Partagez | 
 

I'm back to Erebor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: I'm back to Erebor   Mar 16 Déc - 17:42


   
   Bilbo Baggins &Gabrielle T. Tharordottir
   I'm back to Erebor

B
ilbo laissa derrière lui la salle du trésor et s’aventura dans les couloirs d’Erebor. La discussion avec Thorin l’avait vidé de toute énergie. Sans doute était-ce le contre coup toute cette appréhension qu’il avait eu concernant cette conversation. Au moins tout ça était passée désormais et il préférait se vider la tête, penser à autre chose. Son retour à Erebor ne concernait pas que Thorin. Il y avait d’autres raisons à son départ de la Comté. Il n’était pas le seul ami qu’il avait laissé dernière lui lors de son départ il y a 6 ans. Il y avait d’autres nains avec qui il voulait se retrouver, boire une bière et rire de nouveau comme avant. Il regrettait à présent de ne pas s’être attardé pour parler avec Balin et Bofur en arrivant. Il déambula dans les couloirs, espérant croiser un visage connu. Mais tous les nains qu’il croisait lui étaient inconnus. Beaucoup avaient dû venir des monts de fer pour s’installer à Erebor. Peut-être que les nains qui avait été forcé à l’exil après l’arrivée de Smaug étaient revenus eux-aussi. Il voulait qu’on lui raconte tout ce qui était arrivé durant son absence de 6 ans.

6 ans ? Mais comment avait-il pu partir pendant aussi longtemps ? Il n’en revenait pas. Ces six années avaient été comme un rêve. Il arrivait à peine à se souvenir du temps où il était encore un hobbit comme il faut. Comment arrivait-il a occuper ses journées en ce temps-là ? Il lisait des livres, fumait sa pipe, préparait de délicieux repas. De temps en temps il allait boire le thé chez ses voisins et parfois c’était eux qui venaient chez lui. Il passait également un certain temps à maintenir sa maison propre et aussi rangée que possible. Toutes ses activités le comblaient à l’époque. Il n’aurait pas pu être plus heureux. Il ne rêvait absolument pas d’aventures ni de rien de ce genre. D’ailleurs il n’avait pas accepté de rejoindre Thorin au premier abord. Qu’est-ce qui l’avait fait changer d’avis ? Il n’en savait rien.

Le voyage l’avait changé en profondeur, sans qu’il s’en rende compte. Il ne comptait plus les fois où il s’était plaint pendant le voyage, où il avait rêvé de retrouver sa maison, son lit et son fauteuil. Il se souvenait l’avoir dit aux nains, que la comté était son foyer, et qu’il les aiderait à retrouver le leur. Son amitié avec les nains n’avait fait que grandir et au final ces amitiés étaient devenues beaucoup plus importantes que tout ce qu’il avait pu laisser derrière lui. Les nains étaient devenus sa famille et Erebor son foyer. Malheureusement il ne s’en était rendu compte qu’une fois qu’il était rentré à la Comté. Il avait été heureux de revoir sa maison, mais ce bonheur ne valait pas la tristesse qu’il ressentait de ne plus être auprès de ses amis. Pendant 6 ans il n’avait fait que se trouver des excuses pour y rester. Il s’était voilé la face.

Six ans après il se réjouissait d’être enfin de retour et il avait envie de savoir tout ce qui avait eu lieu durant son absence. C’est là, qu’au fond du couloir dans lequel il s’engager, qu’il la vit. « Ne me dit pas que… Gabrielle ?? » En entendant son prénom elle se retourna. C’était bien elle, celle avec qui il s’était lié d’amitié à Fondcombe. La joie le submergea et son cœur accélera tandis qu’il marcha vers elle en souriant. « Gabrielle que fait tu ici ? Je suis si heureux de te revoir ! » Arrivé près d’elle il ne s’embarrassa pas de plus de formalités et la prit dans ses bras. Les hobbits sont plus enclins à montrer leur joie par des actes comme celui-là que les autres races. D’habitude Bilbo aurait réfréné son envie, mais avec elle c’était différent. Il la lâcha après un cour comment, lorsqu’il estima qu’il avait suffisamment communiqué la joie de la revoir. « Tu m’a l’air… différente. J’ai l’impression que tu as changée depuis notre rencontre à Fondcombe. Que t’est-il arrivé ? » Il posait cette question alors que lui-même n’avait plus grand-chose avec le hobbit qui avait passé un mois dans la cité elfique. Tous deux avaient sans doute beaucoup de choses à raconter.
WILDBIRD
 


In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pilier de taverne
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Amour Gloire et Beauté : Mère Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Indis est la naine de ma vie
FT. : Isolda Dychauk
Date d'inscription : 06/03/2014
Messages : 1671
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I'm back to Erebor   Ven 19 Déc - 6:26


✖ I'm back to Erebor
❝It's been awhile my dear friend ❞


Bilbo & Tharis.


Mouvement à gauche, recul brutal. S'accroupir, se relever, feinte instinctive. Les secondes explosent, s'éparpillent sur le sombre sol poli. Chaque geste est précis, réglé comme une horloge, un pas après l'autre, danse mortelle. Instant intemporel, posture immortalisée dans la douleur et l'effort constant. Respiration lente, mesurée, levée de bouclier, parer, tendre le bras ferme, repousser, arrêt soudain, place nette. Instant de surprise, porter le coup de grâce. Plus fort. Encore. ENCORE !

Sursaut de conscience, cri défiant toute concurrence, la guerrière rousse rouvre les yeux sous l'ordre de son coeur, impétueux, impérial. Repousser les limites fixées, les siennes, toujours, jusqu'à crier grâce. Jusqu'à hurler silencieusement avec ses yeux, plaider sa délivrance avant de céder, tomber à la renverse. Le corps arqué, alourdi par le poids des armes et la fatigue, meurtri de quelques entailles superficielles, elle se redresse pourtant, dos droit, s'incline, range son arme. Nouvelle défaite, nouvelle victoire. Retour à la réalité ... Et elle peut-être fière de ses progrès. Cela fait bientôt deux mois après tout. Deux mois qu'elle sillonne le monde de son peuple, deux mois qu'elle réapprend à devenir celle qu'elle aurait pu être si tout avait été différent. Celle que j'aurais dû être. Mais je ne regrette plus rien à présent.

« A demain ! » Je salue mes compagnons d'armes d'une voix douce, épuisée et rompue, avant de m'en aller raccrocher le bouclier avec ses frères colorés, décorés, sur l'un des pans de mur. La hache en revanche, cadeau de mon mentor blond, je la garde avec moi, l'attache soigneusement dans mon dos pour avoir plus de place, mesurant mes mouvements. Lentement mais sûrement mes blessures guérissent jusqu'à n'être qu'un souvenir désagréable qui ne me dérangent que de temps en temps, lorsqu'un mouvement se fait trop brusque notamment. Ils me répondent en coeur et c'est avec un sourire léger que je quitte la salle, malgré mes nombreux bleus et mes courbatures. A demain, oui. Je m'entraîne, dur, chaque jour, car j'ai peu de temps et beaucoup à apprendre. Je n'ai que peu de repos entre l'apprentissage de la hache et du bouclier avec Indis, celle de la langue naine avec Haelara. Sans compter l'apprentissage des légendes de notre peuple, son histoire, l'art des tresses naines (parfois supervisée par Thorin lui-même), lorsque je ne vais pas regarder les forgerons faire naître leur créations. A cette heure, j'ai l'emploi du temps de Lindir – et croyez-moi lorsque je vous dis que cette comparaison me fait rire. Je ne suis plus seule … Et c'est d'un pas lent que je prends le chemin de la volière, tout en flânant dans les dédales de couloirs, me risquant à me perdre quelque peu. Je ne connais toujours pas Erebor par coeur, et pour une fois que j'ai cinq minutes, j'en profite.
Pourquoi la volière ceci-dit ? Bien simple. C'est là que j'y ai déposé mon nouvel ami aux plumes ébènes ce matin-même, le temps de mon entraînement, et il risque fort de me bouder pour mon geste. Je souris tendrement au souvenir, me rappelant exactement des paroles de Thorin lorsqu'il me l'a offert à son retour de Mirkwood. Il le disait faible et incapable d'aller jusqu'aux Monts de Fer, mais que je sache je n'ai jamais été fauconnière ou éleveuse de corbeaux. Encore une façon pour lui de me dire qu'il me faisait confiance je suppose … Je ne sais toujours pas quoi en penser, mais mon ami à la langue bien pendue ne m'a presque pas quittée depuis et j'ai hâte de le retrouver. Si l'on m'avait dit que je changerais autant en si peu de temps …

« Ne me dit pas que… Gabrielle ?? » Arrêt net, choc visible. … Quoi ? Cette voix … Ne me dites pas que … ! Je me retourne vivement. Je n'avais pas entendu ce prénom depuis deux mois. J'étais Tharis pour les nains, Gabrielle n'était qu'une identité usurpatrice et forgée par les elfes qui se croyait humaine d'après eux. Grave erreur, mais je n'avais plus le coeur à les contredire – ce n'était pas faute d'avoir essayer pourtant. Ceci dit, ce n'est pas à cause du prénom employé que je me retourne. Non. Je n'avais pas réentendu ce timbre depuis le petit matin où la compagnie avait quitté Fondcombe ... Cette tonalité chantante qui appartenait à un véritable ami, plus petit que moi. « Bilbo !!! » Je vis ses traits se déformer par la joie, tandis que moi-même j'accusais le choc avant de laisser la joie éclater en un cri de bonheur. Que faisait-il ici ? C'est la question qu'il me renvoya mais je n'eus pas le temps d'y répondre de suite que je fus prise dans l'étau de ses bras. Je lui renvoyais l'accolade avec un rire ravi, faisant attention à ma force malgré tout, les yeux brillants et les joues roses de plaisir.
« Ceci mon ami c'est une longue histoire que je serais très heureuse de te conter. Mais je te retourne la question ! Erebor et ses joyeux compagnons te manquaient ? » Il me lâche et mon sourire reste en place. Il est vrai que je ressemble plus à une naine d'Erebor qu'à une rôdeuse vivant chez les elfes aujourd'hui, bien que j'ai tenu à garder un style vestimentaire proche de celui auquel j'étais habituée, sans compter une ou deux tresses elfique dans mes cheveux - au plus grand déplaisir de la majorité des nains. Je prends à mon tour le temps de l'observer. La mine tirée mais néanmoins resplendissante, il a davantage les traits d'un hobbit ayant guerroyé qu'un laboureur de terre. Qu'a t-il donc pu faire en six années ? Il a pris du muscle, son corps s'est affiné, même ses traits paraissent quelque peu plus sévères que la dernière fois. Non pas que cela lui enlève du charme, au contraire. Une fois encore, il me devance dans mes pensées, ce qui me fait rire. « Je suis aussi heureuse de te revoir. Six ans changent un être vivant, tu m'as l'air différent toi-aussi, plus aguerris qu'avant. As-tu voyagé ? Je suis certaine que tu dois avoir faim en prime. Que dis-tu d'évoquer nos souvenirs tout en mangeant un bon repas et en buvant d'une bière ? Il faut juste que je récupère quelqu'un avant cela, mais tu peux venir si tu le souhaites. Je serais ravie de le présenter. » Je ne pourrais pas faire attendre mon animal plus longtemps, sous peine d'entendre son humeur maussade toute la journée. Un corbeau au caractère de nain, y croyez-vous ? Ceci dit, j'aimerais vraiment que Bilbo accepte ma proposition. J'ai tellement à lui dire, à lui conter ! Et je suis bien certaine qu'il en va de même pour lui. Les yeux brillants, la fatigue semble avoir quitté mes épaules sous l'excitation, et c'est avec cet air de gosse un jour de noël que j'attends sa réponse.

(c) sweet.lips



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I'm back to Erebor   Ven 19 Déc - 12:12


   
   Bilbo Baggins &Gabrielle T. Tharordottir
   I'm back to Erebor

S
a joie ne pouvait être plus grande qu’en sentant son amie lui rendre son étreinte. Ils ne s’étaient pas côtoyés longtemps mais Bilbo lui portait une grande affection. Il avait regretté de ne plus la recroiser lors de son passage à Fondcombe. Il s’était demandé où elle avait pu aller. Gabrielle l’avait simplement devancé et semblée s’être installée à Erebor. Lorsqu’il lui demanda ce qu’elle faisait ici elle lui répondit simplement que c’était une longue histoire d’un air mystérieux. Le hobbit se demandait ce qu’il avait bien pu la sortir des palais merveilleux d’Elrond pour l’amener ici. D’après l’air qu’elle avait pris en lui répondant il devinait que ce serait une sacrée histoire et ne pouvait attendre pour en savoir plus. « Mais je te retourne la question ! Erebor et ses joyeux compagnons te manquaient ? »   « Tu ne peux pas savoir à quel point »  répondit-il avec un grand sourire. C’était bien pour ses amis qu’il était revenu. La comté était devenue bien trop calme pour lui. Certes quand il était revenu les attaques des hommes avaient donné à l’endroit un peu d’action, mais par la suite tout était revenu à la normale. Pourtant il en avait rêvé de ce calme. De retourner à sa vie d’autrefois avec tout le confort qu’offrait une vie chez les hobbits. Il se rendit compte que les collines ce n’était plus assez pour lui. Il avait vu des montagnes s’élever haut au-dessus des nuages et des vallées plus grandes et plus belles que tout ce qu’on pouvait trouver en Comté. Il avait tué des orcs et tué des araignées géantes. A présent tuer une simple araignée avec un journal était l’événement le plus violent qui survienne dans sa petite vie tranquille. Non pas que les attaques de ces créatures lui manquent, mais il sentait l’appel de l’aventure au fond de lui.

Il n’était pas le seul à avoir des questions et Gabrielle lui en posa plusieurs, lui proposant de partager son repas et de l’accompagner récupérer "quelqu’un". Voulait-elle parler d’un ami ou… de quelqu’un de plus important pour elle ? « Oui bien sûr ! Je viens à peine de te retrouver alors je ne vais pas partir maintenant. Surtout qu’Erebor est si grand que je ne serais pas sur de te trouver si on se quittait maintenant. »  La cité était immense et aux yeux du hobbit tous les couloirs et chemins se ressemblaient. Un véritable labyrinthe. Il lui faudrait certainement un certain temps pour mémoriser les chemins et la structure de la cité. « Je te suis ! »   Dit-il en faisant signe à son amie de passer devant pour les guider jusqu’à cet endroit où elle devait récupérer son ami. L’identité de cette personne l’intriguait mais il préférait ne pas poser de questions. De toute façon il verrait bien assez tôt. Ils entamèrent ainsi leur marche dans les longs couloirs du royaume des nains. Ils seraient certainement mieux pour parler une fois à table mais l’impatience submergea le hobbit qui avait envie de lui raconter son histoire autant qu’il avait envie d’entendre celle de son amie. « Je pense que le changement n’est pas si récent en réalité. Ce que nous avions vécu en arrivant à Fondcombe n’était rien comparé à ce qui nous attendait pas la suite. Si on m’avait dit tout ce par quoi on allait passé j’aurais sans doute refusé catégoriquement de quitter la Comté. »  Le voyage vous change un homme. Il ne parlait même pas d’un air nostalgique mais plutôt d’un air critique. Presque comme si il méprisait le hobbit qu’il était avant.  « J’ai fait des choses dont je ne me serais jamais cru capable avant. Je me suis battu contre des orcs et contre leurs wargs. Je ne m’en rendais pas compte à ce moment-là mais j’étais en train de changer. Je ne faisais que penser à mon trou de hobbit et à son confort, mais une fois que je suis enfin rentrée et bien… Je dois avouer que le nouveau moi n’aime pas autant les journées à ne rien faire que mon ancien moi. »  Son apparence témoignait surement de ce changement. Ses oreilles, ses cheveux bouclés et ses pieds nus attestaient bien de sa nature de hobbit, mais pour le reste il n’y avait pas grand-chose de très hobbit chez lui. Son regard était devenu plus dur, plus sûr de lui. Sa façon de marcher avait changée également. Je suppose qu’on ne peut pas marcher à travers plaines et montagnes de la même façon que l’on flâne dans les rues et chemins de Hobbiton. « Je pense que ça fait un bon résumé de tout ce que j’ai pu vivre d’excitant. Ces dernières six années je les ai surtout passées à hésiter entre rester  chez moi ou revenir ici. La nuit où j’ai décidé de partir j’ai réalisé que si je ne partais pas tout de suite je ne repartirais sans doute jamais. C’était peut-être une décision prise sur un coup de tête mais je ne regrette pas. Je n’étais plus à ma place là-bas. »

Gabrielle aussi semblait avoir changé. A l’époque son amie rodeuse vivait parmi les elfes et elle avait elle-même quelque chose d’elfique. Il n’avait plus cette impression à présent. Elle portait toujours ses cheveux tressés à la façon des elfes, mais elle ressemblait également à une naine. Bilbo avait beau porter des vêtements de nains il ne leur ressemblait pas pour autant, alors que Gabrielle elle faisait parfaitement illusion. Elle se fondait dans le décor, si ce n’est que ses cheveux n’étaient pas coiffés selon la tradition naine. « Et toi alors, qu’est-ce qui pouvait amener une rodeuse de Fondcombe à Erebor ? »  
WILDBIRD
 


In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pilier de taverne
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Amour Gloire et Beauté : Mère Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Indis est la naine de ma vie
FT. : Isolda Dychauk
Date d'inscription : 06/03/2014
Messages : 1671
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I'm back to Erebor   Jeu 1 Jan - 9:50


✖ I'm back to Erebor
❝It's been awhile my dear friend ❞


Bilbo & Tharis.


La joie de nous revoir était partagée et contagieuse. Qu'importe ce qui pourrait se produire ensuite, j'étais certaine de pouvoir garder le sourire, et ce même si je me chicanais avec un nain. Combien de temps désormais ? Six ans ? Presque sept ? Les yeux brillants, un véritable sourire ancré sur mes lèvres alors qu'il répondait à ma question. Je pouvais comprendre à présent. Je partageais même son avis. Tellement de choses à dire … Serait-il prêt à les entendre ? Je laisse échapper un léger rire lorsqu'il me confie ses doutes quand à la direction.« Si ça peut te rassurer, je me perds encore, et cela fait pourtant plus d'un mois que je suis ici. Erebor est un véritable labyrinthe, mais c'est ce qui fait son charme »
Je passe devant, le pas léger. Je connais le chemin depuis peu, m'étant forcée à le mémoriser. Cela ne fait pas longtemps que mon ami et moi-même entretenons cette relation agréablement tordue.
Rambert … Drôle de nom, pour un drôle d'oiseau.

« Je pense que le changement n’est pas si récent en réalité. Ce que nous avions vécu en arrivant à Fondcombe n’était rien comparé à ce qui nous attendait pas la suite. Si on m’avait dit tout ce par quoi on allait passé j’aurais sans doute refusé catégoriquement de quitter la Comté. » Mon ami me sort de mes pensées et je reporte mon attention pleine sur lui, une lueur d'interrogation dans les yeux. Je n'ai jamais eu la version entière du voyage. Juste quelques brides, glanées ici et là, par certains des nains de la compagnie. Je ne peux pourtant qu'acquiescer à ses dires, comprenant parfaitement ce qu'il veut dire par là. Mon envol me paraît loin, mais pourtant je n'ai jamais regretté. Il y a encore tellement d'endroits neufs que je ne connais pas … Des endroits dépaysants, qui ne demandent qu'à laisser une emprunte. Il continue et je l'écoute, silencieuse, respectueuse de son témoignage. La liberté change une vie à jamais. Parfois plus en profondeur qu'on ne le croit et cela se voit dans ses yeux avant de se répercuter sur son apparence.

« Je pense encore à Rivendell. » Un sourire nostalgique traverse mes yeux tandis que je lui confie ce secret. Je m'arrête, pose une main sur les pierre en un geste tendre, le temps d'une respiration. J'aime Erebor. J'aime le son de ses pierres, leur douceur rude, la grandeur de ce royaume. J'aime Erebor, ses salles, ses forges, son animation constante. J'aime Erebor, oui … Mais ... «  Rivendell est pour moi ce que la Comté représente pour toi. Mon enfance. Une partie de moi-même. Une partie qui me manque … parfois. » je secoue la tête, avant de le fixer. « Pour répondre à ta question, c'est Thorin qui m'a amenée ici. Après votre départ de Fondcombe, je suis partie de mon coté. La guerre m'a appelée, et j'ai manqué d'y rester. Lorsque j'ai appris pour la Bataille des Cinq Armées il était trop tard, et tu ne peux pas savoir comme j'ai regretté de ne pas avoir dit oui, comme j'ai eu peur pour vous. J'ai mis toutes mes forces dans la bataille que je menais, et nous avons gagné – j'ai été soulagée lorsque j'ai appris que c'était votre cas également. Par la suite … Je suis repartie en vadrouille. Les rodeurs n'ont jamais de répits. J'ai rencontré des gens, j'ai réglé certains vieux conflits, je suis revenue à Rivendell quelques fois, mais rarement pour un long moment. » Je m'arrête, reprend mon souffle, quitte la pierre de mes doigts pour reprendre notre route. Tourner au bout du couloir pour déboucher sur une sale immense et toute de hauteur : une sorte de tour aménagée où  de nombreux volatiles se trouvent. Une volière … De corbeaux.

«  Je me suis demandée comment est-ce que tu avais pu ressentir ton voyage. Si tu tenais le coup. J'ai souvent pensé à venir te voir, mais je n'en ai jamais eu le temps ni la véritable occasion. J'ai recroisé Thorin par hasard il y a quelques mois. Il m'a sauvée la vie, et pour honorer ma dette, j'ai décidé de le suivre. Il m'a fait découvrir les Monts de Fer – un endroit magnifique – puis Erebor, seulement tu connais notre chance légendaire ! Le soir même Erebor était envahit par des gobelins … et un troll. » Je grimace au souvenir. Ma main se porte à mon épaule par automatisme, et je regarde autour de moi. Où se trouve donc mon ami d'ébène ?
«  Thorin a manqué de se faire broyer, je me suis interposée juste à temps. Mon épaule a beaucoup moins apprécié le sauvetage par contre … Mais qu'importe. J'ai appris la semaine qui a suivi mes origines. Je ne suis pas humaine, mais belle et bien … naine. J'aurais du le voir depuis longtemps, mais inconsciemment je bloquais mes souvenirs. » Je regarde vers les ciel alors, avant de porter deux de mes doigts à mes lèvres et siffler doucement. Un croassement grave y répond plus haut, et c'est avec un grand sourire que je tends le bras comme perchoir.
« Je suis naine, Bilbo. Une naine d'Erebor. Je me nomme Tharis pour les miens, fille du guerrier Tharor et petite sœur d'Haelara. » Ma voix baisse, et je regarde un instant mon ami au plumage sombre se poser sur mon bras. Il me fixe, sans un son, et je me permets de flatter ses plumes avant de reporter mon attention sur le Hobbit.
« Mais tu veux savoir le plus drôle ? Même ici, entouré des miens, je ne peux m'empêcher de penser à ceux qui m'ont élevé car ils resteront ma famille. Rivendell me manque. Pourtant, je fais le maximum pour m'adapter. J'apprends le maniement de la hache avec une guerrière d'exception, le Khuzdûl et les coutumes avec Balin … Mais je préfère toujours l'épée et la dague, mon coeur me pousse toujours vers les bois et je ne rêve que de gravir la montagne et atteindre son sommet, pour ensuite pouvoir redescendre et me rouler dans la neige. Quels que soient les efforts, je ne serais jamais une naine moulée selon leurs critères. Je suis moi … Et n'ayant jamais rien fait comme tout le monde, je reste libre, même si cela impliquer faire un pied de nez à mon roi. »

Je secoue la tête, simplement à ses dires. Je me souviens de mes chicanes avec Thorin avant d'arriver à Erebor. Je ne l'ai pas vu souvent depuis notre arrivée mais c'est chose normale vu notre planning à tous les deux. Pourtant je reste intimement persuadée que même naine, malgré le respect que je lui dois, je continuerais à agir comme je l'ai toujours fait. Si les changements opérés peuvent se voir à mon apparence : les tissus que je porte ressemblent plus à ceux de Thorin qu'aux étoffes d'Elrond, même si j'ai gardé l'habitude des vêtements fais de cuir – comme expliquée à Bilbo, je reste quelque chose d'unique pour la majorité des vivants. Même naine, les gestes des rodeurs restent. Et qu'importe les grognements des miens quant à ma manière de me coiffer ; une tresse elfique se détache toujours du lot de ma tignasse rousse parsemée de tresses naines. Je suis le rejeton de trois races après tout. Et derrière ces mots se cachaient mes terreurs et mes troubles, mais je serais plus à mène d'en parler autour d'un verre … un bon gros verre.
Je finis par me reprendre et, tandis que l'animal remonte sur mon épaule pour me faire un câlin à sa manière, je souris à mon ami Hobbit pour le présenter officiellement. « Bilbo, je suis heureuse de te présenter Rambert, véritable casse-pied à ses heures, corbeau au caractère nain mais également mon confident et l'un de mes meilleurs amis. »

(c) sweet.lips



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I'm back to Erebor   Ven 23 Jan - 13:00


   
   Bilbo Baggins &Gabrielle T. Tharordottir
   I'm back to Erebor

I
l suivait Gabrielle dans les couloirs lorsqu’elle lui avoua penser encore à Rivendell. Il y avait quelque chose dans sa voix qui laissait deviner sa nostalgie. Il comprenait ce sentiment. Même lorsqu’on a soif de voyage on ne peut pas éviter de penser à l’endroit où l’on a grandi. On garde un lien spécial avec ce genre d’endroit. Un lien qui dure toute une vie. «  Rivendell est pour moi ce que la Comté représente pour toi. Mon enfance. Une partie de moi-même. Une partie qui me manque … parfois. »  Il n’aurait pas su mieux le dire lui-même. Il savait bien que tôt ou tard il serait lui aussi nostalgique de son pays. Qu’il aurait envie de revenir. Cul-de-sac lui manquait bien sûr, mais c’était surtout Frodo qu’il espérait revoir. Il était partagé entre deux envies. Celle de savoir que Frodo aurait une vie heureuse et tranquille en Comté même si ça impliquait pour lui de ne plus le revoir, et l’envie qu’il le rejoigne ici à Erebor. Il savait que la deuxième option était illusoire. Si il avait choisi de venir vivre ici c’était parce que trop de choses le liaient à cet endroit. Trop de personnes également… Il finit par écarter ces pensées là pour se reconcentrer que ce que son amie lui disait.  « … c'est Thorin qui m'a amenée ici. »  Cette phrase provoqua quelque chose en lui et il détourna le regard, comme s’il avait peur que son amie puisse voir quelque chose dans son regard. Mais son geste fut suffisamment naturel pour ne pas être remarqué. Du moins l’espérait-il. Il écouta la suite de son histoire, retrouvant son calme petit à petit. Elle aussi avait dû mener des batailles de son côté avant de continuer à voyager. Est-ce qu’il n’y avait que en comté que les gens pouvaient avoir une vie tranquille sans batailles ni aventures d’aucune sorte ? Dit comme ça, ça ne semble pas très excitant. Mais au moins il s’agissait d’une existence sure, sans dangers. La plupart des hobbits peuvent espérer mourir de vieillesse et non au combat. Enfin… Après le passage de Smaug les choses avaient bien évidement changé. Ce n’était pas le genre de choses qui s’oublient facilement. La tranquillité de la Comté avait été troublée et elle ne redeviendrait pas comme elle était avant un certain temps.

Au détour d’un couloir ils débouchèrent sur une salle surprenante. Elle était très haute de plafond et… elle était remplie d’oiseaux. Leurs ailes et leurs croassements emplissaient la salle d’un brouhaha léger, mais impressionnant. Il s’agissait de la volière où se réfugiaient les corbeaux d’Erebor. Les oiseaux noirs semblaient immenses à Bilbo, même vu de loin. Gabrielle lui raconta la suite de son histoire, lui disant qu’elle avait hésité à venir le voir. Cette visite aurait fait plaisir à Bilbo, mais il savait qu’il n’était pas toujours possible de se rendre où on le souhaitait. La terre du milieu était dangereuse et les orcs se faisaient de plus en plus nombreux. Il n’existait plus de route sure. Elle lui racontât comment elle avait croisé Thorin lors de ses voyages, que celui-ci lui avait sauvé la vie. Il ne put s’empêcher de sourire en pensant à toutes les fois où le nain l’avait sauvé lui-même. Il ne les comptait même plus, c’était arrivé trop souvent. Gabrielle lui raconta alors comment elle avait pu lui rendre la pareille plus tard. Mais ce fut la suite de son récit qui lui fit le plus grand choc. « Je ne suis pas humaine, mais belle et bien … naine. »  Il la regarda de haut en bas, se disant qu’effectivement il y avait quelque chose de nain en elle, mis à part son manque de barbe. Il n’avait pas côtoyé assez d’humains pour arriver à faire la différence. Il avait entendu des histoires comme quoi les femmes nain aussi avait de la barbe et s’en était tenu à ça. Alors comme ça elle était naine… ça expliquait sa petite taille, même si pour une naine elle était plutôt grande justement. Alors qu’elle tendait le bras elle se présentât sous son identité naine. « Je suis naine, Bilbo. Une naine d'Erebor. Je me nomme Tharis pour les miens, fille du guerrier Tharor et petite sœur d'Haelara. » « Haelara ? Une naine avec des cheveux noirs et plutôt jolie ?  J’ai croisé une Haelara hier à Dale. Je n’arrive pas à croire que c’est ta sœur. »  Il espérait ne pas être vexant en disant cela, mais il trouvait que les deux femmes ne se ressemblaient pas vraiment. Ni physiquement, ni du point de vue du caractère. Mais peut-être ne connaissait il sans doute pas assez Haelara pour en juger. « Comment dois-je t’appeler dans ce cas ? Est-ce que je dois t’appeler Tharis désormais ? »  Gabrielle… Tharis… Deux noms totalement différents qui attestaient du parcours étrange de la naine. Elle avait grandi en se croyant humaine parmi des elfes pour finalement découvrir qu’elle était naine. Elle devait bien être la seule à avoir vécu quelque chose comme ça. L’atterrissage de l’oiseau sur le bras de son ami le fit légèrement sursauter. Il en était arrivé à oublier complétement où ils se trouvaient. Quand il avait les ailes déployés l’oiseau semblait immense, même pour quelqu’un ayant vu les grands aigles. Les plumes du corbeau étaient d’un noir profond et brillant et une lueur d’intelligence brillait dans son regard.

Il écouta la confession de son amie qui lui avoua qu’elle voulait retourner parmi les elfes. Que même si elle faisait tout pour devenir une naine comme les autres elle se sentait toujours différente. « Je comprends tout à fait ce que tu traverses. Après la bataille des cinq armées, quand tout est enfin redevenu calme à Erebor, je me suis empressé de rentrer chez moi. Pendant toute la durée du voyage j’étais rongé par l’envie de rentrer en Comté parce que c’est chez moi et que c’est là-bas que sont mes semblables. Pourtant comme je te l’ai déjà dit je ne m’y sentais plus à ma place. Les personnes qui ont toujours vécu parmi leurs semblables ne peuvent sans doute pas comprendre ce que ça fait d’être déchiré entre deux mondes, entre deux cultures. On finit par perdre notre identité raciale pour devenir quelque chose de différent, un entre deux… Ou même un entre trois dans ton cas ! C’est à la fois un avantage et un désavantage. On a pu s’enrichir personnellement par les expériences que l’on a vécues et par les gens qu’on a rencontrés. Mais au final on se retrouve seul, comme si on ne pouvait plus faire partie d’aucun groupe, d’aucune culture. Je pense qu’il faut essayer d’accepter que plus jamais on sera vraiment à notre place dans un endroit déterminé et qu’il faut essayer de faire des choix. Il faut choisir l’option qui pourra possiblement nous rendre le plus heureux. »  Bilbo adressa un sourire à son amie. Il n’avait fait qu’un résumé du débat intérieur qu’il avait mené en 6 ans et qui l’avait finalement poussé à revenir à Erebor. Ils étaient tous les deux des apatrides et ils devaient faire le choix difficile de choisir où ils préféraient aller. Finalement après un moment de silence son amie finit par lui présenter cet ami dont elle lui avait parlé et qui n’était autre que le corbeau perché sur son épaule. Il leva les sourcils avec surprise, avant de rire de sa méprise. « Je ne m’attendais pas à ce que nous allions retrouver un corbeau ! C’est… inattendu ! Bonjour Rambert ! »  L’oiseau sembla le juger pendant un instant du haut de l’épaule de sa propriétaire… ou devait-il dire amie ? « Est-ce que Rambert se joindra à nous pour le repas ? Je ne veux pas être impoli mais le petit déjeuné de l’auberge était tout à fait inconsistant et je reste tout de même un hobbit. Je ne veux pas abuser de l’hospitalité des nains, mais je dois avouer que mon estomac crie famine ! Et puis que diable ! Les nains de la compagnie ont vidé mon garde mangé quand ils sont venus chez moi le premier soir de notre aventure. Il faut que je me venge ! »  
WILDBIRD


In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pilier de taverne
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Amour Gloire et Beauté : Mère Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Indis est la naine de ma vie
FT. : Isolda Dychauk
Date d'inscription : 06/03/2014
Messages : 1671
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I'm back to Erebor   Mer 4 Mar - 9:45


✖ I'm back to Erebor
❝It's been awhile my dear friend ❞


Bilbo & Tharis.



Apatride. Un mot qui tournoyait dans mon esprit depuis déjà bien longtemps et qui ne cessait de revenir. Sans bouger, je laissais à loisir Bilbo me regarder du haut en bas, refrénant un nouveau sourire – beaucoup de personnes avait déjà eu ce même comportement à une époque révolue, alors que je leur annonçais que j'étais humaine. Naine. Naine sans barbe – peut-être en aurais-je un jour, qui pouvait bien le savoir ? - mais naine tout de même.
« Haelara ? Une naine avec des cheveux noirs et plutôt jolie ? J’ai croisé une Haelara hier à Dale. Je n’arrive pas à croire que c’est ta sœur. » A mon tour de prendre une un air surpris. Ainsi donc il la connaissait ? Je pris le temps de considérer sa réponse, avant de hocher la tête doucement pour acquiescer. Oui. Ma merveilleuse grande sœur au caractère de feu. « Il est vrai que nous ne nous ressemblons guère en apparence. » Un sourire malicieux vint étirer mes lèvres, tandis que – je le savais – des étoiles brillaient désormais dans mes yeux. J'adorais ma sœur. Vraiment. Et qu'importe si elle ne savait pas se battre, elle restait merveilleuse – un modèle à suivre en bien des choses. Elle était ce que je ne serais jamais, et ce que j'aurais sûrement aimé être si j'avais eu une autre vie que celle-ci. « Elle est plus réservée que moi, mais nous partageons la même passion, la même fougue et un tempérament assez proche lorsque tu sais gratter sous le vernis que nous portons au quotidien. J'espère que tu ne la verras jamais en colère, car crois moi, elle est bien plus impressionnante que Thorin. Concernant mon prénom ... Comme tu le souhaites. Je resterais à jamais Gabrielle pour la majorité des elfes, et si les nains me nomment Tharis, Thorin utilise encore mon prénom humain par habitude. » J'avais eu bien plus que deux prénoms. Les rodeurs m'en avaient donné un autre, ainsi qu'Elrond. Etait-ce si important ? Je me l'étais demandé autrefois, me torturant l'esprit à ce sujet, avant de décidé que … Ce n'était qu'un prénom. Cela nous définissait, ce qui nous forgeait en un sens, mais cela ne faisait pas tout. Que ce soit Gabrielle, Elanna, Shadow ou encore Tharis … Cela restait moi. Je ne pus qu'acquiescer à la tirade de mon ami pour la suite, le comprenant fort bien – et nous étions rares désormais à vivre de telles aventures.

« Je ne resterais pas à Erebor toute ma vie ». Une phrase, chuchotée sous le cri horrifié de mon ami Rambert, nouvellement posé sur mon épaule. C'était la vérité, je le savais. Un mal me rongeait, insidieux et sourd, m'emmenant toujours au large. L'envie de partir ne se faisait pas encore sentir, mais elle ne tarderait à pointer le bout de son nez. Ce n'était qu'une question de jours, de mois, avant qu'elle ne m'assaille, et comme toujours je ne pourrais pas lutter contre. Je ne resterais pas à Erebor toute ma vie. Comment réagirait Haelara en m'entendant ? Balin comprendrait, Gimli également, mais Hael' et Thorin ? Ca c'était une autre paire de manche. J'eus une pensée vivace pour l'homme que j'avais aimé – et que j'aimais encore, me demandant où pouvait bien se trouver Manech à l'heure actuelle. Comment allait mon pachyderme préféré. Je repoussais ce désir de les rejoindre d'un geste simple et fluide. Pas maintenant.
. « Je ne m’attendais pas à ce que nous allions retrouver un corbeau ! C’est… inattendu ! Bonjour Rambert ! » Le rire de Bilbo me ramena sur terre, et je souris pleinement à mon ami.A quoi pouvait-il donc s'attendre ? Rambert, lui, se contenta de hocher la tête et battre quelques peu des ailes. Il n'avait pas l'air de vouloir être bavard aujourd'hui. « Est-ce que Rambert se joindra à nous pour le repas ? Je ne veux pas être impoli mais le petit déjeuné de l’auberge était tout à fait inconsistant et je reste tout de même un hobbit. Je ne veux pas abuser de l’hospitalité des nains, mais je dois avouer que mon estomac crie famine ! Et puis que diable ! Les nains de la compagnie ont vidé mon garde mangé quand ils sont venus chez moi le premier soir de notre aventure. Il faut que je me venge ! » Cette fois-ci, j'explosais tout bonnement de rire. Rambert pris un air de corbeau outré – évidemment qu'il se joindrait à la fête, et puis quoi encore – alors que je tentais de me calmer. « Oui, il en est. » Le corbeau bomba le plumage et lâcha un petit croassement avant de s'envoler de nouveau. « Rambert est un corbeau nain, il partage le caractère de notre peuple et ses mauvaises habitudes, ainsi que ses mauvaises manières » Un corbeau nain alcoolique et cynique qui ne tenait pas l'alcool, voilà ce dont j'avais hérité. Toutefois, il était mon plus précieux ami, et mon plus fervent défenseur. Je secoua la tête, avant de montrer le chemin à Bilbo et me remettre en route pour la salle à manger. « Si cela peut te rassurer, il y a largement de quoi nourrir un hobbit affamé et au cas où, je te donnerais une partie de mon assiette. » Car, chose étrange, j'avais du mal à avaler quoi que ce soit depuis quelques temps - ou tout du moins avais-je du mal à garder les aliments dans mon estomac. N'ayant jamais été malade avant cela je trouvais mon état étrange, mais combien de fois avais-je vu Ried ou les rodeurs m'accompagnant être mal ? C'était peut-être psychosomatique, à moins que ce ne soit un aliment que je ne supporte pas. Allez savoir. Toujours est-il que je n'en avais parlé à personne, outre Rambert qui gardait le secret pour moi, simplement car ce n'était pas grave, juste déplaisant. Inutile d'alarmer tout le monde pour rien, n'est-ce pas ? Ne cessant de sourire à Bilbo, je continuais sur ma lancée, partie comme je l'étais. « As-tu déjà goûté la bière d'Erebor au passage ? Je suis certaine que tu l'apprécieras, à moins que tu ne préfères du lait de chèvre. »

Le trajet était court jusqu'aux cuisines. Heureusement d'ailleurs. Rambert nous attendait déjà, perché sur l'une des nombreuses table du réfectoire – la seule garnie de nourriture à n'en plus voir la pierre du meuble. Il montait la garde, éloignant d'un claquement sec tout nain qui osait s'approcher, curieux, bien qu'il n'y eut pas grand monde à cette heure-ci outre quelques nains et naines désireux d'un peu de tranquillité autour d'une bonne bière. J'invitais Bilbo à s’asseoir, prenant moi même place, Rambert venant simplement se poser sur l'une des deux choppes remplie de bière qu'il comptait certainement boire à ma place, tandis qu'une troisième  choppe se trouvait remplie de lait de chèvre chaud. « Au fait, combien de temps penses-tu rester ici ? Pas que je veuille te mettre dehors, au contraire, mais histoire que je puisse m'organiser pour ne pas te laisser tout seul. Erebor est magnifique, tu le sais mieux que moi, mais également énorme, et avec l'attaque subite il y a peu, la garde a été renforcée et certains chemins sont devenus interdits d'accès. » Je secouais la tête fataliste, avant de prendre un bout de pain et choppe de lait - chose rare que je pouvais encore engloutir avec les pommes et les carottes - , tandis que Rambert plongeait déjà son bec dans la bière. « Ceci mis à part, à ton séjour, et bon appétit !  » lançais-je tout de même tout sourire en levant ma boisson.

(c) sweet.lips



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I'm back to Erebor   Lun 1 Juin - 12:39



Bilbo Baggins &Gabrielle T. Tharordottir
I'm back to Erebor

G
abrielle le rassura. : il aurait largement de quoi calmer sa faim. Le hobbit sourit à cette idée. Les voyages n’étaient pas les plus propices à maintenir une diète hobbit classique à vrai dire. Durant ces quelques semaines de voyage il avait dû se priver bien entendu, effectuer un rationnement pour que ses provisions tiennent jusqu’à la fin du voyage. Il avait hâte de manger son premier vrai repas. Un grand sourire apparu sur le visage de Bilbo lorsque son amie lui proposa de lui faire gouter la bière d’Erebor. « Comment refuser pareille offre ? » Sans que son sourire quitte son visage il suivit Gabrielle jusqu’au réfectoire. Il s’agissait d’une assez grande pièce remplie de quelques grandes tables. L’une d’entre elles croulait sous les plats remplis de nourriture. Rambert montait la garde, éloignant tous ceux qui osaient s’approcher d’un peu trop près. Plus ils approchaient de la table et plus la faim du hobbit se réveillait. Alors qu’ils s’asseyaient Rambert alla se percher sur l’un des deux grandes chopes de bière, sans doute dans l’espoir d’en prendre un peu. Il y avait tant de plats différents que Bilbo ne savait pas par quoi commencer. Comme il venait d’arriver il était pris de timidité et n’osait pas se servir directement, même si l’envie ne manquait pas. Alors qu’il était occupé à dévorer du regard toute la nourriture disposée sur la table, Gabrielle prit la parole. Elle lui demanda combien de temps il comptait rester. Elle voulait pouvoir lui tenir compagnie pour pas qu’il se sente trop seul. Sa gentillesse lui réchauffait le cœur. Il perdit cependant son sourire lorsqu’elle évoqua une attaque qui aurait eu lieu il y a peu. Bilbo la regarda avec des yeux ronds, sans comprendre de quoi elle parlait. Il venait d’arriver et n’avait pas vraiment été tenu au courant des derniers événements en date. Il regarda la naine remplir son assiette et lever son verre de lait pour trinquer à son séjour.

Bilbo avait oublié sa faim. Son ventre se serrait à présent pour une autre raison. « Une attaque ? » Son esprit tournait à toute allure. « De quelle attaque parles-tu ? Que s’est-il passé ? Est-ce que tout le monde va bien ? » Pendant son absence il avait toujours pensé qu’il n’y avait pas de raison pour que quelque chose de mauvais arrive au royaume des nains. Après tout ils avaient repoussé les armées des orques, les nains des monts de fer étaient venus en renfort et les relations avec les humains et les elfes habitant aux alentours du royaume s’étaient améliorées. Il avait surement été naïf de penser comme cela. Si les orcs avaient attaqué une fois ils pouvaient bien recommencer. « Je n’ai jamais voulu penser que quelque chose de mal pouvait arriver ici pendant que j’étais en comté… Je ne voulais pas y penser, mais en réalité je ne pouvais pas vraiment m’en empêcher. J’imagine que c’est ça aussi la raison de ma présence ici. » Il avait la gorge sèche et il prit une gorgée de bière pour calmer cette désagréable sensation. Il ne prêta même pas attention au goût, il était encore trop perturbé par les nouvelles que lui apprenait son amie. « Pourrais-tu me dire ce qui s’est passé durant mon absence ? En comté on n’entend que rarement des nouvelles des royaumes aussi lointains qu’Erebor ! »
WILDBIRD



In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pilier de taverne
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Amour Gloire et Beauté : Mère Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Indis est la naine de ma vie
FT. : Isolda Dychauk
Date d'inscription : 06/03/2014
Messages : 1671
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I'm back to Erebor   Sam 22 Aoû - 1:32


✖ I'm back to Erebor
❝It's been awhile my dear friend ❞
Bilbo & Tharis.


Le revoir me faisait du bien. Plus que je ne l'aurais cru. Mais il me rappelait aussi tout ce que j'avais laissé derrière moi, par simple caprice, par choix fait à la hâte. J'aurais pu dire non à Thorin. Le laisser partir. Revenir sur mes pas … Mais ma curiosité et mes sentiments avaient eu raison de mon cerveau. Je m'étais laissée guidée, aveugle, j'avais plongée droit sous la terre. Le regrettais-je ? Non.   Je ne pourrais jamais. Car au fond de mon être, une pulsation se faisait de plus en plus forte. C'était là ma place, pour le moment. C'était le lieux où je devais être. Le lieux où je devais grandir à nouveau, avant de m'envoler vers d'autres horizons. L'adolescence était passée sur les routes. J'apprenais à être adulte parmi les miens et, suivant toute logique, je me laisserais mourir parmi les elfes, parmi les hommes, sur les terres arides, seule.

« Tout le monde va bien, maintenant ».. Je pose ma bière après avoir bu une simple gorgée, caressant les plumes de Rambert par la suite, rassurant mon ami d'une voix douce. « Tout a été reconstruit. Nous avons subit l'attaque de gobelins et d'un troll le jour même où je suis entrée à Erebor. J'ai eu l'épaule en sale état, plusieurs fractures que je ménage encor mais pour l'essentiel … Il n'y a pas eu trop de morts. Thorin et d'autres furent également blessés, mais la plupart d'entre nous s'en sont remis assez vite ». Je secoue la tête au souvenir déplaisant du troll. C'est comme ça que j'ai rencontré ma sœur pour la première fois. Je souris à Bilbo à la suite de ses paroles. « Lorsqu'on est quelque part, on a tendance à oublier le reste du monde. C'est vrai pour tout l'ensemble de la population. Tu aimes cet endroit … Je ne serais pas étonnée que tu y meures de vieillesse, entourés de tes amis. » .Je lui souris, Rambert croâsse. « Ce qui s'est passé ? Ouh. Je ne sais que ce que j'ai entendu de ton histoire, Bilbo. Thorin n'est guère loquace à ce sujet. Mais pendant que moi j'étais ici, outre l'attaque surprise … Et bien j'ai appris à me battre comme une naine digne de ce nom, avec Indis. J'apprends ma langue, ma culture, et je repense chaque fois aux elfes en me disant qu'au final ils ne sont pas si différents. Je suis repartie aux Monts de Fer voir Irien, je suis revenue … Ce que je trouve dommage, c'est que l'on enseigne pas aux plus jeunes les anciens contes, les vieilles histoires oubliées liée au mal qui nous ronge et à la création du monde.  Enseigner les vieux rois est une bonne chose, mais les Humains et les Nains ont tendance à oublié ce qu'il s'est passé avant. ». je secoue la tête, poussant un soupir. Rambert m'enserre l'épaule, sa façon à lui de me dire qu'il désapprouve mes mots, et je finis par le chasser. Furieux, il se pose sur la table, et se met à picorer mon assiette mais je ne lui prête pas d'attention. « L'attaque surprise me préoccupe encore. Le déferlement de gobelins n'était pas normal, Erebor était censée être imprenable d'après les nains – que je crois volontiers. Et pour qu'un troll nous apparaisse … J'ai peur que le mal ne soit plus grand encore que nous le pensions, et à cette idée, je ne rêve que de repartir sur les routes pour reprendre mon ancien travail : veiller sur l'équilibre des choses, mais je ne peux pas. Pas encore. ». je secoue la tête, fermant les yeux en grimaçant. « Connais-tu la légende des anneaux Bilbo ? L'Histoire du Seigneur des Ténèbres ? Je ne sais rien des coutumes Hobbit malheureusement. ». je lui souris maigrement, avant de commencer mon repas, bien plus frugal que le sien cependant, toute cette conversation commençant d'ors et déjà à me couper un peu l'appétit.

(c) sweet.lips



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I'm back to Erebor   Lun 9 Nov - 18:55


   
   Bilbo Baggins &Gabrielle T. Tharordottir
   I'm back to Erebor

E
n six années d’absence il s’était sans doute passé beaucoup de choses. Les nains avaient repris Erebor après de longues décennies d’errance. Ils avaient un royaume à reconstruire et une nouvelle vie à bâtir. Bilbo regrettait de ne pas avoir pu assister à ce grand moment, mais d’un autre côté c’était quelque chose qu’il avaient attendu depuis tellement longtemps qu’il n’y aurait surement pas eut sa place. Les nains avaient enfin retrouvé leur terre. Pour les plus jeunes ils n’avaient jamais vu le royaume sous la montagne et ils avaient tout à découvrir. Il était de retour lui aussi désormais et il lui restait tout à découvrir de ce qu’était devenu cet endroit, lui qui n’en avait vu que les ruines. Gaby le mettait au courant d’une récente attaque de Gobelin survenue le jour de son arrivée ici. Il y avait eu quelque mort et pas mal de blessés, dont elle-même et Thorin. Bilbo ne put s’empêcher de prendre un air inquiet, même si Gabrielle lui assurait qu’ils s’en étaient tous rapidement remis. Il avait été blessé lors de la bataille des cinq armées et même si les plaies avaient vite guéri, la douleur avait persisté pendant plusieurs années. Encore aujourd’hui il avait de fortes migraines par temps de pluie, sans doute à cause de sa blessure à la tête. « Lorsqu'on est quelque part, on a tendance à oublier le reste du monde. C'est vrai pour tout l'ensemble de la population. Tu aimes cet endroit … Je ne serais pas étonnée que tu y meures de vieillesse, entourés de tes amis. » Les paroles de son amie lui rendirent le sourire. C’était une idée réconfortante de se dire qu’il pourrait vieillir ici. La comté lui manquait bien sûr, mais sa place n’était pas là-bas, et il espérait qu’il saurait la trouver ici. Gabrielle continua de lui raconter ce qu’avait été sa vie ici depuis son arrivée. En somme, elle apprenait à être une naine. Bilbo devait encore se faire à l’idée qu’elle n’était pas humaine. Mais maintenant qu’il le savait, il se rendait compte qu’il y avait définitivement quelque chose de nain dans son caractère. Une force brute que l’on ne trouve chez aucune autre race.

« Ce que je trouve dommage, c'est que l'on enseigne pas aux plus jeunes les anciens contes, les vieilles histoires oubliées liée au mal qui nous ronge et à la création du monde.  Enseigner les vieux rois est une bonne chose, mais les Humains et les Nains ont tendance à oublier ce qu'il s'est passé avant. » Bilbo haussa les sourcils, approbateur. « En comté les vieilles légendes ont un certain succès auprès des enfants. Mais personne ne les prend au sérieux, même celles qui sont basées sur des faits réels. Il est parfois difficile de distinguer le vrai du faux si on n’a pas l’occasion de vérifier les sources. » De son côté, le hobbit, qui était passionné de vieilles histoires, avait passé de longues après-midis à lire de vieux livres poussiéreux à la recherche de la vérité que recelaient les vieilles histoires de son enfance. Après tout beaucoup de ces comptes prenaient racine dans un événement réel. C’était sa façon en tant qu’adulte de vivre les histoires dont il rêvait étant enfant. Enfin, avant qu’il ait l’occasion d’en vivre une vrai dans la compagnie de Thorin Oakenshield bien entendu !

Gabrielle poursuivit en lui faisant part de son inquiétude au sujet de l’attaque des gobelins qu’elle ne considérait pas comme normale. Le mal grandissait en terre du milieu. En l’écoutant parler un frisson d’effroi le parcouru de la tête aux pieds. Dans sa poche, l’anneau se faisait plus lourd. « Connais-tu la légende des anneaux Bilbo ? L'Histoire du Seigneur des Ténèbres ? Je ne sais rien des coutumes Hobbit malheureusement. » Le seigneur des ténèbres ? Il avait lu des choses dans certains livres, mais les informations étaient toujours vagues, comme si l’histoire avait voulu effacer la connaissance de ces terribles événements. « Je crois me souvenir d’avoir lu des choses à propos d’une grande guerre… Il y a très longtemps. Une alliance entre les différentes races pour lutter contre un grand mal en terre du milieu… » Il parlait d’une voix faible, presque en murmurant. Comme si ces paroles étaient trop dangereuses pour être énoncées trop fort. Comme si des spectres d’un autre temps les guettaient. Inquiet, Bilbo glissa une main dans sa poche pour sentir le contact rassurant du métal contre ses doigts.  « Mais quel est le rapport ? Si cette guerre a eu lieu ce fut il y a bien longtemps ! Penses-tu qu’il puisse il y avoir un lien avec ce qui se passe de nos jours ? »
WILDBIRD
[/quote]


In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I'm back to Erebor   
Revenir en haut Aller en bas
 

I'm back to Erebor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Rhovanion :: Erebor-