Partagez | 
 

Who are you ? [Elrond ❤︎]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Dim 28 Déc - 18:11
Who are you ?

Nous nous reverrons, ici ou ailleurs. C'est une promesse.


D'un geste tendre, la silhouette sombre flatta l'encolure de sa monture. L'animal, d'un gris perlé aux éclats métalliques sous la lumière de la lune, hennit doucement alors que de la vapeur sortait de ses naseaux. Leur route avait été longue aujourd'hui, elle le serait davantage demain. Le cavalier laissait son cheval décider du chemin à prendre, ne sachant où le diriger et vers quelle destination tendre. Tout lui était inconnu, tout était à redécouvrir alors que sous les sabots délicats de l'équidé se déroulait la route. Serrant sa cape autour de lui, l'errant posa pied à terre afin de soulager son compagnon et de prendre quelque repos. Le hasard les avait conduits non pas à une auberge ardemment souhaitée, mais dans un bois qui avait tout de même le mérite d'offrir un certain abri pour celui qui souhaite laisser derrière lui la fatigue du voyage, pour une nuit du moins.

Tout était différent ici. Tout était pourtant familier. Tout était menaçant et pourtant chaleureux à la fois. Etrange et perturbant, oui ce monde l’était certainement. Pourquoi avoir quitté Valinor ? Une goutte de pluie roula sur son nez et la silhouette tira davantage sur sa capuche avec un soupir agacé. « Elenna je t’en prie. Tu ne peux pas partir à l’aventure comme cela, c’est dangereux ! » Les paroles de son ami résonnaient encore dans son esprit. Elle les avait écartées d’un geste de la main, armée de son sourire le plus tendre et le plus lumineux. En fait de danger elle n’avait jusqu’alors croisé que trois orcs que ses flèches avaient arrêté facilement. Et encore, elle était à ce moment là coincée dans un arbre parce qu’elle voulait attraper le lembas qu’un écureuil lui avait volé. Autant dire qu’elle avait eu la chance d’être au bon endroit, au bon moment. Elle n’avait même pas eu le temps d’avoir peur à l’instant où ses projectiles ôtaient la vie de ces créatures qui faisaient naître en elle un curieux instinct belliqueux et plein de rage.

De fait, l’elfe n’avait pas eu l’impression d’être réellement en danger. Peut être que son voyage y était pour quelque chose. Après tout elle était partie des havres gris armée, chargée de suffisamment de provisions pour tenir un siège et avec une monture infatigable. Après quelques errances elle avait fait un crochet par cette curieuse contrée appelée Comté, peuplée d’étranges créatures nommées hobbits. Elle avait passé là-bas plusieurs semaines, curieuse d’en apprendre davantage sur eux, émerveillée de voir des êtres aussi emplis de joie de vivre. Pourtant, ces derniers jours alors qu’elle s’éloignait de ce lieu qui lui avait apporté tant de rires, son regard s’était assombri. Elle avait compris les mises en garde de Sephiran, pas à cause des orcs non. Mais plutôt à cause de ce qu’elle ressentait. Le mal était là, rampant, sournois et pernicieux. Il se cachait mais elle le voyait. Elle se demandait pourquoi. Etait-ce parce qu’elle avait gardé tout au fond d’elle-même le souvenir de Valinor et de sa lumière ?

Un craquement la sortit de ses pensées et l’elfe se releva d’un bond, son arc à la main, une flèche encochée et prête à défendre chèrement sa vie et… Muette de stupeur, elle vit l’odieux rongeur qui avait osé lui dérober un pain de lembas débouler d’un fourré. Un petit rire s’échappa alors de sa gorge tandis qu’elle baissait son arme. Fouillant sa sacoche, elle tendit un bout du pain elfique à l’écureuil qui s’en saisit avant de disparaître aussi promptement qu’il était apparu. « … de rien surtout. » Mi-amusée, mi-décontenancée, elle retourna s’asseoir entre les racines d’un grand arbre. Cette courageuse bestiole lui avait jusque là causé davantage de souci que les orcs. Et elle priait les Valars que cela continue encore un moment.



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Pilier de taverne
Royaume : Imladris (Fondcombe)
Localisation : Imladris
Amour Gloire et Beauté : Marié à sa chère Celebrian, même si la mémoire lui fait défaut
Copyright : Shi (vava) , Little wolf (signa)
FT. : Hugo Weaving
Date d'inscription : 20/02/2014
Messages : 2533
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Mar 30 Déc - 5:54
Rememberance
Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember. When your dreams have ended. Time can be transcended. Just remember me. I am the one star that keeps burning. So brightly. It is the last light. To fade into the rising sun. I'm with you whenever you tell. My story. For I am all I've done. Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember me. I am that onevoice in the cold wind. That whispers. And if you listen. You'll hear me call across the sky. As long as I still can reach out. And touch you. That I will never die. Remember. I'll never leave you. If you will only. Remember me
Elle s’était insinuée en lui il y a quelques jours, cette impression étrange, ce pincement au cœur… Cette vision d’outre-tombe. Un battement de paupières, il l’avait vu, elle. Parmi tous, son visage s’était dessiné comme un songe, une douleur vivifiante dans ses entrailles, la sensation était beaucoup trop palpable pour que cela ne soit qu’un mauvais tour du destin. Et elle ne l’avait pas lâchée, depuis. Dès que ses pensées voguaient vers elle, il avait l’impression de suivre un chemin, des contrées qu’il connaissait, comme si elle s’y trouvait. Elrond n’avait pas voulu y croire et avait chassé d’un geste de la main ces idées qu’il avait  cru alors absurdes. Pourtant, chaque jour cette sensation revenait à la charge, infatigable, forte et poignante. Il n’avait parlé à personne de ce qu’il avait vu, de peur que son esprit ne fasse que dérailler, mais le semi-elfe n’avait su résister davantage à cet appel. Il devait savoir.

Ainsi, aux petites heures d’un matin, il avait enfourché sa monture à la robe sombre pour dévaler en direction de la Comté. Glorfindel était parti il y a quelques jours de cela à Mirkwood, porter une missive au Roi Thranduil sous sa demande. Personne ne l’arrêta, ni ne le questionna sur son départ soudain et il ne dit rien non plus à sa fille, il préférait avoir le cœur net d’abord… et ne pas se faire de faux espoir. Vilya au doigt, il se laissa guider par son instinct et voyagea jour et nuit à travers les terres pour atteindre sa destination dans les plus brefs délais. Le Lord d’Imladris ignorait où il allait, chaque jour il était attiré sur un chemin différent de la veille et son cœur il suivait avec la plus grande confiance. Car son esprit était beaucoup trop égaré pour lui montrer la route dans cet état. Rares furent les moments où il s’arrêta, si ce n’était que pour offrir repos à son cheval qu’il poussait jusqu’à sa limite dans ce voyage.

L’animal suivait pourtant son rythme sans se plaindre et avançait bon trot, réduisant les distances un peu plus chaque jour. Et comme la distance devenait moindre et plus le cœur du Noldor s’emballait et devenait incontrôlable. Voilà longtemps qu’il ne s’était pas senti ainsi, que tout son être n’avait pas été en effervescence face à cette attente. Était-ce seulement possible ? Elle. Sa femme. La seule qui jamais eut accès à son cœur puisse être là, revenue d’un voyage sans retour ? La dernière fois qu’il l’avait laissée monter à bord des bateaux aux Havres Gris, son esprit était brisé, épuisé, affaibli et elle ne désirait plus rester en Terre du Milieu. Pourquoi donc serait-elle revenue ? Cela ne faisait aucun sens à ses yeux. Pourtant, son cœur ne lui avait jamais menti… tout comme ses dons de vision.

Celebrian… Sa douce épouse. Il ne s’était jamais vraiment remis de son départ. Mais il avait à faire, encore, ici, à Fondcombe. Son rôle de Gardien le maintiendrait en Arda pour un moment, il n’était pas temps pour lui de partir, même si l’attente se faisait plus longue de jour en jour et l’appel de la mer toujours plus forte. Jusqu’à présent il avait su résister à tout ce qu’il portait depuis nombreuses lunes déjà, aujourd’hui pourtant toute sa carapace s’écroulait, comme si elle n’avait été que poussière dans le vent. Ce sentiment, il ne s’était présenté qu’une seule fois dans sa vie. Lorsqu’il l’avait rencontré elle, la première fois. Son cœur avait déraillé, comme à cet instant.

La nuit tombait lorsqu’il pénétra au cœur d’une forêt qu’il connaissait bien. En temps normal, il se serait arrêté pour attendre le levé du jour, mais son instinct le pressa à continuer sa route malgré l’obscurité naissante et il s’enfonça au cœur des arbres à la recherche d’un fantôme du passé. Habillé de vêtement sombre, une cape noire recouvrait ses épaules et une capuche était abattue sur sa tête, car il avait préféré l’anonymat à une escorte bien armée. Il avait voulu voyagé seul pour la cause, Elrond n’aurait en fait par toléré la présence de personne tant son esprit s’évadait que son visage devait être marqué par une mélancolie profonde. Mais plus il sentait sa destination approchée et plus il pressait le pas à sa monture qui accélérait son allure jusqu’à la course. Le vent s’engouffra dans ses vêtements et il sentit sa cape claquer dans son dos, mais même les forces de la nature ne sauraient ralentir sa cadence.

Puis, comme il sut instinctivement qu’il arrivait enfin là où son cœur désirait aller, son cheval ralentit le pas jusqu’à un trot très discret et il sembla pour l’esprit du semi-elfe que le temps s’arrêta. Le cheval freina sa progression à un campement et lorsque le regard gris du porteur de Vilya se posa sur la silhouette debout à quelques pas de là. Il figea un moment, comme l’idée s’installait lentement en lui que c’était bien elle. Celebrian. Il l’aurait reconnu entre milles, il ne pouvait pas se tromper. Se jetant en bas du dos de son destrier, sa main vint défaire la boucle qui maintenait sa cape sur ses épaules et celle-ci s’envola au sol dans une bourrasque de vent fraiche. Malgré la pluie, son visage se dévoila enfin à lueur de la lune, alors qu’il franchit la distance qui les séparait encore en quelques enjambées, tout juste. Ses mains vinrent serrés avec tendresse celle de sa femme, empruntes d’une certaine force, comme s’il se refusait d’y croire, comme si elle n’était qu’un mirage et qu’elle s’envolerait sous son touché. Elrond ne le supporterait pas qu’elle lui échappe encore, pas cette fois.

Son regard clair plongea dans celui de sa tendre épouse, marqué d’un amour profond, d’une incompréhension et d’une joie indescriptible. « Celebrian… » Il murmura son nom comme un souffle extirpé de ses lèvres, car il ne réalisait pas encore qu’elle ne le reconnaissait pas, trop envahi par la vague d’émotions qui désirait prendre le contrôle de ses pensées et de son corps. Son âme-sœur, sa moitié, il se sentait incapable de la lâcher maintenant qu’il la tenait entre ses doigts de peur qu’elle s’envole et qu’elle ne revienne pas. Par quel miracle pouvait-elle bien être ici ? « Meleth nín…» Une de ses mains vint caresser doucement le visage de sa femme, fébrilement. Il peinait à y croire. Pourtant, c’était réel. Et surtout il était loin de se douter qu’il remettrait bientôt les pieds sur terre.

-------

Meleth nín : Mon amour

(c) sweet.lips


All that is gold does not glitter
Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, Deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, A light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken,The crownless again shall be king. Let him not vow to walk in the dark, who has not seen the nightfall.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Mer 31 Déc - 0:47
Who are you ?

Nous nous reverrons, ici ou ailleurs. C'est une promesse.


Blottie contre l’écorce rugueuse, la sylphide dorée laissait son esprit vagabonder. S’il lui était plutôt agréable de voyager au gré de ses envies, de laisser sa monture décider du chemin… ça avait aussi quelque chose de frustrant. Comme cette timide et fugace sensation qu’elle s’efforçait de retenir sans succès, cette sensation qui lui échappait et lui murmurait qu’elle était proche et pourtant si loin de ce qu’elle cherchait. Mais de quoi ? A chaque fois qu’elle pensait tenir la réponse, celle-ci s’évanouissait et la laissait perplexe et curieusement vide. Oh combien elle redoutait ce sentiment ! Et pourtant au fil des jours, il se faisait plus présent, lui rappelant que justement… elle ne se rappelait rien. Qu’elle était venue chercher quelque chose et qu’elle ne savait plus quoi. Sensation frustrante mais qui l’inquiétait également davantage qu’elle ne se l’avouait. Et si elle passait à côté ? Et si elle ne trouvait jamais ? Elle se contentait d’espérer, un peu vainement sans doute. Elle n’avait guère d’illusion, les choses n’étaient jamais aussi faciles.

Et pourtant elle prenait plaisir à ce voyage, malgré la pluie qui trempait doucement mais sûrement sa cape. Elle s’était découverte une véritable passion pour les hobbits, ces petites créatures si adorables et surprenantes. Elle adorait découvrir de nouveaux endroits et cette liberté dont elle jouissait sans la moindre entrave. Oui, être libre et n’avoir de compte à rendre à personne, voilà qui lui plaisait énormément. Alors elle faisait taire ses angoisses, ignorait les questions qui la taraudaient. Et pourtant… cette agaçante sensation de manque venait chantonner à ses oreilles et l’intime conviction de l’imminence d’un évènement ne cessait pas d’étreindre son coeur ces derniers jours. L’elfe restait donc sur ses gardes, plus que jamais, s’attendant à une attaque à chaque seconde. Mais à part un écureuil qui semblait avoir décidé de la suivre de partout, elle n’avait pour l’instant pas rencontré d’adversaire trop coriace.

Du bout des doigts, elle effleurait la lance à ses côtés, admirait les entrelacs, les ornements elfiques qui dessinaient d’élégantes volutes sur l’arme déjà redoutables entre ses mains délicates. Elle ne se rappelait pas comment, ni quand elle avait appris à manier la lance et l’arc, mais ces capacités la rassuraient. Oh elle n’était pas dupe, son niveau n’était pas celui des meilleurs guerriers de son peuple. Mais elle se défendait honorablement et tant que cela lui permettait de rester en vie et de poursuivre son périple sans trop de heurts, elle n’en demandait pas plus. Perdue dans ses pensées, elle n’entendit pas la sombre silhouette approcher. Pas plus qu’elle ne la vit. Lorsqu’elle ne fut plus qu’à quelques pas, enfin la nymphe releva la tête et croisa son regard. Des prunelles claires comme un ciel de printemps la fixaient avec insistance et elle demeura muette de stupeur.

Face à elle, un elfe. L’éclair de crainte qui l’avait traversée -l’idée de croiser un ennemi à une heure pareille ne l’enchantait guère- s’était alors envolé et, rassurée, elle avait esquissé un léger sourire soulagé. « Celebrían… » Son sourire disparu au son de cette voix serrée par l’émotion, une émotion qu’elle ne comprenait pas. Celebrían ? Qui était-ce ? Elle ? Mais elle n’était qu’Elenna, celle qui regardait les étoiles en espérant se souvenir. Elle n’avait pas prévu que quelqu’un la reconnaisse avant que les souvenirs ne lui soient revenus. Avant qu’elle ne puisse faire un seul geste, l’elfe avait pris ses mains entre les siennes et les serrait avec ferveur. Au moins, ce n’est pas un ennemi… Décontenancée par la joie qu’elle voyait en lui et qu’elle ne comprenait pas entièrement, la sylphide eu un mouvement de recul à peine perceptible lorsque sa main glissa sur sa joue. « Meleth nín… »

C’était beaucoup trop pour qu’elle ne réagisse pas. Retirant ses mains, elle recula d’un pas, de deux, jusqu’à buter contre le tronc de l’arbre qui lui servait alors d’abri de fortune contre l’ondée nocturne. C’est avec étonnement qu’elle nota que la sensation de vide qu’elle ressentait habituellement s’était tue au contact de cet elfe, mais s’était à nouveau éveillée quand elle avait reculé. Mais elle ne s’attarda pas davantage sur cela, les questions se pressaient dans son esprit, elle ne savait laquelle poser en premier. « Qui êtes-vous ? » L’innocente fée ne se doutait pas que cette question était un couperet cruel, que sa candeur désarmante était une lame férocement aiguisée. « Et comment m’avez-vous appelée ? Vous… » Êtes très séduisant mais impoli, présentez-vous avant de me conter fleurette ! « Vous me connaissez ? »


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Pilier de taverne
Royaume : Imladris (Fondcombe)
Localisation : Imladris
Amour Gloire et Beauté : Marié à sa chère Celebrian, même si la mémoire lui fait défaut
Copyright : Shi (vava) , Little wolf (signa)
FT. : Hugo Weaving
Date d'inscription : 20/02/2014
Messages : 2533
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Mer 31 Déc - 18:31
Rememberance
Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember. When your dreams have ended. Time can be transcended. Just remember me. I am the one star that keeps burning. So brightly. It is the last light. To fade into the rising sun. I'm with you whenever you tell. My story. For I am all I've done. Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember me. I am that onevoice in the cold wind. That whispers. And if you listen. You'll hear me call across the sky. As long as I still can reach out. And touch you. That I will never die. Remember. I'll never leave you. If you will only. Remember me
L’attente lui avait paru inconcevable. Une agonie lente à laquelle il sentait la fin arrivée ou peut-être n’était-ce que le coup du destin ? Dans son cœur battait le sentiment d’un renouveau, l’extase d’un souffle fébrile qu’il n’avait pas ressenti depuis longtemps. Il en avait perdu le compte, après toutes ces années… ces siècles. Combien de temps s’était-il écoulé ? Une brève pensée lui rappela que près de cinq cent ans avait passé depuis son départ pour les Terres Immortelles. Ce jour-là était resté gravé dans sa mémoire, indélébile, comme de l’encre qui aurait tâché un espace sur son cœur pour le laisser vide. Vide d’une présence qu’il avait longtemps cherchée, vide d’une main qu’il avait inlassablement tenté d’étreindre, mais en vain. Ses bras avait fini par oublier le sentiment des caresses, ne laissant qu’un espace laisser au néant dans l’absence de l’être aimé pour le remplir. Il se remémorait un parfum familier, un touché coutumier. Une part de lui perdait le contrôle, l’autre luttait pour conserver son calme et ses sentiments faisaient une ronde vertigineuse dans sa poitrine. Son cœur se sera, étrangement, dans une sensation qu’il ne jugea en rien agréable.

Puis il comprit. Il comprit lorsque la main de Celebrian s’arracha à la sienne. Le regard du semi-elfe contempla d’une émotion vide ses doigts absents de chaleur partagée. Il comprit, lorsque dans un mouvement de recul agité, elle s’éloigna vivement en titubant contre un obstacle derrière elle et dans ses yeux il y lut la peur. Quand dans ses traits se dessina l’incompréhension, l’appréhension. Il comprit lorsque ces mots assemblés qui êtes-vous traversèrent sa poitrine telle une lame et que la plaie se remit à pleurer ses larmes de sang. Et quelque part en lui, l’espoir qui était naquis mourut sous l’étreinte qui enserrait son cœur dans un étau violent. Une douleur vive déchira sa poitrine et il lui sembla manquer de souffle l’espace d’un instant. Sa tête tournoya et Elrond dut déployer toutes ses forces pour ne pas simplement s’écrouler au sol, fatigué et abattu. Ses mains étaient restées suspendues à leur place, figées dans une image douloureuse alors que l’idée faisait lentement  son chemin dans son esprit engourdi par le choc. Elle ne le reconnaissait pas. Pourtant c’était bien elle, cela il l’aurait juré même devant sa propre mort.

Son visage s’était décomposé sans qu’il ne puisse rien contrôler et il leva un regard emprunt de tristesse vers Celebrian. Pourquoi donc le malheur s’acharnait-il sur lui ? Qu’avait-il fait pour mériter une telle chose ? À croire qu’on lui désirait véritablement du mal. Tout tourna à vive allure dans son esprit qui tentait de s’extirper de ce tourbillon infernal d’émotions. Il dut mettre tout en œuvre pour s’extirper de sa torpeur et se redresser, calmant, mais n’apaisant en rien, son cœur qui frappait douloureusement contre sa poitrine. Si elle ne se rappelait pas, nul doute que l’intrusion subite qu’il avait fait lui était parue des plus agressantes et cette simple idée le tortura davantage. S’arrachant à cette léthargie qui engourdissait tous ses muscles, il prit un temps pour recouvrer un peu de contrôle. Il ferma momentanément ses paupières pour chasser les larmes qu’il sentait monter. « T… » Le semi-elfe ravala son tutoiement avant de rouvrir ses yeux. « Vous ne vous souvenez pas de moi… » Sa voix s’était pratiquement étranglée et il peinait à conserver sa maîtrise de soi. Il prit une profonde inspiration pour étouffer le chagrin qui pinçait son torse.

Que pouvait-il bien lui dire ? Qu’ils étaient mariés ? Qu’ils avaient eu trois enfants ? Qu’ils avaient vécu ensemble plus de trois milles ans ? Il craignait que de la bombarder d’informations ne la fasse fuir, mais il était dur pour lui de penser autrement, alors que tout cela lui était naturel. Le porteur de Vilya s’éloigna de quelques pas en se détournant, ne supportant pas le regard inconnu qu’elle posait sur lui. « Celebrian… C’est votre prénom… » murmura-t-il d’un ton faible, mais assez fort pour qu’elle entende. Elle ne se rappelait même pas de son propre nom. « Vous viviez dans… dans mon domaine, à Imladris... » Il ne trouvait pas la force de lui avouer qui il était pour elle, comme si tout était à recommencer, du début. Ses mains se serrèrent avec force, ses doigts s’entrelaçant dans une tentative d’étouffer les plaintes qui voulaient s’extirper de ses lèvres. « Je suis… je suis Elrond. » Sa voix manqua de tressaillir, mais il parvint à la contrôler de justesse. « Pardonnez mon comportement. Je… j’ignorais que vous aviez… oublié. » Et sa voix se brisa sur le dernier mot sans qu’il ne puisse la contrôler davantage. C’était trop pour lui, plus qu’il se sentait capable d’en prendre sur ses épaules.


(c) sweet.lips


All that is gold does not glitter
Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, Deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, A light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken,The crownless again shall be king. Let him not vow to walk in the dark, who has not seen the nightfall.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Ven 2 Jan - 0:42
Who are you ?

Nous nous reverrons, ici ou ailleurs. C'est une promesse.



Figé, paralysé par l’horreur, celui qui lui faisait face semblait avoir été frappé par la foudre. Elle ne le reconnaissait pas. Oh il y avait bien ce sentiment ténu qui était devenu plus fort lorsque leurs mains liées se réchauffaient. Mais elle ne reconnaissait pas son visage, ses yeux. Et si sa voix semblaient éveiller de vieux frissons dans son corps pétri par les siècles, la fée cruelle et innocente ne pouvait cacher son ignorance. Elle l’observait avec curiosité cet elfe qui semblait déborder de joie il y avait encore un instant, stupéfaite à l’idée qu’elle avait pu être à l’origine d’une telle félicité… et peinée d’être celle d’une telle déception, d’une telle tristesse. Car oui, il lui semblait que son coeur avait reçu de rudes coups de poignards au moment où elle avait prononcé les mots fatidiques. Qui êtes vous. Il ferma les yeux mais il était trop tard. Elle avait vu briller une larme, elle avait vu la peine qu’elle lui causait. Et cela… lui était insupportable.

« T… Vous ne vous souvenez pas de moi… » La sylphide hocha la tête, timidement. Elle ne parvenait pas à détacher ses yeux de lui, notait scrupuleusement chaque détail dans son esprit. Elle ne se souvenait pas de lui… mais lui se souvenait d’elle. Pouvait-il l’aider à se rappeler ? Qui elle était, mais surtout ce qu’elle cherchait ? Il s’éloigna de quelques pas, lui tournant le dos et elle se surprit à tendre la main pour le retenir, comme si son corps ne lui obéissait pas. « Celebrían… C’est votre prénom… Vous viviez dans… dans mon domaine, à Imladris... » Sa main retomba, le coeur serré tandis que cette voix meurtrie tentait de répondre à ses questions. Elle voulait qu’il se taise, qu’il cesse ainsi de souffrir pour satisfaire sa curiosité. Déjà elle se maudissait d’avoir quitté Valinor, de n’avoir pensé plus tôt à la peine qu’elle aurait pu faire à ceux qui l’avaient connue. A ceux qui la connaissaient et la reconnaissaient aujourd’hui.

« Je suis… je suis Elrond. Pardonnez mon comportement. Je… j’ignorais que vous aviez… oublié. » La voix de l’elfe se brisa et ce fut plus qu’elle ne put en supporter. D’un pas hésitant, elle combla la distance entre eux et saisit sa main. Aussitôt la chaleur curieusement familière se répandit dans ses veines, la certitude d’avoir trouvé quelque chose d’essentiel. La fée couronnée d’or se mordit nerveusement la lèvre inférieure, ne sachant pas quels mots seraient susceptibles d’alléger un peu la peine de son compagnon. Sans doute qu’aucun ne pourrait l’aider. « Vous êtes pardonné Elrond. Mais pardonnez-moi également. Je ne voulais pas vous faire de peine, je suis vraiment désolée. » Doucement, sans y penser, elle liait ses doigts aux siens, faible tentative pour le réconforter. Elle le tira délicatement vers elle, le forçant à lui faire face pour lui offrir un sourire timide et désolé.

« Me pardonnerez-vous ? Je crois que nous avons beaucoup à nous dire, vous semblez bien me connaître. » Et c’était un euphémisme. Il l’avait appelée Meleth nín, et elle savait parfaitement ce que cela signifiait. Elle comptait pour lui, ou du moins avait compté à une époque. Celebrían se rendait enfin compte à quel point le choix des Valars de lui ôter ses souvenirs était cruel. Une épreuve pour elle, mais pas seulement. Pour ceux qui l’avaient aimée. Et c’était cela le plus dur. Pourtant elle ne remettait pas en cause le choix des seigneurs de Valinor. Seule la question Pourquoi ? demeurait suspendue dans son esprit. « Je me suis éveillée il y a quelques semaines sur un bateau venant de Valinor, sans pouvoir me souvenir de mon propre nom. Mais vous m’avez trouvée. » Cette pensée gonflait son coeur d’un sentiment de joie alors même qu’il était empli de peine.


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Pilier de taverne
Royaume : Imladris (Fondcombe)
Localisation : Imladris
Amour Gloire et Beauté : Marié à sa chère Celebrian, même si la mémoire lui fait défaut
Copyright : Shi (vava) , Little wolf (signa)
FT. : Hugo Weaving
Date d'inscription : 20/02/2014
Messages : 2533
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Mer 7 Jan - 6:14
Rememberance
Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember. When your dreams have ended. Time can be transcended. Just remember me. I am the one star that keeps burning. So brightly. It is the last light. To fade into the rising sun. I'm with you whenever you tell. My story. For I am all I've done. Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember me. I am that onevoice in the cold wind. That whispers. And if you listen. You'll hear me call across the sky. As long as I still can reach out. And touch you. That I will never die. Remember. I'll never leave you. If you will only. Remember me
Son coeur criait à l’agonie devant l’injustice, pleurant en silence le malheur qui enserrait ses veines et laissait couler en lui la douleur d’une paralysie lente. Il aurait voulu hurler, il sentait cette force monter dans sa gorge et se coincer au bord de ses lèvres, étouffée par un sentiment plus fort encore, cette tristesse poignante qui ensevelissait toute autre sensation. Ses doigts engourdis par son froid intérieur s’étaient figés ensemble, indélogeables, serrant si fort que sa peau était devenue blanche, presque comme neige. Il se sentait étouffer, dérailler et les paroles de Celebrían traversaient tout juste sa pensée, incapable de l’extirper hors de ce tourbillon dans lequel il semblait se laisser entrainer. L’incompréhension fit lentement place, alors qu’il cherchait à comprendre pourquoi elle avait perdu ainsi la mémoire, ce qui en était la cause et Elrond sentait peu à peu le sol vouloir se dérober sous ses pieds. Le semi-elfe se déconnectait lentement de la réalité qui l’entourait, se laissant aller à cette peine qui engourdissait son esprit dans un autre monde. Que lui était-il donc arrivé ? Qu’était la cause de son amnésie ? Il se demandait simplement s’il en aurait un jour la réponse. Si elle-même le savait seulement.

Puis, une main vint chercher la sienne, sans qu’il ne s’en rende compte et elle délogea ses doigts bloqués ensemble pour enserrer les siens et le porteur de Vilya n’offrit aucune résistance, ni à cette poigne, ni lorsqu’elle le tira pour qu’il lui fasse face. Ce simple geste eut pour effet de mettre un baume immédiat sur son cœur, calmant sa frénésie et ramenant sur terre ferme son esprit qui semblait vouloir s’évader. Il s’encra ainsi à la réalité présente. Elle s’était rapprochée, sa douce, avait osé réduire les distances et le toucher à nouveau et il sentit un soulagement envahir son corps à cette pensée. Le noldor savait bien qu’elle ne voulait pas lui faire volontairement de peine et l’idée qu’il puisse la blesser à travers cela lui était terrible, mais il ne contrôlait pas ses traits emprunts de tristesse, ni son regard où courrait sa douleur. Pourtant sur son faciès millénaire se dessina lentement une chaleur apaisant ses tourments, signe que les tentatives de Celebrían pour le consoler n’étaient pas en vain.

« Me pardonnerez-vous ? Je crois que nous avons beaucoup à nous dire, vous semblez bien me connaître. »  À ses mots, les pupilles d’Elrond s’emplirent et s’illuminèrent de tout l’amour qu’il pouvait porter pour elle depuis plus de trois milles ans. Et son regard la couva un bref instant alors qu’il luttait contre tout son corps pour rester immobile, pour ne pas la toucher plus qu’elle ne le désirait et, surtout, pour ne pas poser ses lèvres contre les siennes et lui prouver ô combien il l’aimait. « Bien entendu que je vous pardonne. » souffla-t-il comme si c’était l’évidence même, comme s’il avait pu un seul instant lui en vouloir. C’était loin d’être le cas et ne le serait jamais. Elle lui était beaucoup trop précieuse pour qu’il ne puisse ressentir rien d’autre que l’amour le plus pur à son égard. En revanche, il ne sut que répondre au fait qu’il la connaissait bien, au vue de ce qu’il lui avait dit plus tôt, elle devait bien se douter de quelque chose. Meleth nin. Le semi-elfe se maintint de le répéter à nouveau, ces mots brûlants ses lèvres.

Les doigts du Seigneur d’Imladris s’étaient doucement serrés contre ceux de sa bien-aimée, se contentant de ce touché, de cette proximité, pour satisfaire le feu qui brûlait dans sa poitrine. Il saurait se montrer patient face à cette épreuve. Il se devait de l’être, même si cela lui faisait terriblement mal au fond. Son regard était rivé sur elle et il était incapable de l’en déloger, comme si plus rien au monde n’existait outre que son âme-sœur. « Je me suis éveillée il y a quelques semaines sur un bateau venant de Valinor, sans pouvoir me souvenir de mon propre nom. Mais vous m’avez trouvée. » Voilà qui expliquait partiellement les choses, sans doute. Était-ce là la volonté des Valar ? Pourquoi donc, était bien la question qu’il fallait se poser. En temps et lieux, sûrement, saurait-il de quoi il en retournait. Pour l’instant, il ne pouvait qu’attendre. Pas qu’il n’avait jamais fait cela, après tout. Sa main couvrit un peu plus celle de Celebrían dans la sienne, comme une bouffée de chaleur enserra son cœur. « Dès l’instant où vous avez mis pied en Terre du Milieu j’ai su… » dit-il doucement, sa voix emprunte d’une affection plus que sincère. « Et je vous aurais retrouvée, ou que vous soyez. Rien ni personne n’aurait empêché cela. » Son cœur s’était laissé à parler, sans doute dans l’espoir inconscient de vouloir la reconquérir à nouveau, même si au fond, leur passion respective était faite pour se jumeler et ne faire qu’une.

Il se prit à vouloir se rapprocher davantage et s’est dans un effort monumental qu’il parvint à se maîtriser, mais son mouvement le trahit et un sourire maladroit parsema ses lèvres. « Pardonnez-moi, je peine à contrôler mes gestes. » Sa voix était emprunte de douceur et de chaleur, un souffle à peine audible si une oreille extérieure avait voulu les épier. Sa main libre vint couvrir le reste de la paume de Celebrían qu’il tenait déjà entre ses autres doigts, la serrant tendrement. « Il m’est difficile de faire abstraction de ce que je ressens pour vous… et de ce que nous sommes. » À ses mots, il découvrit la main de sa belle pour dévoiler l’alliance qu’elle portait toujours. Le doigt d’Elrond orné aussi de sa bague de mariage était tout juste à ses côté et les deux anneaux avaient été forgées dans les mêmes motifs d’or, bien que de plus petite circonférence pour la dame d’Imladris, c’était là la seule différence notoire. Deux alliances identiques en gage de cet amour qu’ils s’étaient promis l’un à l’autre il y a si longtemps.


(c) sweet.lips


All that is gold does not glitter
Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, Deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, A light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken,The crownless again shall be king. Let him not vow to walk in the dark, who has not seen the nightfall.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Jeu 8 Jan - 22:43
Who are you ?

Nous nous reverrons, ici ou ailleurs. C'est une promesse.


La chaleur glissait des doigts de l’elfe à l’autre être millénaire et chassait le froid de la séparation, apaisait légèrement la tristesse que des mots innocents avaient pu faire naître. Finalement ses efforts n’étaient pas vains, elle trouvait un certain réconfort à cela, comme si le fait de pouvoir effacer la peine chez son compagnon était un but plus important que tout le reste. Elle trouvait dans son regard brûlant une certaine sérénité, un apaisement et la certitude qu’au moins une personne en ce monde tenait à elle. Qu’elle n’était pas venue pour être seule mais pour retrouver ceux qui l’aimaient… et qu’elle avait aimés à n’en pas douter. « Bien entendu que je vous pardonne. » Déjà elle se demandait comment il était possible d’avoir oublié une personne qui semblait tant l’aimer. Car il s’agissait bien de cela, d’amour. Et la chaleur se faisait grandissante entre leurs mains, une chaleur qui se répandait dans son corps, cette chaleur se faisait plus présente. Un message que son esprit ne parvenait à saisir dans son entièreté. Mais l’essentiel était là : la réminiscence de quelque chose de fort, de quelque chose de beau.

Alors oui, elle imaginait fort bien l’avoir aimé cet elfe à la chevelure sombre. Déjà elle était sous le charme de cette pudeur et de cette maladresse dont il faisait preuve, mais surtout elle succombait sans résister à l’affection qui émanait de lui. Meleth nín. Elle espérait se souvenir, elle espérait si fort, non pas par curiosité mais plutôt pour effacer les vestiges de douleur, de tristesse qu’elle lisait en lui. Peu lui importait le choc qu’elle pourrait subir, après tout elle avait dû mener de longues années d’existence sur ces terres et si elle était partie alors que subsistait quelqu’un qui l’aimait tant, alors quelque chose de terrible avait dû se produire. Elle n’osait pas demander de peur de le faire souffrir, de faire naître dans son regard plus de tristesse qu’elle n’en avait déjà provoqué. « Dès l’instant où vous avez mis pied en Terre du Milieu j’ai su… Et je vous aurais retrouvée, ou que vous soyez. Rien ni personne n’aurait empêché cela. » Leurs doigts entremêlés n’auraient pu lui apporter davantage de chaleur que ces paroles. Et elles avaient fait naître un sourire sur les lèvres de la fée dorée, un sourire empreint d’attendrissement, un sourire reconnaissant. Son coeur, déjà, se gonflait d’un sentiment puissant et lorsqu’il fit mine de se rapprocher, elle ne recula pas.

« Pardonnez-moi, je peine à contrôler mes gestes. » Un petit rire accompagna la déclaration de l’elfe brun, un rire le dédouanant de sa faute car il était pardonné, immédiatement pardonné. Elle ne se sentait pas prise au piège, si cela avait été le cas elle le lui aurait fait savoir. Non, elle se sentait bien, comme à sa place près de cet homme qui faisait naître en elle une curieuse affection. « Bien entendu que je vous pardonne » fit-elle en reprenant ses mots, un sourire malicieux aux lèvres. « Il m’est difficile de faire abstraction de ce que je ressens pour vous… et de ce que nous sommes. » Il avait à ces mots dévoilé leurs mains ornées du même anneau d’or. Elle en resta muette. Oh bien sûr elle aurait dû se douter après les mots qu’il avait prononcé mais… Longtemps elle resta incapable de parler, l’émotion la saisissant à la gorge. Un époux. Elle avait un époux et il l’avait retrouvée. Elle comprenait mieux à présent la tristesse qu’il avait dû ressentir lorsqu’elle avait annoncé qu’elle ne le reconnaissait pas.

« Je… » Sa voix s’était brisée. Elle n’avait pas réussi à en dire plus. Oui en se réveillant elle avait vu cet anneau d’or et s’était questionnée à son sujet. Après tout elle ne portait rien d’autre de si extraordinaire que ça. Des vêtements de voyageur de bonne facture mais si ordinaires. Mais cet anneau… « Je comprends mieux… je ne saurais vous dire à quel point je suis désolée. De… de vous avoir causé tant de peine. » Elle n’osait pas le regarder en face, hypnotisée par cet anneau qui symbolisait plus qu’elle n’avait osé l’imaginer. Pourtant au bout de quelques minutes elle releva la tête et osa un sourire timide, qui demanderait de temps avant de pleinement s’épanouir. Mais qui s’épanouirait sans aucun doute. « Et je commence à comprendre comment j’ai pu tomber sous le charme. » Doucement, elle referma ses mains autour des siennes. Tant de questions dont elle n’avait pas encore les réponses. Tant de questions qu’elle n’osait pas encore poser. Pourquoi était-elle partie ? Quand elle saurait alors peut être qu’elle se souviendrait. Sinon… elle se créerait de nouveaux souvenirs.


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Pilier de taverne
Royaume : Imladris (Fondcombe)
Localisation : Imladris
Amour Gloire et Beauté : Marié à sa chère Celebrian, même si la mémoire lui fait défaut
Copyright : Shi (vava) , Little wolf (signa)
FT. : Hugo Weaving
Date d'inscription : 20/02/2014
Messages : 2533
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Ven 9 Jan - 5:30
Rememberance
Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember. When your dreams have ended. Time can be transcended. Just remember me. I am the one star that keeps burning. So brightly. It is the last light. To fade into the rising sun. I'm with you whenever you tell. My story. For I am all I've done. Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember me. I am that onevoice in the cold wind. That whispers. And if you listen. You'll hear me call across the sky. As long as I still can reach out. And touch you. That I will never die. Remember. I'll never leave you. If you will only. Remember me
Cette proximité, cette chaleur, leurs doigts entrelacés, il se croyait replongé plus de trios milles dans le passé, à leur première rencontre. Leurs sourires partagés et leurs cœurs battants à l’unisson. Il pouvait presque sentir le corps de Celebrían répondre au sien en synchronie. Elle n’avait pas entièrement oublié. Quelque chose en son fort intérieur lui laissait croire cela, qu’une part d’elle se souvenait toujours. Il le voyait à son regard, à ses gestes, à lèvres ourlées, ses mains n’avaient pas oublié ce touché familier. Lui se souvenait pour deux de ce qui les avait unis et de ce qui les unissait encore, pour hier, demain et jusqu’à la fin des temps. Elrond se sentait bien, même si tout n’était pas parfait, c’était le début d’une perfection, le début d’un renouveau et d’une lumière au bout de la route. Enfin. Peut-être que la présence de sa femme parviendrait à ressouder leur famille là où elle avait céder après son départ. Leurs fils ne s’étant jamais remis de ce qui lui était arrivé. Sa revenue ici ne pouvait qu’être le symbole d’une joie naissante. Elle ravivait en lui un courage perdu et une force qui s’était tue et qui lentement se remettait à fleurir. Il savait que le chemin serait peut-être long avant qu’elle ne retrouve la mémoire et peut-être même qu’elle ne la retrouverait pas, mais cela ne lui importait pas, puisqu’il avait la certitude qu’au fond elle l’aimait toujours.

La douceur l’avait gagné plus que jamais et la seule chose qui lui importait dans le moment était de voir sourire sa tendre femme, ce qu’il semblait bien savoir faire derrière ses maladresses. Comme avant. Heureusement qu’elle lui pardonnait de ne pas contrôler entièrement ses gestes et que son cœur parvienne par moment à reprendre le devant sur sa tête qui tentait de rester froide malgré la chaleur qui l’envahissait dans tout son être. Chaque parcelle de sa peau était en effervescence désirant davantage, un peu plus chaque fois qu’il se permettait une approche supplémentaire. Son regard ne la quittait pas d’un pouce, incapable de se déroger de son visage et de ses traits, de ses pupilles aussi bleues qu’un ciel d’été. Il l’aimait, plus que tout, plus que la vie, il l’aimait d’un amour fusionnel et intarissable que même les distances n’avaient su diminuer. Au contraire, il l’aimait plus encore qu’au premier jour et ce sentiment ne faisait que grandir chaque jour qui s’écoulait. Et cet amour il lui prouva en lui montrant leurs alliances, ces anneaux témoignant de leur ultime échange et de cette preuve tangible qu’ils s’étaient promis l’un à l’autre.

Cet aveu la laissa sans voix, mais Elrond respecta son silence et observa tendrement sa bien-aimée, restant prêt d’elle, mais n’imposant pas davantage lui laissant le temps d’assimiler la nouvelle. Il pouvait imaginer comment cela pouvait être ô combien difficile pour elle, mais chaque chose en expliquait une autre. Je comprends mieux… je ne saurais vous dire à quel point je suis désolée. De… de vous avoir causé tant de peine.  Le semi-elfe lui sourit tendrement alors que le regard de son âme-sœur était rivé sur sa propre bague, puis, finalement, elle le regarda. Ses lèvres se marquèrent d’un sourire timide et il comprit alors qu’il lui faudrait sans doute du temps pour se faire à tout cela et le porteur de Vilya comprenait amplement ce besoin, ne désirant nullement la pressée dans cette démarche, préférant plutôt marcher à ses côtés. Et je commence à comprendre comment j’ai pu tomber sous le charme.  Et les mains de Celebrían couvrirent doucement les siennes. Les yeux du noldor s’illuminèrent de joie à ces paroles qui confirmaient ces impressions. Ainsi donc c’était vrai. « Ne soyez pas désolée, ce n’est point votre faute… je ne m’attendais simplement pas à cela. Mais me voilà soulagé et le cœur heureux de vous avoir retrouvée. » lui murmura-t-il tendrement. Ses doigts se serrèrent davantage contre ceux de son épouse et ses lèvres vinrent poser un baiser contre les mains de sa douce.

Puis il se redressa lentement avant qu’une de ses mains ne se libèrent de celle de sa femme et son bras ainsi libéré vint entourer avec douceur les épaules de sa bien-aimée pour l’attirer avec une affection plus que grandissante dans une étreinte chaleureuse. Son menton vint se poser contre le haut de sa tête et il la tint contre lui, simplement. Le bonheur qu’il ressentit alors fut sans doute indescriptible, aucun mot ne pouvant offrir justice à ce sentiment qui l’envahissait, une chaleur encore plus grande qu’auparavant. « Votre mémoire a peut-être oublié, mais votre corps lui se souvient… Ce qui signifie que ce n’est pas entièrement un nouveau départ. » Qu’une partie du chemin était déjà fait, mais qu’il restait la fin pour faire en sorte de ramasser les morceaux manquants. Et cette simple idée l’apaisait grandement, puisque sa première crainte avait été de croire qu’elle avait complètement oublié jusqu’à ses sentiments pour lui, ce qui se prouvait ne pas être entièrement le cas. Se détachant légèrement pour la regarder, ses pupilles grises scrutèrent un moment le visage opalin de sa belle. « S’il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour aider, surtout, dîtes-le moi. » Il était, après tout, sans doute l’une des meilleures personnes pouvant lui permettre de lui remémorer ses souvenirs en lui racontant ce qu’ils avaient vécu ensemble et ce qu’ils avaient partagés durant toutes ces années.  


(c) sweet.lips


All that is gold does not glitter
Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, Deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, A light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken,The crownless again shall be king. Let him not vow to walk in the dark, who has not seen the nightfall.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Ven 9 Jan - 15:23
Who are you ?

Nous nous reverrons, ici ou ailleurs. C'est une promesse.


La joie. Une joie semblable à celle qu’elle avait fait naître dans les yeux de son compagnon il y avait encore quelques minutes, peut être plus mesurée, mais cette fois sans déception possible. A cette chaleur, cette félicité et cette lumière qu’elle pouvait lire dans ses yeux, l’elfe répondit par un sourire tout aussi lumineux. Leurs joies semblaient se faire écho au point même qu’elle ne savait plus où cette gaieté prenait source. Cela importait plus que tout. « Ne soyez pas désolée, ce n’est point votre faute… je ne m’attendais simplement pas à cela. Mais me voilà soulagé et le cœur heureux de vous avoir retrouvée. » Il lui pardonnait encore. Sans doute qu’il lui pardonnerait toujours, elle en avait la certitude. Toute la tristesse qu’elle pouvait lui causer, il semblait n’en avoir cure, tout aimant qu’il était. Lorsqu’il déposa un doux baiser sur ses mains, un léger frisson remonte le long de son dos, accompagné d’un curieux sentiment familier, d’une impression de déjà-vu qui ne la quittait pas depuis qu’il était apparu. Elle ne protesta pas lorsqu’il l’entoura délicatement de son bras pour la serrer contre lui. Au contraire, elle accompagna naturellement le mouvement et trouva sa place sans la moindre hésitation, contre lui. Son menton se posa sur le sommet de sa tête et soudain l’air lui manqua. Son coeur rata un battement alors que gonflait en elle une émotion d’une telle force que les larmes lui montèrent aux yeux. « Votre mémoire a peut-être oublié, mais votre corps lui se souvient… Ce qui signifie que ce n’est pas entièrement un nouveau départ. » Oui son corps se souvenait alors que son esprit restait désespérément vide de tout souvenir. Son corps lui hurlait « Enfin. ».

Enfin, elle avait trouvé sa place. Mais c’était beaucoup, c’était trop et les larmes glissèrent sur ses joues sans qu’elle parvienne à les retenir. En silence, elle pleurait et le soulagement prenait la place de l’inquiétude qui l’avait étreinte dès son réveil. L’inquiétude de ne jamais combler ce vide, de chercher en vain pendant une éternité. Mais il l’avait trouvée. Pendant toutes ces années où ils avaient vécu loin l’un de l’autre, il ne l’avait pas oubliée. Comment avait-elle pu partir alors qu’elle le sentait, sa place était auprès de lui, cet elfe qu’elle ne reconnaissait pas et qu’elle connaissait pourtant à la fois ? Quelque chose de terrible avait dû se passer et si cette pensée lui arracha un tremblement désagréable, elle la relégua quelque part dans son esprit. Plus tard elle y penserait. Plus tard mais pas maintenant. Son compagnon s’écarta légèrement d’elle et la fée dorée ressentit à nouveau la cruelle morsure du manque. « S’il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour aider, surtout, dîtes-le moi. » Saisissant la main d’Elrond, la belle la porta à ses lèvres et l’embrassa à son tour. Dans ses yeux encore mouillés par les larmes naissait une reconnaissance sans borne et surtout subsistait le souvenir d’un amour dont elle n’avait pas encore conscience. « Vous m’avez trouvée » fit-elle d’une voix légèrement éraillée par l’émotion. « J’avais tellement peur… de ne jamais trouver ma place, de trouver ce que je cherchais. Mais même si je ne me souviens pas de ce que nous étions, je sais, je sens que ma place est avec vous. »

Un petit rire gêné lui échappa alors qu’elle détournait le regard pour essuyer pudiquement ses larmes. Elle ne voulait pas l’inquiéter outre mesure. Elle était heureuse bien que cela fusse beaucoup trop riche en émotion pour elle. Trop en une fois. Mais c’était un bien piètre sacrifice comparé à ses souvenirs perdus. Elle était prête à payer le prix de quelques larmes pour les retrouver, sans hésiter. « Je crois que j’aimerais beaucoup que vous me racontiez… tout ? Tout ce que nous avons vécu. Qui je suis, qui nous sommes. Comment nous nous sommes rencontrés… Je sais que ça fait beaucoup de questions et c’est peut être suffisant pour ce soir. » Oui, cela faisait énormément à assimiler. Elle était mariée. Mariée à un elfe que déjà elle se surprenait à apprécier pour sa maladresse et l’adoration visible qu’il lui portait. Cela aurait pu être un piège de l’ennemi, un mensonge et une cruelle manigance du mal pour mieux la perdre. Mais elle avait la certitude que tout cela était vrai. Après tout depuis son retour elle sentait avec une acuité désarmante la présence de l’ennemi et de fait, ne parvenait pas à être surprise par ses serviteurs. Or en cet elfe qui lui faisait face, aucune trace du mal. Seul un amour puissant et terriblement pur. Un amour qui risquait de la consumer si elle ne prenait pas de précaution. Mais après tout… elle avait tendance à suivre son instinct plus que sa raison. Et délicatement elle déposa un baiser sur la joue de son compagnon.


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Pilier de taverne
Royaume : Imladris (Fondcombe)
Localisation : Imladris
Amour Gloire et Beauté : Marié à sa chère Celebrian, même si la mémoire lui fait défaut
Copyright : Shi (vava) , Little wolf (signa)
FT. : Hugo Weaving
Date d'inscription : 20/02/2014
Messages : 2533
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Ven 9 Jan - 20:18
Rememberance
Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember. When your dreams have ended. Time can be transcended. Just remember me. I am the one star that keeps burning. So brightly. It is the last light. To fade into the rising sun. I'm with you whenever you tell. My story. For I am all I've done. Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember me. I am that onevoice in the cold wind. That whispers. And if you listen. You'll hear me call across the sky. As long as I still can reach out. And touch you. That I will never die. Remember. I'll never leave you. If you will only. Remember me
Une étreinte chaleureuse, lorsqu’elle trouva place dans ses bras de manière si naturelle il se sentit si bien. Dans ce silence il ressentit les larmes de sa douce couler sans bruit et son étreinte devint alors encore plus grande, plus chaude avant qu’il ne la relâche pour la regarder. Un sourire rassurant avait marqué son faciès millénaire dans l’espoir de chasser ces émotions qui envahissaient le cœur de sa belle, il imaginait ô combien cela pouvait être difficile pour elle de voguer à travers cette vague de sentiments que son esprit ne pouvait expliquer, mais que son corps demandait tout de même. Mais Elrond restait tout près, conservant toujours une main contre sa bien-aimée, incapable de la lâcher, incapable de laisser ne serait-ce qu’un millimètre de distance entre eux, car tout son être demandait à la sentir, à l’étreindre davantage, à sentir son corps contre le sien et il se fit bien violence pour ne pas pousser son entreprise trop loin. Il préférait aller au rythme de Celebrían, pas plus, pas moins et il saurait s’harmoniser avec elle sans la moindre difficulté. Lorsque sa fée prit l’une de ses mains pour y déposer un baiser, le semi-elfe ferma doucement les yeux, puisqu’à son tour il sentit un frisson lui parcourir l’échine et un sourire amoureux vint accompagner ses traits en réponse au geste de son âme-sœur. Ses pupilles réapparurent lorsqu’il ouvrit à nouveau les paupières et il put apercevoir le regard brillant de larmes de sa femme emprunt de reconnaissance. Vous m’avez trouvée. J’avais tellement peur… de ne jamais trouver ma place, de trouver ce que je cherchais. Mais même si je ne me souviens pas de ce que nous étions, je sais, je sens que ma place est avec vous.  Et il la vit se détourner pour chasser les perles d’eau roulant sur ses joues. D’une main tendre, le porteur de Vilya vint chercher le visage de la dame en or pour qu’elle le regarde et de son pouce vint essuyer les quelques larmes résiduelles sur sa peau diaphane.

Elrond n’aimait point la voir pleurer, mais il savait que ce n’était pas forcément la tristesse qui se glissait là dans son regard azur, car pour l’avoir déjà vu, le tourment dans ses yeux, cela n’était en rien comparable. Ainsi n’avait-il pas lieu de s’inquiéter. Je crois que j’aimerais beaucoup que vous me racontiez… tout ? Tout ce que nous avons vécu. Qui je suis, qui nous sommes. Comment nous nous sommes rencontrés… Je sais que ça fait beaucoup de questions et c’est peut être suffisant pour ce soir.  Puis, à son plus grand bonheur, elle déposa un baiser sur sa joue et il sentit alors grandir en lui une chaleur plus forte, comme si chaque rapprochement, chaque geste supplémentaire alimentaient le feu crépitant dans son cœur. Avant que les lèvres de Celebrían n’aient quitté sa peau, les bras du Seigneur d’Imladris s’étaient refermés autour d’elle à nouveau dans une étreinte plus fervente que la première, mais pas moins empli de douceur, et il la souleva légèrement du sol, la faisant tournoyer doucement sur un tour. « Ne craignez plus rien maintenant. Où que vous irez, je marcherai à vos côtés pour vous guider. » Et il la redéposa au sol, sans pour autant la libérer de son étreinte. Sa main qui portait Vilya s’éleva en direction des arbres et les branches se mirent lentement à ce mouvoir et à s’étirer pour former un abri imperméable à la pluie qui tombait. Et Elrond l’y entraîna pour inviter son épouse à s’asseoir sur une bûche placée sous les feuilles. Ses mains se fermèrent sur celle de sa chère femme et il les serra chaleureusement. « Vous êtes née en Lorien au début du Second Âge… Un royaume elfique se situant à l’est, au-delà des Montagnes Embrumées. Fille de Dame Galadriel et de Lord Celeborn, sœur cadette d’Amroth. »

Résumer plus de quatre milles ans de vie n’était pas tâche aisée, mais il lui dirait le plus importants. « Nous nous sommes rencontrés à l’aube du premier Conseil Blanc, lorsqu’Imladris venait tout juste d’être fondée. Dès le premier regard, il ne pouvait être autrement… nous étions fait l’un pour l’autre. » Son regard sembla s’évader un moment sur des souvenirs d’antan, tristes comme joyeux. « À notre seconde rencontre, notre amour était déjà avoué. » Un sourire nostalgique marqua ses lèvres. «Malheureusement, la guerre faisait rage à cette époque et comme je partais pour commander les armées des elfes, nous n’eûmes pas d’engagement. On se maria quelques années plus tard, une fois la guerre finit, en l’an 109 du Troisième Âge pour être exact. » Elrond n’avait rien voulu lui dire, à l’époque, car s’il n’était pas revenu de cette longue bataille, il ne désirait pas amener avec lui Celebrían, car il savait ô combien le cœur d’un elfe se remettait difficilement de la mort de son être aimé. Le semi-elfe prit une inspiration, pensant à ses mots, laissant planer un moment de silence. « Et nous avons eu trois enfants… Des jumeaux, Elladan et Elrohir… et notre cadette, Arwen. » Puis il se tut, laissant cette information planée dans l’esprit de son épouse qu’elle puisse assimiler ce fait. Ses yeux gris s’étaient posés sur elle, alors qu’il tenait toujours tendrement ses mains. Il avait tant de choses à raconter, mais ne voulait pas non plus la bombarder, si elle avait davantage à le questionner, il répondrait volontiers.
 


(c) sweet.lips


All that is gold does not glitter
Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, Deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, A light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken,The crownless again shall be king. Let him not vow to walk in the dark, who has not seen the nightfall.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Mar 13 Jan - 16:01
Who are you ?

Nous nous reverrons, ici ou ailleurs. C'est une promesse.


A nouveau elle se retrouvait dans ses bras et son coeur, son corps, son être entier soupirait de félicité. Elle se sentait bien, à sa place et l’amour de son compagnon l’enveloppait aussi tendrement que ses bras, la réchauffait délicatement. Elle l’avait aimé. L’elfe dorée acceptait cela sans la moindre résistance. Elle ne pouvait que comprendre cet amour, car déjà une affection grandissante naissait en elle. Soudain il la souleva de terre et, étonnée autant qu’amusée, elle le laissa la faire tourner doucement alors qu’un petit rire empli de joie s’échappait de sa gorge. « Ne craignez plus rien maintenant. Où que vous irez, je marcherai à vos côtés pour vous guider. » Il la déposa à terre mais la garda contre lui et la fée ne put s’empêcher de se serrer davantage contre lui, cherchant l’apaisement, retrouvant la place qui était sienne. Elle regarda à peine l’anneau qui brillait à sa main, les branches qui répondirent à son appel et vinrent former une voute protectrice. Non, elle restait captive de ses yeux. Une captive complètement fascinée par ce qu’elle pouvait lire en son compagnon et apparemment époux. Lorsqu’elle fut assise à l’abri, il reprit ses mains entre les siennes et Celebrían songea avec amusement que jamais elle n’aurait à souffrir du froid en sa présence.

« Vous êtes née en Lorien au début du Second Âge… Un royaume elfique se situant à l’est, au-delà des Montagnes Embrumées. Fille de Dame Galadriel et de Lord Celeborn, sœur cadette d’Amroth. » Les mots volaient jusqu’à son esprit et s’y posaient délicatement, sans éveiller en elle que de brèves impressions familières qui lui échappaient. Elle tentait de ne pas s’y attarder, persuadée que le temps et l’amour parviendraient à réveiller ses souvenirs enfouis. Silencieuse, elle écoutait Elrond lui conter ce qu’elle était, ce qu’ils étaient, gravant ces paroles au plus profond d’elle-même. « Nous nous sommes rencontrés à l’aube du premier Conseil Blanc, lorsqu’Imladris venait tout juste d’être fondée. Dès le premier regard, il ne pouvait être autrement… nous étions fait l’un pour l’autre. À notre seconde rencontre, notre amour était déjà avoué. » Surprenant sur les lèvres de son compagnon un sourire, elle voulu lui demander comment tous deux s’étaient rencontrés. Que s’était-il passé lorsqu’ils s’étaient vus ? Que lui avait-il dit ? Que lui avait-elle dit ? Mais déjà il continuait et elle l’écoutait, attentive, son coeur battant à tout rompre. « Malheureusement, la guerre faisait rage à cette époque et comme je partais pour commander les armées des elfes, nous n’eûmes pas d’engagement. On se maria quelques années plus tard, une fois la guerre finie, en l’an 109 du Troisième Âge pour être exact. » 

La fée le fixait en silence, tentait d’imaginer ce qu’avait pu signifier pour elle cette absence, cette séparation. Mais l’idée lui semblait trop insupportable et finalement, oublier certaines choses ne lui paraissait plus un sort si terrible. « Et nous avons eu trois enfants… Des jumeaux, Elladan et Elrohir… et notre cadette, Arwen. » Son coeur rata à nouveau un battement, ses mains se mirent à trembler. Des enfants ? Les larmes à nouveau se firent pressantes. Elle avait oublié son époux mais également ses enfants ? Son coeur se remit à battre à une allure folle, tant et si bien que la tête commença à lui tourner. La sensation de manque refit son apparition. Elle avait des enfants… Trois enfants qui devaient être si grands. Trois enfants dont elle n’avait pas le souvenir. Ses mains serrèrent celles d’Elrond délicatement, presque timidement. Elle devait savoir. « … pourquoi suis-je partie ? » Sa voix tremblait et manquait de force. Elle ne parvenait pas à imaginer ce qu’il s’était passé pour qu’elle les laisse tous les quatre. « … pourquoi ai-je abandonné mes enfants ? … comment ai-je pu vous abandonner ? » Les larmes menaçaient de couler à nouveau et la culpabilité la saisissait brutalement à la gorge. Si son époux lui avait pardonné son départ, ses enfants le pourraient-ils ? Elle tremblait de les revoir, elle craignait de leur faire de la peine en ne les reconnaissant pas.



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Pilier de taverne
Royaume : Imladris (Fondcombe)
Localisation : Imladris
Amour Gloire et Beauté : Marié à sa chère Celebrian, même si la mémoire lui fait défaut
Copyright : Shi (vava) , Little wolf (signa)
FT. : Hugo Weaving
Date d'inscription : 20/02/2014
Messages : 2533
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   Lun 31 Aoû - 23:30
Rememberance
Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember. When your dreams have ended. Time can be transcended. Just remember me. I am the one star that keeps burning. So brightly. It is the last light. To fade into the rising sun. I'm with you whenever you tell. My story. For I am all I've done. Remember. I will still be here. As long as you hold me. In your own memory. Remember me. I am that onevoice in the cold wind. That whispers. And if you listen. You'll hear me call across the sky. As long as I still can reach out. And touch you. That I will never die. Remember. I'll never leave you. If you will only. Remember me
Le rire cristallin de Celebrían sonna à ses oreilles comme la plus douce des musiques et il ne se lasserait jamais de l’entendre. Sa présence à ses côtés le revigorait d’une énergie nouvelle et son regard la couvait d’un amour intarissable et chaud. Il désirait la conserver à ses côtés, s’isoler du monde un instant pour passer tout son temps avec elle, lui remémorer ce qu’ils étaient et ce qu’ils avaient partagé. Le semi-elfe sentait en sa compagne se ranimer les flammes d’un amour perduré et éternel que même des mémoires oubliées n’étaient en mesure d’éteindre. Chacun de ses gestes étaient consciencieux, faits dans le seul but de lui plaire et de la réconforter, de faire en sorte qu’elle se sente bien. Pour rien au monde n’aurait-il voulu voir couler une fois de plus des larmes cristallines sur sa peau diaphane. Il en avait trop vu avant son départ, il ne voulait plus que telle chose se reproduise. Son bonheur était l’unique sentiment qui lui importait. Jamais ne crut-il en revanche que de lui raconter son passé ne causerait telle réaction chez elle.  Elrond aurait voulu chasser ses larmes de son regard, mais il se sentit impuissant face à cette détresse qu’il ne pouvait que bien comprendre.

Il resta muet un long moment, se contentant de simplement tenir les mains délicates de sa tendre épouse, incapable de séparer ses doigts des siens. Le semi-elfe aurait voulu effacer d’un battement de paupières cette douleur qu’il lisait dans le visage de sa bien-aimée, mais il fallait laisser le temps faire son œuvre et chasser les craintes hors de ses pensées. Dans la fraîcheur du soir, le vent souleva les chevelures d’or et d’ébène qui effleurèrent les peaux sans faire sourciller les visages millénaires, trop absorbés par des souvenirs enfouis qui tardaient à se faire sentir. Le temps aurait pu se suspendre qu’ils n’auraient point plus réagi et le monde avait soudainement cessé d’exister pour l’instant d’un souffle un peu trop retenu. Un silence porté par une absence venimeuse avait fait ses droits, engourdissant toute vie jusqu’à un sommeil léthargique. Qui avait bien pu faire taire ainsi la nature et mourir les dernières lueurs du ciel ? La volonté des Valars était un mystère même pour les êtres millénaires.  « … pourquoi suis-je partie ? … pourquoi ai-je abandonné mes enfants ? … comment ai-je pu vous abandonner ? »

Le regard du Seigneur d’Imladris s’attendrit jusqu’à en devenir douloureux face à la détresse de Celebrían. Que pouvait-il lui dire véritablement ? Que ce n’était point de sa faute ? Que rester en Terre du Milieu, jadis, lui fut insoutenable au point d’être déportée pour Valinor ? Qu’elle avait souffert le martyre aux mains des orcs avant que ses fils ne la retrouvent, mais trop tard ? Ce n’était pas là des mots qu’elle méritait d’entendre, pas aujourd’hui. Du bout des doigts, il vint effleurer ses joues, chassant les quelques larmes qui coulaient sur sa peau de cristal. « Il est de ses évènements qui sont malheureusement hors de notre contrôle, très chère amie. Mais je puis vous assurez que vous ne nous avez en rien abandonnés et qu’il ne sert à rien de torturer votre cœur avec ces pensées. » Le noldor se redressa alors, sans pour autant lâcher les mains de sa douce, l’incitant à se lever pour le suivre. « Je ne crois guère que le moment soit opportun pour une telle histoire, vous êtes visiblement épuisée et votre esprit a besoin de temps pour se reposer. » Il commença à marcher vers sa monture qui broutait l’herbe un peu plus loin en attente que son cavalier revienne à lui. L’animal se redressa à l’approche des elfes et revint vers eux d’un air docile et calme. « Venez avec moi à Imladris, je vous en conjure. Je vous dirai davantage une fois là-bas dès que vous aurez repris du mieux. » Et son regard de cendre se posa sur le visage de sa tendre épouse, ne pouvant que lui offrir un sourire qui se voulait des plus rassurants à son égard. Le choix lui appartenait, à présent.



(c) sweet.lips


All that is gold does not glitter
Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, Deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, A light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken,The crownless again shall be king. Let him not vow to walk in the dark, who has not seen the nightfall.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Who are you ? [Elrond ❤︎]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Who are you ? [Elrond ❤︎]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Elrond le vieux kofkof
» tuto elrond
» Elrond
» Elrond
» Le conseil d'Elrond





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Archives rps 2014-2016-