Partagez | 
 

Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Sans Royaume - Travaille pour le moment au service de Sauron
Copyright : Poison Ivy
FT. : Ellen Hollman
Date d'inscription : 01/01/2015
Messages : 101
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Jeu 1 Jan - 16:18

crédit

Ljota « Bloodseeker »


ft. Ellen Hollman

   
Qui êtes-vous ?

   
Race : Naine
   Alignement : Dark
   Emploi : Anciennement membre de la Garde d'Erebor. Depuis lors Mercenaire. Son employeur actuel : Sauron.
   Royaume : Anciennement le royaume d'Erebor
   Âge : 207 ans
   Orientation : Bisexuelle préférant les femmes
   Statut : Quelqu'un d'assez taré pour l'épouser ?
   Arme : Hache de Guerre
   Niveau : Moyen ++/Expert en arrachage de carotide

   


   
Ljota est une personne violente, froide et autoritaire. Âgée, même pour quelqu'un de son peuple, elle ne se laisse jamais faire et si les idées que l'on lui oppose sont contraires à ce qu'elle pense, elle le fait savoir et ses propos cinglent. Malgré sa petite taille (un mètre quinze), elle dispose d'une grande force qui lui a déjà servit et qui lui sert encore tout les jours. Préférant le physique aux mots, Ljota est une fonceuse, quelqu'un à mettre en première ligne afin que ses alliés ne gênent pas ses mouvements. Disposant de très peu d'amis, sa maison et sa villa dans le Sud ne sont remplis que d'esclaves qui savent très bien que leur vie ne dépend que de l'humeur de la maîtresse des lieux.

Le principal défaut (sa première qualité si vous l'écoutez), est la Fureur (comme elle le désigne) qui parcourt ses veines. Vous pouvez le remarquer quand vous regardez les yeux de Ljota, une étrange lueur rouge brille lorsque le sang déjà chaud de la naine devient bouillant dans ses veines. Combattante hors pair et capable de rivaliser avec la Protectrice du Roi d'Erebor, Ljota maitrisant la hache de guerre comme peu de monde, elle devient plus dangereuse encore quand elle lâche le contrôle, se laissant totalement aller à sa vrai nature, celle d'une monstre sanguinaire, ne vivant que pour respirer les tripes de ses ennemis.

Étant bannie et haïssant les autres nains, Ljota n'a que peu de contact avec les membres de sa propre race et à appris à vivre parmi les hommes, à penser comme eux. Plus personne n'ose se moquer d'elle depuis longtemps dans la ville où elle vit du fait de sa violence constante. Cependant, la naine reste fidèle à certaines traditions de son peuple : vous ne verrez jamais ses cheveux attachés, une pièce de sa maison est réservée aux offrandes faites à ses dieux et elle porte toujours sur elle une hache de combat.

Pratiquement toujours dans une tenue de combat, Ljota ne porte quasiment jamais de robes ni de tenues féminines, qui nuisent à sa façon de bouger dit-elle. Ne complexant pas sur son apparence, elle ne se complexe pas non plus dans sa façon de parler et son esprit violent exprime de la manière qu'il juge la plus juste les choses qu'il a à dire. Malgré sa voix relativement légère et la tonne de grossièreté qui peuvent sortir de sa bouche, il ne faut pas oublier l'âge de la naine et ainsi, plusieurs hommes se sont retrouvés épinglés par ses propos assassins, son tempérament rustre et fonceur cachant la tacticienne qu'elle peut être quand elle en prend le temps, mais préférant se battre et vivre seule, ne regrettant la mort de personne, elle n'en use presque jamais.


   
Qui êtes-vous vraiment ?


   
❧ Pseudo : Paradox
   ❧ Age : 22
   ❧ Comment avez vous connu le forum ? :  
   ❧ Des remarques ? :  
   ❧ Fréquence de connexion : 7/7
   ❧ Code règlement : even the smallest person can change the course of the futureg
   




   
Bloodseeker

I rival any f*cking man !
   P!A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Sans Royaume - Travaille pour le moment au service de Sauron
Copyright : Poison Ivy
FT. : Ellen Hollman
Date d'inscription : 01/01/2015
Messages : 101
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Jeu 1 Jan - 16:18


   
Que faisiez-vous pendant que les nains reprenaient la Montagne Solitaire et que Smaug piquait sa crise ?  

   

   

   Je donnais des cours tout en fumant ma pipe, bien sûr. Nous n'avons eu vent des évènements que quelques semaines après dans ma ville. Si, bien sûr, j'étais contente de voir le dragon mort, je n'éprouvais nulle joie à voir ainsi le faux roi prendre cette place sur le trône d'Erebor. Il fallut que je parte de la ville durant quelques semaines afin de me calmer et de ne pas tuer l'ensemble de mes serviteurs. Aujourd'hui, je le vis un peu mieux, mais rien que d'y penser me donne encore envie de détruire quelque chose.
   
   

   
Durant l'intrigue n°1, où étiez-vous, que faisiez-vous ?

   

   

   Pas grand chose, c'était les vacances pour moi, alors je suis parti m'entrainer dans le désert en cherchant à repousser mes limites. Ca a plutôt bien marché.
   
   

   
Longtemps caché à Dol Guldur sous le surnom de Nécromancien, Sauron en a été chassé par le Conseil Blanc et s'éveille maintenant au Mordor : que savez vous de ces changements et évènements ?

   

   

   Hormis que son retour coïncide avec la lettre que j'ai reçu qui m'a fait revenir en Terre du Milieu, pas grand chose. C'est franchement le genre de chose qui me passe par dessus la tête.
   
   

   
Quels sont vos objectifs pour les prochaines années, vos rêves et plans pour l'avenir ?

   

   

   TUER THORIN. TUER INDIS. TUER DWALIN. Pour le reste, je n'y ai pas franchement réfléchis. Je dirais que je suis pour une bonne petite guerre contre les bouffeurs de salade et les longs sur pattes de la Terre du Milieu, faut dire aussi que je vis avec ceux du Sud depuis plus de cinquante ans et que ça m'emmerderait bien de voir mon business détruit. Pour le moment, la maison et la villa sont entretenues par les esclaves le temps que je comprenne pourquoi l'on a besoin de moi en Terre du Milieu.
   
   

   
Quelle est votre histoire ?

   

   
2741 - Naissance


2758 - 17 ans - La Garde Royale


Les gardes avancent, d'un pas régulier, lourd, qui résonne dans les grandes et magnifiques salles d'Erebor. De toutes parts, les décorations embellissement le Grand Hall du Royaume sous la Montagne. La jeune Ljota est cachée derrière sa mère. Elle ne voit pas la chose qui produit cet étrange mais puissant son. Ce son n'évoque rien de connu aux oreilles de la naine. Lorsqu'elle demande à sa mère ce qu'il est, d'où il provient, sa génitrice lui répond que ce bruit est le bruit des pas des plus grands soldats de la nation naine. Qu'ils sont l'élite, la garde personnelle du roi. Qu'ils servent et protègent le roi en cas de guerre. Les flammes s'illuminent dans les yeux de la fillette. La guerre. Elle en entend parler lors des cours d'histoires pénibles qu'elle doit supporter et lorsqu'elle se promène dans les couloirs de la Montagne.
Lorsqu'ils entrent dans la pièce, un murmure parcourt la foule. Il s'agit d'une simple parade mais chaque fois, la sensation est la même. Les armures d'or reflètent les torches et les rayons du soleil qui pénètrent par les puits de soleil. La beauté de cette garde n'a d'égal que sa dangerosité, explique la mère à sa fille. Regarde là, voilà le Protecteur du Roi : il est le plus puissant et le plus respecté des Gardes. La mère continue ses explications, mais la naine n'entend plus rien, elle ne peut détacher son regard du nain qui passe devant elle, son marteau de guerre à la main, le torse bondé et fier sous son armure, la barbe d'un brun magnifique tombant sur sa poitrine.

-~-

- Voilà, Ma. Je sais ce que je ferais quand je serais grande. Dit Ljota tandis qu'elle et sa famille regagnent leur logis, le regard de la jeunette perdu dans les rêves de ce que pourra être son avenir.
- Et qu'est-ce que ce sera ? Demande la mère en riant doucement en franchissant la porte de la maison.
- Je serais la plus puissante des Gardes : Je serais la Protectrice du Roi !


2768 - 27 ans - Première fois.


La hache tombe sur le sol, la lourde chevelure de Ljota cachant son visage, rouge de colère et de honte. Relevant la tête pour dévisager le soldat qui venait de l'humilier de la sorte, la naine ne se dégonfle pas. Se relevant et attrapant sa hache de guerre, elle part à pleine vitesse en direction du Garde. Son coup est puissant et malgré sa jeunesse, Ljota est déjà forte. Le Garde dévie le coup mais le bois n'est pas assez résistant, des copeaux volent tandis que la puissance non maitrisée du coup fait perdre l'équilibre à l'apprentie guerrière. Le Garde ne perd pas une seconde et d'un simple geste, pousse l'apprentie qui se trouve à nouveau face contre sol.
- Tu dois te calmer, Ljota ! Hurle le maitre d'arme par-dessus les fracas du combat à sens unique qui continue à se dérouler sous ses yeux. Il n'a qu'une envie : que cela cesse. Il ne s'agit guère d'un combat mais plutôt d'un véritable massacre. Si la naine n'est pas mauvaise pour une jeune apprentie, elle ne maitrise en aucun cas ses sentiments. Rage et colère sont les forces motrices de l'apprentie Garde et depuis cinq ans qu'elle a rejoint l'école militaire d'Erebor, il n'y a eu nulle amélioration.
- Laisse-la. Répond tranquillement le Garde, disposé pour la journée à continuer l'exercice. Elle doit apprendre à se contrôler, sinon, elle ne fera jamais un bon Garde. Si, à ce moment-là, Ljota avait été capable de porter un coup au nain en face d'elle, il y a fort à parier qu'elle l'aurait tué. Depuis les quelques mois que le Garde venait rendre service en aidant à l'entrainement, il n'y avait pas une fois où il ne s'était pas arrangé pour ne pas combattre Ljota. Profitant du manque de discernement de l'adolescente, il en profitait depuis lors pour jouer ainsi à énerver la naine.
- Cela n'a rien d'un jeu. Gronda le maitre d'arme en posant sa main sur l'épaule du Garde qui venait une fois de plus d'envoyer au tapis Ljota. Arrêtons-nous là pour la journ...
Avant qu'il n'est pu finir sa phrase, Ljota se projeta sur son ennemi l'épaule en avant, profitant d'un moment d'inattention dans sa concentration pour porter un coup fatal. Alors qu'elle percutait avec toute la force qu'il pouvait lui rester, le Garde fut pris de déséquilibre et tituba pour se retrouver au sol. Depuis leur première rencontre, c'était la première fois que Ljota réussissait à lui porter un coup. Encore mieux ! Elle venait de l'envoyer au tapis. Passant une jambe par-dessus son torse, elle brandit fièrement sa hache sous le cou de son pire cauchemar.
- Un vrai... Garde ne... laisse jamais... Pfff... Tomber sa garde. Dit-elle fièrement sous le visage déconfit du Garde.
- Alors, jeune naine, tu n'as rien d'un Garde ! La voix qui lui répondit était forte et pleine de colère. Elle eut à peine le temps de tourner la tête que le maitre d'arme la fit basculer d'un coup de bâton dans l'abdomen malgré ses appuis solides. Le souffle coupé, elle partit en arrière, surprise, la flamme de la colère dans les yeux. C'était la première fois que le maître d'arme intervenait contre elle et qu'il intervenait avec ce timbre de voix profond.
Le vieux nain se plaça entre Ljota et le Garde, afin d'éviter une quelconque reprise des combats. J'en ai plus que marre de vous deux. Déclara-t-il de sa voix habituelle. Toi, retourne à ton poste, je t'ai assez vu aujourd'hui. Acquiesçant d'un simple signe de tête, le Garde fila droit pour disparaitre par la porte. Vous tous ! La leçon est terminée pour aujourd'hui, je vous revois demain. Les autres apprentis Gardes sortirent, murmurant et se racontant la scène à laquelle ils venaient d'assister.
» Ljota... Commença le maitre d'arme en aidant la naine à se relever. Tu es jeune et plein de fougue. Pourtant, je m’inquiète pour ton avenir.
- Vous vous inquiétez ? De quoi faudrait-il s'inquiéter ! Rétorqua-t-elle d'un ton impétueux tout en s'écartant du maitre. Déposant l'arme sur le râtelier avant de prendre la direction des vestiaires, le maitre lui saisit l'avant-bras, l'arrêtant et la dévisageant de son regard noisette.
- Oui, je m'inquiète jeune effrontée. Tu dois apprendre à te contrôler. Tu dois cesser de t'agiter pour un rien.
D'un geste, Ljota écarta le bras du maitre d'arme.
- Que dois-je comprendre ? Quel est votre motif pour ainsi me traiter ? S’offusque-t-elle un peu plus encore, le sang bouillant dans ses veines. Sans dire un mot de plus, elle décide de partir. Quittant la pièce en furie et sans un regard un arrière, elle ne remarque pas le vieux nain, qui soupir de soulagement. Combien de temps parviendra-t-il à garder la naine sous contrôle ? Il n'en sait rien, et cela l'inquiète.

2770 - 29 ans - La chute d'Erebor.



- Je ne suis pas trop jeune ! Laissez-moi ! Les deux gardes repoussent violemment Ljota en dehors de l'armurerie où se préparent en vitesse les gardes. L'attaque fut soudaine et inattendue. Lorsque les trompettes du Royaume sous la Montagne sonnent, la ville de Dale n'existe déjà plus. Lorsque les archers se mettent en place, la peur est déjà omniprésente chez les enfants de la pierre. Smaug, le dernier des Grands Dragons, est là, convoitant le trésor du roi Thrór.
- Ljota, ma fille, viens avec moi. Pleure la mère de la jeune naine, en tentant de l'écarter des nains qui partent défendre la Montagne Solitaire. Tu es trop jeune pour te battre ainsi. Prenant sa fille dans ses bras en sanglotant, elle ne comprend pas ce qui est arrivé à sa douce et gentille Ljota. Depuis que celle-ci à découvert le combat, rien ne semble apaiser sa soif et son désir de violence. Que ce soit un orque, un gobelin ou même le dernier des Grands Dragons, Ljota souhaite partir combattre, ignorant la peur, à son propre péril.
- Lâche moi mère ! Ma place est là-bas, avec eux, à combattre le dragon afin que vous puissiez fuir. Ma place est avec mon roi ! Tentant de se libérer de sa mère sans lui faire mal, Ljota fulmine, déchirée par ses sentiments envers sa mère et son envie de guerroyer contre un ennemi que plus d'un considère comme un dieu. Soupirant avant de cesser de se battre, elle enlace la vieille naine, qui lui caresse doucement les cheveux.
- Oh, ma fille... dit-elle tout bas. Un jour, tu combattras avec honneur.. Mais aujourd'hui, reste avec moi. Attrapant la main de Ljota, la mère de celle-ci part en direction des colonnes de nains en train de quitter la montagne. La foule est compacte, se déplaçant aussi vite qu'il lui est possible d'aller. Les gardes surveillent les mouvements et il n'est pas rare d'entendre des "Plus vite, s'il vous plait ! Ne prenez que le minimum !" ou des "Dans cette direction, allez-y !"

-~-


Lorsque le plafond s'ouvre au-dessus du crâne de Ljota et de sa mère, la lumière du ciel qui aurait dû éblouir les naines n'est que fumée et cendres. Dans ce ciel opaque, l'ombre du dragon se fait voir pour disparaître aussitôt. Tournant la tête pour voir les portes qui permettent d'entrer dans le Royaume, Ljota est abasourdie par le spectacle qui s'offre à ses yeux. Le sol, jonché de corps. Les cieux, gris et ternes. Les sons, horreur et de peur. Alors qu'elle devrait être effrayée comme le reste de ses congénères, qu'elle devrait pleurer la mort de tous ces nains et naines, elle ne ressent qu'une chose : de la honte. Une honte sans nom qui lui ronge les entrailles. Elle aurait dû être là-bas, malgré son jeune âge, malgré son manque d'expérience. Ce qui restait de l'enfant en Ljota meurt en cette journée. Elle ne sera majeure que dans onze ans. Elle ne pourra prétendre au rôle de Protectrice du Roi que dans onze longues années, mais elle n'aura de cesse de s'entrainer et d'apprendre, toujours plus.
Une main se pose sur son épaule tandis que la cohorte continue à avancer.
- Suffit mère, je n'ai nul besoin d'entendre un autre de vos discours, j'ai bien compris que... Grogne-t-elle en tentant de se débarrasser de la main et en se retournant pour finalement faire face à son ancien maître d'arme.
- Je suis certain que votre mère à encore des leçons à vous donner, jeune effrontée. Lui répond-il en souriant. Ayant cessé d'exercer son métier de formateur, il n'en avait pourtant pas moins continuer de suivre Ljota, l'inquiétude progressant aussi vite que les compétences de la naine. Lui rendant son sourire, l'apprentie guerrière place alors sa propre main sur l'épaule de son ancien maitre.
- Je ne craignais que vous n'ayez péri dans les flammes du dragon. Menti-t-elle. Elle n'avait pas pensé une seule seconde à lui. Vos conseils et vos sarcasmes m'auraient alors manqué.
La foule continue de marcher le long des falaises tandis que la Montagne s'écarte peu à peu dans leur dos, les colonnes de fumées noires ne se dissipant pas. Les cris du dragon se font toujours entendre, et alors que les cris de désespoirs s'éteignent, on entend les pleurs de ces nains qui ont tout perdu aujourd'hui,
A cette époque, Ljota pense toujours qu'elle va revoir le royaume qu'elle chérit dans son cœur. Aujourd'hui, elle y pense toujours de temps à autre, à ce moment de sa vie et chaque fois, son visage se fige, comme perdu dans les abîmes du temps. Qui était-elle, à cette époque lointaine et obscure ? Nombre des mercenaires avec lesquels elle traite lui pose la question. Se souvient-elle de la Chute d'Erebor ! Ce à quoi elle répond toujours sur le même ton. « J'ai une gueule à raconter ma vie ? »

2799 - 58 ans - La bataille d'Azanulbizar


- Je n'ai pas pu défendre mon roi et son royaume lorsque Smaug a attaqué. Que les dieux m'en soient témoins, je ne faillirais pas aujourd'hui. Les mains de Ljota se serrent sur sa hache et son bouclier. La flamme du combat s'éveille ainsi dans son regard pour la toute première fois. Les tambours de guerre rythment les battements de son cœur.
- Je vois que tu as peur, mais ne craint rien, tout se passera bien. Tremblant de tout son corps, le voisin à sa droite dans les rangs confond son excitation avec de la peur, elle ne répond pas, se contentant de sourire derrière ses cheveux en bataille.

L'euphorie a du mal à être contenu chez la jeune naine tandis que l'assaut est donné. La folie prend part dans l'esprit de la guerrière. Rien ne sera jamais pareil après cette bataille, cette hécatombe.

Bondissante dans les rangs ennemis, elle taille et hache ses ennemis autant qu'elle le peut. Rien ne semble pouvoir arrêter la frénésie de Ljota. Chaque coup qu'elle porte asperge son armure et son visage du sang de l'ennemi vaincu, les corps s'entassant derrière elle. Son bras, puissant et bien entrainé par son vieux maitre d'arme puis par Dwalin, un nain rencontré il y a peu mais ayant accepté de lui servir de maitre malgré leur âge très proche, trouve ses cibles dans le tourbillon de poussière de la bataille.

La fatigue commence peu à peu à se faire sentir dans le corps de Ljota, dont les virulence des coups ne faiblit que de peu. Son bouclier vole en éclat après avoir reçu un choc de trop et si elle titube et recule, ce n'est que pour mieux sauter à la gorge de l'orque suivant. Elle n'entend pas les cris de son capitaine qui lui ordonne de reculer. Elle n'entend pas les cornes naines qui sonnent la retraite. Sa hache s’abat, encore et encore sur le corps mutilé de celui qui a osé lui briser son bouclier. Saisi par le bras, la guerrière ne réfléchit pas et sa hache vole en direction de celui qui ose la toucher. De son ancien voisin dans les rangs. Alors qu'il s'effondre sur les genoux, Ljota le saisit par le col de l'armure pour approcher ses lèvres de l'oreille du nain, dont la vie a déjà commencé à quitter le corps.

- Je vois que tu as peur, mais ne craint rien, tout se passera bien. Dit-elle d'un murmure. Repoussant le nain, elle pivote rapidement, traçant de sa hache une ligne sur la gorge découverte du nain. La ligne s'épaissit pour que tombe finalement la tête de celui-ci. D'un geste de la main, Ljota se nettoie le visage, puis se mets à rire, un rire maniaque, hystérique. La sensation qui coule dans ses veines est mieux que tout ce qu'elle a toujours pu gouter, tenter dans ses cinquante-huit années de vie. Le vice se répand dans ses veines, embrassant chacun de ses muscles, masquant la fatigue et les blessures pour continuer un peu plus longtemps encore le massacre. Remarquant l'accalmie autour d'elle, son esprit reprend quelque peu de lucidité, coupé de la fureur des combats.

Prenant chemin vers les nains qu'elle distingue non loin d'elle, Ljota comprend ce qui a fait cesser la bataille. N'ayant pas levé la tête de la bataille et ne sachant pas ce qui s'est passé, elle n'apprend que maintenant la mort de son roi vénéré. Tombant à genoux, elle lâche sa hache, la fatigue reprenant le dessus, accentué par la chute d'adrénaline et le désespoir qui s'abat sur elle. Jamais elle n'aurait cru cela possible. Demandant à un autre combattant nain ce qui s'est passé, on lui explique la bataille qui fit rage entre le Roi et Azog, celui finalement terrassé par Thorin Oakenshield.

Rien ne peut contenir la rage de la naine et même si la bataille est terminée, il n'y a aucun chant de victoire, aucune fête ou cérémonie pour la célébrer. Trop de nains sont morts pour que d'autres vivent aujourd'hui. Trop de nains... Dont au moins un de ses mains. La vérité secoue Ljota, qui repense à ses actions sur le moment, sa vraie nature se révélant : sa soif de combat a consumé jusqu'à son âme afin de continuer encore un petit moment à ôter des vies. Personne ne le saura jamais, elle s'en fait le serment. Personne n'apprendra jamais la vérité sur ce qu'elle est devenue, sur ce qu'elle a toujours été : une sanguinaire.

2863 – 122 ans – L’exil.

Le souffle chaud du nain caressa la peau nue du coup de Ljota. Elle ne connaissait pas son nom mais appréciait sa présence. Elle représentait un des rares moments où, malgré la fureur qui battait désormais continuellement ses veines, elle pouvait prendre du plaisir sans que cela ne constitue la mort de quelqu’un d’autre. Élève assidue du nain Dwalin en ce qui concerne le combat, elle avait également appris à maitriser sa fureur, à la contenir afin d’éviter les éclats de voix ou les coups meurtriers lorsque cela s’avérait inopportun.
Ne portant qu’une simple chemise de nuit, Ljota n’entendait pas les supplications de son amant d’une nuit, trop occupée elle-même à satisfaire sa soif de chair, par quelque moyen que ce soit. L’embrassant avec violence, elle s’interrompit brusquement lorsque la porte s’ouvrit avec fracas, laissant trois gardes pénétrer dans la petite chambre de la guerrière. Sans se relever, son regard étudia les nouveaux arrivants. Ils portaient tous leur armure au complet, haches et boucliers en main ; ils attendent un combat, comprit-elle de suite. Sous sa chevelure retombant sur son visage et celui de son compagnon haletant, un sourire mesquin se dessina. Ainsi donc, ses plans avaient été révélés à la Protectrice du Faux Roi.
- Ljota Ironstorm ! Nous venons t’arrêter pour les meurtres de plusieurs ainsi que la conspiration contre notre roi légitime, Thorin Oakenshield ! La remarque fit s’élargir le sourire sur le visage de la naine, qui se redressa, appuyant ses deux poings sur le torse dénudé du nain sous elle. Saisissant ce qu’il en retournait, il tenta de repousser la guerrière, sans que cela ne soit le moindre succès ; la différence de force étant trop importante.
- M’arrêter ? Dit-elle d’un ton innocent, mais pourquoi ? Je commence tout juste à m’amuser. Clignant des yeux, elle jugea à la façon de se tenir ses adversaires. Tous étaient de bons combattants, mais malheureusement pour eux, Ljota avait également sa valeur au combat, valeur décuplée lorsque celle-ci décidait de ne pas se retenir et de laisser sa fureur parler à travers sa hache et son bouclier. Le vieux nain avant lui, puis Dwalin avait fait du très bon travail sur cette naine naturellement douée pour se battre. Son bouclier et sa hache, déposés au pied du lit, furent saisi d’une roulade tandis que les poings de la naine brisaient la cage thoracique du pauvre fou qui avait cru bon de partager sa couche avec elle. Saisissant la hache et le bouclier d’un même mouvement puis se redressant, Ljota bondit sur ses opposants.

-~-

La trainée de sang suivait Ljota tel les cailloux suivaient Gretel dans les bois de la sorcière. Arrivant à l’entrée de la ville, les cheveux battus par le vent, le sourire de la naine disparu lorsqu’elle aperçut au travers des portes ouvertes son ancien tuteur, Dwalin, ainsi que la Protectrice du Roi, Indis. A un contre un, Ljota avait toute ses chances face à l’un ou l’autre, mais combiner les deux était du suicide, elle n’avait aucun doute là-dessus. Pourtant, elle n’allait pas reculer. Ses plans étant dévoilés, il lui fallait partir tant qu’elle le pouvait avant d’avoir à combattre une armée complète à elle seule, ce qui ne l’aurait pas dérangé plus que cela si elle avait eu l’assurance de ne pas perdre la vie dans la bataille.

- Vous auriez dû en envoyer cinq de plus. Vous me sous-estimez, messeigneurs. Dit-elle d’un ton neutre tout en envoyant voler la tête du premier des trois gardes ayant pénétré sa chambre quelques instants plus tôt aux pieds des deux héros nains.
- Ljota… Quelle folie ! Commenta Dwalin en plaçant ses cestes aux poings. Je l’ai su dès le premier regard que nous avons échangé et pourtant, j’ai fait confiance à ton ancien maitre, à ta loyauté pour notre roi.
- Notre roi ? Hurla la naine en guise de réponse, ne me parle pas de ce couard de Oakenshield qui a attendu que périsse ses pères avant de prendre part au combat contre Azog ! Ne me parle pas de ce faux roi ci ! Saisissant sa hache encore couverte de sang de ses précédentes victimes et son bouclier, elle les frappa ensemble afin de montrer sa détermination. Ljota Ironstorm n’avait jamais fui un combat et ce n’était pas aujourd’hui que cela allait commencer.
- Dwalin, elle a raison, nous l’avons sous-estimé, allons-y, mettons fin à cette folie avant qu’elle ne devienne définitivement incontrôlable. Dit finalement Indis, empoignant d’un geste lent et assuré ses armes. Toujours confiante, Ljota n’avait jamais supporté cette suivante du faux roi Thorin. Elle n’avait jamais réussi à prendre le dessus face à elle, se retrouvant toujours à la seconde place, derrière Indis. Ljota Ironstorm, en ce jour, je te démets de tes fonctions de garde du roi et te condamne à mort. Puisse les dieux avoir pitié de ton âme.

Un instant se perdit dans le temps, laissant les trois se dévisager sans que rien ne bouge, le vent battant l’herbe, soulevant de la poussière par endroit. L’armure de Ljota se voulait souple et légère, d’un cuir de bonne facture et d’une simple cotte de maille par-dessus. Elle ne s’était pas attendu à combattre à la fois Dwalin et Indis, mais les choses en furent ainsi. Et la bataille commença lorsque le premier pied de Ljota s’élança vers l’avant, vers sa mort.

Le poing de Dwalin s’abattit sur son bouclier, qu’elle releva afin de placer un coup de pied dans l’abdomen du nain, qui recula d’un pas. Ljota n’eut pas le temps de frapper que sa hache devait déjà parer l’attaque d’Indis venant sur son autre côté. Rendant autant qu’elle le pouvait, la naine renégate riait au éclat, le visage déchiré et révélant sa folie sanguinaire au grand jour. Alors qu’un grand soleil brillait au début de la rencontre, les vents tournèrent rapidement puis un orage se leva. Les éclairs zébrèrent bientôt le ciel, noir en pleine journée. Les plus croyants de la région diront que ce sont les coups échangés entre nains qui contrarièrent les dieux et qui les poussèrent à réagir et à montrer leur mécontentement.

Le bouclier se rompit finalement, suite au choc du coup et à la boue sous ses pieds, Ljota trébucha, tombant en lâchant sa hache. Haletante, elle se précipita pour la récupérer, mais la lame tranchante d’Indis se plaça sous sa gorge, bloquant tout mouvement. Dwalin s’approcha derrière elle, le ciel les éclairant, laissant apparaitre les différentes coupures dont chacun d’entre eux souffrait à cause du combat qui avait duré plus longtemps qu’aucun des deux ne l’avait cru possible.

- Termines-en. Siffla Ljota entre ses dents, le regard plein de haine planté dans celui de sa juge et bourreau. Tue-moi ! Je préfère mourir maintenant que de devoir servir un jour de plus ton faux roi ! Brailla-t-elle à bout de force, en tentant d’avancer vers sa hache un peu plus, la lame de l'épée se rapprochant de sa peau au point de l’entailler.
- Tu n’abandonneras donc jamais ? Soupira son adversaire.
- Assez ! Tonna une voix à quelques mètres d’eux, dont le vent tarissait la puissance. Dwalin et Indis se retournèrent pour voir leur roi, Thorin II, se présenter à eux. Profitant du moment d’inattention, Ljota, se jeta sur sa hache et se releva. Au même moment, la Protectrice du Roi se retourna et plaça de nouveau son épée sur la gorge de la traîtresse.
- Tout doux, fit celle-ci en pointant sa hache sur la gorge d’Indis. Bouge, et je prends ta vie.
L’épaule entaillée, transpercée par la lame d'Indis, et au bout, le bras gauche de Ljota pendait sans vie. Elle ne tenait quasiment plus debout, mais il lui fallait tenir, encore un peu, afin d’échapper à la sentence prononcée de longues minutes auparavant.
- Ô mon Roi, dit Ljota d’une voix pleine d’ironie. Dites à vos chiens de reculer et de me laisser partir, ou perdez le plus fidèle d’entre eux. Dwalin releva sa garde, mais un regard de la naine le dissuada de continuer ce qu’il avait en tête. Maitre Dwalin, vous ne serez jamais assez rapide pour empêcher cette jolie tête blonde de tomber.
La tension était palpable, la pluie et le vent battant la compagnie. Ljota sentit la vie quitter ses jambes, mais dû faire face pour ne pas tomber à la renverse. Son combat contre le trio dans la chambre puis le duel contre les deux maîtres nains l’avaient exténué et elle ne supporterait pas une nouvelle attaque. Un masque se dessina une seconde devant ses yeux. Indis perçut cette perte de moyen et en profita pour dégager son cou de la hache de la renégate, perdant par la même occasion la chance de tuer la naine. Elle put cependant placer un coup de pied bien doser qui fit voltiger Ljota deux mètres plus loin.

Étendue ainsi en étoile, Ljota regarda le ciel et ses funestes nuages, sentant la fatigue gagner chacun de ses membres, la pluie et le sang collant ses cheveux à son front, son sourire de démente pendu aux lèvres. C'est donc ainsi que je meurs… pensa-t-elle.
- Laissez-la et refermez les portes. Dit finalement le roi. Il hésita à reprendre le nom que la garde avait, Ironstorm, nom qu’elle avait gagné lors d’une prouesse au combat, où le fer avait plu sur les ennemis qui prirent ensuite la fuite. Ljota, tu es désormais bannie des royaumes nains ! Les corbeaux voyageront afin de répandre la nouvelle et les portes de chaque royaume te resteront clos ! Reviens un jour et tu mourras.
Sous la pluie battante, disparurent un à un les ennemis de Ljota.
- Bande de couards ! Faibles ! Hurlait-elle après s’être relevée. Vous n’êtes même pas fichus de terminer le travail ! Soyez maudits, chacun d’entre vous ! Que les orques vous prennent et vous arrache la tête ! Grognant de ses plaies, elle n’ajouta plus rien, la fatigue l’en empêchant. Elle partit donc, avec pour seul bagage sa hache et quelques pièces d’or. A quelques milles de là, elle trouva une auberge qui accepta de la loger malgré son état pitoyable. Ljota s’endormit pour ne se réveiller que trois jours plus tard et disparaitre.

2865 – 124 ans – L’Homme.

Voilà deux ans que la naine parcourait la Terre du Milieu, bannit des siens après un complot visant à assassiner Thorin Oakenshield, meneur des nains, usurpateur du titre après avoir laissé mourir son père. Le temps n’avait rien arrangé à la naine et si elle se battait pour vivre, profitant des moqueries quant à sa taille, un mètre quinze, petit, même pour une naine, pour provoquer les hommes adultes en duel de bras de faire qu’elle gagnait la plupart du temps, il lui était arrivée plusieurs fois de se faire malmener et jeter en dehors de tavernes ou de village à cause de son mauvais tempérament.
Vêtue d’une immense cape détroussée sur un bandit, elle se servait de ça pour cacher sa hache, principale richesse, ainsi que l’ensemble de son bagage, relativement léger mais constituant toute sa vie.  De nombreuses poches avaient été cousues dans la cape, lui épargnant ainsi les sacs de voyage encombrant.
Alors qu’elle voyageait depuis près de trois semaines sans avoir vu le moindre village, elle tomba sur quelque chose qui l’interpella ; ou plutôt, quelqu’un. Un homme, d’une trentaine d’années, au ton basané, typique des orientaux vivant dans l’Harad, la région au Sud du Gondor, pendait la tête à l’envers, les bras ballants, attendant ainsi. S’approchant avec méfiance, Ljota put vérifier le pouls de l’inconnu. Présent, mais faible. N’attendant pas de le réveiller, elle commença à lui faire les poches quand, dans sa maladresse, elle fit tomber des pièces qui tintèrent sur le sol. Le bruit réveilla l’homme qui sursauta.
- Fuit, gamine… Avant qu’ils… dit-il faiblement avant de recevoir la main de Ljota sur la bouche.
- Ferme ton clapet. Ils sont là. Dit-elle avant de se retourner pour faire face à cinq bandits de grand chemin. Ce n’est pas votre jour de chance les gars. Je prends tout, l’argent, la bouffe, l’alcool, vos vies.
- En voilà une courte sur pattes qui en a une bien grande gueule. Brailla celui que tout semblait désigner comme chef, qui, d’un geste de la tête, donna l’ordre à ses hommes d’encercler la naine et l’homme pendu par les pieds.
- Tu veux vivre ? Demanda-t-elle tout bas à celui qui avait été piégé.
- Hum ?
- Je te demande si tu veux vivre. Répéta-t-elle, le regard balayant les cinq en train de se rapprocher.
- Je… Que… Oui. Tout ce que tu voudras. Lâcha-t-il finalement, comprenant la demande implicite de la naine. Son visage s’illumina et d’un geste, elle retira la cape contenant toutes ses provisions pour se retrouver dans sa simple tenue de cuir de combat. Le geste marqua le début de l’affrontement qui ne dura que quelques secondes, avant que chacun des cinq brigands ne perde la vie dans une violence rare. Oh oh, voilà qui est intéressant. Commenta l’homme du Sud.
- De quoi ? Dit-elle après l’avoir décroché à l’aide d’un couteau savamment rangé dans le bas de son dos. Tandis qu’elle écoutait sa réponse, elle remis sa cape, fit les poches à chacun des voleurs et prit la direction supposée de leur campement, à la recherche notamment de nourriture et d’alcool, sa réserve tombant presque à zéro.
- Vois-tu, je viens du Sud, comme tu as pu le remarquer. J’étais venu dans le Nord à la recherche de guerrier prêts à combattre pour moi dans une arène.
- Et qu’est-ce que j’y gagne ? Demanda-t-elle d’un ton froid en reniflant un pot contenant une substance étrange.
- De l’argent, en quantité, si tu survis, bien sûr. Un toit et des repas réguliers. Il croisa les bras avec dégoûts en jugeant la naine de toute sa hauteur. Elle n’était pas très propre, puait le sang et la transpiration, était hautaine, mais avec un bon entrainement…
- J’ai entendu parler de tes jeux en arène, homme du Sud. Tu parles là d’esclaves. Faisant disparaitre sous sa veste le dernier butin qu’elle pourrait tirer d’ici, Ljota recommença à marcher, sans se soucie que l’homme la suive ou non.
- Tous ne le sont pas, voyons. Il lui saisit l’épaule voulant la faire retourner. Le sang de la naine ne fit qu’un tour et à l’aide de sa hache, fit trébucher l’homme. Elle plaça aussitôt la lame sous sa gorge.
- Ne me juge pas trop vite, humain. Tu me prend pour quelque combattant idiot en quête de plus de gloire et d’argents, mais je n’ai que faire de tes fable. Je t’ai sauvé la vie et pour ça, je peux aisément la reprendre. Grogna-t-elle. Le marchand d’esclaves se mit à blanchir sous la menace de la guerrière. Il éloigna de lui toutes idées de réussir à asservir pareille créature.
- Alors laisse-moi me payer tes services et accompagne moi jusqu’à chez moi. Je suis fatigué de ce froid et de cette laideur. Le sourire sur le visage de Ljota s’élargit tandis qu’elle fit glisser sa hache jusqu’à l’entrejambe de l’homme.
- Laisse-moi te préciser que cela te coutera plus que les quelques pièces qui se trouvaient dans ta bourse. Et à la moindre enfilade, je te prive de ta seconde bourse, c’est bien compris ?

L’homme couina pour tout acquiescement. Vingt-trois jours plus tard, il était retrouvé mort dans les bas quartiers d’Umbar. Il avait, dit-on, après avoir bu un coup de trop, tenter de charmer la naine qui voyageait avec lui.

2869 – 128 ans – « Bloodseeker »

La foule en redemande. Elle en veut plus, toujours plus de violence, de sang et de tripes. Ljota lève les poings aux cieux, hurle de tous ses poumons qu’elle prendra que le voudra, avec les armes choisies. Les grilles s’ouvrent alors et un colosse de deux mètres quinze se dresse face à elle. Ils combattront à mains nues cette fois, comme si cela allait changer quelque chose. Le combat est unidirectionnel. Depuis la centaine d’année que vit la guerrière, elle apprit à se défendre contre énormément d’ennemis, d’autant plus qu’aucun d’entre eux n’est de réel combattant, ils sont tous là après s’être faite enrôlés par des marchands d’esclaves peu scrupuleux d’envoyer des abrutis à une mort certaine. Pour Ljota, les choses sont un peu différentes. Bien entendu, un marchand d’esclave l’avait approché, mais la ruse de la naine l’avait emporté. Durant le voyage qui les avaient conduit à Umbar, elle avait appris tout ce qu’elle voulait savoir et un soir dans une taverne où l’homme avait un peu trop bu, elle avait incité les instincts lubriques de l’homme avant d’hurler au viol et de le tuer d’un simple revers de la main. Peu de temps après, elle avait commencé les combats, gagnant peu à peu de la notoriété et dix ans après, la voilà qui se plaçait dans les favoris de cette ville au bord de l’océan, peuplée de porcs humains se délectant du massacre que la guerrière pouvait leur offrir. Dix ans de sa vie à combattre chaque jour pour un guignon de pain, un peu d’eau et quelques pièces d’or.  Elle ne pouvait rêver mieux comme métier, mais également comme entrainement.

Dans sa mémoire, malgré les années passées, sa mémoire gardait la douloureuse expérience qu’avait été son bannissement de chez Thorin et de la garde royale. Depuis ce jour, elle n’avait eu de cesse de s’entrainer pour un jour revenir faire ce qu’elle n’avait pas pu accomplir avant son bannissement. Elle tuerait Thorin de ses mains. Indis, Dwalin et tous les autres, pour l’avoir ainsi épargnée alors que la décision avait été prise. Elle revoyait encore le visage de la Protectrice du Roi, zébré d’un éclair ; Comme tous les rêves tirés de  souvenirs, la réalité se mélangeant à l’abstrait et peu à peu, Ljota avait vu la haine aux travers des yeux d’Indis. Chaque combat qu’elle gagnait depuis lors la réconfortait mais ne chassait pas le sentiment d’éternel second que pouvait garder la naine en son sein.

Dans le Sud, elle avait également découvert le plaisir des femmes humaines, bien plus agréables que les hommes ; Elle arrivait à se concevoir une relation avec une femme là où elle aurait échoué avec un homme, ne comprenant jamais que la naine n’avait rien de ce que l’on peut attendre d’une pauvre petite niaise.

Après dix ans de soleil cependant, la naine, qui s’était tissé un réseau de relation, décida qu’il était temps de partir et de repartir pour la Terre du Milieu, où elle offrirait ses services aux plus offrants. Elle deviendrait mercenaire, on l’engagerait pour toutes les tâches ingrates mais cela lui allait. Après l’enfer des combats en arène, ce n’est pas quelques bandits de grand chemins qui pourraient faire peur à la naine.

Alors que d’un mouvement sec, elle arracha la gorge du géant qui tomba en s’étouffant dans son propre sang, la foule hurla de nouveau, le nouveau titre de la naine, celui qui la définissait plus réellement que Ironstorm ne l’avait jamais fait.
- Blood-see-ker ! Blood-see-ker ! Blood-see-ker !

2894 - 153 ans – Fureur.

Assise sur la pierre les jambes croisées, le regarde de Ljota portait aussi loin que le pouvait ses yeux. Elle escortait aujourd’hui une famille de brave fermiers en direction de Minas Tirith, leur ferme ayant été perdue, brulée par des bandits. Craignant pour leur vie, le fermier et sa famille avaient choisi d’engager la naine, que beaucoup considéraient comme l’une des meilleures dans son domaine, celui-ci partant de l’escorte durant le voyage à l’assassinat. La plus jeune fille du fermier, nommée Mila et âgée d’à peine une dizaine d’années, vint s’asseoir dans le froid du vent hivernale, son regard détaillant le visage marqué de la naine, méditant autant que surveillant les alentours.
Du coin de l’œil, la naine regarda la gamine, qui fit mine de se cacher. Ljota souri alors. Lorsque la nuit était calme comme celle-ci, la guerrière avait appris à mettre en pratique de vieilles notions de méditations qui lui restaient de son premier maître, à l’époque où elle vivait encore chez les nains. Ses vêtements étaient usés par le vent et sa cape, enroulée avec insistance autour de son coup, cachait le bas du visage de Ljota et pendait jusqu’aux cuisses de celle-ci. Délavés et usés, tout indiquait la situation de la naine. La gamine, avide de connaissance, demanda alors à Ljota de lui raconter une histoire.

Particulièrement de bonne humeur ce soir-là, d’une quiétude jamais atteinte, Ljota raconta la vie dans le Sud à la gamine, passant sous silence les combats à mort, la prostitution ainsi que l’alcool coulant à flot au point de vomir dans le port. Ce n’est que lorsque la gamine lui demanda d’où elle venait vraiment que Ljota la renvoya auprès de son père. Bien que calme, elle ne pouvait toujours pas parler des évènements survenus au sein de sa race sans que la colère ne lui monte.

Soupirant et reprenant la méditation, Ljota continua à veiller une partie de la nuit où son appétit s’éleva. Saisissant un quignon de pain et un morceau de viande séchée d’une poche intérieur de sa cape, elle commença à grignoter quand elle comprit d’où venait sa faim quand la jeune Mila se mit à hurler. Le fermier avait allumé un feu et l’odeur de la viande grillée avait permis aux brigands de retrouver leur trace. Ils n’avaient jamais été loin et désormais, la mission risquait d’être un échec.

Partant à vive allure, la hache en main, Ljota arriva juste au camp pour voir le regard vitreux de la mère de Mila au côté de son mari, les bas déchirés. Ils avaient pris la fuite en entendant la naine arrivée. Ce fut fait de la tranquillité de la nuit, le sang chaud de la naine se remis en action, aiguisant ses sens. Les traces de pas permirent facilement à la guerrière de retrouver les bandits.

Ljota arriva alors à une petite caverne qu'elle avait remarquée en chemin mais qu'elle avait préféré éviter à cause de ce genre de choses; ces cavités devenaient généralement le repaire d'une nuit d'une bande de voleurs. Désormais, elle savait que sa décision avait été la mauvaise et qu'elle devrait vivre avec. Tentant de garder son calme malgré le tumulte de la colère dans son esprit, elle avança à pas feutrés dans la caverne dans parvenir à les voir, mais parvenant à les entendre. Rangeant sa hache dans son dos, elle la dissimula sous sa cape et, plaçant sa capuche sur la tête, elle s'avança dans la lumière, tout en semblant paraître faible et fragile. Les bandits se comptaient au nombre de huit et au fond, dans une cage suspendu, Mila et son frère attendaient. La plus grande des filles n'avait pas eu la chance et à la voir recroquevillé dans un coin, il n'y avait aucun doute pour la naine du sort qui lui avait été attribué. Malgré la tempête dans son sang, la guerrière continua de s'avancer et jouant la petite fille naïve, demanda si on pouvait lui faire de la place pour la nuit afin de se protéger de la nuit et des ombres.

Les hommes l'encerclèrent, parlant vite et un dialecte répugnant, parlant de vendre Ljota au Sud, ou bien de la laisser grandir et de l'employer eux-mêmes lorsqu'elle serait plus grande. La goutte d'eau de trop fut l'homme qui appliqua sa main sur l'une des fesses de la naine. Cela en fut trop pour la rage qu'elle tentait de dissimuler en elle et d'un mouvement rapide, elle se retourna pour attraper la main de l'homme. Celui-ci proféra quelques menaces qu'il ne put mettre en application, sa mâchoire se faisant arracher par un coup de hache de la part de la naine. Complètement désorientés, les hommes restant ne comprirent que trop tard le danger que représentait l'intrusion d'une petite personne parmi leur rang. La fureur qui s'empara de Ljota lui obscurcit les sens et malgré le fait que les hommes soient morts depuis longtemps, elle continue de frapper en hurlant comme une folle. Il ne reste rien des hommes lorsqu'elle en termine, sous le regard effrayé des enfants. Les attrapant et les plaçant sur le dos des chevaux des brigands, elle part en direction de la ville la plus proche, pour les y déposer avant de disparaitre dans la nuit.

Si les enfants racontèrent comment la naine les avait sauvés, les membres du village, en découvrant les restes des brigands, ne purent croire qu'il s'agissait bien d'hommes avant de rencontrer la sauvageonne. De son côté, Ljota a fait son choix; si elle ne peut protéger les hommes des hommes, alors c'est qu'elle n'a pas sa place en ce monde et elle retourne dans le Sud, où ses compétences servent à quelque chose. Non, Ljota Bloodseeker n'est pas le nom que l'on donne à quelqu'un censé protéger les gens, c'est le nom que l'on donne à quelqu'un qui tue les gens.

2948 - 207 ans - Retour en Terre du Milieu


- Tes coups sont trop lents, et tu oublies toujours de respirer avant de frapper. Grogne la naine au jeune homme se présentant devant elle. Connue dans toute la ville, Ljota Bloodseeker est le meilleur maître d'armes de la ville. Ses conseils, d'un prix exorbitant, permettent souvent de ne pas mourir tout de suite lorsque l'on a à se battre. Nul n'ignore la réputation de la naine, présente depuis plus de trente ans, arrivée dans le bas quartier et disposant aujourd'hui d'une véritable maison ainsi qu'une villa sur la côte. La pièce est mal éclairée et les yeux de la guerrière rougeoient malgré le fait que la pipe dans sa bouche soit éteinte. Voilà longtemps que la Fureur n'est pas sortie et secrètement, la naine attend que quelqu'un d'assez fou la provoque pour en laisser échapper une petite partie.

Son dernier élève sort, en sueur et en sang, après une brève révérence et disparait derrière le rideau menant aux vestiaires. La salle vide, Ljota soupire et se relève pour partir à son tour. Voilà des années que son école de combat prospère, mais cela n'empêche pas la naine d'effectuer les sales boulots que l'on lui confie et de combattre régulièrement dans l'arène contre des hordes d'ennemis afin de se libérer l'esprit de la Fureur.

A deux cent sept ans, la guerrière a bien appris à se maitriser et à relâcher la pression quand il le faut, le dernier incident remontant à presque deux ans désormais, quand elle avait éviscéré un esclave avec son couteau de table car celui-ci avait renversé de la sauce sur son bras. Disons que cela fait désordre. Une certaine sagesse lui fait regretter certains de ses actes, mais rien ne concernant son précédent royaume. Elle n'a jamais oublié sa promesse envers Erebor et le faux roi Thorin Oakenshield, elle n'a jamais oublié Indis et Dwalin.

Sur le balcon, Ljota regarde la mer, son flux et son reflux, tout en fumant la pipe qu'elle a rallumée entre temps. Sa favorite du moment s'assied à son côté, demandant à quoi pense sa maitresse; Un éclair passe dans le regard de la nain et un sourire se dessine sur son visage. Se contentant de sourire en guise de réponse, la guerrière enlace l'esclave et l'emmène vers la chambre.

Sur le bureau de la naine, une étrange missive, apportée plus tôt dans la journée par un étrange homme encapuchonné. Dans cette lettre, l'inconnu qui lui écrit ne se présente pas mais lui fait une promesse. Celle que Ljota a attendu toute sa vie. Dans les bras de son amante, la naine lui explique qu'il faudra lui faire ses bagages, car elle part dès le lendemain. Elle part pour les Terres du Nord, pour la Terre du Milieu, tenir une promesse vieille de cent vingt-cinq ans.

   
   




   
Bloodseeker

I rival any f*cking man !
   P!A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administratrice
Royaume : Erebor
Copyright : Lady Beard / Anaëlle
FT. : Katheryn Winnick
Date d'inscription : 13/04/2014
Messages : 361
Date de naissance : 14/10/1989
Age : 27
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Jeu 1 Jan - 19:59
LJOTAAAAAAA!!!!

Re-Bienvenue!!! Ce début de fiche!!!

Vivement qu'on se croise en RP!!!



Our battlecries are breaking the silence.

How to find a way through darkest nights? A voice, still faint, speaks names that burn down in flames. Tonight, we are a part of this fireflight. Lights of dawn will gleam once our voices unify, for flames they'll scream.



 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Jeu 1 Jan - 20:24
Re-bienvenue ! :face:
Revenir en haut Aller en bas

Pilier de taverne
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Amour Gloire et Beauté : Mère Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Indis est la naine de ma vie
FT. : Isolda Dychauk
Date d'inscription : 06/03/2014
Messages : 1671
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Jeu 1 Jan - 22:14
LSMCJKvnkw:vlxN/ Ton début d'histoire

Rebienvenue, tu connais la maison :face:
*hâte de lire la suite*



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondatrice
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Amour Gloire et Beauté : ...C'est compliqué ?
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : avatar ladybeard/indis, darkparadise pour le code sign
FT. : Richard Armitage
Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 2969
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Ven 2 Jan - 13:01
Bienvenue !
Excellent choix de personnage, ça va péter le feu


I have to wear my crown in my heart, not on my head.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administratrice
Royaume : Mirkwood
Localisation : Vert Bois Le Grand retrouve de son éclat d'antan
Amour Gloire et Beauté : Compagnon d'Enelye
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : panda vador
FT. : Lee Pace
Date d'inscription : 16/02/2014
Messages : 2611
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Ven 2 Jan - 18:57
Rebienvenue avec cette sombre naine intéressante <3



Such is the nature of evil, in time all foul things come forth!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Sans Royaume - Travaille pour le moment au service de Sauron
Copyright : Poison Ivy
FT. : Ellen Hollman
Date d'inscription : 01/01/2015
Messages : 101
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Ven 2 Jan - 21:39
Merci à vous
Content que ça vous plaise



   
Bloodseeker

I rival any f*cking man !
   P!A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Parmi les ombres
Amour Gloire et Beauté : Dévouée aux dieux
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Wild Heart; fassylover; tumblr
FT. : Jessica Parker-Kennedy
Date d'inscription : 02/03/2014
Messages : 623
Date de naissance : 28/07/1995
Age : 22
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Sam 3 Jan - 9:56
Ma garde du corps favorite :amour: Rebienvenuuuuuue

Tu sais que si on remplace le j de ton prénom par un i ça donne le nom de mon prof de philo et ça me perturbe beaucoup. Voilà.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Sam 3 Jan - 15:18
Re-Bienvenue !
J'adore ton histoire ♥
Revenir en haut Aller en bas

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Sans Royaume - Travaille pour le moment au service de Sauron
Copyright : Poison Ivy
FT. : Ellen Hollman
Date d'inscription : 01/01/2015
Messages : 101
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Sam 3 Jan - 23:35
Ma cliente préférée :amour: Attends que je découvre que tu as trahi toi

Merci Namarthiel :v:



   
Bloodseeker

I rival any f*cking man !
   P!A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pilier de taverne
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Amour Gloire et Beauté : Mère Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Indis est la naine de ma vie
FT. : Isolda Dychauk
Date d'inscription : 06/03/2014
Messages : 1671
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Sam 17 Jan - 0:06

Elle est tellement géniale Ljota :amour: Ca y'est je fangirlise

Tu es validée, félicitations !

Tu peux désormais te jeter dans l'aventure, mais il y a quelques petites étapes qu'il vaut mieux suivre avant :
❧ Pense à réserver ton avatar ici à moins que tu aies un jumeau caché, bien évidemment.
❧ Ensuite, n'hésite pas demander des camarades d'aventure pour partir à la recherche de dragons à tuer dans la partie des liens et rps ! Au passage, s'il te manque un ami, une famille, tu peux aller créer un scénario ici (et réserver son avatar dans le bottin en passant).
❧ De même si tu t'ennuies, tu peux également aller t'amuser à défier tes amis ou remplir d'autres défis qui sont proposés ici.
❧ Enfin, le journal du Balrog Enchaîné te propose de participer au prochain numéro mensuel en lui envoyant par MP les rumeurs venues frôler tes oreilles délicates ! Avec un peu de chance, tu seras toi-même sélectionné(e) pour une interview spéciale et figureras ainsi en première page (et pour voir les anciens articles, c'est par ici que cela se passe).

Flood et RPs t'attendent avec impatience ! Ravi de t'avoir parmi nous, mais plus important encore ... amuse toi bien :<3:



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   Sam 17 Jan - 0:09
LJOTAAAAAAA il nous faut un lien ehehbjwbgnw
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Ljota Bloodseeker ▬ « Dans ma main, ma hache. Sous mon pied, ta tête. » [-16]
» Bali Balo dans son berceau...
» Se promène par la main (pv Gael)
» [Validée]Gingi yamada
» ça fond dans la main !!





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Drink like friendly dwarves :: You're going on an adventure :: Membres de la communauté-