui qui se berce d’illusions c’est vous : je n’ai pas l’influence que vous supposez sur mon roi. Car s’il en était autrement je l’aurais empêché de faire des choix et des alliances douteuses. " Pallando accueillait la colère de la belle sans broncher, il ignorait aucun mot et la laissait s'exprimer sans autre signe que son attention. Il nota que la miss avait assez de clairvoyance pour avoir repéré quelques rouages de son entreprise mais qu'elle était encore probablement trop désillusionnée pour percevoir qu'elle se fourvoyait sur quelques points. Dans tous les cas cela ne l'inquiétait guère et lui prouvait que la belle avait un esprit affuté qui serait bien meilleur une fois le cap passé. " Vous voulez des informations ? Questionnez et je répondrai. Et j’ose espérer qu’ensuite vous partirez satisfait et ne reviendrez pas avant longtemps pour me faire une scène. C’est indigne de vous. " L'orage semblait passer, la lassitude reprenait la main sur les sourdes angoisses qui avaient motivé cet élan agressif.

▬ " Je ne présume rien ma chère, ce n'était là qu'une tentative de construire un avenir que je pensais vous voir accueillir. " Il répondait là aux mots qui avaient précédé sur l'influence de la demoiselle sur son royal maître. Elle avait déjà regretté de ne pouvoir interagir dans les choix politiques de ce dernier, c'était là brûler bien des étapes d'oser déplorer cela. Non il y avait bien d'autres choses à faire avant de prétendre à une telle position en partant du statut qu'elle occupait. Mais Pallando préfère entériner ce sujet pour explorer celui qui était la source des affres de la belle. " Et comment croyez-vous que l'on puisse vous soulager ? Vous reprochez ce manque de sollicitude mais sous quelle forme pourrait-il apparaître ? " Pemendhuil avait perçu l'appel, il se savait capable d'offrir ce que la demoiselle quémandait silencieusement durant toutes ces années mais ne l'énonçait pas. Au lieu de cela il sondait Carmine, encore, pour vérifier qu'il avait visé juste dans ses conclusions qui commençaient à émerger dans son esprit. Un fin sourire refit son apparition sur les lèvres du mage qui se remit sur ses pieds avant de s'éloigner de quelques pas vers une fenêtre, tournant le dos à son hôte. " Comment pensez-vous que l'on puisse vous soulager de ces maux que vous avez accueillis ? De ces peines, de ces douleurs qui peuvent déchirer les âmes. Vous savez que ce ne sont pas de simples présents que vous pourriez déposer sur le pas de la porte du premier venu. " Pallando avait joint à nouveau ses mains dans son dos et observait la vision offerte par la fenêtre tout en menant sa réflexion. Il était là à un tournant et jaugeait ses options avec délicatesse même s'il semblait bien capable d'envisager l'aboutissement de ce chemin. " Et que pensez-vous qu'il adviendrait si l'on vous administrait vos propres soins ? Estimez-vous réellement que cela vous serait bénéfique ? Vous êtes relativement bien placé pour percevoir les potentielles conséquences. " De toute évidence il ne voulait pas être le seul à réfléchir et donnait des pistes à la demoiselle sans faire grand cas de sa lassitude, d'ailleurs peut-être avait-elle déjà songé à cela. Il faisait fi aussi du fait qu'il pouvait aussi exposer sa position privilégiée pour comprendre la semi-elfe, c'était un choix.

  © 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Graphiste
Royaume : Al-Amrûn
Localisation : palais de Dastan
Amour Gloire et Beauté : elfiquement mariée à Dastan il paraît *out*
I'm beautiful biatch, look at me : I will rule the world
Copyright : Hollow Bastion & tumblr
FT. : Jessica De Gouw
Date d'inscription : 03/02/2015
Messages : 64
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando   Sam 5 Mar - 18:25

Pallando & Carmine
The time will come, when you'll have to rise

« Je ne présume rien ma chère, ce n'était là qu'une tentative de construire un avenir que je pensais vous voir accueillir. » Lorsque l’homme lui parlait d’avenir, Carmine avait envie de lui rétorquer qu’elle n’en avait aucun. Ou du moins rien de bien passionnant. Entre rester sur son île jusqu’à la fin des temps à soulager des hommes en peine ou bien être l’esclave de Dastan jusqu’à la mort de ce dernier, elle ne savait pas trop ce qui était le pire. Au moins les jours auprès de son roi ne se ressemblaient pas et il avait le mérite de l’amuser encore et de ne pas la lasser, pour le moment. Plus le temps passait, plus elle se rendait compte qu’elle lui ressemblait bien trop pour que leur rencontre ne soit due qu’au hasard. Si les dieux s’en étaient mêlés -et elle en était certaine- c’était bien pour que de leur rencontre naisse quelque chose de grand. Bien qu’aimant se bercer de doux rêves où elle se voyait régner en distillant amour et peur dans le coeur de ses sujets avec une savante adresse, elle ne se faisait pas d’illusion. Elle n’avait aucune chance dans son état actuel de réussir à être davantage que la favorite du roi. « Et comment croyez-vous que l'on puisse vous soulager ? Vous reprochez ce manque de sollicitude mais sous quelle forme pourrait-il apparaître ? » Le soudain revirement de l’incongru visiteur lui fit hausser un sourcil surpris. Tiens donc, il abandonnait le ton du reproche pour la questionner sur ce qu’elle ressentait ? Elle se méfiait. Avec lui le reproche était toujours là et elle n’appréciait pas cet air de donneur de leçons qu’il se donnait. A ses yeux il n’ y avait aucune espèce de justification à ce statut auto-proclamé et elle avait appris au fil du temps que jouer selon les règles des autres ne la satisfaisait pas.

« Peut être en cessant de me demander de faire des choses que je ne souhaite pas faire ? » répliqua la semi-elfe d’un ton sarcastique. C’était pourtant ce qu’on lui demandait de faire en permanence, un peu moins certes depuis qu’elle était arrivée au palais. Sa propre mère la poussait à accueillir la douleur des autres en elle, les habitantes des l’île des femmes ne venaient s’intéresser à sa personne que pour se débarrasser de souvenirs douloureux et fuyaient l’acte une fois accompli. « Comment pensez-vous que l'on puisse vous soulager de ces maux que vous avez accueillis ? De ces peines, de ces douleurs qui peuvent déchirer les âmes. Vous savez que ce ne sont pas de simples présents que vous pourriez déposer sur le pas de la porte du premier venu. » La sombre courtisane roula sur le côté, présentant son visage pâle et inexpressif au mage interrogateur. Que pouvait-elle bien lui répondre ? Elle ne savait pas grand chose de ce que certains appelaient « don » et qu’elle qualifiait en son fort intérieur de « malédiction ». Elle ignorait ce qu’elle était capable de faire, au-delà de l’usage superficiel qu’elle en faisait actuellement, et n’osait pas réellement tester ses limites, lasse qu’elle était d’endurer des tourments qui ne lui appartenaient pas sans y trouver le moindre réconfort. « Je ne pense pas que l’on puisse me soulager. Je ne pense pas non plus pouvoir un jour me débarrasser de cette douleur qui n’est pas mienne. Elle est là en permanence. Une fois que je l’ai prise, elle prend racine en moi et je peux seulement en dispenser les fruits à ceux que je choisis. » se contenta-t-elle de répondre.

Pourquoi se faire croire qu’elle pourrait un jour découvrir à nouveau ce qu’était une vie sans souffrance ? Elle n’y croyait plus. Et elle était lasse, fatiguée, épuisée de marcher chaque jour en sentant ce poids sur ses épaules. « Et que pensez-vous qu'il adviendrait si l'on vous administrait vos propres soins ? Estimez-vous réellement que cela vous serait bénéfique ? Vous êtes relativement bien placé pour percevoir les potentielles conséquences. » « Peut-être serais-je moins amère. Peut être que sans ce poids je serais capable de voir ce qu’il y a de bon dans ce monde et non pas ce qui est mauvais. » Elle se redressa alors et plongea ses iris de glace dans ceux de son compagnon. Pourrait-il y lire la détresse qui l’étreignait jour après jour ? Le terrible tumulte qui jamais ne lui laissait de répit ? « Je crois que cela a été une erreur de me pousser à prendre sur moi une douleur que je n’ai pas choisie. Je crois que ces femmes auraient dû accepter leur souffrance et panser leurs plaies pour se reconstruire au lieu de s’en défaire et de me laisser gérer tout cela à leur place. Je crois aussi que je ne peux guérir que du mal que j’ai choisi de prendre, pas de celui qu’on m’a imposé. Je n’ai pas eu le choix et je refuse qu’on me force à recommencer. »

FICHE ET CODES PAR ILMARË


Wake up, my beauties. Rise and shine. It’s a brand new day and the mortal world is at peace. But not for long. Just look at them; I pull one tiny thread and their whole world unravels into chaos. Glorious chaos. ▵ ©endlesslove.
I pull one tiny thread & their whole world unravels into chaos ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Envoyé du Valinor il a posé ses petites affaires entre le l'Harad, le Khand et le Rhûn (oui il avait beaucoup de valises).
Localisation : Là où il y a le plus de potins à glaner, ou d'âmes à réparer, ou d'agitation à semer... Tout dépend des priorités et des humeurs du moment.
Amour Gloire et Beauté : Une bague au doigt ? Oui il en a plusieurs mais très franchement ce genre de bague LA.... Lorsque l'on chaperonne tant de dames aimantes il faut éviter de créer une jalousie vous ne pensez pas.
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Mari-Jane
FT. : Aidan Gillen
Date d'inscription : 01/09/2015
Messages : 43
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando   Lun 8 Aoû - 2:34


 
The time will come, when you'll have to riseAs a child, you would wait and watch from far away. But you always knew that you'd be the one, to work while they all play. And you, you lay, awake at night and scheme of all the things that you would change, but it was just a dream! ( Imagine Dragon → Warrior )
  Le palais et quelques charmes du royaume se dessinaient devant ses yeux mais comme souvent notre mage n'y faisait pas attention. Oh bien sûr il savait apprécier les arts délicats et façonnés, ou la légitimité de la vie animale mais au final seul la vie des peuples avait grâce à ses yeux. Et parfois il s'attardait sur une existence en particulier, comme à cet instant ou son esprit demeurait tourné vers la demoiselle dans son dos. Demoiselle qu'il sondait, jaugeant ainsi les possibilités qui offraient les meilleures perspectives. Il semblait aujourd'hui évident que la belle sombrait sans trouver un rebord auquel s'accrocher et cela ne pouvait faire partie des destins que la vie lui proposait, cela serait bien trop décevant pour que notre mage laisse ceci arriver.

▬ " Peut être en cessant de me demander de faire des choses que je ne souhaite pas faire ? " Il était véritablement dommage que cette enfant ne se donne pas les moyens de ses ambitions en refusant d'ouvrir ses yeux sur les suggestions qu'il ouvrait devant elle. Mais ils revenaient là sur leur sujet précédent que Carmine n'était définitivement pas capable d'entendre et que donc son interlocuteur avait abandonné au profit de ces maux qui assombrissaient son esprit. Pallando continua donc de chercher, stimulant la réflexion de la belle pour mieux l'amener sur sa voie. " Je ne pense pas que l’on puisse me soulager. Je ne pense pas non plus pouvoir un jour me débarrasser de cette douleur qui n’est pas mienne. Elle est là en permanence. Une fois que je l’ai prise, elle prend racine en moi et je peux seulement en dispenser les fruits à ceux que je choisis. " Punir les innocents des maux d'autres innocents, voilà un chemin de réflexion bien désuet que notre mage espérait être le fruit d'une trop grande souffrance. Si la mère de la demoiselle pouvait voir cela... Il passerait probablement un mauvais moment plein de reproches et de ressentiments qui pourraient presque être justifiés. " Peut-être serais-je moins amère. Peut être que sans ce poids je serais capable de voir ce qu’il y a de bon dans ce monde et non pas ce qui est mauvais. Je crois que cela a été une erreur de me pousser à prendre sur moi une douleur que je n’ai pas choisie. Je crois que ces femmes auraient dû accepter leur souffrance et panser leurs plaies pour se reconstruire au lieu de s’en défaire et de me laisser gérer tout cela à leur place. Je crois aussi que je ne peux guérir que du mal que j’ai choisi de prendre, pas de celui qu’on m’a imposé. Je n’ai pas eu le choix et je refuse qu’on me force à recommencer. " Sentant le regard de la jeune femme, Pallando s'était retourné pour jauger des mots qui lui parvenaient. Il aurait bien évidemment pu répliquer qu'elle pouvait appliquer cette acceptation à ces maux, qu'elle seule avait le dernier mot quant-à l'utilisation de ses facultés et bien d'autre chose encore qui auraient probablement contrarié son hôte. Au lieu de cela il rebroussa doucement chemin pour s'approcher de la demoiselle.

▬ " Très bien, alors il est l'heure de commencer à faire le tri de ces choix. " Pallando s'approcha, faisant fi des félins qui gravitaient autour de leur amie. " Gardez ce qu'il vous a été donné de choisir et laissez s'évanouir le reste. " Il était arrivé sans hésitation au pied de la couche de Carmine, son sourire et son regard témoignaient de leur habituel amusement mais pour autant le sérieux de ses mots n'étaient pas à discuter. La semi-elfe était loin d'imaginer les liens qui les unissaient, sans doute imaginait-elle être l'unique personnalité à porter le don qui était sien et pourtant Pallando ne semblait s'encombrer d'explication. " Ne doutez pas de la véracité de cette offre, vous regretteriez probablement de l'avoir décliné. " Notre mage tendit une main à la belle tout en s'asseyant sur le bord du lit. Il s'attendait à quelques frilosités de la part de son interlocutrice qui se retrouvait plongée le bec dans l'eau de l'inconnu. Peut-être même que fasse à la proposition elle subirait un sursaut salvateur qui la pousserait à reprendre pied seul, dans tous les cas la décision était sienne, à commencer par celle de croire ou non à ce que son invité lui offrait. " Vous prendrez ainsi conscience de l’existence et du degré de ma sollicitude à votre égard. " Car en saisissant cette offre elle ne pourrait tout de même pas décemment penser que ce lien pouvait la rendre antipathique à ses yeux. Il avait toujours été le mieux placer pour la comprendre mais n'avait jamais ressenti le besoin de le prouver et la miss avait toujours été un peu trop égocentrique pour décrypter certains signes.

Elle n'avait donc qu'à saisir cette main tendue, s'accrocher à ce soutien pour reprendre pied. Cependant les intentions de Pallando étaient bien loin de la table rase, il ne retirerait pas toutes les souffrances de la belle, pas aujourd'hui, pas sans lui laisser l'opportunité de vaincre seule et de retrouver l'être qu'elle est.

  © 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Graphiste
Royaume : Al-Amrûn
Localisation : palais de Dastan
Amour Gloire et Beauté : elfiquement mariée à Dastan il paraît *out*
I'm beautiful biatch, look at me : I will rule the world
Copyright : Hollow Bastion & tumblr
FT. : Jessica De Gouw
Date d'inscription : 03/02/2015
Messages : 64
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando   Jeu 6 Oct - 18:20

Pallando & Carmine
The time will come, when you'll have to rise


« Très bien, alors il est l'heure de commencer à faire le tri de ces choix. Gardez ce qu'il vous a été donné de choisir et laissez s'évanouir le reste. » La belle lança un regard presque surpris à l’homme. Elle avait un peu honte de se l’avouer (et ne l’avouerait sans doute jamais de vive voix devant son compagnon) mais elle ne parvenait pas à distinguer ce qu’elle avait pu choisir et ce qu’on lui avait imposé. Cependant, elle pouvait être honnête sur ce point : il n’avait peut être pas tout à fait tort. Elle ne pouvait pas se contenter de se lamenter sur son sort, cela ne lui ressemblait pas. Se laisser aller au désespoir était agaçant, ennuyeux et s’il pouvait l’aider à se sortir de cet état de latence insupportable, alors oui elle pourrait tolérer son existence, aussi désagréable fut-il à entendre. « Ne doutez pas de la véracité de cette offre, vous regretteriez probablement de l'avoir décliné. » Devait-il se montrer aussi agaçant ? Un soupir échappa à la semi-elfe qui plongea son regard de glace dans celui de son vis à vis. « Est-ce une menace Pemendhuil ? Vous mériteriez une bonne correction, cela vous apprendrait peut être l’humilité. » ajouta-t-elle en posant sa main dans la sienne avec un petit sourire contrit mais amusé.

Elle devait réfléchir à tout cela, éloigner l’affect et considérer les faits d’un oeil froid. C’était le meilleur moyen de prendre une décision sensée. Mais elle était prête à accepter son offre, doutant cependant d’avoir quelque chose à lui offrir en échange de son aide. Raisonner Dastan ? Pemendhuil se leurrait quant à l’influence qu’elle pouvait avoir sur le prince fol. Certes elle pouvait le tempérer un peu, mais savait parfaitement qu’il était inutile de vouloir éteindre le feu en lui. Tout juste parvenait-elle à le diriger autre part quand il menaçait de consumer jusqu’à sa propre existence. « Vous prendrez ainsi conscience de l’existence et du degré de ma sollicitude à votre égard. » Un petit rire s’échappa de sa gorge et, réellement amusée cette fois-ci, hocha la tête. « Vous me pardonnerez mais j’ai appris à me méfier de la sollicitude des gens... celle de Dastan comme la votre. Mais soit. Soyons clairs et concis. Qu’attendez vous de moi exactement ? Et que pouvez vous exactement pour ma pitoyable personne ? »

Redevenue brusquement sérieuse, Carmine soutenait le regard de l’homme avec attention. Les termes d’un marché se devaient d’être clairs avant de conclure un accord. Elle devait peser le pour et le contre. Et si jamais cet accord devait être scellé, alors elle ne reviendrait pas sur sa parole. Elle avait beau être cynique, cruelle et désabusée, il lui restait cependant suffisamment d’honneur pour respecter une promesse... et son interlocuteur devait en être tout à fait conscient. « Vous m’avez dit de faire le tri dans mes choix tout à l’heure. Il y a peu de choses que j’ai choisies. J’ai choisi de soulager une amie de ses peines et cela m’a moins coûté que pour les autres car je le faisais de mon plein gré. J’ai choisi de quitter l’île pour voir le monde. Et bien qu’esclave j’ai choisi de rester ici auprès de Dastan. Aujourd’hui je choisis de vous faire confiance. Ne la brisez pas. » S’il devait le faire alors elle traquerait ses protégés et les détruirait un à un, méthodiquement, avec la plus grande des cruautés. Mais elle ne dit pas le moindre mot à ce sujet. Il savait déjà, elle en était persuadée.

Il était temps pour elle de faire bouger les choses. Elle ne pouvait pas rester esclave toute sa vie, ou du moins le temps de l’existence de Dastan. Elle aspirait à plus, beaucoup plus. Elle ne voulait pas rester enfermée dans ce palais comme elle avait été enfermée sur l’île. Elle ne pouvait plus subir les décisions des autres, elle devait prendre les siennes.

FICHE ET CODES PAR ILMARË


Wake up, my beauties. Rise and shine. It’s a brand new day and the mortal world is at peace. But not for long. Just look at them; I pull one tiny thread and their whole world unravels into chaos. Glorious chaos. ▵ ©endlesslove.
I pull one tiny thread & their whole world unravels into chaos ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando   
Revenir en haut Aller en bas
 

The time will come, when you'll have to rise || Carmine & Pallando

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» The time will come, when you'll have to rise. ▲ LILITH.
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Out of the path there are monsters :: Terres du Sud :: Umbar :: Le royaume de Al-Amrûn-