Partagez | 
 

MILO ♒ C'est pas le hobbit qui prend la mer, c'est la mer qui prend le hobbit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: MILO ♒ C'est pas le hobbit qui prend la mer, c'est la mer qui prend le hobbit.   Lun 6 Avr - 21:59
crédit

Miléador Touque


ft. Luke Arnold

Qui êtes-vous ?

         ▲ Race : The Hobbits ; Quoi, j'ai l'air d'un Apollon, c'est ça ?

         ▲ Alignement : Douteux ; C'est surtout que je m'en fiche, pour faire court.

         ▲ Emploi : Marin (d'eau douce) ; Les mauvaises langues diront que je sers de boniche sur le navire. Mensonge éhonté ! Je sais naviguer aussi... Enfin, tant que la mer est calme... en barque... Bref, passons.

         ▲ Royaume : La Comté ; Hm, pas sûr que j'aie envie d'en parler.

         ▲ Âge : La trentaine ; Vous savez que c'est très impoli de demander l'âge de quelqu'un ?!

         ▲ Orientation : Bisexuelle ; A vrai dire c'est un peu confus, mais je crois que je préfère quand même les filles.

         ▲ Statut : Célibataire ; Je suis bien trop occupé  à prévoir mon prochain repas pour gérer ce genre de bêtises.

         ▲ Arme : Aucune ; ..Mes pieds peuvent assommer quelqu'un, ça compte ?

         ▲ Niveau :
BAVARD ; Oui je préfère prévenir tout de suite, parce que le petit va vite vous faire la tête ronde comme une pastèque. Il parle, il parle, et pour rien dire en plus. Enfin, la plupart du temps c’est pour se plaindre. Et le reste du temps, c’est pour briser un silence gênant entre lui et le reste de l’équipage. Pour meubler le temps, en somme. Le seul hic, c’est qu’il ne peut pas s’empêcher de critiquer. « Tiens, Jimmy, je trouve que t’as pris du poids en ce moment. » … Oups.

LÂCHE ; Partons déjà du principe que Milo est un hobbit. Ces bêtes-là ne sont déjà pas des exemples de courage. Mais Gandalf vous dira qu’ils ont du cœur, et qu’ils peuvent vous étonner, et tout plein d'autres bêtises dans le même ton. Sauf que Milo, lui, il se contente de bien coller aux stéréotypes. La situation devient trop dangereuse ? Il s’enfuit. Menacé de torture ? Il déballe tout. Quand sa propre survie est en jeu, il devient très inventif. Remarquez, ça lui a appris à courir vite, du coup.

AMORAL ; Notez bien la différence entre immoral : qui ignore la morale délibérément, et amoral : qui est en dehors de la morale. Milo n’a strictement aucune règle morale, non pas volontairement mais inconsciemment. Il n’a aucun sens du bien ou du mal, et d’ailleurs il s’en fiche pas mal. Tout cela, ce sont des bêtises juste bonnes à se prendre la tête. Pour lui, il y a les actes et leurs conséquences. Le reste est en dehors de sa portée.

VANITEUX ; C’est que ce hobbit est orgueilleux. Il apprécie grandement sa petite personne, et a une haute estime de lui-même. Ce qui est très paradoxal, vous me direz. Il sait très bien le voyou - le petit con, n’ayons pas peur des mots - qu’il est, mais il trouve quand même le moyen d’y trouver une fierté. Moi vous savez, j’essaye plus de comprendre.

DOUILLET ; Une nouvelle fois, revenons à un principe fondamental : Milo est un hobbit. De fait, Monsieur aime le confort et la chaleur d’un bon feu de cheminée. Passant sa vie en mer, il a vite abandonné cette idée, mais ça ne l’empêche pas de se plaindre de temps en temps pour la forme. Et de réclamer une couverture supplémentaire pour les nuits en haute mer.

GLOUTON ; Oui, toujours l’idée de la filiation hobbit, etc. Non seulement il mange comme deux hommes, mais il boit aussi avec la même gourmandise. Ne vous méprenez pas, il n’a pas une meilleure résistance à l’alcool que vous, il n’a simplement pas les mêmes limites : lorsqu’un homme sain d’esprit sentira venir la gueule de bois, il posera sa chope de lui-même. Mais Milo, lui, il continue de boire. Puis il passe la semaine qui suit au lit, mais ça il n’y pense jamais. Quand je vous dis qu’il est amoral, ça n’est pas sans s’accompagner d’une certaine dose d’inconscience…

MALIN ; On peut lui concéder ceci. Le petit brun a de la suite dans les idées, et ce n’est pas un idiot. Il a même acquis la réputation de quelqu’un de drôlement futé. D'un autre côté, pour se sortir des innombrables embrouilles dans lesquelles il se fourre, il doit bien faire montre d’imagination. C’est aussi quelque chose qu’il affectionne tout particulièrement : utiliser son esprit, inventer toutes sortes de plan. Il faut dire que, vu son physique, heureusement qu’il a misé sur son intellect…

MALCHANCEUX ; Parce que ce n’est pas tout d’évoquer à quel point Milo est un être détestable, il faut bien aussi alléger un peu son fardeau. Le hobbit a la mauvaise habitude de trouver constamment les ennuis. Et s’il les cherche souvent, c’est parfois eux qui viennent jusqu’à lui sans même qu’il n’ait quelque magouille en tête. Certains accusent le karma.

MESQUIN ; Le petit brun est certes futé, mais ne peut pas s’empêcher d’aller embêter ses petits camarades dès qu’il en a l’occasion. Déjà, petit, il trouvait un grand plaisir à embêter les vieux hobbits de la Comté, puis courrait se cacher dans un arbre pour les observer en train de pester ou de tomber en plein dans son piège.

DÉLOYAL ; Puisqu’il n’a en tête que son propre intérêt, vous ne pensez tout de même pas que Milo va s’enchaîner à un semblant de code d'honneur qui puisse un jour lui faire défaut ? Non, non. Il se met au service de quelqu’un tant qu’il y voit un quelconque gain. Et dès qu’il commence à y perdre, il met les voiles. Littéralement, d’ailleurs. Mais bon, la légende dit qu’il a tendance à s’attacher facilement à ce que l’on peut appeler des « connaissances » à défaut d’amis, ce qui lui rendrait difficile une possible trahison. Mais ça, il nous a été interdit d’en parler publiquement.

DRÔLE ; C’est que Milo ne manque pas d’un certain sens de l’humour. Même au-delà des sales tours qu’il se plaît à jouer, il aime afficher un sourire goguenard en toutes circonstances. Et il apprécie toujours d’avoir son propre public pour s’esclaffer devant ses pitreries. Il s’amuse autant qu’il amuse les autres.

ÉGOÏSTE ; Nous l’avons déjà mentionné, le hobbit pense en priorité à sa petite personne. Il ne désire que sa propre survie et son propre confort. Remarquez, c’est bien le seul à s’en préoccuper, lui si petite chose dans un si grand monde. Alors il a appris à se préoccuper quasi-exclusivement de lui-même.

MENTEUR ; Dois-je vraiment m’étendre sur le sujet ? Il embobine des gens et ça l’amuse beaucoup. Avec les étrangers, il aime jouer le tour du petit hobbit à la bouille d’ange, perdu et qui aurait bien besoin d’un repas chaud. Ceux qui le connaissent ne se laissent plus prendre, mais ce n’est pas faute d’essayer d’autres techniques. Des fois, ça marche.

MANIPULATEUR ; Nous rejoignons le point précédent. C’est un de ses grands talents, il mène son monde par le bout du nez. En cas d’échec, il prend ses jambes à son cou. Après tout, c’est une question d’entraînement.

TÊTE EN L’AIR ; Après vous l’avoir décrit comme un criminel accompli, voilà qui ternit un petit peu sa réputation. Oui, Milo oublie beaucoup. Son esprit vagabonde, réfléchit, se perd, et résultat il a souvent du mal à suivre le cours des choses.

PRÉCIEUX ; Le petit brun n’en est pas moins un hobbit. Il aime que tout soit comme il faut, il aime avoir son petit thé et ses bouclettes bien soignées le matin. Maniéré, vous avez dit ? Mais tout à fait.

Derrière l'écran

         ▲ Pseudo : Méawyn/Fili, Khaly, pour vous servir :v:
         ▲ Age : :poney:
         ▲ Comment avez vous connu le forum ? : :poney:
         ▲ Des remarques ? : Blâmez Elorin, cette personne est vile
         ▲ Fréquence de connexion : :poney:
         ▲ Code secret :  Poney ?


         
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: MILO ♒ C'est pas le hobbit qui prend la mer, c'est la mer qui prend le hobbit.   Lun 6 Avr - 22:01

Que faisiez-vous pendant que les nains reprenaient la Montagne Solitaire et que Smaug piquait sa crise ?

Je travaillais dans les champs entre deux repas, et je rentrais me lover sous ma couette le soir. Comme toujours. Ma vie se résumait à peu de choses avant Smaug. Une vie de hobbit, en somme. Je ne vais pas vous faire la version longue, vous pouvez me remercier pour ça. Pas que j’aie été particulièrement heureux. J’étais jugé trop… « dissident » par mes compatriotes, et ils savaient me le faire sentir. Mes cousins Merry et Pippin avaient le même défaut, mais ils avaient au moins leur capital sympathie à leur décharge. Ça n’était pas mon cas.
Puis vint le dragon. Croyez-moi, à cet instant-là, j’ai vu ma dernière heure arriver. Ce qui n’a été qu’une peur pour moi a été une réalité pour d’autres. Mais ça, je n’ai pas pris le temps de le constater par moi-même sur place. J’ai détalé, vous pensez bien.


Durant l'intrigue n°1, où étiez-vous, que faisiez-vous ?

Oh mes aïeux, quelle histoire ! Figurez-vous que l’équipage avait décidé d’aller mouiller dans le port de Lond Daer. Soit disant que les choses commençaient à chauffer sérieusement et qu’y avait un coup à jouer, bref je ne connais pas les détails. Toujours est-il que l’arrivée a été particulièrement pénible. J’avais terriblement mal au cœur, mais à la vue des combats qui se déroulaient dans le port, j'ai décidé dans le navire. Pas question de sortir me faire charcuter ! Mais ma nausée empirait, et je n’avais pas l’intention de salir ma couchette. Vous savez, ils ne m’en auraient pas donnée une autre. Les pirates peuvent être pingres, c’est incroyable…
Passons. J’ai débarqué en trombe, parce qu’après tout je me suis dit que personne ne s’occuperait d’un hobbit au milieu d’un tel bazar. J’ai chopé le premier truc que j’ai vu pour rendre tout mon petit-déjeuner dedans dis donc. Croyez-moi ou pas, mais le tissu mal rapiécé que j’avais attrapé au vol était un chapeau. Et pas n’importe quel chapeau, celui d’Elorin ! … Mais si, l’hystérique, vous connaissez ? Il fallait que je lui tombe dessus ! Dans tous les cas, j’ai bien cru qu’elle m’émasculerait ce jour-là. Alors je suis parti le plus vite possible, droit au cœur du combat (oui, bon, j’avais mal calculé mon coup…)
Elorin m’a poursuivi (hystérique, que je vous dis), mais au moment de me faire trancher en deux par un orque au plein milieu du champ de bataille, tenez-vous bien, elle m’a sauvé ! Comme quoi, le sang chaud, ça a du bon. J’ai détalé comme j’ai pu, mais la légende dit qu’elle me cherche encore… Quand même, faudrait que je la remercie, un de ces jours.


Longtemps caché à Dol Guldur sous le surnom de Nécromancien, Sauron en a été chassé par le Conseil Blanc et s'éveille maintenant au Mordor : que savez vous de ces changements et évènements ?

Ah oui, tiens, c’est vrai que j’en ai entendu parler, de ces histoires. Les gens murmurent. Après moi, tant que ça me fait pas gagner ma croûte, ils peuvent bien murmurer ce qu’ils veulent. « La guerre arrive ! La guerre arrive ! » Oui merci, mais des guerres, y en a dès que deux nobles se regardent de travers, alors pardon si une telle annonce ne me fait pas tomber de ma chaise. Eh, vous savez ce qui arrive, aussi ? L’heure du dîner. Commence à faire faim.


Quels sont vos objectifs pour les prochaines années, vos rêves et plans pour l'avenir ?

Là tout de suite, je rêve d’une tasse de thé. Avec du rhum dedans, quand même on est pas des brutes. Puis dans un futur proche, sans doute une seconde tasse de thé.
Sans rire, mes seuls plans d’avenir sont de m’assurer d’avoir toujours mon petit lit couchette sur le navire. Je ne pense pas au futur, mais simplement au moment présent. Si je suis heureux présentement, alors rien ne peut être mieux. Pour le futur, je laisse ça à mon futur-moi. Il se débrouillera très bien tout seul. Et si d’autres occasions se présentent ? Nous saurons assurément en faire profit.


Quelle est votre votre histoire ?


world on fire with a smoking sun


« DRAGON ! DRAGON ! »
Des cris. Des pleurs. Le fracas des débris. La chaleur sale de l’incendie. Il faut bouger, je dois bouger. Mais la panique, elle me tétanise. Je regarde le dragon survoler nos maisons. L’espace d’un instant, j’ai l’impression de croiser le regard de la bête. Mais il est déjà trop tard. Il crache son feu. Encore. Si proche de moi cette fois-ci que je me retrouve projeté contre un mur. Ma tête frappe la pierre.

Bordel. Oh bordel. Je me relève tout tremblant. Mon monde s’écroule. Littéralement, je veux dire. Qu’est-ce que je fais ? Je cours. Je prends la fuite. Je ne veux pas mourir là, moi. Mon cœur bat si fort que ça ne m’étonnerait pas qu’il finisse lui aussi par prendre ses jambes à son cou. La seule pensée correcte que j’arrive à formuler est la peur. Alors je cours. C’est ce que toute personne censée ferait, à ma place. …Non ?

Quand est-ce que je m’arrête de courir ? En voilà, une bonne question. J’écoute les cris du dragon dans mon dos. Je guette un signe, une chose quelconque qui signifierait que la situation s’arrange. Mais rien. Il crache et il crache. Je cours et je cours. Les échos de la Comté en flammes se font de plus en plus distants. Petit à petit, j’arrête même d’écouter. Je me contente de regarder droit devant moi. Quelque chose. Quelqu’un. C’est que je ne suis pas un marathonien professionnel. Pourtant je n’arrive pas à m’arrêter. La peur est un puissant moteur, tout compte fait.

J’ai quand même fini par arrêter de courir. La panique s’est calmée. Mais elle s’est transformée en un foyer bien plus puissant dans mon ventre : la crainte. Je pourrais faire demi-tour et rentrer à la maison, mais je crains le spectacle des corps calcinés jonchant le sol. Les cris se sont tus, mais on sent encore jusqu’ici l’odeur âcre de la fumée. Je ne pourrais pas affronter une telle chose. Et puis rentrer, à quoi bon ? Si c’est pour me prendre de nouveaux coups de bâton, je passe mon chemin merci bien.

Je continue ma route. C’est-à-dire que je n’ai absolument aucune idée d’où je vais. Mais peu importe, ça sera toujours mieux que l’enfer puant d’où je viens. La nuit, je dors au pied d’un arbre et le jour, je chipe des carottes dans les champs bordant la route. Puis un jour, enfin, je m’arrête. Il faut dire, je n’ai plus tellement de choix : en face de moi, la mer. Tiens, je ne l’avais pas remarquée, celle-là. Trop perdu dans mes pensées, sans doute. Mais elle est douce. Elle est apaisante. L’air marin y est frais. L’iode remplace l’odeur de chairs brûlées qui semble s’attarder dans mes narines depuis quelques jours. Que faire, maintenant ? Retourner en arrière ? Hors de question. Aller de l’avant, alors. Il y a un bateau accosté là. Et ce bateau doit bien aller quelque part. Loin de Smaug.
Vous savez, je n’ai jamais vraiment trop apprécié la mer, en plus. C’est trop… mouillé.

C’est décidé, je me cache dans l’un des canots du navire. Je profiterai de la prochaine escale pour m’éclipser. Ni vu ni connu. Ni vu du dragon, ni connu d’aucun membre de l’équipage, je veux dire. C’est que je grimpe bien, pour un hobbit. Me hisser au cordage jusqu’au canot, ce n’est pas difficile. J’ai gagné en agilité durant mes jeunes années. C’est à cause de mes conneries, dit ma sœur. Moi je dirais plutôt que c’est grâce à mon esprit alerte, mais bon.

Le navire bouge. Je soulève discrètement la bâche du canot. Oui, nous partons. Au loin, je vois des longues colonnes de fumée s’élever de la Comté, même après tout ce temps. Ma Comté. Ma mère en train de repriser nos vêtements. Mon père fumant la pipe devant sa tasse de thé. Mes frères et ma sœur dans les champs. Nos étreintes fraternelles dans un champ de blé au printemps… Non, ça, je déconne. Je suis plutôt le cadet déloyal que petit frère aimant. Hé, je me suis enfui sans eux ou bien ? Suivez, un peu.
Malgré tout, j’espère qu’ils vont bien. C’était quelque chose, ce dragon. Et puis j’espère surtout qu’ils seront prêts à venir me chercher si jamais j’ai un problème. C’est que je viens d’embarquer sur un bateau complètement inconnu. Et ce canot est inconfortable.



maybe i should cry for help... Sail !


Ils ont fini par m’attraper. Les marins, je veux dire. Le soir-même. Soi-disant que je ronflais dans mon sommeil. Ca a réveillé la garde de nuit sur le pont. Moi, ça m’étonne beaucoup. J’ai rêvé du dragon, à ce moment-là. Cauchemardé serait un mot plus juste, d’ailleurs. Est-ce qu’on ronfle, quand on cauchemarde ? Non messieurs dames. Bon. Alors.

Dans tous les cas, il était temps qu’ils viennent me chercher. Je commençais à avoir faim. Puis ils ont demandé ce qu’ils allaient faire de moi. Ils pensaient me jeter par-dessus bord. Alors j’ai paniqué. J’ai dit que je savais faire le ménage et la cuisine. Que je pourrais nettoyer le pont, m’occuper des repas, brosser le chapeau du capitaine (si si). Ce qui est vrai, en plus. Je sais faire. Simplement, je ne leur ai jamais précisé que je ne le faisais pas bien. Mais c’était déjà bien assez pour eux. Les pirates se contentent de peu. Parce que oui, ce sont des pirates. Alors, qu’est-ce que font des pirates près de la Comté, je n’en sais fichtrement rien. Mais évidemment, il a fallu que je leur tombe dessus. Je n’ai jamais eu de chance, de toute manière. C’est comme la fois où ma bêche s’est cassée sur un caillou. Il fallait que ce soit la mienne. Ma bêche toute neuve !

Heureusement, j’ai le pied marin. Il faut dire que niveau pieds, nous les hobbits nous sommes vernis… Tout ça pour dire que je n’ai pas trop de mal à me faire à la vie sur le navire. Sauf pour le thé. Ils n’avaient pas de thé ! Incroyable, non ? J’ai eu vite fait de m’en procurer. Et de quoi se laver un minimum aussi. Nous ne sommes pas chez les ours, tout de même. Pas que j’ai déjà vu un ours, mais je sais que ça n’est pas propre.

Nous naviguons et nous naviguons. Parfois les journées sont longues, parfois elles semblent passer en un clin d’œil. Nous rencontrons d’autres navires. Alors, en bon pirates, nous lançons l’abordage. Enfin, l’équipage lance l’abordage. Moi, ils me cachent dans la cale pendant ce temps. Ils ont jugé que ça ne leur profiterait pas que je me fasse tuer à la première escarmouche. Vous pensez bien que je n’ai pas bronché, pour le coup.

Puis nous accostons souvent. Dans différentes villes. Ils appellent ça le commerce. Alors je les laisse à leurs affaires. Je ne mange pas de ce pain-là, moi. Je me balade, je découvre. La plupart du temps, j’arrive à me faire un ou deux ennemis dans la journée. Un bon ratio, en somme. Et je vole de l’argent là où je peux. Après tout, si les gens se le laissent voler aussi facilement, c’est qu’ils n’en ont pas besoin. Puis je retourne ensuite au bateau avant qu’ils ne partent sans moi. Des fois, ils viennent me chercher d’eux-mêmes et me ramènent titubant de la taverne jusqu’au navire. Pas qu’ils le fassent par plaisir ou par affection, mais le capitaine dit qu’ils ne trouveront pas mieux comme cuisinier pour un salaire si bas. Et, au cas où vous n’auriez pas saisi, ça n’est pas un compliment.

Vous savez, je me laisse porter. La vie de pirate n’est pas la meilleure qui soit, ça non. Mais c’est une vie. Du moment que j’y gagne quelque chose. La Comté me manque, parfois. La Terre du Milieu est bien belle, mais il n’existe pas de champ plus vert que ceux d’Hobbiton. Pas de colline plus douce. Pas de brise plus agréable.
Oh ! Et je vous ai parlé de la fois où j’ai atterri sur un champ de bataille à Lond Daer ? Oui ? Ah.



Au pays qui te ressemble


« Joyeux anniversaire, maman. »
Elle me regarde. On dirait qu’elle a vu un fantôme. Ou un elfe, au choix. Quoique je tiens plus du fantôme que de l’elfe. Et elle a l’air de se dire la même chose. Elle me prend dans ses bras, elle rit, elle pleure, je ne sais pas trop. J’espère qu’elle ne s’attend pas à recevoir de cadeau, parce que je n’en ai pas, moi.

Six ans ! Six ans, qu’elle dit. Six ans sans aucune nouvelle. J’étais présumé mort. Oui, mais je ne le suis pas. Un de mes frères, par contre, a succombé au feu de dragon. Voilà ce que j’apprends dès mon arrivée. Et le mariage de la voisine, l’homosexualité du filleul de mon cousin enfin dévoilée, la naissance de certains hobbits, la mort de certains autres. Ma mère ne s’arrête plus. Elle m’emmène dans le salon pour une tasse de thé. Tiens, enfin une bonne idée. Du thé.

Mon frère et ma sœur rentrent des champs. Ils me regardent. Mais il n’y a pas de soulagement dans leurs yeux. De la surprise, tout au plus. Du ressentiment, peut-être ? Le fait est, tout le monde sait que j’ai fui, ce jour-là. Ils savent tous que j’ai couru à en perdre mon souffle, sans jamais regarder en arrière, sans jamais me préoccuper du sort des autres. Les mots lâche et salaud sont prononcés. Plusieurs fois. Je crois qu’ils me tiennent responsable de la mort de mon frère. Peut-on les blâmer, après tout ? Si j’avais une conscience, je m’en voudrais aussi. Mais voilà, je suis en vie, et ça s’arrête là.

Quand j’ai aperçu les rivages de la Comté, depuis le navire, j’ai su que je devais y retourner. Pour revoir les collines et les maisons tranquilles. Comme si le dragon n’avait été qu’un mauvais rêve, comme tous ceux que je fais depuis ce jour. L’anniversaire était un bon prétexte. Et une bonne surprise. J’aime bien les surprises. Alors j’ai dit à l’équipage que je reviendrai dans un ou deux jours. Je n’ai pas l’intention d’y retourner. Pas que ça les intéresse, de toute manière.

Seulement, les collines sont là, les champs sont fleuris, les cheminées fument, mais tout est différent. Il y a certaines prairies où l’herbe n’a pas repoussé, et ne repoussera sans doute jamais. Certaines maisons sont en ruines. Leurs habitants ne sont plus de ce monde pour les reconstruire, et personne n’a le courage ou la force de s’atteler à la tâche. La cicatrice laissée par Smaug est profonde et douloureuse. Cette Comté n’est plus ma Comté.

Mais je reste. Je retourne aux champs. Les regards se retournent sur moi. Le voilà, le lâche. Milo. C’est lui. Il est revenu ? Il a l’air encore moins débrouillard qu’avant. Je ne sais pas comment il fait pour sortir de chez lui la tête haute. Enfin, au moins il pourra remplacer son frère. Quel pauvre bougre, celui-là, c’était un si bon petit…
Vous savez, j’ai l’habitude. Autrefois, j’étais le garnement, le mesquin. Le voleur, le peureux, le traître. J’ai accepté ce que je suis depuis longtemps, même si les autres ne l’ont pas fait. Alors, pourquoi ? Pourquoi ne puis-je plus supporter leurs yeux inquisiteurs ?

Je laisse une note sur la table de la cuisine. Désolé. Qu’y a-t-il à dire de plus ? Ma mère le sera, désolée, comme ça on sera deux. Les autres… Les autres je m’en fiche. Et je cours. Ça ne vous rappelle rien ? Moi si. Je cours moins vite et moins longtemps, cependant. Je m’épuise. A quoi bon ? L’équipage a sans doute déjà levé l’ancre.
Mais le navire est là. Amarré comme il l’était la première fois. Et la mer. Je m’approche des pirates affairés sur la plage. Vous savez, je n’ai jamais vraiment aimé naviguer.
« Besoin d’un mousse ? »


Sail !


Revenir en haut Aller en bas

Fondatrice
Royaume : Celui de l'or
Localisation : En train de te faire les poches
Amour Gloire et Beauté : Mariée ô joie
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Elf
FT. : Clara Paget
Date d'inscription : 13/03/2014
Messages : 640
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: MILO ♒ C'est pas le hobbit qui prend la mer, c'est la mer qui prend le hobbit.   Lun 6 Avr - 22:55
FUCK YES

Je suis tellement contente de voir enfin Milo Je l'adore déjà

*chope le hobbit, le charge sur son épaule et s'en va en sifflotant* VERS DE NOUVELLES AVENTURES MOUSSAILLON


Damaged people are dangerous : they know they can survive
Me? I'm dishonest, and a dishonest woman you can always trust to be dishonest


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Hobbiton
Localisation : Sur les routes
Amour Gloire et Beauté : Fiancée à un inconnu, à ce qu'il parait
Copyright : Tumblr & Indis (avatar)
FT. : Emilie de Ravin (Blonde)
Date d'inscription : 05/06/2014
Messages : 280
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: MILO ♒ C'est pas le hobbit qui prend la mer, c'est la mer qui prend le hobbit.   Mar 7 Avr - 0:15
:amour: :amour: :amour:

Milooooooooooooooooooooooo ! Tu connais déjà la maison, hein, nanana 7 jours nanana contacte-nous, nananana des cookiiiess !
(Honte sur ta vache tu as craqué; je suis tellement contente de te revoir parmi nous ! Bon courage pour ta fichette et vive les hobbits ♥️♥️♥️)


❝stand in the rain, stand up when it's all crashing down❞
❝ and one day, whats lost can be found❞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: MILO ♒ C'est pas le hobbit qui prend la mer, c'est la mer qui prend le hobbit.   Ven 17 Avr - 20:02
Merciiiii :love:

J'ai donc terminé :clink: En espérant que ça plaise
Revenir en haut Aller en bas

Fondatrice
Royaume : Celui de l'or
Localisation : En train de te faire les poches
Amour Gloire et Beauté : Mariée ô joie
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Elf
FT. : Clara Paget
Date d'inscription : 13/03/2014
Messages : 640
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: MILO ♒ C'est pas le hobbit qui prend la mer, c'est la mer qui prend le hobbit.   Ven 17 Avr - 20:16


Welcome Home Beautiful !

La joueuse tient à signaler que si c'est un apollon et Elo réquisitionne ses talents de brosseur de chapeau :thotho:

Oh putain je t'aime; Je veux bien que tu me vomisses dessus tiens ( enfin Elo GUEULE mais alors GUEULE mais on s'en fout, je veux un rp et tout et tout ) J'adore ta fiche et je pense que tu as bien t'amuser avec ce petit truc :laugh: :catz:

Tu es validé(e), félicitations !

Tu peux désormais te jeter dans l'aventure, mais il y a quelques petites étapes qu'il vaut mieux suivre avant :
❧ Pense à réserver ton avatar ici à moins que tu aies un jumeau caché, bien évidemment.
❧ Ensuite, n'hésite pas demander des camarades d'aventure pour partir à la recherche de dragons à tuer dans la partie des liens et rps ! Au passage, s'il te manque un ami, une famille, tu peux aller créer un scénario ici (et réserver son avatar dans le bottin en passant).
❧ De même si tu t'ennuies, tu peux également aller t'amuser à défier tes amis ou remplir d'autres défis qui sont proposés ici.
❧ Enfin, le journal du Balrog Enchaîné te propose de participer au prochain numéro mensuel en lui envoyant par MP les rumeurs venues frôler tes oreilles délicates ! Avec un peu de chance, tu seras toi-même sélectionné(e) pour une interview spéciale et figureras ainsi en première page (et pour voir les anciens articles, c'est par ici que cela se passe).

Flood et RPs t'attendent avec impatience ! Ravi de t'avoir parmi nous, mais plus important encore ... amuse toi bien



Damaged people are dangerous : they know they can survive
Me? I'm dishonest, and a dishonest woman you can always trust to be dishonest


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: MILO ♒ C'est pas le hobbit qui prend la mer, c'est la mer qui prend le hobbit.   
Revenir en haut Aller en bas
 

MILO ♒ C'est pas le hobbit qui prend la mer, c'est la mer qui prend le hobbit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Commande pour un archer hobbit :)
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.
» [Projet] "Armée" Hobbit
» Sources - Bilbo le Hobbit
» Bungo le Hobbit





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Drink like friendly dwarves :: You're going on an adventure :: Membres de la communauté-