Partagez | 
 

❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Administratrice
Royaume : Cité de Ming Yue ♦ Rhûn
Localisation : Sa cité
Amour Gloire et Beauté : Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : (c) Grimmy & Tumblr
FT. : Fan Bingbing
Date d'inscription : 24/03/2015
Messages : 67
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Mar 7 Avr - 23:16

« I just need to know whatever has happened, the truth will free my soul »


Cela faisait environ quinze ans que je n'avais pas quitté le Rhûn. De façon officielle, du moins. Tout était organisé dans le plus grand secret depuis des mois. Mon départ ne devait être connu des autres royaumes que le plus tard possible, afin qu'il ne leur vienne pas à l'idée de placer une embuscade sur mon trajet, ou bien de préparer un siège de la cité durant mon absence. Bien sûr, je ne partais pas seule. J'étais accompagnée d'une cinquantaine de personnes, ce qui était largement suffisant. Le reste de mes soldats, je les voulais à Ming Yue, afin qu'ils puissent protéger le peuple en cas d'attaque. Après tout, nous n'étions jamais à l'abri de rien... Même si la formidable débandade qui avait suivi l'assaut du seigneur qui occupait les rives sud de la mer du Rhûn avait semble-t-il refroidi les ardeurs de mes autres adversaires. Cela tombait à pique ! C'est donc le coeur plus léger que d'ordinaire, que je franchis les portes de ma cité, chevauchant en tête du cortège. A mon côté, le plus jeune de mes conseillers ne cessait de jeter des coups d'oeil nerveux alentours. C'était la première fois qu'il allait quitter le Rhûn, et le pauvre enfant -car oui à mes yeux lorsqu'on a vingt-six ans on est un enfant- parvenait péniblement à juguler sa peur. Une anxiété et un malaise que je percevais très clairement, à cause de mon empathie. Ceci dit, je n'en faisais pas grand cas. J'y étais habituée, depuis le temps...

La route est longue, pour parvenir en Harad. Longue, mais pas réellement dangereuse. En tout cas, pas pour une colonne de cavaliers orientaux qui battaient la terre rouge en brandissant les étendards d'un royaume du Rhûn. Car nous passions directement derrière le Mordor, à l'est, puis une fois arrivés dans le désert, nous prenions à l'ouest. Les Orcs qui errent parfois près des Terres Noires ont ordre de ne pas s'en prendre à nous, et les Suderons sont des alliés commerciaux aussi bien que militaires depuis longtemps déjà. Voilà aussi pourquoi un détachement d'une cinquantaine de personnes suffisait amplement pour former mon escorte.
Notre arrivée à Nen Umbar, bien qu'annoncée un bon moment en avance à la souveraine du pays, ne passa pas inaperçue. Il faut dire que nous nos vêtements, nos armes, nos visages n'étaient pas familiers aux Haradrims. Nous ne passions que trop rarement pour qu'ils en aient l'habitude. Toujours en tête de colonne, Jiang avançait d'un pas posé, quelque chose d'altier dans son port de tête. Juchée sur son dos, je n'accordais que quelques regards par-ci par-là à la foule qui se fendait sur notre passage. D'ordinaire, la robe d'un blanc pur de ma monture rappelait celui de ma chevelure, mais là... Pour des raisons assez évidentes, j'avais préféré la teindre en noir avant de partir. On me reconnaissait trop facilement, sinon.
Le cortège se fraya finalement un chemin jusqu'au palais de la reine Furie, et nous pûmes enfin mettre pied à terre.

•♦•

Un profond soupir m'échappa alors que je m'étirais. Seule dans les appartements dédiés aux invités que l'on m'avait attribués, je contemplais le coucher du soleil, au loin. Ce n'est que lorsqu'il passa sous la ligne d'horizon que je remis les pieds sur terre. Seule, avais-je dit ? Pas tout à fait. Debout à l'entrée de la pièce, Negel se contentait de m'observer en silence. Vous vous souvenez du jeune conseiller dont je vous ai parlé ? Eh bien c'est lui. Peut-être aurais-je dû préciser qu'il venait d'occident, aussi... D'un pays qu'il appelait Eriador. A l'époque où il était encore jeune, Shîzi l'avait trouvé lors de l'une de ses rondes autour de la cité, sérieusement déshydraté et délirant. Le lion était venu me trouver, et c'est ainsi que le garçon se retrouva sous mon aile. En prenant de l'âge il avait montré des capacités intellectuelles des plus intéressantes, et son point de vue différent de celui des natifs du Rhûn lui valaient de siéger à mon conseil, bien que très jeune -trop disent certains- pour une telle fonction.

- Je vais profiter de la fraîcheur de ce début de nuit pour faire un tour dans les rues. Tu peux te retirer jusqu'à demain matin.
- Vous ne songez pas à sortir seule, tout de même ?
s'offusqua-t-il en affichant sa plus belle moue désapprobatrice.
- Je n'y songe pas, je vais le faire. Et je ne compte pas argumenter là-dessus. Le voyage a été long, va te reposer. Demain nous devrons traiter politique avec la reine Furie et d'autres notables, et si tu la connaissais, tu saurais qu'il vaut mieux aborder les négociations avec l'esprit frais. Alors laisse-moi seule et va dormir.

Tandis que le jeune homme tournait les talons pour regagner ses propres appartements, je pouvais sentir, émanant nettement de lui, la désagréable sensation d'être rabroué comme un enfant, mais aussi la sincère affection qu'il avait pour moi. Une affection réciproque, je devais bien l'avouer. Depuis qu'on m'avait arraché ma fille, j'avais tendance à m'attacher à tout les enfants perdus qui croisaient ma route, ou presque...

Une fois dehors, le petit vent frais qui vint caresser mon visage me fit oublier la contrariété de Negel. De toute façon, il aurait tout oublié dès le lendemain.
Alors que je tentais de retrouver le chemin menant vers les enclos des mûmakil (ces bêtes m'ont toujours fascinée), je me figeai soudainement. Le souffle court, lentement, je portai une main à ma poitrine. Cette sensation, cela faisait près de quarante ans que je ne l'avais plus ressentie. Chaque personne possède sa propre "signature émotionnelle". Une empathie aussi fine que la mienne permettait de les distinguer les unes des autres. Et celle-ci... Celle que je ressentais à cet instant, réchauffant et glaçant à la fois l'intérieur de mon corps... C'était celle de ma fille. Mon bébé, ma princesse, ma Nix. Je ne pouvais pas me tromper. Pas même après toutes ces années. Une mère digne de ce nom n'oublie rien, lorsqu'il s'agit de ses enfants.

Presque frénétiquement, je me mis à remonter la piste invisible que mon don m'offrait. Et je priais, je priais pour qu'elle ne m'ait pas oubliée...
@ pyphi(lia)


« Break their hold coz I won't be controlled, They can't keep their chains on me, When the truth has set me free, This is how it feels when you take your life back, This is how it feels when you finally fight back, When life pushes me I push harder, What doesn't kill me makes me stronger, No not gonna die tonight, We're gonna stand and fight forever, No not gonna die tonight, We're gonna fight for us together, No we're not gonna die tonight »

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Jeu 9 Avr - 21:55
When I'm gone, You're gonna miss me when I'm gone

Fang Yin & Nix


Les rires, les chants, des chopes qui s’entrechoquaient joyeusement. La fraîcheur de la nuit qui s’insinuait lentement et rafraichissait une atmosphère rendue chaude et étouffante par le soleil qui avait éclairé les rues les plus sombres durant la journée. Allongée sur une pile de coussins, Nix observait paresseusement ses hommes fêter avec joie leur débarquement et leur retour au port. Bon gré, mal gré, elle avait cédé aux admonestations de son second qui l’avait -encore- appelée à la sagesse. Plutôt que de voguer encore, elle avait accepté de faire halte et d’offrir à son équipage un repos bien mérité. Oh elle ne se faisait pas de souci pour les autorités. Travaillant plus ou moins pour la reine (indirectement et par le biais de Caranthel), elle n’avait qu’à prononcer un nom pour avoir la paix. Ainsi ils avaient fait halte dans une auberge tandis que quelques hommes restaient sur le bateau pour le garder. La tigresse s’était offert le luxe d’un bain et d’une chambre richement décorée attenante à une salle privée. Régnant d’un oeil paresseux sur la joyeuse assemblée, elle portait parfois à ses lèvres une coupe finement ouvragée remplie d’un vin rare et précieux.

A côté d’elle Targhën, son cuisinier, pinçait rêveusement les cordes d’une guitare, le regard perdu dans le vide. Un ronronnement amusé s’échappa de ses lèvres alors qu’elle observait l’homme visiblement sous l’influence de l’alcool ingéré en trop grandes quantités et de certaines herbes qu’il cachait dans une bourse de cuir dans sa chemise. Si elle même était suffisamment résistante de par sa nature aux drogues de toutes sortes, elle se laissait pourtant aller à la langueur générale, accueillant contre elle un de ses marins avec un grondement satisfait. Si tous la craignaient, tous l’aimaient aussi énormément. Elle exigeait de ses hommes une parfaite loyauté en échange de son affection et de sa protection. Elle était sans pitié quand il s’agissait de défendre ses hommes et ils le lui rendaient bien. S’ils se méfiaient parfois de la tigresse lors des abordages, ils avaient appris à craindre également la femme impitoyable qu’elle était. Ils avaient appris à l’aimer également et elle les aimait en retour, simplement. Ses doigts courant dans les cheveux de l’homme, elle cédait enfin à l’appel du repos, du calme avant de repartir pour de nouvelles aventures.

Chaque fois qu’ils retournaient à terre en Harad, elle s’offrait une véritable débauche de luxe et de volupté. S’offrait de la nourriture à foison, beaucoup trop d’alcool et paressait des heures dans des bains parfumés et sur des coussins plus confortables que son hamac. Aussi ces heures passées à terre étaient pour elle sacrées et quiconque venait la déranger devait avoir de solides et de très bonnes raisons de le faire. Si de temps à autres elle allait se dégourdir les pattes et finissait parfois dans un palais d’un certain prince un peu fou à jouer les fauves de compagnie, elle retournait toujours à son navire, appelée par la mer, l’aventure et la liberté. Alors qu’elle sommeillait d’un oeil, une main vint secouer son épaule doucement mais fermement. Levant les yeux vers son second, elle fronça les sourcils en voyant le visage fermé de l’homme. « Il y a une femme qui veut te voir Nix. Une elfe je crois. » Se redressant, la féline s’étira et hocha la tête. « D’accord. Sortez tous, je vais la recevoir. Soren, Targhën, vous restez avec moi. » De toutes façons son second ne l’aurait jamais laissée seule et semblait trop inquiet pour accepter de sortir. Quant à son cuisinier... il ne semblait pas avoir compris ce qu’il se passait et continuait à gratter paisiblement les cordes de sa guitare. Les hommes sortirent, avec eux Soren qui revint bientôt, accompagné...


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Royaume : Cité de Ming Yue ♦ Rhûn
Localisation : Sa cité
Amour Gloire et Beauté : Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : (c) Grimmy & Tumblr
FT. : Fan Bingbing
Date d'inscription : 24/03/2015
Messages : 67
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Mer 15 Avr - 18:07

« I just need to know whatever has happened, the truth will free my soul »


Cela faisait déjà près de quarante ans que j'avais perdu ma fille. Quarante longues années durant lesquelles j'avais maudit son père de me l'avoir arrachée, quarante longues années que j'avais passées à me demander pourquoi il me l'avait prise, pourquoi ne pas me l'avoir laissée ; quarante longues et interminables années à prier les dieux pour qu'on me la ramène, ou bien au moins pour qu'elle ait une vie tranquille et prospère. Je ne pouvais tout simplement pas supporter d'imaginer mon enfant unique abandonnée dans un coin, seule face à ce vaste monde qui, je ne le savais que trop bien, ne faisait jamais de cadeaux. C'est pourquoi je m'étais toujours fait un devoir, quand je fermais les yeux, de la voir heureuse, quelque part... Même si cela signifiait loin de moi. Et j'en étais arrivée à souhaiter, par moment, qu'elle ait tout oublié de moi. Pour que mon absence ne la blesse pas. Mais comme toute mère, je ne pouvais pas m'empêcher d'espérer l'inverse. Elle m'avait cruellement manquée dès les premiers instants de sa disparition, et depuis pas une seconde ne s'était écoulée sans qu'elle me manque.

Alors, tandis que je remontais la piste qui devait me mener à ma fille, mon coeur s'était emballé ainsi que mon esprit. A quoi ressemblait-elle ? Avait-elle les traits de son père, ou plutôt les miens ? Comment avait-elle grandie ? Comment vivait-elle, et partageait-elle sa vie avec quelqu'un ? Voyageait-elle beaucoup ? Tant de questions qui se pressaient dans ma tête... La perspective de la revoir enfin me rendait à la fois euphorique et profondément angoissée. Et si jamais elle ne me reconnaissait pas ? Ou bien si elle se mettait à me détester, pensant que je l'avais abandonnée ? Après tout, je ne pouvais pas savoir ce que son père avait bien pu lui raconter sur moi... Lui avait-il dit que j'étais morte ? C'était une hypothèse à envisager...

Cependant, ce n'était pas le moment de me perdre dans mes réflexions. J'arrivai dans une taverne, près du port. Malgré mon visage atypique, on ne me porta que peu d'attention, la plupart des personnes présentes semblant bien plus captivées par leurs chopes ou leurs assiettes. A la bonne heure, cela m'arrangeait. Aussi discrète qu'une ombre, je me glissai jusqu'à la partie la moins fréquentée de l'auberge, et finis par trouver ce que je cherchais, après quelques minutes à jeter des regards un peu perdus dans les couloirs. Elle se trouvait derrière cette porte, j'en étais certaine. Je me présentai donc aussi brièvement que possible à l'homme qui se trouvait devant et paraissait monter la garde. Quand je lui donnai le nom de Nix, il me sembla quelque peu étonné, mais ne releva pas davantage. D'un geste de la main, il m'avait demandé d'attendre, pendant qu'il entrait pour aller informer le capitaine que je voulais la voir. ... Le capitaine. Fènghuáng tout puissant, mais qu'est-ce que mon abruti d'amant en manteau de fourrure rayée avait bien pu faire de notre petite fille, exactement ? Je patientai néanmoins.

La porte s'ouvrit à nouveau, laissant sortir tout un groupe d'hommes. Je les laissai passer, les observant d'un oeil neutre, comme d'habitude. Bien qu'intérieurement je ne pouvais m'empêcher de me demander quel genre d'équipage pouvait bien être formé par ces zouaves là... Mais enfin, ce n'était pas ma préoccupation majeure du moment, bien au contraire. L'homme de tout à l'heure fut le dernier à passer l'embrasure, mais ce fut pour m'inviter à entrer. Ce que je fis après d'infimes instants d'hésitation.

... Elle me ressemblait. Certes, elle avait la peau dorée et quelques traits hérités de son père, mais sinon... Elle me ressemblait ; elle me ressemblait bien plus que je n'avais osé le rêver. Ceci dit, je ne me laissai pas aller aux débordements de sentiments. D'abord, parce que cela n'était pas dans ma nature, et ensuite parce que cela ne se faisait pas, dans ma culture. Ne jamais montrer ce que l'on ressent, même lorsqu'on en mourrait d'envie.
Posément, je m'avançai vers Nix, l'apparence aussi tranquille que d'habitude, même si un proche tel que Negel aurait pu percevoir chez moi quelques fausses notes. Je m'arrêtai à un peu moins de deux mètres d'elle, portai la main à mon coeur, et m'inclinai très légèrement. Une salutation bien trop formelle à mon goût, mais je n'avais pas le choix. Pour le moment, tout du moins. Je ne patientai pas bien longtemps avant de prendre la parole, la voix aussi tranquille qu'à l'ordinaire.

- Je sais que tout ceci va vous paraître étrange, mais j'aimerais que vous écoutiez ce que j'ai à dire. Pour commencer, je me nomme Fang Yin, et comme le montre très bien mon visage, je ne suis pas d'Harad. Il y a quelques dizaines d'années de cela, j'ai connu un Change-Peau qui prenait la forme d'un tigre. Je sais qu'il a eu une fille, mais ce dernier a disparu lorsque l'enfant était âgée d'à peine trois ou quatre ans, et je n'ai plus retrouvé sa trace depuis... soupirai-je, une note d'amertume dans le ton de ma voix transparaissant clairement. Elle aussi se prénommait Nix, et à vrai dire, je suis persuadée qu'il s'agit de vous.

J'allais droit au but. Après quarante ans, j'estimais que je ne pouvais plus attendre davantage. Pas lorsque je me trouvais si près du but...
@ pyphi(lia)


« Break their hold coz I won't be controlled, They can't keep their chains on me, When the truth has set me free, This is how it feels when you take your life back, This is how it feels when you finally fight back, When life pushes me I push harder, What doesn't kill me makes me stronger, No not gonna die tonight, We're gonna stand and fight forever, No not gonna die tonight, We're gonna fight for us together, No we're not gonna die tonight »

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Dim 19 Avr - 22:29
When I'm gone, You're gonna miss me when I'm gone

Fang Yin & Nix


La changepeau observa la nouvelle arrivante d’un oeil faussement paresseux et réellement curieux. Pourtant elle ne bougea pas d’un cil, trônant royalement sur sa pile de coussins, flanquée de ses deux hommes les plus fidèles. Ses sens de fauve déployés, elle scrutait l’inconnue avec circonspection, notant le plus infime changement dans son attitude contrôlée au millimètre près. Elle était belle, d’une allure noble et un peu austère. Une elfe, en partie dans doute, pas d’ici c’était évident. Elle était curieusement familière aux yeux de la féline, comme appartenant à un lointain souvenir sur lequel elle ne parvenait pas à mettre la patte. Aussi, curieuse mais méfiante, la pirate ne bougeait pas, observait silencieusement, jaugeait. C’était son instinct qui parlait et elle avait du mal à le faire taire. Son cuisinier souriait bêtement, se pencha et murmura à son oreille « elle te ressemble Nix, c’est drôle non ? » Drôle, ça elle en doutait sérieusement. Mais un coup d’oeil à son second l’assura qu’effectivement, la ressemblance était troublante. Une petite voix chantonnait dans sa tête mais elle la fit taire d’un grognement alors que l’inconnue s’inclinait et parlait enfin.

« Je sais que tout ceci va vous paraître étrange, mais j'aimerais que vous écoutiez ce que j'ai à dire. Pour commencer, je me nomme Fang Yin, et comme le montre très bien mon visage, je ne suis pas d'Harad. Il y a quelques dizaines d'années de cela, j'ai connu un Change-Peau qui prenait la forme d'un tigre. Je sais qu'il a eu une fille, mais ce dernier a disparu lorsque l'enfant était âgée d'à peine trois ou quatre ans, et je n'ai plus retrouvé sa trace depuis… Elle aussi se prénommait Nix, et à vrai dire, je suis persuadée qu'il s'agit de vous. » La jeune femme s’étira et darda son regard azuré sur l’elfe. La mention de son père avait fait passer un éclat doré dans ses yeux, un mélange de rage et de tristesse. Cela faisait des années qu’elle s’efforçait de ne pas y penser, ses hommes les plus proches savaient qu’il ne fallait pas aborder le sujet de son passé. Son second seul était au courant et il prenait garde à ne pas la questionner, sachant parfaitement que cela ne mènerait qu’à une crise pleine de rage et de rugissements. Se levant, elle s’approcha de son interlocutrice jusqu’à n’être qu’à quelques centimètres d’elle.

« C’est moi. » Son ton était méfiant, sa voix un peu rauque comme celle de la tigresse qui se cachait en elle. Après tout, des changepeaux tigres qui avaient eu une fille s'appelant Nix... ça ne courrait pas l'Harad. « Qu’est ce que vous me voulez ? » La bête en elle s’agitait. Oh, curieusement elle ne voulait pas de mal à l’inconnue. Non, elle cherchait à comprendre d’où lui venait ce sentiment familier qu’elle ne comprenait pas. Elle lui tournait autour comme le fauve peut tourner autour d’un objet curieux, intrigant. « Si vous le cherchez, il est sans doute mort. J’ai entendu dire que notre village a brûlé et qu’il n’y a eu aucun survivant. » Un ricanement sombre et amer lui échappa. Elle l’avait eu sa vengeance, bien qu’elle n’y eut été pour rien. Ceux qui l’avaient trahie étaient morts dans d’atroces souffrances et elle y trouvait une certaine forme de consolation. Non Nix n’était pas une douce et délicate jeune femme prompte au pardon. Elle avait la rancune tenace et les quelques cicatrices qui ornaient sa peau témoignaient de la violence de l’affrontement qui lui avait ouvert les portes de la liberté. Retournant s’étaler sur les coussins, elle attrape une bouteille de rhum et la porta à ses lèvres. « J’espère ne pas vous avoir déçue. » Le ton était sans doute sarcastique et cassant mais Nix avait appris depuis longtemps à ne pas faire dans la dentelle. Elle était féroce et peu tendre car elle voulait survivre. Dévorer ou être dévorée, telle était la question


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Royaume : Cité de Ming Yue ♦ Rhûn
Localisation : Sa cité
Amour Gloire et Beauté : Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : (c) Grimmy & Tumblr
FT. : Fan Bingbing
Date d'inscription : 24/03/2015
Messages : 67
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Mar 5 Mai - 18:29

« I just need to know whatever has happened, the truth will free my soul »


Merci Fènghuáng, enfin je la retrouvais ! Après toutes ces années, je commençais à croire que jamais je n'aurais pu revoir ma fille... Et pourtant, elle se tenait là, devant moi, bien en vie et à l'évidence bien portante. J'ignorais encore quels détours le Destin avait bien pu lui faire emprunter, mais à mes yeux ça ne faisait aucun doute qu'elle avait réussit à traverses ces épreuves avec succès. Pas indemne, personne ne pouvait en ressortir indemne et ce n'était certainement pas moi qui allait affirmer le contraire, mais elle était là. Vivante, et presque triomphante, comme si dans son attitude et sa façon d'être elle criait à la face du monde qu'elle n'avait pas attendu qui que ce soit pour se forger sa propre existence. En elle, je retrouvais la flamme qui animait chaque être dans mon pays natal, cette même flamme qui faisait des Orientaux les plus grands guerriers que ce monde ait connu, et qui les rendait si... Entiers. Je n'étais certes pas objective quand je parlais de mes frères d'Orient, mais croyez-moi, vous devriez les voir par vous-même pour vous faire une idée...

Patiemment, elle attendit que j'ai fini de parler pour finalement se lever et s'approcher de moi. L'envie se faisait de plus en plus forte de céder à mes pulsions de mère à la fois rassurée et émue comme jamais je ne l'avais été auparavant, mais pourtant je tenais bon. Stoïque et neutre, je ne bougeai pas d'un pouce, la toisant sans sourciller. Venant d'elle, mon empathie ne percevait aucune hostilité. Seulement de la curiosité, et un certain agacement, presque de la colère, quand j'avais évoqué son père. Au moins, cela nous faisait un point commun... Quoique de mon côté, j'eus aimé savoir pourquoi il avait agi comme il l'avait fait. S'il avait eu quelque chose à me reprocher, j'aurais préféré qu'il me le dise, plutôt que de m'arracher mon enfant...

Ce que je lui voulais... Là n'était pas réellement la question, elle serait plutôt : qu'est-ce que je lui devais ? La vérité, ni plus ni moins. Sortir de l'ombre et de l'oubli un pan tout entier de sa vie. Peut-être ne s'en trouverait-elle pas fondamentalement changée, mais au moins, elle saurait. Voilà ce que je lui devais. Le seul fait de penser qu'elle certainement tout ignorer de mon pays -son pays- aurait pu suffire à me rendre folle de rage. Là d'où je venais, on accordait une importance capitale à nos origines, et effacer ainsi celles d'une enfant... C'était presque criminel.
Je ne cillai même pas lorsque Nix m'annonça que son père était certainement mort. A la bonne heure. Ceci dit, elle laissait planer un doute, et cela... Je ne comptais pas le tolérer. J'enverrai des éclaireurs et des espions un peu partout pour avoir le fin de cette histoire. Et s'il s'avérait être encore en vie... Il regretterait de m'avoir connue. La jeune femme retourna s'alanguir sur les coussins, m'adressant une dernière réplique, presque acerbe. Je ne lui en voulais pas. Mes mots avaient dû réveiller de vieilles plaies et faire remonter des souvenirs qu'elle ne voulait sûrement plus ressasser. Mais à présent, j'étais allée trop loin pour reculer. Vaille que vaille, j'irai jusqu'au bout.

Laissant échapper un léger soupir, je pris le temps de la réflexion durant quelques instants avant de lui répondre. J'avais soigneusement choisi chaque mot, presque religieusement, afin que non seulement elle comprenne de quoi il en retournait, mais aussi éviter de trop la choquer. Quoique, j'aurais eu beau y mettre les formes, la nouvelles risquait de mal passer...

- A vrai dire, je serais ravie de le savoir mort plutôt que vif. Même s'il est vrai que j'aurais préféré l'égorger de mes propres mains. Et ce pour la bonne raison qu'il a eu l'audace de me voler ma fille. Je laissai planer le silence un peu moins d'une minute, puis repris la parole. Peut-être te souviendras-tu davantage de moi si je te dis que naturellement, ma chevelure est blanche ? soufflai-je, abandonnant ce vouvoiement qui me pesait inutilement, et les larmes cherchant à se frayer un chemin le long de mes joues, mais que pour le moment je parvenais à contenir.
Au Rhûn, nous avons coutume de dire que ce ne sont pas les faibles qui pleurent, mais ceux qui sont restés forts trop longtemps. Il semblerait que pour une fois, un proverbe s'avère juste.
@ pyphi(lia)


« Break their hold coz I won't be controlled, They can't keep their chains on me, When the truth has set me free, This is how it feels when you take your life back, This is how it feels when you finally fight back, When life pushes me I push harder, What doesn't kill me makes me stronger, No not gonna die tonight, We're gonna stand and fight forever, No not gonna die tonight, We're gonna fight for us together, No we're not gonna die tonight »

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Ven 8 Mai - 18:04
When I'm gone, You're gonna miss me when I'm gone

Fang Yin & Nix


« A vrai dire, je serais ravie de le savoir mort plutôt que vif.» La féline ne pu qu’approuver d’un ricanement railleur. Ce père qui n’avait pas su la protéger comme il le devait, qui l’avait vendue contre l’honneur, elle avait longtemps rêvé de lui déchirer la gorge de ses crocs. Le temps avait fait son oeuvre, le feu avait un peu apaisé sa colère. Nix considérait son père comme mort et s’il avait par hasard échappé aux flammes qui avaient dévoré ce village honnis, sans doute mettrait-elle fin à ses jours si elle devait le croiser.  « Même s'il est vrai que j'aurais préféré l'égorger de mes propres mains. Et ce pour la bonne raison qu'il a eu l'audace de me voler ma fille. Peut-être te souviendras-tu davantage de moi si je te dis que naturellement, ma chevelure est blanche ? » L’exclamation étouffée de son second sortit Nix du mutisme dans lequel la déclaration de l’étrangère l’avait plongée. Apparemment Soren avait compris bien plus vite qu’elle de quoi il retournait et même si elle se refusait à y croire, l’idée faisait lentement son chemin dans sa tête. Elle ne se rappelait que peu de choses de son enfance. Une voix douce et lointaine. Une chanson avant de s’endormir. La chaleur d’une étreinte réconfortante. Une chevelure de neige. « Soren, Targhën, sortez immédiatement. » Son ordre avait claqué sèchement, durement alors qu’elle serrait les poings à s’en faire blanchir les jointures. Si le cuisinier se laissa entraîner sans protester, tout occupé à fredonner les paroles d’une chanson de sa composition, le second marque un temps d’arrêt, hésitant à laisser la jeune femme seule.

Un grondement sonore s’échappa des lèvres de Nix sans qu’elle parvienne à le retenir alors que ses yeux brillaient d’un éclat doré. La bête tout comme l’humaine n’admettait aucune contestation et la colère rendait difficile le contrôle du fauve en elle. La porte se referma sans un bruit et le silence retomba dans la pièce. La féline prit quelques instants pour se reprendre. Les années ne l’avaient pas poussée à garder le contrôle sur sa nature sauvage, loin de là. Elle avait tendance à laisser le fauve s’exprimer pleinement, ne le bridant pour ainsi dire jamais. Mais aujourd’hui elle devait tenir muselée la bête qui ne désirait que rugir de colère et passer son ire sur le mobilier. Elle savait parfaitement qu’au bout du compte elle finirait par planter ses crocs dans une chair chaude et frémissante pour calmer sa fièvre par le sang. « … Vous prétendez donc être ma mère ? » Un petit rire étranglé s’échappa de ses lèvres alors que la colère retombait, que la rage se calmait. « Si c’est le cas, prouvez-le. J’ai vécu sans mère pendant des années et si cela m’avait été possible, j’aurais arraché la gorge de mon géniteur. Je n’ai pas de famille. Les miens ce sont ces hommes que vous avez vus, des vauriens, des brutes sans foi ni loi mais fidèles et d’une loyauté à toute épreuve.  Vous feriez mieux de ne pas vous vanter d’avoir une fille hors-la-loi. » La tigresse avait retrouvé un calme apparent mais dans son esprit la tempête menaçait. Si elle s’était défiée de son père, elle avait oublié sa mère. Enfant elle avait suffisamment pleuré jusqu’à ce que les larmes se tarissent à l’instar de ses souvenirs.

D’un geste soudainement las et fatigué, elle attrapa une bouteille abandonnée sur une table et la porta à ses lèvres. Avait-elle réellement besoin de cela ? D’une mère ? Elle avait vécu seule et abandonnée pendant des années. Elle avait fait confiance et avait été trahie. Elle n’avait pas envie que quelqu’un vienne réveiller d’anciennes blessures qu’elle avait fini par oublier. « Je me souviens de trop peu de choses. D’une chevelure blanche et cela je ne l’ai jamais dit à personne. D’une chanson qu’on me chantait le soir… » Sa voix se brisa et elle fut incapable d’en prononcer davantage. Nix avait l’habitude d’être forte et impitoyable. Elle était un prédateur avide de dévorer le monde entier. Quand la pitié venait à son coeur, elle l’ignorait et redoublait de cruauté. L’amour, la tendresse, elle ne le connaissait qu’en compagnie de ses hommes, de la famille qu’elle s’était construite au fil du temps. Et cette femme prétendait faire partie de son passé ? Voulait appartenir à son avenir ? Qui voudrait d’une pirate pour fille ? Elle n’avait rien à lui offrir. Et elle sentait les larmes monter à ses yeux, et elle refusait de pleurer. Elle voulait rester forte et oublier. L’oubli lui avait permis de surmonter la trahison de son seul ami. L’oubli lui avait permis de s’inventer et de vivre une nouvelle vie.


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Royaume : Cité de Ming Yue ♦ Rhûn
Localisation : Sa cité
Amour Gloire et Beauté : Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : (c) Grimmy & Tumblr
FT. : Fan Bingbing
Date d'inscription : 24/03/2015
Messages : 67
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Mar 26 Mai - 14:47

« I just need to know whatever has happened, the truth will free my soul »


Quelque part, je ne pouvais que comprendre sa réaction. Je l'avais envisagée. Elle était tout ce qu'il y a de plus logique, même. Seulement... Cela restait infiniment douloureux pour une mère de voir son propre enfant douter. Il y avait comme une sensation de rejet, ce qui n'était évidemment pas pour me plaire. Nix avait ordonné à ses hommes de sortir. Un ordre que son second eut quelques réticences à exécuter, ce qui malgré la situation eut presque le don de m'arracher un petit sourire. Cela me rappelait Negel et sa paranoïa constante en ce qui concernait ma personne... Combien de fois m'avait-il désobéit pour rester veiller sur ma sécurité, comme il disait ? Seulement, tout comme on ne discutait pas avec moi, il semblerait qu'on ne discutait pas non plus avec ma fille. Un comportement digne d'un véritable chef de guerre du Rhûn. Mais elle ne devait pas en avoir conscience...

Sans piper mot, j'écoutai la jeune Change-Peau parler. Je ne cherchai pas à contester ou à me défendre. Pas tout de suite. Il valait mieux la laisser dire tout ce qu'elle avait sur le coeur, pour le moment. Car les sentiments que mon empathie captaient n'avaient rien de rassurant, et je craignais qu'elle ne me rejette en bloc... Elle était en colère, ce que je pouvais comprendre. Mais elle était aussi perdue, et doutait. Comme elle-même l'avait avoué, ses souvenirs devaient être trop lointains pour qu'elle puisse se faire une réelle opinion sur ce que je venais de lui révéler, entre les lignes.
Il y a cependant un point sur lequel je ne pouvais que m'insurger. Un point sur lequel je n'étais absolument pas d'accord avec elle, et il était hors de question que je la laisse penser ce genre de choses.

- Je suis la reine d'un peuple que les trois quarts du monde voient comme des voleurs, des assassins, des monstres et de vulgaires machines de guerre, qui ne sont heureux que lorsqu'ils ont leur quota de tuerie. Et pourtant, j'en suis fière. On nous craint ? A la bonne heure. Je serais fière d'avoir une fille qui n'a besoin de personne pour vivre, et qui sait voler de ses propres ailes. Peu importe ce qu'elle fait pour cela. A vrai dire, j'aurais même été déçue de constater que ma fille, une femme de l'Est, se soit transformée en chatte de salon ronronnante et docile. Pour ne pas dire que cela aurait été un déshonneur, quelque part. Qu'on ne se méprenne pas, j'aurais aimé Nix peu importe ce qu'elle serait devenue, mais savoir qu'elle est reine de son monde, monde qu'elle s'est construit à elle seule, était infiniment plus gratifiant. Une chanson... Oui, je m'en souviens. Celle qui raconte l'histoire du démon serpent qui vit dans la montagne et descend chaque nuit au village pour essayer de trouver quelqu'un pour lui retirer la lance qui est fichée dans sa nuque... soufflai-je avec un soupir nostalgique. C'était une vieille comptine, que mon père m'avait racontée tellement souvent lorsque j'étais moi-même enfant et que j'avais tellement aimée que je m'étais promis de la transmettre à mon fils ou à ma fille, si les dieux voulaient bien m'en accorder.

Mes propres émotions manquaient déjà de me submerger, alors sentir celles de Nix en plus... C'était presque insupportable et intenable. Les larmes que je retenais à grands peines depuis de longues minutes déjà finirent par se mettre à couler le long de mes joues, et je passai dessus la manche de mon vêtement pour les essuyer. Un geste aussi vain qu'inutile, mais au moins j'avais la sensation de me redonner une contenance.

- Tu veux une preuve de ce que j'affirme, et je te comprends. Mais je n'en ai aucune à te donner, hormis ma seule bonne foi. Tu peux choisir de me faire confiance ou non, à ta guise. Je voulais au moins que tu saches la vérité, je te la devais. A toi de voir ce que tu veux en faire, je te laisse le choix.
@ pyphi(lia)


« Break their hold coz I won't be controlled, They can't keep their chains on me, When the truth has set me free, This is how it feels when you take your life back, This is how it feels when you finally fight back, When life pushes me I push harder, What doesn't kill me makes me stronger, No not gonna die tonight, We're gonna stand and fight forever, No not gonna die tonight, We're gonna fight for us together, No we're not gonna die tonight »

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Ven 29 Mai - 23:12
When I'm gone, You're gonna miss me when I'm gone

Fang Yin & Nix


« Je suis la reine d'un peuple que les trois quarts du monde voient comme des voleurs, des assassins, des monstres et de vulgaires machines de guerre, qui ne sont heureux que lorsqu'ils ont leur quota de tuerie. Et pourtant, j'en suis fière. On nous craint ? A la bonne heure. Je serais fière d'avoir une fille qui n'a besoin de personne pour vivre, et qui sait voler de ses propres ailes. Peu importe ce qu'elle fait pour cela. A vrai dire, j'aurais même été déçue de constater que ma fille, une femme de l'Est, se soit transformée en chatte de salon ronronnante et docile. » Les mots de l’elfe arrachèrent un petit rire sans joie à la tigresse qui ravala ses larmes. D’un geste rageur, elle s’était emparée d’une bouteille de rhum et l’avait portée à ses lèvres plus d’une fois, pour se donner une contenance, pour se changer les idées, pour... elle n’en avait pas la moindre idée. C’était beaucoup trop pour elle, trop douloureux, trop compliqué, trop de questions aussi... L’avait-elle réellement cherchée ? Était-elle vraiment cette mère qui lui avait tant manqué, chose dont elle se rendait compte seulement maintenant ? ... lui en voulait-elle à cette mère de ne pas l’avoir retrouvée avant, de ne pas l’avoir arrachée à son père, de l’avoir laissée affronter seule les traditions anciennes pour conquérir sa liberté dans la douleur ?

« Une chanson... Oui, je m'en souviens. Celle qui raconte l'histoire du démon serpent qui vit dans la montagne et descend chaque nuit au village pour essayer de trouver quelqu'un pour lui retirer la lance qui est fichée dans sa nuque... » Un grognement sourd s’échappa de sa gorge alors que les larmes menaçaient de couler à nouveau. Mais Nix était fière, trop fière pour cela. Pleurer devant une inconnue, quand bien même il s’agissait de sa mère... Car oui, cette chanson était exactement comme elle l’avait décrite. Mais si son esprit avait reçu suffisamment d’indices pour admettre l’évidence, son coeur demeurait hermétiquement fermé. « Tu veux une preuve de ce que j'affirme, et je te comprends. Mais je n'en ai aucune à te donner, hormis ma seule bonne foi. Tu peux choisir de me faire confiance ou non, à ta guise. Je voulais au moins que tu saches la vérité, je te la devais. A toi de voir ce que tu veux en faire, je te laisse le choix. » Avec un grondement douloureux, la changepeau se retourna et fit face à l’inconnue. Les larmes qu’elle aperçu sur ses joues lui firent étrangement mal. Elle ne s’y attendait pas, elle d’habitude insensible aux supplications. « Ça suffit. Personne ne m’a défendue quand ils ont voulu me marier de force. Personne n’a voulu m’écouter. J’ai dû me battre, j’ai hurlé de rage et de douleur et j’ai tué. J’ai déchiré la gorge de mon promis et je me suis enfuie. Vous n’étiez pas là. J’ai conquis ma liberté et je n’ai reçu aucune aide. Je n’ai pas besoin de vous alors partez. Je n’ai plus besoin d’une mère, l’enfant est morte depuis longtemps. »

Nix tourna le dos à l’elfe pour ne plus bouger jusqu’à ce qu’elle soit partie. Elle avait été dure, implacable. Elle n’avait pas réussi à s’arracher à cette armure hérissée d’épines. Elle ne voulait pas car cela signifiait avoir mal comme avant. Se rappeler et ressentir avec intensité la souffrance de l’abandon, de la solitude. Elle n’avait pas oublié, elle avait juste fait semblant de ne plus être touchée par ces souvenirs qu’elle voulait effacer. Ce fut avec un rugissement rageur qu’elle repoussa la main de Soren sur son épaule et que, féline pleine de rage et souffrance, elle s’enfuit dans les rues sombres de la ville, semant terreur et cris sur son passage.


❧ ❧ ❧ ❧ ❧ ❧


Les semaines s’étaient écoulées, les pirates avaient repris la mer. Nix avait fini par calmer la rage qui grondait en elle et s’était apaisée, sans doute grâce aux attentions silencieuses de son second et aux pitreries de son cuisinier. Si seul Soren savait ce qu’il en était vraiment, le reste de l’équipage avait bien remarqué l’état irritable de son chapitaine. Elle s’était pourtant apaisée, entourée de ce qu’elle considérait comme sa famille. Avec eux elle n’avait pas honte de ce qu’elle était, elle n’agissait qu’en accord avec ses convictions les plus profondes. Elle n’avait pas besoin de se conformer aux attentes des autres. Ils étaient retournés à Nem-Umbar après une prise exceptionnelle et Soren avait insisté pour qu’elle soit écoulée le plus rapidement possible. Encore et toujours, elle s’était rangée à son avis sage et mesuré. L’équipage coulait donc des jours de repos bien mérité tandis que contrairement à ses habitudes elle hantait la campagne environnante sous sa forme féline plutôt que d’enivrer l’humaine qui vivait en elle. Le museau levé vers la lune, la tigresse humait les embruns enivrants de la ville portuaire. Ses crocs encore maculés du sang du gibier qu’elle venait de chasser, elle léchait soigneusement ses pattes quand son regard fut happé par une petite colonne de cavaliers qui quittait la ville. Curieuse, elle se releva et les suivit à distance alors qu’ils s’engageaient dans le défilé rocheux pris entre deux falaises. C’était Nix tout craché. Toujours à se mêler de ce qui ne la regardait pas. La féline comme l’humaine était incapable de résister à la curiosité. Et quelque chose lui murmurait à l’oreille que quelque chose était sur le point de se passer...


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Royaume : Cité de Ming Yue ♦ Rhûn
Localisation : Sa cité
Amour Gloire et Beauté : Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : (c) Grimmy & Tumblr
FT. : Fan Bingbing
Date d'inscription : 24/03/2015
Messages : 67
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Lun 1 Juin - 14:00

« I just need to know whatever has happened, the truth will free my soul »


La réaction de Nix était logique. D'une logique impitoyable, qui ne m'épargnait pas. J'aurais voulu la prendre dans mes bras, lui dire à quel point j'aurais voulu être là pour elle, lui expliquer comment j'avais retourné tout le Rhûn à sa recherche, et envoyé des éclaireurs à sa recherche à travers tout le pays. J'aurais tellement voulu qu'elle sache que je ne l'avais pas abandonnée de mon plein grès, qu'elle m'avait manquée, tout simplement. Et dans mes rêves les plus déraisonnables, j'aurais voulu récupérer ma fille. Pas la ramener à Ming Yue, puisqu'à l'évidence jamais elle ne rentrerait à la maison, quand bien même elle ne m'aurait pas rejetée, mais au moins que je puisse repartir au pays le coeur léger, en sachant que mon enfant ne niait pas jusqu'à mon existence. Car à mon sens, c'était exactement ce qu'elle faisait. Et ça me brisait le coeur...
Cependant, si telle était sa décision, alors je ne pouvais pas m'y opposer. Même si protester, et me battre pour tenter de la récupérer me brûlait. Nix était à présent une adulte, et je me devais de respecter ses choix. Même si ces derniers allaient à l'encontre des miens. C'est pourquoi j'avais simplement tourné les talons, et m'en étais allée, en silence.

❧ ❧ ❧ ❧ ❧ ❧

Notre séjour en Harad touchait à sa fin. Après avoir supervisé les préparatifs de notre petit détachement de cavaliers, j'allai saluer une dernière fois la reine Furie. Nul doute que ses frasques et son caractère tout aussi flamboyant que sa chevelure allaient me manquer, mais je n'allais pas mentir, retrouver le calme de ma cité allait me faire du bien, tout de même. J'avais grand besoin qu'on me laisse en paix, pour quelques temps... Et la première tribu ou le premier royaume ennemi qui essaierait d'attaquer Ming Yue avant que je n'ai pu récupérer allait le sentir passer, je vous prie de me croire.

La nuit était tombée depuis à peine quelques heures, lorsque nous quittâmes la ville. Voyager au frais est toujours plus agréable, et surtout, plus discret. D'autant plus que j'étais redevenue on ne peut plus reconnaissable, mes cheveux ayant retrouvé leur teinte immaculée habituelle. Negel ne manquait pas de s'en inquiéter. J'avais mis fin à ses supplications pour que je les teigne à nouveau en noir rapidement, agacée. Il n'avait pas plus insisté. Je ne pouvais pas lui en vouloir de se soucier de moi, mais j'étais fatiguée de me déguiser pour un bon moment...
D'ordinaire, je préférais éviter de passer par ce défilé rocheux. C'était un véritable coup-gorge, idéal pour tendre des embuscades. Seulement, c'était le chemin le plus rapide pour rejoindre la route menant à Ming Yue, et je dois bien avouer que j'étais pressée de rentrer chez moi. Ce qui me poussa à faire preuve d'imprudence.

Alors que nous devions avoir traversé la moitié du canyon, un éboulement nous coupa soudainement la route. Ma monture cabra en poussant un hennissement de surprise, tout comme celles de quelques hommes, derrière moi. De quelques caresses et mots glissés en elfique, je ramenai les chevaux au calme, puis levai les yeux pour observer les alentours. Rien, pour le moment. Mais je n'étais pas dupe au point d'imaginer que ces rochers venaient de tomber par hasard juste devant nous. Allons donc, j'ai près d'un millénaire d'existence derrière moi, je ne suis pas née de la dernière pluie. De plus, mon empathie m'indiquait clairement que des présences hostiles se trouvaient dans les parages. Et qu'elles paraissaient sacrément fières d'elles. J'allais les faire redescendre de quelques étages...
Je tendis la main vers le lieutenant à ma droite, sans même lui adresser un regard. Il n'eut pourtant aucun mal à comprendre ce que je voulais, et posa un arc dans le creux de ma main, avant de saisir le carquois accroché à sa selle pour le tenir à ma disposition. Ni une ni deux, j'encochai un trait, bandai la corde... Et la relâchai. La pointe de silex blanc -bien plus solide que celui dont on se sert pour allumer les feux- alla se ficher dans le bras d'un homme qui avait eu l'idiotie de se croire bien caché, à quelques dizaines de mètres au dessus de nous. Un cri de douleur lui échappa, et il sonna comme le coup de départ du combat qui s'engagea.

Nos adversaires étaient à l'évidence une bande de pillards du désert. Rien d'exceptionnel, et rien que nous ne puissions gérer sans trop d'accros. J'avais rapidement abandonné mon arc et mis pied à terre pour dégainer mon sabre, tranchant dans la chair à tout va, détachant un membre du reste de son corps par-ci par-là. Avaient-ils été bien renseignés sur nos identités ? J'en doutais. Sinon jamais ils n'auraient pensé qu'un si petit groupe de simples voleurs puisse venir à bout d'un groupe de soldats Orientaux. A moins qu'ils n'aient pas voulu croire à notre réputation ? Fort probable.
Trop accaparée par mon empathie et les trois hommes que je tentais de tenir en respect aussi loin que possible de Negel qui avait pris un mauvais coup de hachette à la hanche -le voilà parti pour boiter toute sa vie- je ne voyais pas l'archer qui, à quelques mètres au dessus de moi et perché sur un aplomb rocheux, encochait sa flèche pour viser ma nuque...
@ pyphi(lia)


« Break their hold coz I won't be controlled, They can't keep their chains on me, When the truth has set me free, This is how it feels when you take your life back, This is how it feels when you finally fight back, When life pushes me I push harder, What doesn't kill me makes me stronger, No not gonna die tonight, We're gonna stand and fight forever, No not gonna die tonight, We're gonna fight for us together, No we're not gonna die tonight »

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Ven 5 Juin - 12:43
When I'm gone, You're gonna miss me when I'm gone

Fang Yin & Nix


D’un pas rapide et silencieux, la féline suivait, dépassait, précédait les cavaliers. Souple et puissante, elle escaladait les rochers pour les surplomber et les observer sans risquer d’être vue. Le vent lui apportait des odeurs curieuses, différentes de celles des cavaliers. Avant même la petite troupe elle avait vu les brigands, mais n’avait pas esquissé le moindre geste, se contentant de les regarder couper la route de la colonne en provoquant un éboulement. La tigresse lâcha un petit grognement, plus intéressée par les voleurs que par leurs victimes, les dédaignant clairement. Eh, elle n’y pouvait rien si elle aussi passait son temps à voler et à tuer... Pourtant, lorsqu’une flèche vola et se ficha dans le bras d’un homme, elle ne pu s’empêcher de jeter un coup d’oeil curieux à l’archer... avant de se figer. Une chevelure blanche, un regard décidé... La féline recula d’un pas, puis de deux, secouant la tête. Les souvenirs se précipitaient, tournaient dans son esprit. Cela ne l’avait pas frappée à ce point lors de leur première rencontre, toute préoccupée par sa rage qu’elle était. Mais là c’était différent, elle se souvenait. Etait-ce les cheveux immaculés qui l’avaient saisie de stupeur ou bien le temps avait-il fait son oeuvre ? Mère... Sans vouloir y croire, elle la regardait trancher, blesser, tuer avec dextérité, admirant son habileté. Elle aurait pu rester là à la regarder si un léger raclement ne l’avait pas sortie de sa contemplation.

Un archer à quelques pas d’elle - et ne semblant pas avoir remarqué le tigre juste au-dessus de lui - tenait l’elfe en joue et encochait sa flèche. Nix ne réfléchit pas une seconde. L’instinct, de l’humaine ou de l’animal, cela n’avait aucune importance, la fit grogner de rage et elle bondit. Ses crocs se plantèrent dans la gorge de l’homme qu’elle déchira sans la moindre hésitation avant de lâcher un rugissement sonore et empli de colère. A peine sa victime fut-elle morte que déjà elle sauter de rocher en rocher et galopait à toute allure vers les hommes perchés en hauteur. Elle n’avait pas besoin de penser, la petite voix dans sa tête lui hurlait TUE et c’était ce qu’elle allait faire. Ses griffes déchiraient, ses crocs arrachaient, enivrée par le sang la bête hurlait de plaisir et laissait s’échapper cette violence contenue depuis des semaines. La colère, le ressentiment, ces hommes en faisaient les frais. Ça n’était pas de leur faute, ils étaient là au mauvais endroit au mauvais moment. Mais la tigresse courait d’une victime à l’autre, arrachait un membre pour regarder sa victime hurler puis se détournait d’elle un instant pour en mutiler une autre avant de revenir à son jouet initial. Pourtant, au bout de quelques minutes, elle descendit dans le défilé rocheux, voyant avec plaisir les regards affolés qu’elle provoquait. Être crainte était dans sa nature profonde après tout...

Souple et rapide, elle vint se placer devant sa mère, rugissant d’un air menaçant. Le message était suffisamment clair pour que n’importe quel imbécile le comprenne : le premier qui tenterait de s’en prendre à Fang aurait du souci à se faire. Elle avait certes le ventre plein mais n’avait rien contre davantage de sang et de massacre. Intérieurement, elle avait déjà décidé qu’il n’y aurait aucun survivant, car après tout avaient-ils l’intention de faire des prisonniers ces barbares ? Sans doute pas. Après avoir gratifié l’elfe d’un « groumpf » qui se voulait rassurant, la féline reparti dans la mêlée, restant cependant suffisamment près de sa mère pour intervenir en cas de besoin. Elle venait tout juste de la retrouver, elle ne tenait pas à la perdre à nouveau et surtout pas de manière définitive. Quelque chose s’était débloqué dans son esprit, dans son coeur. Elle avait certainement compris qu’elle ne devait pas en vouloir à Fang, mais sans doute à son père qui l’avait enlevée. De toutes manières son géniteur n’avait jamais agi dans l’intérêt de sa fille, mais seulement dans son intérêt à lui, alors quel mal y avait-il à le détester davantage ? Sans doute Nix l’aurait combattu avec hargne pour lui arracher la gorge comme elle l’avait fait autrefois avec le changepeau que l’on voulait qu’elle épouse. Mais il était mort dans l’incendie qui avait ravagé le village peu après son départ, du moins le supposait-elle. Alors ces brigands feraient tout à fait l’affaire pour qu’elle passe ses nerfs...



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Royaume : Cité de Ming Yue ♦ Rhûn
Localisation : Sa cité
Amour Gloire et Beauté : Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : (c) Grimmy & Tumblr
FT. : Fan Bingbing
Date d'inscription : 24/03/2015
Messages : 67
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Dim 21 Juin - 23:07

« I just need to know whatever has happened, the truth will free my soul »


Le bon sens me dictait d'abandonner Negel derrière moi. Grièvement blessé à la hanche, il n'avait aucune chance de s'en sortir sans quelqu'un pour le protéger durant le reste de l'affrontement. Or, cette personne se trouvait alors en position de faiblesse, à devoir défendre deux vies au lieu d'une. Et cette personne, c'était moi, évidemment. Qui d'autre ? J'avais vu cet enfant grandir et lui avais offert ce que la vie ne donne que trop rarement. Une seconde chance. Tout ça pour le laisser mourir ici et maintenant ? Certainement pas ! Faisant taire mon empathie autant que je le pouvais, je continuais de tenir nos ennemis en respect, taillant dans le vif et repoussant en frappant aux bons endroits. Fenghuang m'en soit témoin, je ne pouvais de toute façon pas perdre la vie dans ce coin-là du monde. Si je devais mourir, ce serait sur un champ de bataille, chez moi. Au Rhûn. Ou bien à la limite pour défendre une cause qui en vaudrait la peine. Mais pas face à cette bande de vauriens, ces macaques désorganisés et barbares du Sud !

Alors que j'extirpai ma lame de la panse de l'un de mes adversaires, répandant ses entrailles sur le sol, un rugissement éclata dans l'air, provocant un instant d'arrêt en moi. Par réflexe, mes yeux se levèrent vers les falaises qui nous encerclaient. Un tigre. Un grand fauve au pelage d'un roux flamboyant rayé de noir intense. Une bête non seulement trop loin de l'Est mais également trop grande et trop puissante pour être un simple animal ordinaire. Etait-ce possible... ? Pourtant, même dans ce chaos environnant, impossible de me tromper. Nix.
Le cri d'avertissement de Negel et une légère entaille sur mon bras gauche me ramenèrent à la réalité. D'un geste vif, j'égorgeai deux ou trois hommes... Avant que la tigresse ne réapparaisse, comme tombant du ciel pour s'interposer entre moi et les quelques pillards qui avaient commencé à se rassembler vers moi, rugissante. Un rugissement à faire trembler les os et à réveiller les morts. Elle... Me défendait ? Cela me paraissait si beau que je peinais à y croire. Pourtant, c'était bel et bien le cas, tout dans son attitude le prouvait. Presque aussi vite qu'elle était apparue, ma fille replongea au coeur de la mêlée, jouant des crocs et des griffes.
Un fol espoir s'embrasa en moi, qui raviva les flammes de ma combativité. Plus agile, plus vive, bien plus maîtresse de moi-même, je me lançai à nouveau au combat, avec la ferme intention d'en finir. En voulait pour preuve ce que je criai à mes hommes, d'une voix forte et déterminée :

- Pas de quartiers, je veux voir ces rats du désert morts jusqu'au dernier !

Il fallut un peu plus de dix minutes pour que le dernier de nos ennemis ne morde la poussière. Je pris le temps de récupérer mon souffle, avant de me tourner vers Negel, m'agenouillant devant lui pour jeter un oeil à sa plaie. Bon... Rien de mortel. Enfin, pas avec les herbes que j'avais dans mes sacs et que je prenais toujours avec moi, au cas où. J'attrapai le sachet en question, le tendit au médecin de notre caravane, et lui indiquai comment s'en servir. J'aurais voulu me soucier davantage du jeune homme, mais autre chose occupait mon esprit à cet instant.
Ma fille, où était ma fille... ? Sur mon chemin, j'arrêtais parfois certains de mes soldats, leur demandant s'ils n'avaient pas vu la tigresse. L'un me dit qu'il l'avait aperçue alors qu'elle arrachait la gorge d'un homme d'un coup de griffes, et un autre m'affirma l'avoir perdue de vue après qu'elle en ait éventré un autre. Voilà qui ne m'avançait guère... Où était-elle ? Allait-elle bien ? Je ne pouvais pas la perdre, pas maintenant, pas alors que j'allais peut-être enfin pouvoir la retrouver au sens réel du terme. Honnêtement, je crois que je ne l'aurais pas supporté...

- Nix ? ... Nix, réponds-moi ! Où es-tu ? Nix !
@ pyphi(lia)


« Break their hold coz I won't be controlled, They can't keep their chains on me, When the truth has set me free, This is how it feels when you take your life back, This is how it feels when you finally fight back, When life pushes me I push harder, What doesn't kill me makes me stronger, No not gonna die tonight, We're gonna stand and fight forever, No not gonna die tonight, We're gonna fight for us together, No we're not gonna die tonight »

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Sam 11 Juil - 12:52
When I'm gone, You're gonna miss me when I'm gone

Fang Yin & Nix


Le fauve rayé d’or et d’ombre bondissait d’un bandit à l’autre, arrachant, tranchant, dévorant avec toute la hargne et l’appétit dont il était capable. Ses crocs déchiraient la chair, faisaient couler le sang et plongeaient Nix dans une félicité telle qu’il lui semblait qu’elle était enivrée. Elle et sa bête ne faisaient qu’un être avide de sang, de puissance et de mort. Lorsqu’elle était dans ce genre de transe, il lui semblait qu’elle pourrait dévorer le monde, que rien ne lui était impossible. Une parfaite synchronisation entre l’humaine et la tigresse, une paix inaltérable entre ces deux pans de son être et une complicité à toute épreuve. Les hommes qui se battaient à ses côtés se tenaient pourtant à bonne distance et la créature leur en était reconnaissante. Si son équipage n’avait depuis longtemps plus rien à craindre lors des abordages, elle aurait certainement pu croquer un soldat par mégarde, trop enivrée par la bataille et le cri de ses victimes. Pourtant le silence retomba bientôt, le dernier malandrin exécuté. Tirant à l’écart un tronc débarrassé de ses jambes, la féline attrapa un bras entre ses crocs et mâchouilla joyeusement le membre amputé. L’humain ça n’était pas follement gouteux. Elle préférait de loin de l’antilope ou mieux ! un bon bout de lard fumé volé au nez et à la barbe des soldats du Gondor. Recrachant le bras, le gros chat poussa un doux rugissement et se roula dans la flaque de sang d’un air satisfait.

« Nix ? ... Nix, réponds-moi ! Où es-tu ? Nix ! » Un « groumpf » outré répondit à l’elfe alors que la tigresse trottinait vers elle. Et son identité secrète alors ? C’était totalement foutu ! Pourtant elle ne parvenait pas à lui en vouloir. Ça n’était pas comme si elle comptait massacrer les soldats pour être sûre de ne laisser aucun témoin. Les massacres la mettaient toujours de bonne humeur et ce fut avec grondement doux et rassurant qu’elle repris forme humaine. Les cris et exclamations des gardes la firent sourire et lui arrachèrent même un gloussement de satisfaction qui se mua en franc éclat de rire en les voyant rougir. Nix n’était pas pudique et en finissant systématiquement nue à chaque transformation, elle n’avait pas intérêt à l’être. D’un pas vif elle rejoignit sa mère, brisant la distance qui les séparait. « Pas la peine de t’inquiéter pour moi. Je vais bien. » D’un oeil inquisiteur, elle observa Fang Yin, grimaçant en voyant l’entaille qui ornait son bras. Un grondement sourd s’échappa de sa poitrine et elle héla un soldat d’un air colérique. « Vous n’arrivez donc même pas à protéger votre reine ! Si vous étiez mes hommes je vous aurais déjà tous dévorés jusqu’au dernier bande d’imbéciles ! » L’instinct de la tigresse était protecteur, trop protecteur. Et Nix faisait rarement preuve de mesure, en général Soren était là pour calmer ses ardeurs et la faire réfléchir un peu. Mais son second n’était pas présent pour la raisonner et si elle n’avait pas été si heureuse de voir sa mère en vie, sans doute aurait-elle fait un nouveau bain de sang.

« Tu n’aurais pas dû passer par là. C’est dangereux. » Le ton de la tigresse était redevenu doux, presque affectueux. Elle n’osait serrer sa mère dans ses bras, peu habituée à l’idée qu’elle n’avait pas été abandonnée, juste perdue. Et elle n’avait pas envie de la maculer du sang dans lequel elle s’était roulée. Pourtant, elle attrapa timidement sa main et la serra du bout des doigts, délicatement. Elle avait retrouvé sa mère et son coeur se gonfla de joie.



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Royaume : Cité de Ming Yue ♦ Rhûn
Localisation : Sa cité
Amour Gloire et Beauté : Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : (c) Grimmy & Tumblr
FT. : Fan Bingbing
Date d'inscription : 24/03/2015
Messages : 67
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   Mer 24 Fév - 13:04

« I just need to know whatever has happened, the truth will free my soul »


Au milieu de ce chaos, je cherchais à trouver la moindre trace de ma fille. Je n'avais pour le moment aucun moyen de savoir ce qui était advenu d'elle. Avait-elle réussi à se tenir à l'abri ? Etait-elle blessée ? Si elle était indemne, avait-elle pris la fuite ? Après tout, rien ne me garantissait que Nix ne veuille pas me parler... Pas encore. Peut-être jamais. Si elle était toujours persuadée que je l'avais abandonnée... Comme j'aurais aimé qu'elle me croit !
Nerveusement, je retournai les environs du regard, essayant de la repérer grâce à mes dons d'empathie. Mais sans succès. J'étais un peu perturbée, et il devenait difficile de pouvoir me fier à mes capacités empathiques dans ce genre de situation.
Puis enfin, un léger grognement me répondit. C'est avec un immense soulagement que je vis enfin Nix s'avancer vers moi, et reprendre son apparence humaine, sous les regards stoïques et le silence de mes hommes. Après tout, certains de ces soldats avaient vu le père de la tigresse, et apprendre à rester de marbre en toutes circonstances était un enseignement de base pour toute nouvelle recrue dans les armées du Rhûn. Faire peur, intimider, mais ne jamais l'être soi-même. C'était essentiel, et ce qui faisait parfois toute la différence sur le champ de bataille. Même en se faisait charger par un détachement de mûmakil de guerre, vous ne nous verriez pas sourciller. C'est dans notre nature, dans notre culture. C'est tout.

« Vous n’arrivez donc même pas à protéger votre reine ! Si vous étiez mes hommes je vous aurais déjà tous dévorés jusqu’au dernier bande d’imbéciles ! » Je ne pus pas m'empêcher de lever les yeux au ciel avec un sourire amusé. Décidément, elle avait l'étoffe d'un chef. Ceci dit, avec un tel caractère et des éclats de colère pareils, je doutais qu'elle puisse régner correctement sur toute une cité. De toute manière, jamais Nix n'accepterait de prendre ma suite à la tête de Ming Yue. J'avais bien compris qu'elle aimait trop la mer et la vie qu'elle s'était forgée par elle-même pour tout abandonner comme ça. Quelque part, je la comprenais. Je la comprenais même très bien. Car moi non plus je ne me verrais pour rien au monde changer de vie.

« Tu n’aurais pas dû passer par là. C’est dangereux. » Un infime soupir de ma part vint lui répondre. Je le savais parfaitement, avant même de pénétrer dans cette gorge rocheuse.

- Je sais. J'ai pris ce risque en toute connaissance de cause, je voulais retourner au plus vite vers l'Est, laisser ma cité se débrouiller sans moi plus longtemps serait dangereux. Je ne pensais pas que certains seraient suffisamment fous pour s'en prendre à un groupe de soldats venus du Rhûn. Si tu le voulais bien, je te demanderais de m'accompagner jusqu'à Ming Yue, mais... Le voyage t'éloignerait pour plusieurs semaines, et tu as tes propres obligations. Ce que je comprends mieux que personne. poursuivis-je en serrant sa main dans la mienne, lui adressant un très léger sourire.
@ pyphi(lia)


« Break their hold coz I won't be controlled, They can't keep their chains on me, When the truth has set me free, This is how it feels when you take your life back, This is how it feels when you finally fight back, When life pushes me I push harder, What doesn't kill me makes me stronger, No not gonna die tonight, We're gonna stand and fight forever, No not gonna die tonight, We're gonna fight for us together, No we're not gonna die tonight »

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]   
Revenir en haut Aller en bas
 

❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» ❧ « I'll find you somewhere, I'll keep on trying until my dying day » [PV : Nix]
» (akhésa) ✚ those who don't believe in magic will never find it.
» Glorfindel • Mornie utúlië... believe and you will find your way
» I've been dreaming for so long, to find a meaning to understand.
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Archives rps 2014-2016-