Partagez | 
 

Are you following me?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Are you following me?   Lun 15 Déc - 19:19


   
   Bilbo Baggins & Haelara Thrarordottir
   Are you following me ?

L
e petit hobbit se perdait dans les rues de Dale. La ville était méconnaissable. Des dizaines de familles s’étaient installée là. Les bâtiments avaient été réparés, les rues déblayées, l’antique ville en ruine avait fait peau neuve. Tenant son poney par la bride Bilbon essayait de progresser dans les rues. Il avait l’impression d’être une miniature parmi tous ces hommes, une impression qui n’était pas aussi forte parmi les nains. Certains le regardaient bizarrement, comme hantés par une sensation de déjà vu, d’autre avec une simple curiosité. Après avoir erré pendant un certain temps il finit par trouver l’auberge qui, dieu merci, avait une écurie. Il y passa tout d’abord afin d’y laisse son poney, Cannelle, et donne une pièce au garçon d’écurie pour qu’il le brosse et le nourrisse. L’aubergiste fit également une drôle de tête en voyant le semi-homme entrer. Bilbo sentait qu’il allait devoir s’habituer à provoquer ce genre de réactions, du moins pendant un temps. Il négocia une chambre pour la nuit avec l’aubergiste pour passer la nuit. La chambre était correcte, même si ce n’était pas le grand luxe. Au moins pourrait-il dormir dans un lit cette nuit-là !

Déposant son sac au pied du lit il s’y allongea. Tous les muscles de son corps lui faisaient mal, et il était content d’être enfin parvenu à destination. Le voyage l’avait endurcit et il n’avait jamais vraiment souffert de la fatigue au cour des dernières semaines de voyage. Mais c’était comme si toute la douleur s’était accumulée en lui et avait choisi le moment de son arrivée pour recommencer à irradier. Il avait l’impression que ses muscles risquaient de céder si jamais il se levait. Qu’ils allaient lâcher sous son poids, se rompre. Ses vêtements n’avaient pas bonne mine et auraient besoin d’une lessive en bonne et due forme. Chose qu’il n’avait pas pu se permettre pendant le voyage. Il y avait tellement de choses dont il rêvait… Un bon bain chaud pour commencer. Malheureusement il commençait à épuiser son budget et il devait envisager la possibilité que Thorin le chasse sans plus de cérémonie. Il fallait qu’il mette quelques sous de côtés au cas où ce scénario devenait réalité. Encre une fois il glissa la main dans sa poche. Tant qu’il avait cela tout irait bien de toutes façons.

Il parvint finalement à trouver la force de se lever et ses muscles eurent l’air de tenir le coup, même si la sensation n’était pas agréable. Il s’étira, mit le sac contenant son argent restant dans sa poche, cacha son sac sous le lit et quitta l’auberge, une fois la porte de sa chambre fermée à clé. Avant de se rendre à Erebor il fallait qu’il fasse quelques achats indispensables. Il ne pouvait pas se présenter comme ça à la cité des nains. C’est pourquoi il se rendit sur le marché en quête de vêtement à sa taille. Arrivée près de la rue qui habitait le marché Bilbo du s’armer de courage avant de se plonger dans la foule d’humains. Il était de la taille des enfants de leur race et plus menu. Mais les hobbits sont également agiles quand il s’agit de se faufiler, aussi Bilbo n’eut pas trop de mal à se déplacer et à rejoindre une charrette où une femme vendait des vêtements. Elle avait des vêtements humains et nains. Des vêtements pour enfant humains pouvaient convenir aussi bien que les vêtements pour nain s’ils étaient de petite taille. Il finit par choisit une chemises et un pantalon. Ils étaient simples mais fais d’une tissu solide. Sa veste pouvait quant à elle encore tenir un peu. Ses économies faisaient peine à voir après cet achat. Ses achats pliés sous le bras, Bilbo repris le chemin de l’auberge en se disant qu’il essaierait de marchander une bassine d’eau chaude pour se laver. Il ne voulait pas trop dépenser, mais il en avait décidément marre de sentir le poney.

Il avait parcouru quelques rues entre le marché et l’auberge, et quelque chose le tracassait. Il avait comme l’impression d’être suivit. Bien sûr il n’était pas un de ces rodeurs capables de se rendre compte de tout ce qui se passe autour d’eux et de la présence du moindre ennemi, mais l’aventure avait suffisamment aiguisé les sens de Bilbo pour le remarquer. Finalement il s’arrêta et se retourna. Il ne vit personne dernière lui, mais il avait suffisamment confiance en ses sens pour demander : « Bon aller qui que vous soyez montrez-vous. »

WILDBIRD
 


In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Are you following me?   Jeu 25 Déc - 23:14

« Are you following me ? ║ Haelara & Bilbo »


Avec l'agitation qui avait secoué Erebor ces derniers temps, je n'avais guère eu le temps de m'occuper de mes rapaces. Heureusement pour eux, ils étaient parfaitement à-même de prendre soin d'eux-mêmes. Par acquis de conscience, j'étais juste montée dans la tour qui me servait de volière, afin de m'assurer qu'aucune catastrophe irrémédiable ne s'était produite. Cet endroit devait se trouver trop haut dans la cité pour que les Gobelins aient pu l'atteindre. Et de toute façon s'ils y étaient parvenus, ils auraient été bien accueillis, tiens... Déjà que ces oiseaux toléraient à peine la présence d'autres Nains au milieu de leurs nids, alors des Orcs ! N'en parlons même pas. Enfin... Pour une fois, ce n'était pas la fauconnerie qui occupait mes pensées, mais l'autre métier que j'exerçais. La couture. Ces derniers temps, tous mes ouvrages avaient été laissés à  l'abandon. En entrant dans mon atelier, ce matin-là, je n'avais pu contenir un soupir agacé. Quel chantier... J'avais tout laissé en désordre. Bon, j'avais des excuses. Entre l'invasion avortée d'Erebor, la fête qui fut donnée ensuite pour fêter la victoire et le retour de Thorin, et en ajoutant le fait que Fili et moi avions passé pas mal de temps ensemble, j'avoue que mes aiguilles n'avaient pas été mon sujet de préoccupation premier, bien loin de là ! Mais il était temps d'y mettre bon ordre.

Il ne me fallut pas moins de deux ou trois heures pour mettre bon ordre dans tout ce souk. C'est une fois chaque chose à sa place que je pus reprendre mon travail, tranquillement. Ma priorité du moment ? Terminer une robe qu'on m'avait commandée et qui devait être délivrée dans... Moins d'une semaine. Autant dire que ça commençait à presser. C'est justement dans ces moments-là que tout semble aller de travers, n'est-ce pas ? C'est toujours quand je ne peux pas me payer le luxe de prendre du retard que le tissu vient à manquer, mais pourquoi bon sang, pourquoi ? … Ah oui, sinon la vie serait bien moins palpitante, suis-je sotte. J'enfilai donc à la va-vite une tenue correcte pour pointer le bout de mon nez dehors, et traversai les vastes dédales d'Erebor pour rejoindre la porte. Direction, Dale.

Pour être tout à fait franche, je n'aimais pas m'éloigner de la Montagne Solitaire, même de si peu. Et encore moins seule, pour me rendre dans une ville d'Hommes. Parmi les Naines, je suis plutôt à ranger dans la catégorie de celles qui sont grandes, mais là... Je me sentais presque écrasée par la présence de ces personnes décidément bien trop hautes à mon goût. Cependant, je prenais soin de ne rien montrer de ma gêne. Un Nain, ça se doit de rester fier et sûr de lui en toute circonstance. Ce serait faire trop plaisir aux Humains de leur montrer que notre petite taille peut parfois nous embarrasser. C'est donc en essayant de rester le plus naturel possible que je déambulais au milieu des rues, me dirigeant presque par automatisme vers le marché de la ville. Il n'y avait que là-bas qu'on trouvait des étoffes correctes, voire même de bonne qualité. D'accord, rien à voir avec les tissus venus d'Harad ou du Rhûn, mais ceux-là étaient pratiquement hors de prix puisque très rares. Les rares pièces que je possédais, je ne les avais encore jamais utilisées. J'attendais sûrement l'occasion qui allait mériter de tels joyaux. Bref.

Une fois mes achats effectués, je m'apprêtais à tourner les talons pour rentrer me réfugier à Erebor loin de cette agitation qui commençait à sérieusement m'indisposer, lorsque je captai totalement par hasard une bribe de conversation, entre deux marchands.

- Mais si, je t'assure ! C'était bien un Hobbit !
- Un Hobbit, aussi loin dans l'Est ? Tu n'aurais pas fumé un peu trop de ces champignons qui poussent vers la Forêt Noire ? Tu auras certainement confondu avec un jeune Nain.
- Je te dis que c'était un Hobbit, il n'avait rien à voir avec un Nain ! Je sais ce que je dis, tout de même, il m'a acheté des vêtements.


… Un Hobbit ? Pour avoir lu des tas d'ouvrages sur toutes les créatures peuplant notre vaste monde, j'étais persuadée qu'aucun Semi-Homme ne se risquerait dans une région du monde aussi lointaine et aussi dangereuse. Aucun... Sauf un. Je ne le connaissais que de nom, et d'après ce que Fili m'en avait raconté, mais ça ne pouvait être que lui. Ceci dit, pourquoi ne revenir qu'après six ans ? … Quoique je n'ai rien dit, oubliez. Je n'avais jamais vu Thorin en colère, mais honnêtement, je voulais bien croire qu'il fasse suffisamment peur pour que quelqu'un refuse de remettre les pieds dans le même lieu que lui avant plusieurs années.
Il ne me fallut que quelques instants pour prendre la décision de retrouver le Hobbit, qui ne devait pas être bien loin. Encore une fois, la curiosité maladive dont je pouvais faire preuve avait pris le dessus.

« Bon aller qui que vous soyez montrez-vous. »

… Alors là, franchement j'étais forte quand même. Complètement absorbée par mes réflexions, je ne m'étais pas rendue compte que je me trouvais non loin derrière la personne que je cherchais, m'attendant à la voir au loin, et pas pratiquement juste sous mon nez. Bon. Un peu de tenue, Haelara. Je me montrai donc, esquissant un léger sourire contrit.

- Navrée, je ne voulais pas vous déranger. A vrai dire, je sais que ça va vous paraître idiot, mais je ne me suis même pas rendu compte que je vous suivais. Même si pour être honnête, j'espérais bien vous croiser. Mais j'en oublie mes bonnes manières. Je suis Haelara Tharordottir, couturière et fauconnière d'Erebor. Annonçai-je en m'inclinant légèrement. Vous êtes Bilbo Baggins, n'est-ce pas ? Fili m'a beaucoup parlé de vous.
Revenir en haut Aller en bas

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Are you following me?   Mer 31 Déc - 12:20



Bilbo Baggins & Haelara Thrarordottir
Are you following me ?

S
eulement un court instant s’écoula entre le moment où Bilbo posa sa question et celui où la naine fit son apparition. Même si elle n’avait pas de barbe, il avait passé suffisamment de temps parmi les nains pour savoir qu’elle en était une. Elle était plutôt belle. Sa peau était claire et délicate et ses cheveux d’un noir aussi profond que les plumes des corbeaux d’Erebor. Elle avait quelque chose d’étrangement délicat. Il était habitué à voir des nains guerriers, rudes et forts. En comparaison elle semblait fragile, même si elle était sans doute bien plus forte que n’importe quel hobbit. « Navrée, je ne voulais pas vous déranger. » Bilbo haussa les sourcils, surpris par le ton poli de sa voix. Elle avait piqué sa curiosité. « Vous ne me dérangez pas, ce n’est pas grave » Il aurait cependant voulu savoir qui elle était et pourquoi elle le suivait, mais il ne posa pas ces questions. Elle était le premier nain à lui parler poliment, il devait lui rendre la pareille. Il avait voyagé pendant des semaines avec des marchands nains. Ils étaient joyeux, sympathiques et on ne manquait jamais de s’ennuyer avec eux. Mais en tant que hobbit Bilbo appréciait tout autant les discussions calmes et civilisées.

« A vrai dire, je sais que ça va vous paraître idiot, mais je ne me suis même pas rendu compte que je vous suivais. Même si pour être honnête, j'espérais bien vous croiser. » Le croiser ? Savait-elle qui elle était ? Ses joues s’empourprèrent légèrement lorsqu’il prit conscience que les nains d’Erebor avaient sans doute tous entendu parler de lui et de son rôle dans la reconquête de leur royaume. Après tout il n’avait pas joué un rôle moindre dans tout cela. Il se demanda dans quelle mesure la naine savait ce qu’il avait fait à l’époque. Si elle savait pour l’arkenstone sans doute ne serait-elle pas en train de lui parler calmement. Bilbo essaya de respirer et de se calmer. Si elle n’était pas au courant ce ne serait pas lui qui lui raconterait cette histoire. Du moins pas pour le moment. « Mais j'en oublie mes bonnes manières. Je suis Haelara Tharordottir, couturière et fauconnière d'Erebor. » Elle s’inclina légèrement et par réflexe Bilbo fit de même. Il en était encore à se demander s’il était judicieux de dire son nom ou s’il ne valait pas mieux cacher son identité pour le moment quand Haelara le prit de court. « Vous êtes Bilbo Baggins, n'est-ce pas ? Fili m'a beaucoup parlé de vous. » Le hobbit la regarda interloqué, puis finit par lui adresser un sourire aimable. Si c’était Fili qui lui avait parlé de lui elle n’avait pas du entendre de trop mauvaises choses, du moins l’espérait-il. Fili et lui avaient été de bons amis et il ne pensait pas qu’il lui en ait voulu pour le vol de l’arkenstone. Tout comme lui, Fili voulait la paix, ils l’avaient tous voulue. « Vous connaissez Fili ? Est-ce qu’il va bien ? » Pendant 6 ans il s’était interrogé sur le sort de ses amis nains. Durant son voyage il avait connu assez de dangers pour savoir que la terre du milieu n’était pas un endroit si paisible que ce qu’il pensait. Quand on a passé toute sa vie en Comté c’est facile de se dire que tout va bien. On pense que le reste du monde est aussi paisible que ces collines vertes éloignées de tout. Mais ce n’est pas vrai. Bilbo avait quitté la montagne solitaire après qu’une rude bataille y ait eu lieu. Beaucoup de nains étaient morts, d’autres avaient été blessés. Bilbo lui-même conservait une cicatrice sur le front, là où un orc l’avait frappé. Depuis il avait tendance à avoir de fortes migraines, sans doute une séquelle de ce coup qui l’avait laissé inconscient durant tout la fin de la bataille.

Il était si content d’entendre parler de son ami qu’il en oubliait ses bonnes manières. Voyager avec ces nains avait érodé son sens de la politesse. « Excusez-moi, j’en oublie de me présenter. Bilbo Baggins, comme vous l’avez si ben deviné. Je suppose qu’on ne voit pas beaucoup de hobbits par ici… » Il était rare que ses semblables quittent la comté. Il était l’une des rares exceptions et il devait sans doute son sens de l’aventure à son ascendance Tuk. Ne disait-on pas que les Tuk comptaient une fée parmi leurs ancêtres ? Selon la légende ce serait la cause de leur attrait pour le monde extérieur et les choses étranges. Bilbo ne croyait pas trop à ces histoires de fées, mais il sentait que quelque chose en lui n’était pas tout à fait conventionnel pour un hobbit. « Êtes-vous une amie de Fili ? Si vous avez son amitié alors vous avez la mienne aussi ! »
WILDBIRD



In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Are you following me?   Ven 16 Jan - 22:35

« Are you following me ? ║ Haelara & Bilbo »


Par Mahal, si on m'avait dit que je croiserais Bilbo Baggins en venant racheter du tissu pour mes confections, je n'y aurais pas cru ! Avec ce que Fili m'en avait raconté, je pensais que le Hobbit aurait soigneusement évité Erebor, de crainte de tomber sur un Thorin de mauvais poil au détour d'un couloir, ou au coin d'une rue de Dale. Mais à l'évidence, je me trompais. Qu'est-ce qui avait bien pu le rappeler par ici ? L'envie de voir à quoi pouvait ressembler notre cité une fois ramenée à la vie ? Le fait que ses anciens camarades et amis lors de cette quête lui manquaient ? Ou peut-être tout simplement ne pouvait-il plus simplement rester tranquillement en Comté après avoir vécu tant d'aventures ? Les hypothèses étaient nombreuses, et honnêtement, je ne comptais pas toutes les explorer. D'autant plus qu'au fond, peu importait ce qui avait pu le pousser à revenir.

Le Semi-Homme paraissait presque surpris de la politesse de mes paroles. Sur le coup, j'avoue que ça m'intrigua, puis... Je me souvins des Nains composant la compagnie de Thorin, et tout devint tout de suite plus clair. Certes ils n'étaient pas méchants, loin de là, mais... Ils n'avaient rien de lauréat en diplomatie. Alors effectivement je voulais bien admettre que ça puisse lui faire étrange d'avoir une interlocutrice naine qui pèse soigneusement ses mots. Après tout, j'avais été élevée comme ça...

« Vous connaissez Fili ? Est-ce qu’il va bien ? » A ces questions, le sourire que j'affichais s'élargit quelque peu. Ca, pour le connaître... Je le connaissais, oui ! Mais je n'allais pas non plus lui livrer tous les détails. En plus d'être du domaine de ma vie privée, ça ne l'intéresserait peut-être pas, et je ne tenais pas à l'ennuyer.

- Oui, je le connais. Et rassurez-vous, il va très bien. En tout cas, il ne s'était pas pris un Troll en pleine face, comme son oncle... Ou ma petite soeur. Bon sang, ce que les évènements pouvaient s'enchaîner rapidement, parfois... Un peu trop vite à mon goût, même. Oui, il est vrai que les Hobbits sont rares, dans la région.

Tellement rares qu'à vrai dire, il était le premier que je rencontrais. Nous faisions pratiquement la même taille, et je ne pouvais m'empêcher de me demander s'il était grand parmi les siens, ou bien s'il était dans la moyenne, voire même petit. Etaient-ils tous bâtis comme ça, ou bien y en avaient-ils des plus robustes, ou plus fluets ? Tant d'interrogations que je me gardais bien de lui exposer, de peur de le vexer ou de l'indisposer. Qui sait, peut-être qu'un moment plus propice se présenterait.

« Êtes-vous une amie de Fili ? Si vous avez son amitié alors vous avez la mienne aussi ! » Cette fois-ci, c'est un léger rire qui m'échappe. La mine enjouée de Bilbo suffirait à mettre du baume au coeur à n'importe qui, je crois ! On racontait beaucoup de rumeurs sur la bonne humeur des Hobbits et cette capacité qu'ils semblaient avoir à "contaminer" les autres avec leur optimisme. Pour une fois, il paraissait que les racontars avaient un fond de vérité.

- Fili et moi sommes des amis d'enfance, nous nous connaissons depuis longtemps. Nul besoin de lui en expliquer davantage. S'il devait savoir exactement de quoi il en retournait, je préférais laisser le soin à mon Nain de le lui expliquer lui-même. Après tout, il était plus proche du Hobbit que je ne l'étais. Si vous voulez, je pourrais vous accompagner jusqu'à Erebor ? A moins que vous ne souhaitiez d'abord visiter un peu Dale ?

Cette dernière avait de quoi être fière de sa propre résurrection, d'ailleurs. Et même si j'adorais notre cité, je devais bien avouer que de temps à autre, flâner dans les rues de cette ville marchande était franchement agréable. D'autant plus que la majorité des Hommes ne nous regardaient pas de haut, habitués au contact des Nains et connaissant notre valeur.
Revenir en haut Aller en bas

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Are you following me?   Ven 23 Jan - 20:08



Bilbo Baggins & Haelara Thrarordottir
Are you following me ?

B
ilbo soupira de soulagement en l’entendant dire que Fili allait bien. En 6 ans il n’avait cessé de se demander si ses compagnons d’aventures avaient une vie plus paisible maintenant qu’Erebor avait été reprise. Ils avaient regagné ce royaume qui était le leur et qui leur avait été dérobé par Smaug le dragon. Ils en avaient bavé pour atteindre ce but et beaucoup de gens avaient péri durant l’attaque du dragon et la bataille contre les orcs. Lui-même avait dû faire face à la reconstruction de la comté qui avait été gravement touchée par le dragon. Certaines personnes qu’il connaissait et chérissait étaient mortes, d’autres blessées. Pourtant il n’avait jamais pu se résoudre à penser qu’ils avaient mal fait en menant la quête de Thorin à bien. Tôt ou tard Smaug serait sorti de sa léthargie et aurait à nouveau semé la destruction et la mort. Tout n’était qu’une question de temps. Alors même si Lacville et la Comté avaient dû en souffrir, au moins la créature n’était plus. Il valait mieux pour la terre du milieu qu’il existe le moins possible de ces créatures.

Les paroles d’Haelara le tirèrent de ses sombres pensées. Elle confirma le fait que les hobbits étaient rares par ici, ce qui était normal. On ne croise pas souvent de Hobbits en dehors des frontières de la Comté et plus on s’en éloigne moins on a de chances d’en voir. Du moins habituellement. Bilbo était une exception sans doute. Lorsqu’il lui demanda si elle était une amie de Fili un rire léger et mélodieux lui échappa. Il ne savait pas vraiment comment réagir à cela et se demanda ce qu’il avait pu dire de si drôle. Peut-être était-ce son enthousiasme qui l’avait surprise. Il était impatient de revoir tous ses vieux amis et rencontré l’amie de l’un d’eux accentuait encore plus son impatience. « Fili et moi sommes des amis d'enfance, nous nous connaissons depuis longtemps. » Alors comme ça Fili et elle se connaissaient depuis l’enfance ? Bilbo se demanda comment le nain pouvait se contenter d’une simple amitié avec une aussi jolie naine. Elle n’avait même pas de barbe ! Pour Bilbo c’était un atout considérable, mais peut être que pour les nains les femmes imberbes étaient considérées comme laides ? Il n’avait pas suffisamment parlé de ces choses-là avec ses amis et il se rendit compte qu’il ne savait pas vraiment ce que les nains pouvaient trouver attirant ou non. Contrairement aux nains Bilbo était assez pudique. Alors que les nains prenaient leur bain ensemble et ne semblaient pas gênés d’êtres nus les uns devant les autres, Bilbo s’éloignait toujours pour avoir un peu d’intimité. Il en allait de même lorsqu’inévitablement ils se mettaient à parler de femmes. Ils avaient essayé de questionner le hobbit une ou deux fois sur le sujet mais en voyant que ça le mettait mal à l’aise ils avaient fini par le laisser tranquille. Mal lui avait pris d’esquiver ces conversations ! Les hobbits étaient assez portés sur les ragots et les rumeurs voyageaient plus vite en comté que n’importe où ailleurs. Quelque chose en Bilbo voulait connaitre et fouiner dans les détails de la relation entre son ami et la naine, mais son éducation l’empêchait de poser la moindre question. Il était pudique envers lui-même mais respectait également l’intimité des autres, de la même manière qu’il voudrait qu’on respecte la sienne.

« Si vous voulez, je pourrais vous accompagner jusqu'à Erebor ? A moins que vous ne souhaitiez d'abord visiter un peu Dale ? » En plus d’être jolie et polie, elle était aimable. Il allait décidément devoir en toucher un mot au prince d’Erebor. Mais aller maintenant à la montagne… « Je comptais me rendre à Erebor demain. Le voyage m’a fatigué et je sais qu’en arrivant je vais devoir avoir une conversation difficile avec quelqu’un. Je voudrais me reposer et avoir le temps de me rafraichir avant tout ça. » Il voulait bien sur parler de Thorin, mais il évitât de le mentionner. Il n’avait pas vraiment envie de parler de ça pour le moment. « En revanche si vous souhaitez me tenir compagnie encore un moment je serais ravis que vous m’aidiez à ma repérer dans la ville. La dernière fois que j’ai marché dans ces rues des cadavres d’orcs jonchaient encore certaines ruelles. Tout est méconnaissable ! Et puis vous pourriez peut être me raconter ce qui est arrivé à Erebor pendant ces six dernières années ? Aucune nouvelle ou presque n’est parvenu jusqu’en comté. Les hobbits sont assez refermés sur eux-mêmes à vrai dire. Un petit résumé des événements marquant pourraient m’aider à être un peu moins perdu je suppose ! »
WILDBIRD



In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Are you following me?   Ven 13 Fév - 15:33

« Are you following me ? ║ Haelara & Bilbo »


Je pouvais lire le soulagement sur le visage du Hobbit lorsque je déclarai que Fili allait bien. A vrai dire, j'aurais même pu dire qu'il se portait pour le mieux, étant donné les circonstances. Bien des Nains avaient perdu la vie durant l'attaque qu'avait dû essuyer Erebor, et certains n'avaient pas eu la chance d'en sortir intacts. A chaque fois que j'y repensais, une grande tristesse m'étreignait le coeur. Certes, j'avais réussi à protéger trois enfants des Gobelins, et grâce à Issa, j'avais pu envoyer un message aux armées de Dale pour qu'elles viennent nous porter secours, mais... Ce n'était pas encore suffisant à mon goût. Pourquoi n'étais-je pas une guerrière de la trempe d'Indis, ou de ma chère petite soeur ? Mon utilité se limiterait-elle pour le restant de mes jours à coudre et élever des oiseaux, à faire figuration au côté de Fili, jouant ainsi les princesses silencieuses, qui se contentent de sourire aimablement quand on leur demande leur avis, sans rien d'intelligent à dire ? Ne pourrais-je jamais donner plus de sens à ma vie ? .... Oh bon sang ! A présent que j'y pensais vraiment, je réalisai qu'une fois officiellement fiancée au Nain que j'aimais, je serais considérée comme princesse d'Erebor. Cette seule pensée suffit à me faire pâlir, et m'arracha un frisson qui courut le long de mon dos.

Je chassai ces réflexions en agitant légèrement la tête de droite à gauche, avant de reporter mon attention sur le Hobbit, devant moi.

« En revanche si vous souhaitez me tenir compagnie encore un moment je serais ravis que vous m’aidiez à ma repérer dans la ville. La dernière fois que j’ai marché dans ces rues des cadavres d’orcs jonchaient encore certaines ruelles. Tout est méconnaissable ! Et puis vous pourriez peut être me raconter ce qui est arrivé à Erebor pendant ces six dernières années ? Aucune nouvelle ou presque n’est parvenu jusqu’en comté. Les hobbits sont assez refermés sur eux-mêmes à vrai dire. Un petit résumé des événements marquant pourraient m’aider à être un peu moins perdu je suppose ! »

... Il me manquait un bout de conversation. Zut... Voilà ce que je gagnais à avoir la tête dans les nuages ! Avec un peu de jugeotte, il ne fut pourtant pas difficile de deviner les paroles qu'il avait prononcées avant celles-ci. D'après ce que je pouvais déduire, Bilbo ne souhaitait pas se rendre à Erebor tout de suite. A bien observer les traits de son visage, il était vrai qu'il paraissait fatigué. La Comté n'était pas franchement la porte à côté, effectivement...
Un petit soupir m'échappa, tandis que je tentais de rassembler mes souvenirs des six dernières années. En vérité, peu d'évènements réellement marquants s'étaient produits, malgré ce qu'on pourrait croire... Mais je n'avais pas non plus la mémoire la plus exercée parmi les Nains, donc bon. Enfin, je tâchai d'informer notre visiteur du mieux possible.

- Eh bien... Peu après la reprise d'Erebor, Thorin a décidé de laisser la régence du royaume à Fili, qui est devenu roi régent. Il voulait s'éloigner pour reprendre ses esprits, essayer de redéfinir quelles sont les véritables priorités... Ce genre de choses, si vous voyez ce que je veux dire. Fatalement, j'ai peu vu Fili ces années-là... râlai-je en croisant les bras sous ma poitrine. Bref. Nous avons redéveloppé le commerce, renoué certaines de nos anciennes alliances, etc... Thorin n'est revenu que dernièrement, et d'après ce que j'ai compris, lui et son neveu se partagent le pouvoir pour le moment. J'ignore ce qu'ils comptent faire par la suite.

Et à vrai dire, ce genre de pensées me rendaient nerveuse. Je voulais éviter de les ressasser autant que possible. Avais-je envie de voir Fili sur le trône d'Erebor de façon définitive ? Honnêtement, non. C'était purement égoïste de ma part, mais j'en avais assez de le voir en coup de vent au détour d'un couloir. Même si d'un autre côté... Je savais que ça serait un grand honneur pour lui, qui le ravirait sûrement. Mais moi, reine... Brrrrr ! Par Mahal, non !
Je reportai mon attention sur le Hobbit, lui adressant un doux sourire.

- Souhaitez-vous vous rendre dans un endroit particulier de Dale, Bilbo ?
Revenir en haut Aller en bas

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Are you following me?   Sam 14 Mar - 12:34



Bilbo Baggins & Haelara Thrarordottir
Are you following me ?

E
ntendre Haelara lui parler de ce qui s’était passé durant ses années d’absence allait surement être difficile. Il était partit parce que Thorin l’avais chassé, que pouvait-il faire contre ça ? A l’époque il s’était sentit impuissante face à une telle décision, mais rétrospectivement il se disait qu’il aurait peut-être pu contester sa sanction. Il aurait pu rester malgré tout pour aider ses amis à reconstruire leur royaume. Mais dans ce cas il n’aurait jamais pu adopter Frodo… En partant que la Comté il avait laissé son neveu derrière lui. C’était bien la seule chose qu’il regrettait après son départ. Même l’idée de ne peut être plus jamais revoir Bag end était plus supportable à l’idée de ne pas revoir son neveu. Il se sentait déchiré entre les deux mondes. Quel que soit le choix qu’il ait fait il en aurait souffert en réalité. Rester en Comté aurait sans doute été tout aussi douloureux que revenir à Erebor.

« Eh bien... Peu après la reprise d'Erebor, Thorin a décidé de laisser la régence du royaume à Fili, qui est devenu roi régent. » Cette première affirmation surpris Bilbo qui leva un regard étonné vers son interlocutrice. Thorin laisser le trône d’Erebor à quelqu’un d’autre ? Il n’aurait jamais cru cela possible, même si il ne s’agissait que d’en laisser la régence. « Il voulait s'éloigner pour reprendre ses esprits, essayer de redéfinir quelles sont les véritables priorités... Ce genre de choses, si vous voyez ce que je veux dire. » Alors comme ça Thorin s’était rendu compte que quelque chose n’allait pas… Il avait dû finir par admettre que le mal du dragon le possédait encore, que ses obsessions ne le quitteraient pas de si tôt. Un sourire triste se dessina sur son visage. Thorin n’était pas guérit, mais au moins avait-il essayé de faire quelque chose pour y remédier, ce qui n’était déjà pas si mal. Le ton de voix d’Haelara changea lorsqu’elle dit qu’elle n’avait pas eu l’occasion de beaucoup voir Fili à cause de tout cela. Il y avait-il donc quelque chose entre ces deux-là ? « Bref. Nous avons redéveloppé le commerce, renoué certaines de nos anciennes alliances, etc... Thorin n'est revenu que dernièrement, et d'après ce que j'ai compris, lui et son neveu se partagent le pouvoir pour le moment. J'ignore ce qu'ils comptent faire par la suite. » Bilbo resta silencieux pendant un moment, réfléchissant à ce qu’Haelara venait de lui dire. Après l’avoir chassé de la montagne Thorin en était partit à son tour pour n’y revenir que récemment. C’était un peu stupide vu comme ça, mais il espérait en tout cas que s’éloigner de la montagne lui aurait fait du bien. « C’est un peu triste quand même… Il a passé toute sa vie à essayer de revenir ici, et une fois qu’il y est parvenu, il a été obligé de s’en éloigner à nouveau. »

« Toutes mes excuses… Je me rends bien compte que nous ne sommes pas en train d’avoir la conversation la plus joyeuse qui soit ! Il faut dire que vous ne m’avez pas croisé lors d’un très bon jour ! Revenir ici me rappelle beaucoup de bonnes choses, mais aussi des souvenirs terribles. » Leur quête pour reprendre Erebor avait été semée d’embuches, mais ils avaient aussi vécu beaucoup de bons moments. Même après avoir regagné la montagne solitaire ils en avaient quand même eu quelques-uns malgré la folie de Thorin, l’opposition des nains aux elfes et aux humains de Lakeville. Il gardait en mémoire pourtant un moment où il avait pensé que Thorin s’était définitivement tiré de sa folie. Bien sûr ça n’avait pas été le cas, mais il aurait aimé revoir cet endroit, même si ce n’était que ce loin. « Haelara… Est-ce que vous sauriez m’emmener jusqu’à cet endroit de Dale duquel on peut voir Ravenhill s’il vous plait ? S’il y a bien un endroit que je souhaite revoir, c’est celui-là. » Il savait que cet endroit n’était surement pas connoté positivement pour les nains, étant donné que les trois héritiers de Durin avait failli y laisser leur vie. C’était surtout indélicat de demander ça à une amie d’enfance de Fili. Lui-même aurait dû y rester. Seule la cote de maille de mithrill qu’il portait sous ses vêtements lui avait sauvé la vie.
WILDBIRD



In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Are you following me?   Mar 24 Mar - 11:25

« Are you following me ? ║ Haelara & Bilbo »


Guider un Hobbit au cœur de Dale, ça avait quelque chose d'inédit, et surtout pour moi. A vrai dire, c'était la première fois que j'en rencontrais un... Et pour être honnête, pour le moment je le trouvais absolument charmant. Tous les Semi-Hommes étaient-ils aussi polis, aussi bien élevés, aussi aimables ? Ou bien n'était-ce que lui ? En tout cas, le seul fait d'imaginer ce petit être aux allures si innocentes et peut-être même naïves -sans vouloir offenser qui que ce soit- au milieu d'une compagnie de Nains rudes aux manières plus que frustes, avait de quoi me faire doucement rire. Comment avait-il tenu le coup, exactement ? Cela, j'aurais bien aimé le savoir... Mais ce n'est pas quelque chose de convenable à demander à quelqu'un que l'on vient à peine de rencontrer, aussi me contentai-je de garder le silence. Peut-être que plus tard, j'aurais la chance d'apprendre à le connaître un peu plus, et éventuellement aurais-je la réponse à cette question... Pour le moment, il fallait que je reste attentive à ce qu'on me demandait, et à rien d'autre. Après tout, si j'en croyais ses précédentes réactions, j'étais la première Naine un tant soit peu « civilisée » qu'il rencontrait. … Eh mais j'y pense... N'étais-je pas tout simplement la première Naine qu'il rencontrait ? Sûrement, maintenant que j'y songeais... Lorsqu'il avait quitté Erebor, notre peuple n'y était pas encore revenu, donc... Sûrement. Il fallait donc d'autant plus que je lui fasse bonne impression, histoire de faire honneur au reste de mes consoeurs. Et donc par extension, à Dis, qui pour moi en tout cas, représentait ce qu'une femme Naine devait s'efforcer d'atteindre.

La mine étonnée de Bilbo, lorsque je lui avais rapporté que Thorin avait laissé la régence d'Erebor à son neveu, me fit légèrement sourire. Oh, je pouvais comprendre sa surprise ! Il est vrai que la fierté de notre roi et sa possessivité quant à ce qui lui appartenait n'était un secret pour personne. Le voir céder quelque chose de si important n'en était que plus étonnant. Et pourtant, pour une fois il avait su faire preuve de mesure et de clairvoyance. Il avait su voir ce qui était bon pour son royaume, mais aussi et peut-être surtout pour lui.

« Oui, c'est vrai que quelque part c'est un peu triste... Mais à présent il va mieux, et il est en mesure d'apprécier Erebor à sa juste valeur. Je pense que cet éloignement était nécessaire, même si j'avoue qu'au début beaucoup d'entre nous se sont sentis abandonnés par leur roi. Il faut savoir rester positifs, maître Hobbit ! Lançai-je tout en lui adressant un sourire radieux, comme pour chasser la tristesse que je sentais transparaître derrière ses mots. A l'évidence, il tenait beaucoup à Thorin, et s'inquiétait pour lui... Comme je le comprenais. Je ne dis pas que vous devriez vous efforcer d'oublier les souvenirs les plus mauvais, car sans eux ceux qui sont plus heureux en seraient moins beaux, mais essayez de les mettre de côté. Tout ceci appartient au passé, tâchez de vous concentrer sur l'avenir. »

La demande de Bilbo me figea littéralement sur place. Ma respiration semblait s'être bloquée quelque part dans ma poitrine, et j'avais la sensation que mes jambes avaient décidé de ne plus m'obéir. Ravenhill... Rien que ce nom me déplaisait. J'aurais souhaité que cette maudite montagne disparaisse de l'horizon. Je sais que ça n'aurait rien changé à ce qui aurait pu se passer, mais au moins j'aurais été soulagée. Enfin... Je crois.
Bon, du calme... Après ce que je venais de lui dire, je ne pouvais décemment pas me laisser submerger par ce genre de sentiments négatifs. Je lui adressai donc un nouveau sourire, plus timide.

« Je peux vous y emmener, oui... Suivez-moi, ce n'est pas très loin. »

De toute façon, il fallait bien qu'un jour je repose les yeux dessus, alors... Pourquoi pas maintenant ? D'un pas tranquille, je guidai le Hobbit au travers des rues de Dale, certains Humains que je connaissais me saluant à notre passage. Sur le visage de quelques uns, je pus lire la surprise de voir une représentante du peuple de Durin prendre la direction de cet endroit, que même certains Hommes évitaient toujours. Mais ils ne firent aucun commentaire. Ils savaient que contrarier un Nain n'était pas une bonne idée, surtout quand le Nain en question se rendait de son plein grès en un lieu où il n'avait guère envie de se trouver...

Enfin, nous y parvînmes. C'était une sorte de petite terrasse, sur le toit d'une boutique abandonnée, au plus haut point de la ville de Dale. Non loin, on apercevait la Montagne Solitaire. Une petite pointe de fierté me saisit le cœur. C'était chez moi. Mes parents seraient si fiers de voir que notre peuple y était revenu, et que leur fille y vivait. Ils l'avaient rêvé, de me voir grandir là. Cela, je ne l'avais pas pu, mais au moins, j'y vieillirai et y mourrai.
Un soupir m'échappa, tandis que je laissai glisser mon regard vers Ravenhill. Là, ce fut un frisson qui me parcourut l'échine. Mahal, ce que je pouvais détester cet endroit...

« Pardonnez mon audace, mais... Pourquoi vouloir revoir cet endroit ? Si ça ne tenait qu'à eux, la plupart des Nains feraient raser cette maudite colline. Elle ne nous rappelle rien de bon... »
Revenir en haut Aller en bas

Minion en quête de pouvoir
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Copyright : Signa : Alaska
FT. : Martin Freeman
Date d'inscription : 14/12/2014
Messages : 448
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Are you following me?   Mar 2 Juin - 11:59



Bilbo Baggins & Haelara Thrarordottir
Are you following me ?

M
ettre de côté le passé pour se concentrer sur l’avenir. C’était plus facile à dire qu’à faire. En revenant ici après 6 ans le passé était forcément en train de resurgir et il savait qu’il devrait se confronter à des problèmes qu’il avait fuis à l’époque. Avant de pouvoir penser à un potentiel avenir ici il devrait régler ce qu’il avait laissé en attente. Après tout ce temps il avait réuni assez de courage pour se confronter à tout cela à nouveau. Il en avait la force, mais aussi l’envie. Trop de regrets l’avaient hanté pendant son exil et il était temps de s’en débarrasser. Demain il dirait enfin à Thorin Ecu de Chêne ce qu’il n’avait pas osé lui dire des années au part avant. Cette fois ci il ne le laisserait pas déverser son amertume sur lui. Il se montrerait ferme et lui dirait ce qu’il avait à lui dire sans se laisser interrompre. Il le forcerait à l’écouter, même si près il décidait de l’exiler à nouveau. C’était un risque qu’il devait prendre.

Il suivit Haelara dans les rues de Dale. En les parcourant ses souvenirs se ravivaient et devenaient plus précis. Même si la ville avait beaucoup changé il reconnaissait petit à petit ces rues qu’il avait connu par des temps moins prospères. Son cœur battait plus vite au fur et à mesure qu’ils approchaient de cet endroit. Ce lieu où tout s’était joué en définitive. Sans remarquer le mal être de la naine, Bilbo s’avança sur la terrasse, le regard fixé sur Ravenhill. Les souvenirs de la bataille lui revinrent en mémoire. Dale était à feu et à sang à ce moment-là et les cadavres jonchaient les rues. Orcs, humains, elfes et nains… Les morts étaient nombreux dans chacune des armées et il était difficile de savoir qui allait en ressortir vainqueur. C’était alors que Thorin, accompagné de ses meilleurs guerriers, avait décidé d’aller sur Ravenhill pour combattre Azog, leur chef. Son cœur se serra à ce souvenir. Il se détournait de ce paysage lorsqu’il entendit Haelara soupirer. « Pardonnez mon audace, mais... Pourquoi vouloir revoir cet endroit ? Si ça ne tenait qu'à eux, la plupart des Nains feraient raser cette maudite colline. Elle ne nous rappelle rien de bon... » Bilbo sourit et détourna légèrement le regard. Cet endroit avait une signification spéciale pour lui, mais il pouvait comprendre que pour les nains Ravenhill soit un endroit néfaste, que l’on devrait effacer. Mais s’il n’avait pas été ici à ce moment-là… Personne n’aurait pu les prévenir. « J’étais juste ici, à regarder Thorin, Fili, Kili et Dwalin foncer vers cette colline. Nous avions pu nous rendre compte que quelque chose ne tournait pas rond, mais ils étaient déjà partis, on n’avait pas vraiment de moyen de les prévenir alors… J’y suis allé moi aussi. » Bilbo se passa une main dans les cheveux d’un air géné. Evoquer ce souvenir n’était jamais facile et ça l’était encore moins d’en parler avec une étrangère, qui plus est une amie d’un des nains concernés. « Je voulais revenir ici pour me souvenir que parfois, même si on a peur, il faut savoir oublier ses craintes et courir vers le danger. » Être revenu là, à cet endroit précis où il avait dû prendre la décision de foncer, lui redonnait du courage. Il n’avait jamais été un guerrier, mais il s’en était sentit l’âme pendant un instant même si sans l’anneau il ne serait sans doute pas parvenu à grand-chose. « Enfin après les avoir prévenus je n’ai plus servit à grand-chose ! Un orc m’a frappé à la tête et j’ai perdu connaissance pour le reste de la bataille ! » Sous ses mèches de cheveux bouclés se cachait encore la cicatrice que lui avait laissé cette blessure. Il préféra passer sous silence ce qu’il avait fait ensuite. Cet acte insensé auquel il avait survécu grâce au cadeau de Thorin. Il secoua la tête et s’éloigna de la terrasse. « Cet endroit… Il ne faut pas le haïr à cause de ce qu’il aurait pu se passer. Ils auraient pu tomber au combat, mais ils ont survécu et ont repris Erebor. Il ne faut pas dénigrer le champ de bataille sur lequel ils se sont vaillamment battus. Vous ne croyez pas ? » Ajouta-il avec un sourire. Il ne devrait surement pas se permettre de parler de batailles et de guerre et de ce qu’un peuple devrait ressentir envers ces événements. Mais cette bataille, cette guerre, il les avait connus. Même s’il n’était pas un guerrier il avait dû se battre. Il n’était qu’un hobbit et la violence de la bataille l’avait marqué à jamais.
WILDBIRD



In mountains that are stacked with fear
His crown lit up the way as we moved slowly past the wondering eyes of the ones that were left behind. Though far away, we're still the same. And as the world comes to an end I'll be here to hold your hand. 'Cause you're my king and I'm your lionheart.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Are you following me?   Mer 9 Sep - 15:55

« Are you following me ? ║ Haelara & Bilbo »


J'aurais voulu ne jamais remettre les pieds ici. Vraiment. Effacer cet endroit de ma mémoire, et pourquoi pas de la surface de la carte. Quelle pitié que Smaug n'ait pas rasé ce tertre dans sa fureur, voilà qui nous aurais épargné bien des désagréments, maintenant que j'y repensais. Maudit Dragon. Même pas fichu d'être un minimum utile au travers des années et des années de souffrance qu'il avait pu occasionner à notre peuple. Maudits Orcs, maudits Vampires... Maudits Elfes. Si je laissais la rancoeur et la colère envahir mon coeur, j'allais finir par haïr tout le monde. C'est pourquoi j'essayais, de façon générale, de n'en vouloir à personne. Ou du moins, qu'aux réels responsables de nos malheurs. Ce qui, parfois, était plus dur qu'il n'y paraissait...

« J’étais juste ici, à regarder Thorin, Fili, Kili et Dwalin foncer vers cette colline. Nous avions pu nous rendre compte que quelque chose ne tournait pas rond, mais ils étaient déjà partis, on n’avait pas vraiment de moyen de les prévenir alors… J’y suis allé moi aussi. Je voulais revenir ici pour me souvenir que parfois, même si on a peur, il faut savoir oublier ses craintes et courir vers le danger. Enfin après les avoir prévenus je n’ai plus servit à grand-chose ! Un orc m’a frappé à la tête et j’ai perdu connaissance pour le reste de la bataille ! Cet endroit… Il ne faut pas le haïr à cause de ce qu’il aurait pu se passer. Ils auraient pu tomber au combat, mais ils ont survécu et ont repris Erebor. Il ne faut pas dénigrer le champ de bataille sur lequel ils se sont vaillamment battus. Vous ne croyez pas ? »

Quelque part, je pouvais comprendre ses sentiments. Un peu comme un blessé de guerre avait besoin de sentir ses cicatrices sous ses doigts pour se rappeler qu'il était bel et bien en vie, le Hobbit avait ressenti l'envie de revenir contempler Ravenhill. D'ailleurs, c'était d'abord la reconnaissance qui avait réchauffé mon coeur, en l'entendant parler. Si Bilbo n'avait pas été là, les choses se seraient assurément déroulées autrement... Et quelque chose me disait que j'aurais sûrement pas apprécié le dénouement de toute cette histoire. Retrouver Erebor, tout à fait entre nous, je m'en moquais un peu. Je sais à quel point cet endroit compte pour beaucoup de Nains, mais à mes yeux, il ne vaut pas qu'on se sacrifie pour lui. Le jour où j'avais vu partir la compagnie de Thorin, un affreux sentiment m'avait étreint le coeur, comme si une main glacée l'enserrait jusqu'à l'en faire exploser. J'avais eu peur comme rarement au cours de ma vie. Et bien que Dis restait aussi noble et stoïque que possible, conservant une expression d'apparence tranquille, je savais qu'au fond, elle n'était pas plus rassurée que moi. Et même qu'elle devait ressentir bien pire. Si pour moi, voir mes amis d'enfance s'en aller vers une mort certaine avait été dur (et là je ne parle pas que de Fili, mais de Kili et Bofur aussi), alors j'osais à peine imaginer ce que la reine-mère avait dû ressentir, alors que son regard ne parvenait pas à se détacher de la silhouette de son frère et de ses fils qui s'éloignaient vers l'Ouest. Mahal me préserve de devoir un jour affronter pareille situation...

Ceci dit, je n'étais pas franchement ravie de la fin de sa tirade. La reconnaissance avait cédé la place à une certaine contrariété, pour ne pas dire même une certaine colère. Certes, il avait énormément fait pour notre peuple, mais qu'en savait-il, de ce qu'il convenait de faire ? Je haïssais cet endroit, et rien ne pourrait me persuader du contraire.

- Je hais Ravenhill, c'est ainsi. Je vous conseille de mesurer vos propos, si jamais vous abordez un tel sujet à Erebor, tout les Nains ne sont pas aussi polis et mesurés que je le suis. Sur ce, je suis navrée mais il va falloir que je rentre à Erebor, du travail m'attend, et mes oiseaux ne vont pas se nourrir tout seuls. Enfin, les adultes si, mais les plus jeunes non. Je serais ravie de vous revoir à l'occasion, si jamais vous vous décidez à venir à Erebor, n'hésitez pas à venir me rendre visite. Votre compagnie m'est vraiment agréable. lâchai-je avec un léger sourire, avant de m'éloigner.

Peut-être avais-je été un peu trop abrupte pour être une Naine parfaitement civilisée et bien élevée, mais cet endroit faisait remonter beaucoup trop de sentiments négatifs pour que je tolère de rester là plus longtemps... A vrai dire, je n'avais plus qu'une envie. Retourner à la Montagne Solitaire, et au mieux retrouver la compagnie de Fili, au pire retrouver celle des mes rapaces. L'un dans l'autre, j'avais besoin de calme...

[HRP : Pour moi c'est finiiii :v:]
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Are you following me?   
Revenir en haut Aller en bas
 

Are you following me?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Archives rps 2014-2016-