Partagez | 
 

I swear that I never let you go | ft. Grimbeorn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Fondatrice
Royaume : Rhun
Amour Gloire et Beauté : Célibataire
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Echo des Plaines ; Tumblr
FT. : Imogen Poots
Date d'inscription : 23/09/2015
Messages : 86
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: I swear that I never let you go | ft. Grimbeorn   Sam 20 Aoû - 15:13
I swear that I never let you go

▲ Statut du sujet : Privé ft. Grimbeorn
▲ Date du rp : Le lendemain de la mort de Beorn
▲ Météo : Nuageux, avec parfois quelques gouttes d'eau
▲ Temps de la journée : Fin d'après-midi / début de soirée
▲ Balrog invité au barbecue : Non






This is the last night you'll spend alone,


I'll wrap you in my arms and I won't let go



La journée de la veille avait été éreintante, c’est le moins qu’on puisse dire. Triste, aussi, mais la tristesse n’allait pas disparaître si vite. Le deuil que Danawën portait, que Grimbeorn devait porter encore plus qu’elle, était terrible. Le choc, ensuite, d’avoir vu ce combat d’ours. D’avoir trouvé Grimbeorn dans un état de colère – de rage ? – innommable, et d’avoir vu ce bon vieux et Salayn se battre. C’était trop, trop d’un coup pour la douce prêtresse des Valars. « Je vais le soigner, et veiller sur lui. » avait-elle affirmé au frère du défunt, qui l’avait aidé à transporter le Change-Peau redevenu homme jusque dans la forêt, où Danawën leur avait fait un abri. La jeune femme avait l’habitude de se faire de petits abris en forêt, quand elle tenait à dormir convenablement et non pas perchée sur une branche, mais elle avait mis tout son cœur à l’ouvrage pour que cela soit parfait. Parfait pour le prince blessé sur lequel elle posait régulièrement un regard aussi doux qu’inquiet.

La quiétude de l’abri qu’elle leur avait fait au milieu de la forêt contrastait énormément avec l’état dans lequel ils avaient laissé le Carrock. Dévasté, un champ de ruine emplie par l’odeur de la Mort. Danawën frémit en imaginant ces terres paisibles tombées aux mains de l’ennemi. Les elfes avaient regagnés la forêt et, après avoir mis Grimbeorn en sécurité, assez loin de son ancienne maison, Salayn avait repris le chemin de sa ferme avec sa fille blessée, laissant son neveu aux bons soins de la prêtresse. Cette dernière soupira légèrement, croisant frileusement ses bras sur sa poitrine. Le blond semblait dormir, mais elle veillait toujours à ce que cela soit réellement du sommeil et non pas quelque chose de plus profond et de plus inquiétant.

Appuyée contre un arbre, elle fixait la forêt de ses yeux perçants, se tenant à l’ombre. Ici, au moins, au couvert des arbres, elle évitait le soleil. Et si quelqu’un approchait, elle aurait tôt fait de le savoir, au bruit des buissons qui ne s’agitaient pas à cause du vent ou d’un quelconque animal. Il y avait des signes qui ne trompaient pas, et quand on n’était une chasseresse, on savait distinguer la proie du prédateur, comme le prouvait les écureuils qu’elle était en train de faire cuir au-dessus d’un petit feu de camp. Evidemment, Danawën avait pris garde à faire son feu dans un endroit dégagé où elle ne risquait pas d’incendier la forêt. Il y avait eu assez de dégâts. Avec un nouveau soupire, elle se détacha de l’arbre. Tout était calme, tranquille, paisible. Bien trop par rapport au cataclysme qu’ils avaient vécu quelques heures plus tôt.

Après avoir surveillé la cuisson de leur repas – en espérant que Grimbeorn se réveillerait et voudrait bien manger – elle revient vers son blessé. S’il n’avait pas faim, elle le forcerait à manger un peu. Au moins à boire. Elle avait trouvé une petite source non loin, et avait rempli sa gourde d’eau fraîche. S’il avait faim… Elle lui cèderait sa part, elle pouvait bien faire ça pour lui. De sa longue robe, qui effleurait habituellement ses chevilles, elle avait fait des bandages pour panser les plaies du Change-Peau, qu’elle avait d’abord lavé. Si elle n’avait plus vraiment l’allure de la ravissante et respectable prêtresse des Valars, et qu’elle ressemblait peut-être plus à l’une des putains du bordel que fréquentait Maurevel avec sa robe déchirée jusque sous ses genoux, Danawën s’en fichait totalement.

Elle s’assit à côté de lui, posant doucement sa main sur le front de Grimbeorn, un petit sourire tendre apparaissant sur son visage. Sourire qui laissa place à un air à la fois plus sérieux, et rassuré, lorsqu’elle le sentit s’agiter légèrement. Sans le lâcher du regard, et se rapprochant encore un peu de lui, elle attrapa sa gourde qu’elle ouvrit.

« Hey, Grim. » fit-elle doucement avec un large sourire, quoi qu’un peu fatiguée. Depuis la veille, elle n’avait pas vraiment pris le temps de dormir et, aussi oiseau nocturne soit-elle, cela commençait à se voir sur son visage, voire à se ressentir. « Bois un peu, ça te feras du bien. » Elle hésita un instant, observant ses bandages de fortunes, avant de demander doucement ;  « Tu y vois ? Ta tête ne tourne pas trop ? »

Elle n’osait demander s’il avait mal quelque part – quelque part plus qu’ailleurs. Elle ne voulait pas l’abrutir de questions alors qu’il s’éveillait à peine, même si elle aurait voulu s’assurer tout de suite que tout allait bien et, dans le cas contraire, s’occuper de ce qui n’allait pas. Tout en sachant que la perte de son père et de son foyer était quelque chose que, Danawën le craignait, elle ne pourrait soulager, même en l’entourant de tout l’amour et de toute l’attention dont elle était capable.




HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administratrice
Royaume : Carrock
Localisation : Carrock
Amour Gloire et Beauté : Célibataire
Copyright : Indis & Tumblr
FT. : Zachary Levi
Date d'inscription : 03/03/2014
Messages : 285
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I swear that I never let you go | ft. Grimbeorn   Sam 3 Sep - 14:19


   

I swear that I never let you go

   
I don't want to be alone, but it hurts too much to think I've no more family

    Mon esprit était embrumé par tellement de choses, encore. La confusion des derniers événements, la douleur qui parcourait encore la moindre parcelle de mon corps meurtri, mes pensées qui ne cessaient de vagabonder d'un point à un autre, qui se perdaient dans des réflexions inutiles et vaines. En vérité, je ne savais plus vraiment ce que je faisais. C'était comme si j'avais été happé par un torrent de sentiments et d'émotions tellement forts que je n'avais pas pu lutter, et que je m'étais retrouvé emporté au loin. Pour la toute première fois, j'avais expérimenté ce que mon père accueillait volontiers, et que mon oncle s'efforçait de fuir comme la peste. La rage aveugle et dévastatrice des Beornides. J'espérais seulement ne pas avoir causé trop de dégâts... Plus que de toute autre chose, c'était de ça, que j'avais peur. Si je m'étais rendu responsable de la mort d'un innocent, je crois que je ne pourrais jamais me le pardonner.

Alors que je gisais dans la forêt, les yeux clos, je tentais de recoller les morceaux épars de ma mémoire. Les souvenirs de la veille me revenaient comme des flash, des lambeaux distordus et parfois même décolorés, que j'avais du mal à recoller pour donner un ensemble cohérent. A côté de moi, je pouvais sentir Danawën aller et venir. La présence de la Change Peau avait quelque chose de rassurant. Elle, au moins, allait bien. Et ne m'en voulait pas pour mon coup de sang, si elle se trouvait là, à prendre soin de moi. Ou tout du moins, pas trop. C'était ce que j'espérais.

Bientôt, l'odeur on ne peut plus alléchante d'une viande qu'on grille vint me chatouiller les narines. L'instinct de survie prenait le dessus sur ma peine, et mon estomac se mit à gronder doucement. Mon organisme avait besoin de récupérer. J'avais perdu trop de sang, dépensé trop d'énergie. Il fallait que je me remette d'aplomb. J'en aurai besoin, pour ce que je comptais faire...
Quand je sentis la main de la jeune femme se poser sur mon front, je fis l'effort d'ouvrir les yeux. D'abord, j'eus du mal à faire le point. Le monde me paraissait flou, composé de tâches de couleurs difformes et indistinctes. Je battis des paupières pour tenter de ramener un peu de clarté dans tout ça. La première chose qui m'apparut ? La canopée, que je devinais à travers les branches qui formaient le toit d'un petit abri que la chouette avait dû construire pour me tenir loin des éventuelles intempéries. C'est vrai que le fond de l'air était frais, et maintenant que j'y faisais attention, derrière l'odeur de la viande grillée, je percevais la senteur fraîche de la terre mouillée. Il devait parfois bruiner un peu.
Puis c'est le visage de Danawën qui s'imposa dans mon champ de vision. Elle me souriait, mais paraissait fatiguée... Depuis quand n'avait-elle pas pris un peu de temps pour se reposer et s'occuper d'elle, au juste ?

Péniblement, je me redressai en serrant les dents. Ce n'était pas en restant allongé comme un infirme que j'allais me rétablir plus vite. Je cherchais mon souffle, mais dans le fond, je crois que je me portais mieux que je ne l'avais pensé. Mon père avait raison, les change Peaux sont beaucoup plus robustes qu'il n'y paraît.
Je pris la gourde que me tendait Dana en la remerciant d'une voix encore un peu enrouée, et bus prudemment quelques longues gorgées. Sentir l'eau descendre le long de ma gorge faisait un bien fou. Manger serait certainement tout aussi agréable.

- Ca va. Enfin, disons que ça pourrait être pire. Je suis en vie, non, c'est déjà pas si mal... Je suis resté inconscient longtemps ?

Je me mettais soudain à douter de ma propre perception du temps. Et s'il s'était écoulé des jours, voire des semaines, depuis la prise du Carrock par les Orcs ? Yavanna nous vienne en aide, notre situation était franchement peu enviable. Il y avait d'autres questions qui me brûlaient les lèvres, mais j'avais peur de les lui poser. Surtout parce que je craignais les réponses. Pourtant, il fallait que je me fasse violence. Je devais savoir.

- Est-ce que j'ai... J'ai tué quelqu'un ? Comment va mon oncle ?

   
.SHADOW
   


« I've been living for so long, I've seen kingdoms through ages, Rise and fall, I've seen it all. I've seen the horror, I've seen the wonders, Happening just in front of my eyes. Will I ever, Will I never free myself by making it right ? I'd give my heart, I'd give my soul, I'd turn it back, it's my fault. Your destiny is forlorn, Have to live till it's undone. I'd give my heart, I'd give my soul. I'd turn it back, And then at last, I'll be on my way. »

   (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

I swear that I never let you go | ft. Grimbeorn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» oh i swear to you, i'll be there for you ☆ 26.06, 18h21
» MB - It's bloody and raw, but I swear it is sweet
» — I swear, I heard it talking to me ! ✤ REGH
» I swear that tomorrow, this will all be in the past [ft. Jamie-Rose]
» I solemnly swear that we're up to no good ◊ KILI





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Rhovanion :: La Forêt Noire :: Carrock-