Partagez | 
 

De la bière naine et l’herbe du vieux toby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: De la bière naine et l’herbe du vieux toby   Jeu 18 Déc - 20:04


   
   Bilbo, Fili & Kili
   De la bière naine et l’herbe du vieux toby

I
l traversait les longs couloirs d’Erebor guidé par un nain qui devait le conduire à sa chambre. Le royaume sous la montagne avait réellement changé depuis son départ. Il se souvenait des longs couloirs vides qu’il avait arpentés lorsqu’ils avaient pu les parcourir pour la première fois, après la mort du Dragon. Les vas et viens constants des nouveaux habitant d’Erebor égaillaient les grands murs de pierre froide. Il avait trouvé ce lieu austère, mais il devait admettre que c’était une architecture qui correspondait au peuple qui l’avait conçu. Les trous de hobbits étaient ronds, confortables, à l’image de leurs habitants. Erebor avait été taillée dans la pierre de la montagne. Les nains sont fiers et bourrus en apparence, mais sympathiques une fois qu’on les connait. Il en allait de même pour la cité. Si on ne prêtait attention qu’aux murs de pierre taillée et à la froideur des angles des décorations le lieu pourrait ne pas paraitre accueillant. Mais tout était toujours en mouvement. Il y avait toujours quelque chose à faire, quelque chose à voir. Le hobbit ne put s’empêcher de sourire. Ils étaient venus reconquérir un royaume tombé dans l’oubli. La cité avait été perdue et la mort s’y était installée. La quête de Thorin avait abouti. Ils avaient repris leur royaume et l’avaient ramené à la vie. Bilbo était heureux que tout se soit bien passé pour les nains, même après son départ.

Le nain s’arrêtât finalement devant une porte en bois qu’il ouvrit pour Bilbo. Il le remercia de l’avoir conduit jusqu’ici puis le nain partit après lui avoir expliqué comment revenir vers le hall. A vrai dire malgré les explications supplémentaires de son guide Bilbo n’était pas sûr d’arriver à retrouver son chemin. Il ne s’orientait pas trop mal, mais les couloirs étaient tous semblables et la cité était immense. Il devrait se soucier de ça plus tard. Pourra la porte il découvrit une chambre d’une taille modeste mais qui avait tout ce dont il avait besoin. A la vue du lit il poussa un soupir de soulagement. Il en avait plus qu’assez de dormir à même le sol ou dans des lits d’auberge plus vieux que lui. Il ferma la porte, posa son sac par terre et alla s’affaler sur le matelas. A peine eut il fermé les yeux qu’il s’endormit. Il fut plongé dans un profond sommeil pendant quelques heures.

A son réveil il ne compris pas où il était et il lui fallut quelques instants pour se souvenir qu’il était à Erebor. Il se redressa, s’étira et se laissa quelques instants pour se réveiller complétement. Il avait eu l’impression de plus se reposer durant ces quelques heures de sieste que durant toutes les nuits du voyage qui l’avait mené jusqu’à la montagne solitaire. Il lui faudrait encore quelques jours pour réellement récupérer, mais pour le moment la sieste l’aiderait à tenir. Il y avait encore deux nains à qui il n’avait pas eu l’occasion de dire bonjour et il espérait qu’il pourrait passer la soirée avec eux. Il se leva et posa son sac sur le lit. Il n’avait pas emporté beaucoup d’affaires avec lui, seulement le nécessaire. Les quelques vêtements qu’il avait emmené avaient beaucoup souffert du voyage et il devrait surement les jeter une fois qu’il en aurait trouvé de nouveaux. A Dale il avait pu s’acheter une chemise et un pantalon neufs et même si les vêtements étaient taillés pour des nains ils ne lui allaient pas trop mal même si ils lui donnaient un drôle d’air. Ce changement de style s’accordait à son changement de tempérament. Il passa un moment à déballer ses affaires et à les ranger dans la petite commode mise à disposition dans la chambre. Autant le faire dès à présent puisqu’il comptait rester. Il avait dit adieu à la comté quand il en était partit et ne comptait pas vraiment y retourner un jour à moins qu’il n’y soit obligé. Il sentait de la tristesse à cette idée, de la mélancolie mais sa place était ici.

Il se décida finalement à partir en quête de ses amis. Comme prévu il ne parvint pas à s’orienter dans les longs couloirs. Il erra sans savoir où il se trouvait pendant plus de temps qu’il ne voudrait l’admettre. Finalement le destin ou la chance, ou peut-être un peu des deux, l’amena à croiser la route des deux personnes qu’il cherchait. Il n’eut pas de mal à les reconnaitre, Fili et Kili n’avaient presque pas changé en 6 ans. Leurs cœurs s’emplirent de joie en se voyant à nouveau et après quelques mots échangés Fili leur proposa d’aller boire quelques bières, proposition que les deux autres acceptèrent bien évidement. C’est ainsi que les 3 amis se retrouvèrent assis autour d’une table, chacun muni d’une pinte de l’une des meilleures bières naines que Bilbo eu jamais gouté. « Les amis, il faut absolument que je vous fasse gouter un des meilleures produits de la comté. Je n’ai emporté que très peu de choses en partant, mais je vous avoue avoir eu la main un peu lourde avec ça. » Bilbo fouilla dans la pose de sa veste et en sortit une sacoche ainsi que sa longue pipe typique de la comté. Il ouvrit la sacoche et la tendit aux nains. « Il s’agit d’un tabac pour pipe produit par le fameux vieux Toby. Je vous garantis que vous n’avez jamais fumé quelque chose d’aussi bon. » Rien qu’à l’odeur des feuilles il avait l’impression de revoir Hobbiton. De a bière naine, du tabac de la comté, et un hobbit qui non content d’avoir vécu une aventure perdant pas là même sa réputation avait décidé de quitter sa terre natale pour aller vivre avec des nains. Bilbo repris une gorgée de bière. « Si j’avais su que vous me serviriez une aussi bonne bière pour fêter mon retour je n’aurais pas attendu six ans ! » S’exclama-t-il avec un sourire. « Ces six années ont été bien longues. Il va falloir que vous me racontiez tout ce qui s’est passé ici pendant mon absence ! Erebor est resplendissant. Les nains qui sont venus ici viennent-ils des monts de fer ? Ou bien est-ce des nains ayant vécu à Erebor avant que la cité ne soit prise par le dragon et qui sont revenus ? Tout à tellement changé depuis mon départ. J’ai l’impression de ne rien reconnaitre. »
WILDBIRD
 


In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: De la bière naine et l’herbe du vieux toby   Lun 22 Déc - 17:11
De la bière naine
et de l'herbe du vieux Toby
Bilbo & Kili & Fili
De l'herbe, de la bière et des copains nom de dieu ! ▬ Taverne d'Erebor.

  Le silence pouvait presque résonner entre les grands murs de pierre tant il était lourd. La salle était étrangement sombre, elle qui resplendissait d’ordinaire, mais Fili pouvait sentir la présence de l’or et des bijoux tout autour de lui. Le trésor était là, si proche. Puis il entendit un bruit, le tintement si particulier des pièces qui s’effondrent les unes sur les autres. Il se retourna. Une silhouette lui montrait le dos, penchée sur le trésor comme un animal sur sa proie. Le nain s’avança doucement. Avec un pincement au cœur, il n’eut pas besoin de plus pour reconnaître l’étranger.
« Thorin ? »
L’intéressé se retourna. Mais ce n’était pas le roi d’Erebor. Fili se figea d’horreur ; c’était son propre visage qui lui faisait face. Soudain le silence et le calme se brisèrent. Le trésor qui formait des montagnes tout autour d’eux se mit à trembler, comme agité d’une fureur irrépressible. Les pièces tombaient, roulaient, grondaient. Son double continuait de le fixer, les yeux révulsés et la rage aux lèvres. Entre ses mains, l’arkenstone tant convoitée. Le nain hurla, mais ces cris se perdirent dans le vacarme du trésor qui sombrait. Les pièces l’ensevelissaient petit à petit, tandis que lui s’égosillait toujours, et que son double n’avait de cesse de caresser l’arkenstone, encore et encore et encore…

Fili se releva violemment, étouffant un nouveau cri. Sa respiration était sifflante. La sueur brillait sur son torse. La lumière de la lune filtrait à peine jusque dans sa chambre. Il s’assit sur son lit, les yeux perdus dans le vague, incapable de penser correctement. Lorsqu’il se sentit prêt, enfin, il se recoucha. Le lendemain, quand la lune eut laissé place au soleil, il se leva comme il le faisait chaque jour. Il s’habilla. Passant devant son miroir, il s’attarda quelques secondes devant son reflet. Mais il se faisait déjà tard. Il sortit finalement de sa chambre. Dès qu’il croisa quelques nains, il sourit. Il salua chacun comme l’exigeait l’étiquette. Il sourit quand il fallait sourire. Il s’intéressa à ce qu’on lui dit.

Il rejoignit son frère. Il avait l’impression de ne pas l’avoir vu depuis une éternité. Les devoirs de l’un et de l’autre les tenaient à distance. La régence du blond, les amours du brun, la reconstruction de la cité après l’invasion des gobelins… Leur vie à Erebor était bien différente ce qu’ils avaient vécu aux Montagnes Bleues. Ils ne pouvaient plus passer tout leur temps ensemble comme ils en avaient l’habitude. Kili lui manquait énormément. Il lui proposa de passer la journée ensemble, comme avant. Fili avait même entendu que Bilbo était de retour. Ils se mirent en quête du hobbit. Sa chambre était déjà vide, mais heureusement après quelques détours de couloirs ils finirent par le rencontrer. Leur chemin menait inévitablement à la taverne ; c’était le lieu privilégié de toute réunion dans les règles de l’art.

Attablés devant une bière, Fili se sentait plus léger. La joie de se retrouver insouciant était un puissant moteur. Il se trouvait déjà enjoué, dynamique, vivant. Bilbo leur fit goûter une herbe de la Comté comme le nain n’en avait jamais goûtée de meilleure.
« Si j’avais su que vous me serviriez une aussi bonne bière pour fêter mon retour je n’aurais pas attendu six ans ! »
« Et moi, si j’avais su que tu nous ramènerais une merveille pareille, je t’aurais fait venir plus tôt ! » répondit-il sur le même ton en tirant une nouvelle fois sa pipe.

« Ces six années ont été bien longues. Il va falloir que vous me racontiez tout ce qui s’est passé ici pendant mon absence ! Erebor est resplendissant. Les nains qui sont venus ici viennent-ils des monts de fer ? Ou bien est-ce des nains ayant vécu à Erebor avant que la cité ne soit prise par le dragon et qui sont revenus ? Tout à tellement changé depuis mon départ. J’ai l’impression de ne rien reconnaitre. »

Le blond baissa les yeux. Six longues années étaient passées, en effet. Il repensa à son reflet dans le miroir, le matin-même. A ses yeux fatigués, à ses cauchemars, au poids de la gouvernance sur ses épaules. A l’ombre grandissante de la malédiction de ses pères, qui le dévorait depuis quelques temps. Fili ignorait du mieux qu’il pouvait tous ces signes. Il ne voulait pas y réfléchir. Il craignait trop d’arriver à l’ultime conclusion. Tout ce qu’il était en mesure d’affirmer était qu’en six ans, il avait vieilli. Décidant une nouvelle fois de poser une voile pudique sur toutes ces histoires, il trinqua et répondit au hobbit.

« La plupart des nains qui ont fui Erebor à l’arrivée de Smaug sont morts, mais les autres sont revenus vivre ici. Le reste des nains viennent soit des Montagnes Bleues soit des Collines de Fer, ils sont en visite diplomatique ou à la recherche d’un nouveau départ. »



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: De la bière naine et l’herbe du vieux toby   Mer 31 Déc - 6:11
De la bière naine et l'herbe du vieux Toby.
Bilbo & Fili

Cela faisait bien longtemps que Kili n’avait pu passer du temps avec son frère une choppe à la main. Il aurait même vendu oncle Thorin pour avoir un petit moment de liberté et d’ivresse. La régence et toute cette responsabilité subite accablait Fili qui n’avait jamais un petit instant à lui, et Kili sentait que peu à peu, on lui ôtait de la  liberté et qu’on lui imposait plus de restrictions. Cela faisait une décennie que oncle Thorin et Dis s’attendait à voir Kili mûrir et devenir un nain responsable et sage et ce ne serait pas aujourd’hui qu’il le deviendrait.

En effet, cela faisait un bon bout de temps qu’il n’avait pas goûté à la saveur délicieuse de la bière, car il se réveilla un beau jour dans la cave reniflant l’arôme enivrant de l’hydromel que contenait plusieurs tonneaux.  C’était la première fois qu’il avait un cas de somnambulisme qui était certainement causé par tant de nervosité et par  une accumulation de tâches ingrates à exécuter. Depuis ce jour- là, il fermait prudemment la porte de sa chambre à double tour de peur de se retrouver à nouveau dans cette cave en train de se baigner dans les tonneaux. Il n’était pas un nain illustrant la sagesse mais il ne comptait pas dépasser les limites qui lui étaient imposés.  

Il se réveilla donc par une matinée orageuse, sur son bureau. Comment était-il arrivé là ? Il n’en avait strictement aucune idée mais il avait fini par s’accommoder à ses étranges troubles nocturnes. Il se sentait affaibli, faible et frêle. Son esprit appartenait encore aux rêves nébuleux, vagues et chauds. Il n’avait plus aucune d’énergie dans les bras et c’est avec beaucoup de mal qu’il se releva et constata une douleur lancinante dans le dos qui lui arracha un petit grognement étouffé. Décidément, il faudrait le menotter et poster des gardes aux alentours s’il voulait passer une nuit sans quelques aveugles vagabondages. Mais ces étranges promenades ne le dérangeaient guère plus que cela. Dans les méandres de sa mémoire se logeait le visage de Tauriel et cette vision lui redonna vigueur et optimisme.

C’est donc de bonne humeur qu’il arpenta les chemins sinueux d’Erebor. En réalité il n’avait aucune idée où il allait, il vagabondait, espérant qu’un coup du destin lui fasse une surprise. Et il eut raison d’espérer, car son frère tant aimé qu’il avait eu l’impression d’avoir perdu dans les tréfonds des ténèbres vint lui proposer de passer la journée avec lui ce qui indiquait inéluctablement un petit passage  à la taverne. Kili ne pouvait espérer de nouvelles aussi réjouissantes et quand Fili lui annonça que Bilbo serait présent aussi, le jeune nain explosa de bonheur  et s’imagina toucher les arcs-en-ciel du bonheur. C’était une déflagration de joie, il n’avait pas revu l’aimable Bilbo durant six longues années, et il attendait avec impatience le jour où tout reviendrait comme avant. Quand Fili et lui étaient jeunes, ils passaient le plus clair de leur temps ensemble à trouver de nouveaux jeux, à se battre, à boire de l'hydromel et se lancer des défis en tout genre.


C’est donc finalement dans une taverne chaleureuse qu’ils se retrouvèrent une chope de bière à la main. Kili savourait ce moment de liberté, il sentait un frisson d’excitation lui parcourir l’échine. Il s’enivra de l’air imprégné de l'odeur de l'hydromel et Kili se sentit de nouveau dans sa véritable maison. Bilbo proposa aux deux nains une herbe en provenance de la Comté, il n’avait jamais eu l’occasion  de goûter une herbe si … supercalifragilistexpédélicieux.

« Si j’avais su que vous me serviriez une aussi bonne bière pour fêter mon retour je n’aurais pas attendu six ans ! »

« Et moi, si j’avais su que tu nous ramènerais une merveille pareille, je t’aurais fait venir plus tôt ! »

Kili ne poussa qu’un grognement pour exprimer sa satisfaction.

« Ces six années ont été bien longues. Il va falloir que vous me racontiez tout ce qui s’est passé ici pendant mon absence ! Erebor est resplendissant. Les nains qui sont venus ici viennent-ils des monts de fer ? Ou bien est-ce des nains ayant vécu à Erebor avant que la cité ne soit prise par le dragon et qui sont revenus ? Tout à tellement changé depuis mon départ. J’ai l’impression de ne rien reconnaitre. »


Six années ! Voilà tant d’années qui le séparaient de sa jeunesse insouciante et de sa  chère Tauriel. Il chassa ces souvenirs nostalgiques et douloureux ne voulant pas rendre ce moment tragique. Il ne voulait pas de regrets, de remords ou de mélancolie. Il percevait une certaine gêne dans la voix de Fili, dans ces mots résonnaient une certaine pudeur.

« La plupart des nains qui ont fui Erebor à l’arrivée de Smaug sont morts, mais les autres sont revenus vivre ici. Le reste des nains viennent soit des Montagnes Bleues soit des Collines de Fer, ils sont en visite diplomatique ou à la recherche d’un nouveau départ. »

Puis, soudain, Kili eut une idée qui lui parut, sur le coup, mémorable. Ce dernier , entraîné par l’enthousiasme qui régnait dans la taverne, s’éclipsa sans demander son reste, se rua vers des bières bien fraîches et s’empressa de les ramener sans n’avoir prévenu personne. Il en renversa quelque unes au passage mais le propriétaire de la taverne n’en tint pas compte car Kili était tristement réputé pour sa maladresse légendaire.

«Seriez- vous partants pour le concours de celui qui ingurgite le plus de bière … »

Kili interrompit sa phrase pour boire d’un trait sa première chope de bière qui lui procura une myriade de sensations époustouflantes. Quand il eut fini, il adressa un sourire béat à Bilbo et lui signifia d’un signe de tête que c’était à son tour.

«Il y a de l’hydromel dans les caves si vous voulez et leurs étagères sont remplis de cidre, de rhum, il y en assez pour rassasier une horde de géants ! » .

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: De la bière naine et l’herbe du vieux toby   Ven 2 Jan - 20:02


   
   Bilbo, Fili & Kili
   De la bière naine et l’herbe du vieux toby

L
es nains prirent chacun un peu de tabac avant de rendre le petit sac au Hobbit. Il sortit à son tour sa pipe et commença à la remplir, petit à petit. Il tassait les feuilles dans le foyer à l’aide de son pouce, couche par couche, jusqu’à ce que le foyer soit rempli et que les feuilles aient la texture adéquate. Il tira sur sa pipe pour vérifier que l’air circulait convenablement, tout en offrant une légère résistance. Satisfait de son travail il craqua une allumette et approcha la flamme du foyer. Puis tirant une ou de fois il s’assura que le tabac ai pris feu uniformément. Durant son voyage il n’avait pas vraiment eut l’occasion de prendre le temps de fumer. Ceux qui fumaient le tabac roulé ne pouvaient pas comprendre le plaisir que procure de fumer avec une pipe. Il faut prendre son temps, ne pas fumer trop vite ni trop doucement de façon à ce que la combustion se fasse de façon adéquate. Il porta la pipe à ses lèvres et prit une bouffée, sentant l’arôme du tabac du vieux toby sur sa langue. Il savoura la fumée un instant, puis ouvrit la bouche de façon à former un rond. Il laissa alors la fumée sortir d’un coup, formant un anneau parfait qui s’éleva au-dessus de leurs têtes et voyagea à travers la salle. Quand il était jeune Bilbo avait passé des heures à s’entrainer en cachette. Il avait mis un certain temps à comprendre comment les réaliser. Et quand il y était enfin parvenu c’était devenu l’une de ses plus grandes fiertés. Depuis ce temps-là il avait vécu des choses extraordinaires qu’aucun hobbit ne ferait de toute sa vie. Il avait tué des orcs et des araignées géantes, il avait vaincu une étrange créature dans un duel d’énigmes et pourtant il ressentait toujours cette pointe de fierté en lui quand il parvenait à faire un de ces anneaux de fumée.

Fili semblait apprécier lui aussi le tabac du vieux Toby. Il était content de pouvoir partager cela avec eux. Cette herbe c’était un petit bout de comté qu’il avait amené avec lui. Surement la dernière pincée de la terre qui l’avait vu naitre qu’il verrait. Fili lui expliqua d’où venaient les nains qui habitaient aujourd’hui à Erebor. Il n’y avait pas que des nains d’Erebor, mais aussi des nains des collines de fer et des montagnes bleues. Le royaume sous la montagne avait dû attirer des esprits aventuriers, des nains qui se lassaient de leur terre natale ou qui voulaient voir d’autres horizons. Les nains étaient sans doute plus enclins au voyage que les hobbits. La seule chose qui semblait rapprocher les deux races était leur amour de la nourriture et leur sens de la fête. Même si sa question semblait avoir affecté Fili. Il le sentait presque mal à l’aise en répondant, sans vraiment qu’il comprenne pourquoi. Kili pour sa part semblait tout ce qu’il y a de plus heureux d’être à la taverne. Il se leva tout d’un coup sans rien dire, et revint avec trois chopes de bière qu’il posa sur la table. «Seriez- vous partants pour le concours de celui qui ingurgite le plus de bière … » Il s’interrompit pour boire d’un trait sa chope, puis il adressa un grand sourire à Bilbo qui mima le geste d’enlever son chapeau pour saluer l’exploit du nain.   «Il y a de l’hydromel dans les caves si vous voulez et leurs étagères sont remplis de cidre, de rhum, il y en assez pour rassasier une horde de géants ! » Bilbo fit mine de réfléchir.  « Hmm… C’est d’accord allons y pour le concours de boisson ! Mais méfiez-vous ! Les hobbits sont petits mais quand il s’agit de faire la fête il devient difficile de rester à notre niveau ! » Il se saisit de sa propre chope et la vida lui aussi d’un trait. Le liquide était frais et le goût excellent, mais il dû tout le même reconnaitre que la tête lui tourna un peu pendant une seconde. Du haut de ses 56 ans Bilbo n’était plus un jouvenceau. Lorsqu’il était plus jeune et qu’il écumait les tavernes en compagnie de ses amis il était plus fort en ce qui concerne les concours de boissons. Il avait développé une certaine tolérance et il se demandait s’il était toujours capable de boire autant qu’à l’époque. Une fois la majorité acquise Bilbo s’était peu à peu calmé et s’était assagit. Il était devenu le hobbit convenable et ennuyeux qu’il était lorsque les nains et Gandalf avaient débarqué chez lui. Pendant 6 ans il avait essayé d’être à nouveau ce hobbit-là. Sa présence à Erebor témoignait de l’échec de cette entreprise. Être un hobbit convenable c’était finit pour lui. Et qu’il ait 56 ans ou pas, ce soir il comptait bien s’amuser comme s’il en avait encore 30. Il regarda Fili avec un sourire défiant. « Alors, est-ce que tu seras assez audacieux pour t’engager dans un combat de boisson contre un hobbit ? »
WILDBIRD


In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: De la bière naine et l’herbe du vieux toby   Lun 24 Aoû - 18:35
De la bière naine
   et de l'herbe du vieux Toby
Bilbo & Kili & Fili
De l'herbe, de la bière et des copains nom de dieu ! ▬ Taverne d'Erebor.

 Fili eut vite fait de passer sur les six années passées à Erebor. Ce n’était pas un sujet qu’il désirait aborder dans les détails. Il préférait se détourner quelques temps de son rôle de régent. Le visage de Bilbo lui rappelait toutes les aventures qu’ils avaient pu traverser. Ces souvenirs suffisaient à lui mettre du baume au cœur. Certes, ces journées à Erebor n’étaient pas aussi excitantes qu’avait pu être son expédition depuis les Ered Luin. Il ne dormait plus à la belle étoile, il ne croisait plus d’Orcs et – Mahâl soit loué – il n’y avait plus de dragon dans la salle du trésor. Mais la cité sous la Montagne restait le joyau de son peuple, le but ultime d’une quête qui avait alimenté tous ses rêves d’enfant. S’il ressentait le poids de ses fonctions politiques si lourdement sur ses épaules, ce n’était que pour mieux apprécier la magnificence d’Erebor et mesurer la chance qu’il avait d’en être, même temporairement, le dirigeant.

Il se demanda si cette nouvelle lumière apportée à l’importance de ses fonctions était dû à l’habituel optimisme du hobbit qui rejaillissait déjà sur lui, ou bien au recul que cette soirée à la taverne lui faisait prendre sur le trône. Toujours était-il que son sourire illuminait petit à petit son visage et qu’il redressait les épaules sans même s’en rendre compte.
Quant à Kili, fidèle à lui-même, il ne tarda pas à lancer les réjouissances.
«Seriez- vous partants pour le concours de celui qui ingurgite le plus de bière ? … Il y a de l’hydromel dans les caves si vous voulez et leurs étagères sont remplis de cidre, de rhum, il y en assez pour rassasier une horde de géants ! »

Fili lui adressa une bourrade affectueuse. Il lui enviait cette fraîcheur enjouée qu’il gardait en toute situation. Restait à savoir si Bilbo se prendrait au jeu. Pas que le blond doutât de son ami, mais bien au contraire, il ne s’agissait pas de le laisser s’emporter jusqu’au coma. La descente des nains était légendaire, il lui faudrait bien du cran pour tenir jusqu’au bout, pensa-t-il avec un sourire.
Le hobbit ne se fit pas prier pour avaler sa première chope. Fili leva un sourcil impressionné. C’était désormais à son tour. Il fit signe au serveur d’amener plus de verres, et saisit le sien fermement.
« Alors, est-ce que tu seras assez audacieux pour t’engager dans un combat de boisson contre un hobbit ? »
Le régent approcha son visage de celui de son adversaire proclamé, les pupilles illuminées par ce nouveau challenge.
« Ne crie pas victoire si vite ! J’enchaînais déjà des chopes comme celles-ci bien avant ta naissance. »

Plusieurs heures – et plusieurs bières – plus tard, Fili posa son énième verre sur la table avec fracas. La mousse parsemait sa moustache et sa mine avait perdu de sa superbe, ce qui ne l’empêcha pourtant pas d’éclater d’un rire gras. Bilbo l’assistait toujours, mais ils avaient perdu Kili en cours de route. Ayant été apostrophé par des camarades, il avait quitté la taverne en leur compagnie pour finir la soirée autour d’un bon repas. Le blond le soupçonnait de s’être désisté face au concours qui prenait des allures gargantuesques, aussi se promit-il de s'en moquer gentiment le lendemain. Il voulut se saisir d’une autre chope, mais il sentait sa tête tourner de plus en plus. Puisque le hobbit n’avait pas l’air de pouvoir continuer d’avantage, il frappa sur la table en signe de bilan.

« Mon ami, je ne te pensais pas si résistant, tu as tout mon respect ! Je déclare une égalité parfaite. »
Réprimant un hoquet, il se leva tant bien que mal et laissa sur le comptoir de la taverne une bourse remplie de pièces d’or, censée largement payer pour l’incroyable quantité de bière ingurgitée. Une fois dehors, titubant mais le sourire aux lèvres, il passa le bras autour des épaules de Bilbo.
« Où désires-tu aller ? Tu n’as qu’à dire, et il serait fait ! Nous sommes les rois ce soir ! »
Ils firent quelques pas, et Fili lui tendit un doigt tremblant.
« Mais d’abord… d’abord, raconte-moi. As-tu retrouvé ton pays dont tu parlais tant ? Qu’y as-tu fait pendant six longues années ? »
   


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: De la bière naine et l’herbe du vieux toby   Lun 9 Nov - 23:23



Bilbo, Fili & Kili
De la bière naine et l’herbe du vieux toby

A
ffalé sur la table, luttant contre le vertige que l’alcool lui causait, il se demanda comment il avait bien pu en arriver là. Quelques heures au part avant, les deux amis se défiaient de regard, prêts à en découdre. Après quelques chopes de bière la bonne humeur s’était installée. Ils avaient ri, s’étaient racontés de bonnes histoires, et Bilbo avait même chanté et dansé debout sur une table. Il avait chanté une de ces chansons qui se chantent dans les tavernes de la comté, parlant de l’éclat de l’herbe des collines et de la couleur doré de la bière. Cela faisait très longtemps qu’il n’avait pas été dans un tel état ! Depuis sa jeunesse à vrai dire. Ça ne lui ressemblait pas vraiment de se laisser aller à ce point, mais ce soir-là rien n’aurait su retenir sa joie d’être de retour auprès de ses amis, de retour dans le royaume d’Erebor. Lui qui n’avait vu que les ruines de cet endroit il était heureux de voir que la vie animait à nouveau les salles de pierre. Cette phase d’euphorie n’avait durée qu’un temps. Etait ensuite venu la phase du regret où Bilbo avait enchainée les chopes de bière en se demandant ce qu’il lui avait pris de se laisser aller ainsi. Il en était sûr, les nains ne le laisseraient pas oublier ce petit instant de folie avant un bon moment… Kili les avait ensuite quittés, suivant des nains venus le chercher. Il eut beau se dire qu’il avait surement de bonne raisons de partir, il ne pouvait s’empêcher d’être déçu. Mais vu l’état dans lequel Kili se trouvait il était fort probable qu’il se soit éclipsé pour aller cuver dans un coin. Bilbo et Fili tenaient le coup tant bien que mal, tous les deux trop fiers pour abandonner.

Finalement, alors qu’ils se trouvaient tous deux dans l’incapacité physique de finir leur chope en cour, Fili se décida à mettre un terme à cet affrontement ridicule. « Mon ami, je ne te pensais pas si résistant, tu as tout mon respect ! Je déclare une égalité parfaite. » Bilbo approuva en silence, essayant de retrouver ses esprits. Pendant que Fili allait payer le tavernier, Bilbo marcha vers la sortie d’un pas mal assuré. Fili, qui ne marchait pas très droit non plus, le rejoignit bientôt. « Où désires-tu aller ? Tu n’as qu’à dire, et il serait fait ! Nous sommes les rois ce soir ! » Bilbo riait sans pouvoir se retenir. Avec l’alcool, tout devient plus drôle ! « Oh et bien si nous sommes les rois je suppose que nous pouvons bien aller où bon nous semble ! Qui pourrait nous en empêcher ? » Avec l’ébriété il se sentait capable de tout, et en même temps capable de rien. Il avait posé une main sur l’épaule de Fili et s’y accrochait pour tenir debout. Ils avancèrent de quelques pas, tâche difficile, puis Fili tendit un doigt vers lui comme pour attirer son attention. « Mais d’abord… d’abord, raconte-moi. As-tu retrouvé ton pays dont tu parlais tant ? Qu’y as-tu fait pendant six longues années ? » Lui raconter ce qu’il avait fait pendant ces dernières années ? Il aurait pu lui poser la question quand ils étaient encore confortablement assis à leur table de la taverne ! « Oh ! Triste histoire ! On parlera des événements survenus en Comté à une autre occasion… » Parler des ravages qu’avait fait Smaug dans sa terre natale n’aurait surement pas aiguayé la soirée, et il préféra parler à Fili d’un autre sujet qui lui tenait à cœur. « Par contre grande nouvelle ! » S’exclamât-il, comme si il voulait s’assurer que tout le monde entendrait. « Figure toi que je suis devenu père ! Haha… Alors non, pas de charmante madame Baggins ! » Comme si il y aurait un jour une madame Baggins. « J’ai adopté un gamin, il s’appelle Frodo. Il est intelligent, curieux… Pas aussi ennuyeux que la plupart des hobbits. Sans doute moins ennuyeux que moi ! La vie à Bag-end n’a pas été monotone avec lui sous mon toit ! Qui sait, peut-être qu’un jour vous le rencontrerez… Je lui ai tout laissé et je sais qu’il saura se débrouiller sans moi. C’est un brave gosse… Il faudra que je vous emprunte un corbeau pour lui donner de mes nouvelles… » Bilbo avait à présent la nostalgie de l’homme ivre. Frodo se débrouillerait-il vraiment sans lui ? Il secoua la tête. Il avait parlé de son départ avec lui avant de réellement partir et il lui avait donné sa bénédiction. Parfois il avait l’impression que ça avait été Frodo qui avait dû prendre soin de lui et non l’inverse. Après tout c’était ça d’être une famille, il fallait prendre soin les uns des autres. Tout comme nous le faisions au sein de la compagnie…

« Bon sang il y avait quoi dans ma bière ? J’ai la tête qui tourne… » Dit il sur un ton plus léger, riant sans savoir vraiment pourquoi. « Je me sens l’âme jeune ce soir ! Fili ! Partons à l’aventure encore une fois ! Voyons où l’ivresse d’une nuit pourrait nous mener ! » Tirant Fili à sa suite (il fallait bien qu’il garde appui sur lui pour ne pas tomber) il s’avança dans les couloirs de pierre qui s’étendaient sous la montagne, sans vraiment savoir où ils aller atterrir.
WILDBIRD



In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: De la bière naine et l’herbe du vieux toby   
Revenir en haut Aller en bas
 

De la bière naine et l’herbe du vieux toby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» De la bière naine et l’herbe du vieux toby
» Quelques Fûts de bière naine - La Rose des Vents Montpellier
» [Officiel]La Culture Naine
» Flosi, le forgeron nain
» Liste d'armée naine..





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Archives rps 2014-2016-