Partagez | 
 

"Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Minion en quête de pouvoir
Royaume : La Comté
Localisation : Le plancher des vaches.
Amour Gloire et Beauté : Amoureux
I'm beautiful biatch, look at me : ...but fuck yeah I am.
Copyright : @internetismyforeverfriend
FT. : Dominic Monaghan
Date d'inscription : 01/09/2016
Messages : 209
Date de naissance : 26/01/1995
Age : 22
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: "Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin   Ven 2 Sep - 21:11
"Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin

▲ Statut du sujet : libre privé envoyez moi un mp pour nous rejoindre
▲ Date du rp : Présent !
▲ Météo : Un beau temps, des nuages éparses, une température de printemps, un soleil lumineux, du vent.
▲ Temps de la journée : Matin !
▲ Balrog invité au barbecue : Oui  Non ( ingrats ! )



"Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin




Le vent sucré coulait sur les cheveux emmêlés de ce brave hobbit qu'était Merry. Allongé qu'il était sur la chaude herbe d'une colline dont il avait oublié le nom, il regardait les nuages, pipe à la bouche. Non pas les nuages de fumées qu'il projetait par le nez, mais bien ces nuages dans le ciel, ceux qui venaient de la mer et ne faisaient que passer avant de visiter de nouvelles contrés. Il pensait au livre qui se soulevait au rythme de la respiration de son ventre. Ce livre qu'il n'avait pas envie de lire, mais qu'il avait emmené par contrainte. Et tant qu'à être obligé de lire un livre peu intéressant sur un sujet encore moins intéressant, autant essayer de le faire dans un cadre agréable. Mais à peine avait-il lu la moindre page jaunis par le temps que sa main, muée d'une volonté propre, s'empressa de remplir sa pipe afin d'en éprouver les effluves. Oh, si son cousin pouvait être là. Même si en quelques secondes, le livre aurait déjà volé (que dis-je), dévalé la pente de la colline pour se retrouver écorné et rempli de bruyère. Les soucis s'envoleraient plus vite encore que les nuages célestes. Cette situation d'exposition prend décidément trop peu de temps à s'installer. Son ventre commençait à crier famine, mais il ne doutait pas une seule seconde que rentrer sans connaître au minimum le premier chapitre sur la cuisson d'une frangipane à basse température...n'était pas une bonne idée. Si tant est que la farine ait été gardé dans un sac fait de laine ou de toile, l'odeur s'en ressentira différemment, de même que si les fruits ont été cueilli sous un ciel de fête ou un ciel pluvieux. Mais l'important, c'est d'y mettre tout son amour. Mmh, peut-être que finalement, le peu qu'il avait lu avant de s'envoler avait été bien retenu. De toute façon, les tartes, les gâteaux et les frangipanes, toutes ces pâtisseries, ce qu'il préférait ce n'était pas les manger. Mais bien de les voler avec son cher cousin.

Soudainement, un éternuement le fit se redresser d'un bon. La pipe roula sur le côté et le livre perdit sa page, s'ouvrant aléatoirement (au grès du vent qui s'annonçait toujours aussi doux) sur comment placer les fruits par dessus une tarte au citron. Une fois redressé, Merry put voir au delà de la colline, la vie hobbit qui s'étalait devant lui, marchant au village, humant l'air appétissant. C'était son univers.

Cependant, plus il y pensait, plus il lui semblait insupportable de ne pas partager ce moment avec son cousin. Aussi s'empressa-t-il de récupérer sa pipe, la nettoyant rapidement et prit le livre sous son bras. L'envie de le jeter prit rapidement place dans son esprit, mais elle repartit aussitôt. A la place, il retrouva sa demeure et passa furtivement par la cour, afin d'atteindre la fenêtre de sa chambre qu'il avait pris soin de garder ouverte. Non pas dans la potentialité d'une quelconque semblable exaction...quoique...mais passons. Passant à travers les gentilhobbits cousant musette et fleur d'oranger, Merry s'attarda non sans intérêt devant une petite cargaison de nouvelles herbes à pipes fraîchement arrivé de leurs plantations. Alors que tous laissaient passer une petite carriole tirée par un poney fatigué, Brandebouc s'éclipsa rapidement en dehors de la vue de tous. Il tapota doucement la poche intérieur de sa veste, songeant à la non négligeable sacoche qu'il venait de subtilisé. Quel beau cadeau à apporter à son cousin en cette début de journée ! Dormait-il encore ? Il n'y avait qu'une seule façon de le deviner. S'approchant de chez lui, le jeune hobbit ne mit pas longtemps à trouver la fenêtre menant à la chambre de son cousin. Ce n'était pas comme s'il connaissait l'endroit par cœur. Enfin. Pas non plus comme sa poche. Bref. Se saisissant d'un caillou, ni trop gros pour casser la vitre ni pas assez pour ne pas être entendu, et le lança joyeusement sur la vitre.

- Pippin ! Debout, feignasse !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : La Comté
Localisation : En Comté
Amour Gloire et Beauté : Marié à sa choppe de bière, qu'il trompe avec des tartes
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Dukett & Tumblr
FT. : Billy Boyd
Date d'inscription : 01/09/2016
Messages : 17
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: "Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin   Dim 4 Sep - 16:04


« Une vie de Hobbit »,

par Merry et Pippin




Merry & Pippin


Cette journée s’annonçait comme la plupart des autres ; belle. Radieuse. Enfin, pas radieuse dans le sens un grand ciel bleu et un soleil haut dans le ciel qui vous cogne à tel point que tout ce que vous voulez, c’est faire une bonne sieste, non. Radieuse parce qu’elle était parfaite, aux yeux de Pippin, pour faire tout ce qu’il voulait faire. Quelques nuages, mais pas assez pour qu’il puisse faire froid où pour prévoir de la pluie, une température des plus agréables, un petit vent bienvenu et un soleil qui brillait, haut, à travers le firmament, derrière les fins nuages, et qui éclairait la Comté d’une luminosité parfaite. Le jeune Touque n’avait ni besoin de plisser les yeux à cause d’une lumière trop forte, ni besoin de les tenir grand ouvert pour pouvoir voir tout ce qui devait être vu. Comme, par exemple, une tarte abandonnée au bord d’une fenêtre, à l’ombre d’un arbre. C’était donc dans cette optique-là que le Hobbit avait sorti le nez dehors, s’étirant nonchalamment, laissant les rayons du soleil venir chatouiller sa peau et enchanter sa chevelure dorée. Mais à peine avait-il fait quelques pas devant chez eux que sa sœur la plus jeune l’attira à l’intérieur avec de la brioche toute chaude. En bon Hobbit qui se respecte, et qui prend ses deux petits déjeuner comme il le faut, il n’hésita pas longtemps avant de se jeter – proprement et courtoisement – sur la nourriture. Ce fut à ce moment-là que le piège se referma sur lui ; ses deux autres sœurs arrivèrent pour prêter main forte à la troisième et elles prirent chacune, soudainement, leur rôle d’aînées très à cœur. Ce fut ainsi que Peregrin Touque se fit chouchouter, pomponner, et coiffer – littéralement – par trois Hobbites en crise de jalousie et de gagatisation devant ses belles boucles d’or.

Boucle d’or. En voilà, un titre intéressant.

Heureusement, elles ne le gardèrent pas pour elle toute la journée. Une petite heure, certainement, après son second petit déjeuner, et il pouvait filer ; avec la sensation d’avoir perdu un peu de cette magnifique journée, et d’être en retard à un rendez-vous non prévu, ou sur un planning non programmé. Mais, enfin, il pouvait gambader, se dégourdir les jambes, fouler la terre de ses pieds velus et, enfin, atteindre la maison de son cousin favoris, Meriadoc Brandebouc. Oh ! Pas qu’il n’apprécie pas Frodon, ou même Elorin, loin de là, mais la relation qu’il avait Merry était assez exclusif. Presque plus frères que cousins, cela s’expliquait par le fait que, contrairement aux deux autres, Pippin était presque constamment fourré avec Meriadoc, et qu’il était rare qu’il ne se voit pas durant plus de deux jours d’affilés. Eh oui, parfois, le devoir les rattrapait… Mais jamais bien longtemps.

Pippin s’en était donc allé chez son cousin pour le trouver et lui proposer des plans pour la journée, sauf que… Manqué. Son cousin était apparemment sorti pour lire – et certainement fumer – et… Quoi, étudier, peut-être ? Parce que, sans l’attendre, tout de même ! C’est en faisant le tour de la maison de Merry qu’il aperçut celui-ci, en train de rentrer. L’idée de le suivre pour lui faire peur s’imposa à son esprit, et il se mit donc à le suivre, doucement, sans bruit. Quelle ne fut pas sa surprise – agréable surprise – lorsqu’il constata que Merry se dirigeait droit vers chez lui ? Il continua de le suivre discrètement, trouvant cela terriblement amusant, jusqu’à entendre son cousin dire lui dire « Debout feignasse ! ». Sur ces paroles, Peregrin se planta derrière son aîné, bras croisé, avant de lancer d’une voix forte et claire :

« Je ne suis pas une feignasse, d’abord ! C’est toi qui as tardé à venir, ingrat ! » Il ne garda pas longtemps un air outré sur le visage ; il eut tôt fait de se mettre à rire avant de venir saluer Merry d’une accolade. « Eh alors ? Tu faisais le sérieux ? Mais regarde, cette journée s’annonce parfaite pour crapahuter dans la campagne ! Je suis certain que nous trouverons plein de tartes sur notre route, et même des légumes tout frais dans le champs du Père Magotte… » Un grand air taquin et innocent s’installa rapidement sur son visage. « Serais-tu venu avec une idée en tête, cher cousin ? »




(c) Dukett



TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Oh vous pouvez chercher loin, boire et reboire dans tous les coins ; jamais bière n'aura si bon goût que celle que l'on trouve par chez nous ! Quelque soit votre chopine ou bien dans une bouteille divine ; quelque soit la taille de votre flacon... Elle doit venir de notre Dragon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : La Comté
Localisation : Le plancher des vaches.
Amour Gloire et Beauté : Amoureux
I'm beautiful biatch, look at me : ...but fuck yeah I am.
Copyright : @internetismyforeverfriend
FT. : Dominic Monaghan
Date d'inscription : 01/09/2016
Messages : 209
Date de naissance : 26/01/1995
Age : 22
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: "Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin   Dim 4 Sep - 22:41


"Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin




Le cailloux fit un parfait ricochet sur la fenêtre pour finalement retomber à ses pieds nus. Si avec ça, Pippin ne se réveillait pas, alors il ne savait pas ce qu'il faudrait faire. Déjà concoctait-il un plan comportant des dragons, des fraises et des orties -prenez tout ceci dans l'ordre qui vous plaira le plus, qu'une voix forte le fit sursauter. Pirouettant alors aussi ridiculement que maladroitement, Merry n'avait pas attendu de voir le visage du farceur pour savoir à qui il avait affaire. Cette voix à l'accent si particulier, au son semblable à des chants d'oiseaux. Cela ne pouvait être que son cousin, frère de cœur, Peregrin Touque ! Ce dernier avait bien fier allure aujourd'hui, et le soleil ne rendait que davantage hommage à sa chevelure célèbre dans tout le village. Mais même s'il portait un visage rapidement outré, Merry ne pouvait qu'en rire, lui offrant un splendide sourire. Jamais il n'avait réussi à prendre au sérieux cette expression. Mais c'était surtout car il connaissait la vérité derrière chacune de ses facettes. En tout cas, ce fut avec grande joie que Brandebouc rendit son accolade. Se retrouver sous ce beau temps, c'était comme un rêve qui recommence...mais à dire la vérité, les rêves n'ont jamais été aussi beau qu'une journée avec Pippin. Oui, il avait tardé à venir et il s'en voulait un peu. Mais les regrets n'ont pas leur place ici ! Laissant son cousin parler à sa guise, car il aimait son espièglerie, sa dernier phrase lui titilla l'esprit. Une question à laquelle il avait bien hâte de répondre. Se rapprochant alors de Pippin, l'incitant alors à la confidence. Sa propre malice s'afficha d'un grand sourire fendue tandis qu'il ouvrit discrètement sa veste, en sortant la précieuse petite poche.

- Bien évidemment. Regarde moi ce bijou. Une nouvelle cargaison est arrivée pas plus tard que ce matin, alors je me suis dit qu'à nous deux, on pourrait voir si la marchandise vaut le coup...Mais pas ici !

Merry fit à son cousin un petit clin d’œil avant de re-planquer la poche dans sa veste. Puis il donna une petite tape à l'épaule de Pippin pour ensuite s'élancer vers la barrière du jardin et sauter par dessus. Jouant à la course de qui arriver nul part en premier, il se questionna sur l'emplacement des légumes du fameux Père Magotte. Grignoter des légumes tout en fumant une bonne herbe ne pouvait pas faire de mal. Mais mélanger les bonnes choses pouvaient en faire ! Il décida de passer outre les légumes. Se disant ensuite qu'il aurait voulu profiter de la matinée avec son adorable cousin, Merry songea que le moyen le plus simple de se rattraper était...de retourner là où il avait passé sa matinée ennuyeuse à lire son bouquin sur les subtilités de la cuisine hobbite.

Cependant, tout en pensant à ce fameux livre, une odeur alléchante l'extirpa de son chemin de croix. Arrêtant Pippin d'un bras en travers de son corps, il le regarda:

- Tu sens ce que je sens...? Nous ne pouvons pas aller là où nous devons aller, où que ce soit, sans savoir d'où vient cette odeur.

Bien heureusement, ils n'avaient pas pris le chemin central, celui du village, celui des petites ruelles où tout le monde se connait et bien entendu LES connait. Passant  derrière les maisons, c'était bien plus simple de sauter toutes les rambardes afin de gambader dans les jardins bien entretenues. Par chance, ce fut à la fenêtre de l'un de ces jardins que se trouva la perle des yeux hobbits. Une merveilleuse tarte à la citrouille qui terminait de cuire à l'air libre. Rien qu'à l'odeur, on pouvait sentir toute la perfection de la cuisinière qui l'avait préparé avec talent. Peut-être pas pour eux, mais qu'en savaient-ils ?

- Si ça se trouve, cette tarte est pour nous. Ce serait  dommage de refuser l'offre n'est-ce pas ?

Il eut un petit rire coquin et s'approcha doucement de l'objet de leurs envies. Laissant alors la personne qui voudra s'en saisir s'en saisir, nous laissons grande place à l'imagination de nos lecteurs et passons à la page suivante. L'odeur de citrouille cuite les suivit finalement dans leur grande marche vers la liberté. Un chemin parsemé de rire et d'admiration éternel pour un décor mainte et mainte fois vu mais qui conservait son étiquette de perfection à travers le temps. Finalement, ils arrivèrent au sommet de la colline où Merry "lisait" son livre. Notre charmant hobbit s'assit en tailleur et invita son cousin à en faire de même. Sortant la pipe et la poche, c'est avec excitation qu'il remplit sa pipe et proposa à Pippin de remplir la sienne.




The sky is on fire


“You were my friend and you told me the truth… Even when the world was falling apart, you were my constant. My touchstone.” black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : La Comté
Localisation : En Comté
Amour Gloire et Beauté : Marié à sa choppe de bière, qu'il trompe avec des tartes
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Dukett & Tumblr
FT. : Billy Boyd
Date d'inscription : 01/09/2016
Messages : 17
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: "Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin   Lun 24 Oct - 20:37


« Une vie de Hobbit »,

par Merry et Pippin




Merry & Pippin


Pippin avait à peine terminé ses paroles, que son cousin s’approchait de lui ; il l’observait, le regard pétillant de malice et d’impatience. Et de curiosité, aussi, il devait bien l’avouer : le grand sourire malicieux de Merry, souvenir de milles bêtises passées et promesses de milles autres à venir. Jetant un coup d’œil à la poche sortie par le Brandebouc, se retenant presque de sautiller. Il n’eut pas le temps ni le loisir d’observer à sa guise la petite poche, qu’elle retrouvait déjà son abri dans la veste du Hobbit. Il y avait comme un goût d’interdit qui flottait dans l’air, et Pippin avait – comme à son habitude – hâte de mordre dedans.

« Mais quelle excellente idée, c’est lire qui te les donne ? Ce serait donc ça, l’intelligence ? » pouffa le plus jeune des deux.

Il ne suivit pas immédiatement Merry – le temps de réaction, ce genre de choses, vous savez – mais il le fit bien rapidement, courant après son cousin vers quelques petites aventures qui ne les feraient certainement pas sortir de Comté. Pas cette fois, du moins, au vue du délicieux programme que les attendait. Et qui allait, très certainement, devenir encore plus délicieux alors que Merry se stoppait, et arrêtait Peregrin de la manière la plus sûre qu’il soit : un bras en travers du corps. Notre brave et malicieux petit Hobbit faillit mourir tomber sur les fesses, son élan coupé de la sorte, mais il réussit à se stabiliser pour… Croiser le regard de son cousin. Après avoir senti une odeur fort attirante, fort appétissante, et qui incitait fort peu à rester raisonnable.

« Non, décidément, continuer sans savoir serait un crime. » assura-t-il.

Meriadoc avait, heureusement, fait attention à ne pas emprunter les chemins tout tracé. Les chemins de traverses et autres passages normalement pas vraiment fait pour gambader comme ils le faisaient étaient devenus leur spécialité… Ce qui n’était pas étonnant, au vu de leur notoriété. Evidemment. Quand on avait la malice collée au corps, on continue de trouver des combines… On trouve toujours des combines, pardon ! Suivant l’odeur comme deux chiens suivrait leur cible de leur tarin, ils finirent par trouver… Une beauté à vous en couper le souffle, une tarte à la citrouille, déposée juste là, à une fenêtre, qui terminait de cuir.

« Voyons Merry, comment hésiter une seule seconde ? C’est évidemment qu’elle attend de nous qu’on la délivre, tu ne l’entends pas ? Elle nous appelle, de sa petites voix enchanteresse ! »

Pippin trouvant que son cousin avait déjà une grande responsabilité avec sa petite et immensément précieuse poche, il s’occupa lui-même d’attraper cette tarte qui lui tendait ses petits bras en lui criant « mange-moi », et poursuivit donc sa route en cavalant derrière Merry, jusqu’à enfin arriver au sommet d’une colline, sans doute celle où Merry s’était trouvé un peu plus tôt. Imitant son aîné, il s‘assit en tailleur tout près de lui, et tendit sa pipe à son cousin, les yeux pétillants, avant de sortir un petit couteau de sa poche de veste pour pouvoir partager la tarte en… Deux parts égales.

« Eh bien, voici une bonne journée ! Un peu de cette herbe à pipe, un peu de cette tarte, que de choses délicieuses que j’ai hâte de goûter, ma foi ! Et je suis persuadé qu’il en va de même pour toi. »

Avec un petit rire, il tendit le morceau de tarte à son cousin, en échange de sa pipe pleine et fumante.





(c) Dukett



TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Oh vous pouvez chercher loin, boire et reboire dans tous les coins ; jamais bière n'aura si bon goût que celle que l'on trouve par chez nous ! Quelque soit votre chopine ou bien dans une bouteille divine ; quelque soit la taille de votre flacon... Elle doit venir de notre Dragon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : La Comté
Localisation : Le plancher des vaches.
Amour Gloire et Beauté : Amoureux
I'm beautiful biatch, look at me : ...but fuck yeah I am.
Copyright : @internetismyforeverfriend
FT. : Dominic Monaghan
Date d'inscription : 01/09/2016
Messages : 209
Date de naissance : 26/01/1995
Age : 22
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: "Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin   Sam 5 Nov - 14:52




"Une Vie de Hobbit, par Merry et Pippin"



Tout content à la fois de lui-même et des petits méfaits occasionnés par son cousin, il ne mit pas longtemps pour combler l'orifice quémandeur. L'herbe s'y trouvant par la suite bien aise, Merry ne tarda pas non plus à l'allumer, la faisant crépiter d'agréables flammes. Bien rapidement éteinte pour le plaisir de l'enfummage, il tendit ensuite la pipe à Pippin en échange de cette immense part de tarte -encore bien trop petite à ses yeux. Après avoir bien entendu remercier son cousin et allonger une grande taffe depuis sa propre pipe, il prit une longue respiration en appréciant le décor en face de lui. N'y avait-il pas plus belle journée ? Lui, son cousin, de l'herbe (autant sous leur pied que dans leur pipe), et une bonne tarte. Le début d'un conte de fée. Il ne voulut en rien gâcher le moment et resta silencieux, jetant de temps en temps des regards complices pour son Pippin. Le goût d'une tarte volée paraît toujours meilleure que celle d'une tarte honnête, ils pouvaient une nouvelle fois s'en rendre compte. Tout comme disait son cousin, il n'y avait rien de meilleur et ce ne fut pas dans un mot mais dans un acte que Merry lui répondit, croquant à pleine dent dans la surface moelleuse et croquante à la fois de cette tarte. On ressentait tellement bien la citrouille dans tous les recoins de la bouche, jusque sous la langue. C'était incroyable, comme d'habitude. La légende comme quoi les hobbits seraient les meilleurs cuisiniers de la Terre du Milieu se révélait à chaque fois exact. Quant bien même nos deux compères n'avaient jamais entendu parler de cette légende et n'avaient de toute façon goûter que des tartes hobbits. Il macha avec attention pour savourer le plus possible cette tarte avant quoique ce soit. Finalement, il ne put s'empêcher de donner son avis, bouche encore pleine de douceur.

- Oh...Pippin, j'ai l'impression qu'il s'agit là de la meilleure tarte que j'ai pu goûter depuis...depuis hier.

Un rire s'échappa en même temps alors qu'il voulut avaler sa part. Manquant de s'étouffer face à trop de délice, il n'hésita pas à prendre une bouffé d'herbe fumante. Ce qu'il manquait à ce repas, sans nul doute, c'était de la bonne bière. Ce genre que l'on ne trouve que dans les tavernes, bien cachée dans des caves souterraines que l'on ne pouvait avoir envie que de farfouinner. Fumer de la pipe remplacerait cette idée pour le moment. Reprenant finalement sa part de tarte dont il avait bien du arracher le tiers d'un coup de dent habile, il reprit sa mastication. C'est intéressant n'est-ce pas ? La description parfaite en plusieurs phrases alambiqués pour exprimer...qu'il mangeait quelque chose de bon. Mais le monde étant ce qu'il est, c'est un dire un lieu plein de vie où rien ne restait immobile, il fallait bien le décrire ! Le vent soufflait dans leurs cheveux comme une brise très légère qui emportait au loin la fumée de leurs pipes. La fumée, c'est un peu comme les nuages. Lorsqu'ils fumaient, régénéraient-ils les nuages ? Ces derniers avaient alors rencontré des elfes et des nains, ou peut-être même des créatures étranges d'au delà des mers ? Les possibilités étaient infinis, et il s'apprêtait à en parler à son cousin quand une dernière bouffé de tarte le prit de court. Oui, finalement manger c'était mieux. Après tout, les nuages ne sont pas si intéressants que cela. Ayant terminer d'avaler ce simple "goûter" -car soyons honnête, ce n'était pas même le quart de ce que devait manger un hobbit pour remplir son estomac. Il s'allongea, et entendit avec un sourire son ventre gronder de contentement, charmé d'avoir à digérer ce petit bout de tarte. Le ciel bleu avec ses petites tâches blanches était admirable à regarder, mais en se tournant un peu, il pouvait voir son cousin. Ça aussi c'était quelque chose de bien à regarder, aussi bien que le ciel. Tout en tirant sur sa pipe, il souffla pour ensuite deviner des formes dans les embruns. Mais tout était calme. Trop calme. Même pour une simple digestion en se dorant sous le soleil. C'est alors qu'il se redressa, après quelques minutes et regarda son cousin avec un air mutin.

- Mmh, je crois qu'il te reste une tâche de tarte....ici...non...là...Ah ! J'ai trouvé !

Après avoir donc passer aléatoirement un doigt sur le torse, puis sur la joue de Pippin, Meriadoc se jeta finalement sur lui pour le couvrir de chatouille, cherchant les coins les plus sensibles pour le faire rire. Il aimait beaucoup le rire de Peregrin, mais c'était une autre histoire. Se battant littéralement pour le faire capituler, il ne se sentit pas perdre l'équilibre. Son corps partit en arrière, malgré qu'il chercha à se tenir à la chemise de Pippin pour ne pas tomber. Malheureusement, à savoir si Merry était trop lourd ou si Pippin ne le cherchait pas un peu quand même, mais tous les deux retombèrent sur le versant de la colline. Pour ainsi dire, ils roulèrent le long de celle-ci, sur un temps qui pouvait paraître une éternité. Jusqu'à ce qu'un choc soudain ne stoppe leur chute. Ce n'était pas n'importe quel choc mais bien une botte de paille, se trouvant au bord du mur d'une grange. Dieu merci qu'ils ne se cognèrent pas contre le fameux mur. La paille ralentit le choc même si elle les recouvra quasiment en entier. Passé la première constatation, Merry ne put qu'en faire une deuxième. Dans leur bataille acharné, le jeune hobbit avait fini la course par être au dessus, à califourchon sur son cousin. Pouvait-on dire qu'il avait gagné ? Se redressant sur ses bras, sa gêne grandit en même temps que le rouge de ses joues tandis que l'absurdité de la situation le fit éclater de rire. Un non-sens qui faisait arrêter son cerveau avec pour seul solution le rire. Un éclat qui dédramatiserait toute cette situation gênante.

- J'ai...j'ai gagné !

Appuya-t-il tout en riant, afin de se donner une contenance. Chose peu évidente, tandis que la paille commençait tout de même à le gratter un peu partout.




The sky is on fire


“You were my friend and you told me the truth… Even when the world was falling apart, you were my constant. My touchstone.” black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : La Comté
Localisation : En Comté
Amour Gloire et Beauté : Marié à sa choppe de bière, qu'il trompe avec des tartes
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Dukett & Tumblr
FT. : Billy Boyd
Date d'inscription : 01/09/2016
Messages : 17
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: "Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin   Jeu 17 Nov - 19:38


« Une vie de Hobbit »,

par Merry et Pippin




Merry & Pippin


La tarte eut tôt fait d’être engloutie. Quand on a un appétit de Hobbit, et plus encore quand on s’appelle Peregrin « Pippin » Touque, rien ne vous reste bien longtemps entre les mains. Attachés à chacun de ses nombreux repas plus que n’importe quel autre Hobbit de sa génération, il possédait un estomac doté d’un talent absolument incroyable : Pippin pouvait engloutir énormément de nourriture, et ne toujours pas être repu quand ses cousins se tapotaient le ventre d’un air satisfait, mais… Il semblait ne pas prendre un gramme. Comme il le prouverait, plus tard, en engloutissant quatre lembas alors qu’une bouchée suffit à rassasier qui ce soit – et mettons trois bouchées ou un lembas entier pour les petits hobbits affamés. Mais quatre lembas. C’était à se demander où passait toutes ces calories qu’il engloutissait, et qu’il brûlait plus ou moins en courant dans les champs, en évitant les chiens du père Magotte, en délivrant des tartes… Et si ce n’était pas son activité principale, cela équivalait à une grande partie de sa vie mais : non, normalement, il ne devrait pas tout perdre seulement avec ça. Pourtant, c’est ce qu’il se passait. Et la tarte fondait sous la langue, lui procurant plaisir et délectation, alors qu’il se rendait compte qu’il l’avait déjà terminé – beaucoup, beaucoup trop vite. A la pipe, vite ! La fumette lui ferait oublier la déception de n’en avoir pas d’autre à se mettre sous la dent.

« Je suis tout à fait d’accord à toi, Merry ! Elle fondait sur la langue, un vrai délice pour le palais… Mais ne te tue pas avec ! Quoi que ce serait plutôt une belle mort, mais je serai triste de te perdre. »

Il tapota le dos de son cher cousin avec un petit sourire lorsque celui manqua de s’étouffer. Eh, s’il succombait à cette délicieuse tarte, qui donc serait à ses côtés pour leurs aventures d’aujourd’hui, de demain et de plus loin encore ? Le destin tranquille de ces petits hobbits chenapans n’était pas si tranquille que cela, dans le futur. Un destin qui les mènerait par mont et par vaux, au-delà des collines, bien au-delà de la Comté, là où même la fumée de leur pipe n’irait pas. Et ils n’en doutaient pas encore. Qui s’en douterai, franchement, après avoir mangé une si bonne moitié de tarte, sur de l’herbe verte et tendre et sous ce beau soleil ? Pippin tira une bouffée de la pipe, et essaya de faire quelques ronds de fumée, comme le faisait Bilbo ; mais ils s’éparpillèrent rapidement, emportés au loin par une légère brise. Il fit une moue frustrée – déjà qu’en temps normal, il avait du mal à faire des ronds de fumée, si en plus le vent se montait soudainement contre lui, il n’y parviendrait jamais ! – mais esquissa un sourire amusé lorsque Merry s’allongea et que son ventre grogna de plaisir : le plus jeune des deux ne put s’empêcher de donne une petite tape de la paume de la main sur le ventre de son aîné avec un petit rire.

Son regard s’était porté vers le ciel, et les nuages, lorsqu’il remarqua que Merry l’observait : il baissa donc les yeux vers son cousin, un léger sourire accroché aux lèvres, se demandant à quoi pouvait bien penser le hobbit silencieux. Quand soudainement, celui-ci se redressa en lui annonçant qu’il lui restait une tache de tarte, Pippin baissa le nez en la cherchant. Comment ? Où ça ? En se demandant comme il avait pu laisser passer une telle chose, il ne remarqua pas que Merry, plus taquin qu’il n’en avait l’air, allait se jeter sur lui pour une attaque de chatouille – il ne le remarqua que lorsqu’il se fit sauvagement agressé par son cousin, et d’une manière totalement fourbe. Peregrin se mit alors à rire, encore et encore, à en perdre presque son souffle, se débattant comme un beau diable pour se libérer de cette emprise. Malheureusement, la loi de gravité rattrapait même les Hobbits, et ils finirent par rouler tout deux le long du versant de la colline, jusqu’à être stoppé par une botte de paille. Au travers de laquelle ils passèrent, plus ou moins. Pippin pu enfin souffler – et même reprendre son souffle –, les yeux mi-clos et un grand sourire enjoué sur le visage. Merry, lui, avait les joues rougis. Juché à califourchon sur son cadet, Pippin n’imagina pas un seul instant que cela puisse gêné Merry, et provoquer la rougeur de ses joues : tout ce qu’il voyait, c’était son Merry et Pippin au cœur de la paille, aussi proche qu’ils pouvaient toujours l’être, et le visage rougit après l’effort et la roulade. Alors, en écho à celui de son cousin, Pippin éclata de rire – un rire cristallin, beau et profondément innocent, comme le jeune Hobbit qu’il était.

« Je crois bien, oui. Mais ce n’est que partie remise ! »

Il continuait à rire, lorsque soudainement une voix bourrue les appela à l’extérieur. Un hobbit, certainement le propriétaire de la grange, se tenait devant la botte de paille, mains sur les hanches, et arquait un sourcil en fixant les hobbits. Cela ne semblait rien annoncer de bon, mais nos deux hobbits avaient l’habitude de se trouver dans ce genre de situation…





(c) Dukett



TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Oh vous pouvez chercher loin, boire et reboire dans tous les coins ; jamais bière n'aura si bon goût que celle que l'on trouve par chez nous ! Quelque soit votre chopine ou bien dans une bouteille divine ; quelque soit la taille de votre flacon... Elle doit venir de notre Dragon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Minion en quête de pouvoir
Royaume : La Comté
Localisation : Le plancher des vaches.
Amour Gloire et Beauté : Amoureux
I'm beautiful biatch, look at me : ...but fuck yeah I am.
Copyright : @internetismyforeverfriend
FT. : Dominic Monaghan
Date d'inscription : 01/09/2016
Messages : 209
Date de naissance : 26/01/1995
Age : 22
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: "Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin   Ven 18 Nov - 9:41




"Une Vie de Hobbit, par Merry et Pippin"



Ce n'était que partie remise. Bien évidemment. Car c'était une journée des plus ordinaires dans leurs vies de jeunes nantis hobbits, leur permettant ainsi de ne rien faire d'autre de leurs journées que se prélasser et s'amuser. Demain, ils recommenceraient. C'était leur pain quotidien. Le rire de Merry s'évanouit doucement, quand bien même il garda un sourire aux lèvres en voyant l'hilarité innocente de son cousin. La paille retombée sur eux formait comme une enclave protectrice contre le monde, comme s'ils étaient seuls dans le noir. Une légère sensation claustro-phobique qui curieusement n'était ici absolument pas dérangeante. Même si les brindilles se mêlaient à leurs cheveux, et que la chaleur de leur soudaine péripétie s'évacuait mal dans cette fournaise, il était bien. Gêné, mais bien. Il espéra que personne ne les verrait dans une pareille position -au risque de penser à mal. Cela n'aurait pas été la première fois que des rumeurs tourneraient dans les villages sur de jeunes, fougueux et insouciants hobbits s'épanchant dans les bottes de pailles...mais Merry n'avait surtout pas envie de cela, surtout que ce ne serait faux ! Continuant de regarder le visage de Pippin, des commissures de ses lèvres jusqu'à ses yeux mi-clos, il ne se rendait pas compte que sa propre tête faisait un rempart aux morceaux de paille qui ainsi, n'allait pas blesser le trop jeune prince des hobbits. Il était si charmant. Même si cette intimité était commune chez eux, il ne savait si c'était l'ambiance étouffante de la broussaille qui causait cet important trouble mais une émotion intense monta en lui. Cette petite bouche boudeuse l'attirait plus qu'elle ne devrait. C'était mal. Merry ne s'aperçut pas que son visage se penchait très lentement, gardant les yeux ouverts pour surveiller les mouvements de Pippin. Même si pour l'instant, celui-ci semblait juste rire à en être heureux. Il se penchait donc, encore et encore jusqu'à ce...qu'un éclat de voix l'arrête.

- Sortez de ma paille, bande de voyous !

Tournant automatiquement la tête pour identifier la source de l'empêche de bien faire le mal. Le vieil hobbit propriétaire de la grange les regardait avec un air accusateur tout en posant ses mains sur les hanches. Sans faire davantage de vieux os, Merry se redressa sur ses pieds et aida très rapidement Pippin à faire de même. Le bougon commençait à croiser les bras et déblatérait des choses à propos de baffes qui se perdaient, de galipettes inacceptables et qu'il serait temps de les mettre au pas avec une correction bien méritée. Avant même de se débarbouiller de toute la paille infiltrée dans leurs cheveux et les interstices de leurs vêtements, tandis que le vieil hobbit se rapprochait d'eux avec l'intention certaine de leurs tirer les oreilles, Merry jeta un coup d'oeil complice à Pippin. Un sourire coquin sur son visage, il n'était plus question de débattre avec des sentiments contradictoires et immoraux. Il porta la main sur son épaule.

- Suis moi et cours.

Aussitôt, il se mit à partir en avant, tête baissé pour passer par dessous les bras du vieil hobbit trop ronchon. Courant pour lui échapper, il ne sut exactement où il se dirigeait. L'important était d'être à nouveau seuls. Ou en tout cas de ne plus subir l'adulte courroux. Se cachant alors à l'arrière d'une écurie à poney, il plaqua son dos contre le bois tout en écoutant autour de lui. Il était certain que le vieillard ne les aurait pas suivi jusqu'ici, pas avec cet embonpoint de paysan. Merry riait à n'en plus pouvoir, c'était si bien de mener en bateau ces idiots. Comme si quelqu'un pouvait faire la loi à Meriadoc Brandebouc et Peregrin Touque ! Se retournant donc vers ce dernier, l’aîné cousin sourit.

- Quel soulagement. Je n'aurai pas aimé devoir ramasser la paille pour son bon plaisir !









The sky is on fire


“You were my friend and you told me the truth… Even when the world was falling apart, you were my constant. My touchstone.” black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: "Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin   
Revenir en haut Aller en bas
 

"Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» "Une Vie de Hobbit", par Merry et Pippin
» Tolkien: Inspiration à partir de sa vie
» Soirée Merry et Pippin - Mardi 4 novembre 2008
» De la taille des hobbits ...
» Merry Christmas!!





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Arnor :: La Comté :: Autres lieux-