Partagez | 
 

Idylle [ft Enelye]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Administratrice
Royaume : Mirkwood
Localisation : Vert Bois Le Grand retrouve de son éclat d'antan
Amour Gloire et Beauté : Compagnon d'Enelye
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : panda vador
FT. : Lee Pace
Date d'inscription : 16/02/2014
Messages : 2611
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Idylle [ft Enelye]   Mer 10 Aoû - 15:46



1er AOÛT 2949 - Pour un premier jour du mois,  le bleu de l’empyrée délaisse sa couronne de nébuleuses pour laisser une vaste marge à l’insolence, la fougasse brûlante. Déjà hérissée par-dessus l’horizon aux premières heures de l’aube comme un héraut de bon augure, elle affiche farouche et fougue  pour les instants à venir. Sous la dominance de ce titan cuivré, l’auguste magnat parsème directives dans une eurythmie qui ébarbe les doutes quant à ce sacerdoce auquel il se dévoue depuis moult hégires. Un règne émaillé de bévues dont le vétuste coryphée a recueilli leçons pour les temps futurs.

Comme à chaque aurore depuis bientôt maintenant trois ans, le flave seigneur, après s’être délesté de ses astreintes matinières, se dérobe des cohues du fastueux sérail pour rejoindre les appartements de ses douces. La reine est-elle déjà éveillée ? Et ses deux chérubins ? Depuis quelques semaines, son aîné brille d’une absence qui motive le père à dépenser du temps supplémentaire auprès de la diable dyade. En pénétrant sa loge noyée dans les cirres de l’hélianthe hérissé par-delà les devantures du balcon, les vétustes calots se rassasient de l’ébauche virginal barbouillée droit devant et le faciès perd de son usuel apathie pour chatoyer de mille nuances. Deux tendrons  brillant à rutilance sous la clarté d’un nouveau jour. Leur éveil semble récent au vue des expressions engourdies fardant leurs poupons visages, mais à la vue de l’intrus paternel, les minois s’enjouent et les petits diables titubent avec énergie jusqu’aux jambes élancées, s’y agrippant farouchement. Que n’est plus tendre image que celle-ci ?

Les bouches carillonnent et gorgent la pièce d’un tintamarre agréable devenu comburant de son propre oxygène. « Ada*, tu m’emmènes voir les cerfs ? » « Elle est où Naneth** ? » Léger sourire à l’ardeur juvénile. Un regard en coin au fieffé camarade qui semble choisir la discrétion aux accolades familiales, Galion, le renseigne sur le lieu où semble avoir filé sa muse. « La reine est partie se promener de bon matin » Sûrement dans un de ses coins préférés, sur le flanc ouest du colosse verdoyant. Enelye a toujours eu un goût prononcé pour les trouées inapprivoisées, celles où s’étirent plantes vivaces jusqu’à des hauteurs sceptiques, soutenues en leur pédicule par une arborescence épaisse et luxuriante. « On va rejoindre nana**' ? » « S’il te plaîttt » Supplice infernal, séduction des anges incarnés, il n’en faut pas plus pour démanteler l’autorité du paternel et l’acculer aux caprices de ses deux marmots.

Et retrouver, le temps de s’emmitoufler de nippes appropriées pour l’excursion, le géant fuselé en virée sur les sentiers pittoresques du labyrinthe végétal. Malgré les épaules butinées par deux colombes turbulentes, Thranduil affiche quiétude tout au long du pèlerinage. Dans son sillage, une escouade de trois gardes fait office de cerbères pour assurer la sécurité du roi et de son engeance. La présence de ses filles couplée à ses expéditions à l’orée du fief elfique l’oblige à cette prudence. Sa dame lui en voudrait si le danger se supplanterait à l’insouciance. En parlant du loup, et après une bonne heure de marche, le souverain débusque enfin son épouse nichée dans un méandre de branches noueuses mais solides, comme préservée des pièges terrestres, à chercher la protection des sommets broussailleux. Les bambines veulent s’exclamer mais un doigt sur leurs lippes les incitent au silence. Curieuses, deux paires de globes fureteurs se posent sur le plus vieux. « Chut, faisons lui la surprise » Les joues se boudinent de sourires.

Après un ordre murmuré à ses gardes gardes, le trio cuirassé prend campement en bordure de clairière pour surveiller alentours et laisser intimité au couple royal. Avec mesure, le père se hisse parmi les titans dormants, géants boucanés ayant survécu à l'usure du temps, engoncé de koalas agrippés avec cran à sa silhouette longiligne.  D'une ascension furtive, les trois alpinistes rejoignent les hauteurs et Thranduil offre l'occasion à ses chérubins de canonner la belle endormie. En prévision? Un réveil en fanfare...

* ada : "père"
** Naneth (et son diminutif, nana): "mère"
Galion: frère de coeur, ami d'enfance et conseiller de Thranduil, ambassadeur des elfes sylvestres




Such is the nature of evil, in time all foul things come forth!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Graphiste
Royaume : Mirkwood
Localisation : Mirkwood
Amour Gloire et Beauté : Mariée à Thranduil
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Moony ; Tumblr ; Broken (Seether)
FT. : Anna Speckhart
Date d'inscription : 13/03/2014
Messages : 739
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Idylle [ft Enelye]   Dim 9 Oct - 17:35

Thranduil & Enelyë
Idylle



Lorsqu’elle s’était éveillée, l’elfe avait immédiatement jeté un coup d’oeil sur le côté, réflexe acquis à la naissance de ses précieuses enfants. Les deux minuscules fleurs dormaient paisiblement, l’une blottie contre l’autre, au coeur d’un nid de couvertures brodées de délicats bourgeons verdoyants. Délicatement, elle avait quitté sa couche désertée par sa moitié et s’était penchée au-dessus du berceau pour déposer un délicat baiser sur les fronts princiers. Ses pas l’avaient conduite au-dehors et alors qu’elle avait revêtu des habits peu dignes d’une altesse et bien plus d’un voyageur, elle avait échangé un regard de connivence avec Galion avant de disparaître au détour d’un couloir. Si elle s’était faite à la vie de reine, il n’en restait pas moins qu’elle avait conservé ses réflexes sauvages d’ourse mal léchée.

A trop fréquenter les siens, il lui semblait qu’elle allait devenir folle, d’autant plus qu’elle vivait sous leur oeil en permanence attentif à ses moindres mouvements. Il lui fallait alors s’éloigner, ne serait-ce que pour quelques heures. Reprendre ses hardes de voyageuse et faire comme si elle avait repris la route, libre d’aller où bon lui semble, de se jeter à corps perdu dans une bataille. Parfois cela lui manquait de ne plus être cette ombre anonyme qui avait offert son épée au seigneur d’Imladris. Elrond l’avait recueillie alors qu’elle errait après avoir fuit Mirkwood, le coeur serré d’avoir perdu sa soeur bien-aimée, par la faute de Thranduil pensait-elle alors.

Il était sans doute ironique qu’après avoir fuit le souverain pendant si longtemps, elle soit devenue son épouse et sa reine. Elle qui répugnait à se mêler aux siens, à se plier au protocole, devait désormais subir cela en gardant la tête haute. Ce qui ne l’empêchait pas - parfois - de dire haut et fort ce qu’elle pensait, sans prendre la peine d’y mettre les formes. Ni de disparaître pendant quelques heures et de se soustraire à ses obligations pour vagabonder au gré de ses fantaisies. Elle faisait semblant alors de ne pas voir les gardes qui la suivaient, s’enveloppant dans l’illusion rassurante que tout était comme avant et qu’elle n’était plus qu’Enelyë, juste Enelyë la voyageuse et non pas quelqu’un d’important.

Alors en cette mâtinée qu’éclairait un soleil déjà brûlant, la souveraine marchait d’un pas vif mais pourtant silencieux, se dirigeant vers son arbre préférée, un aïeul majestueux dont les branches semblaient se perdre dans le ciel. Lestement, elle grimpa jusqu’à un berceau de bois vivant et s’étendit de tout son long parmi le feuillage luxuriant. Fermant les yeux, elle se laissa charmer par la mélodie d’une brise légère qui venait chatouiller la verdoyante canopée et s’endormit bien vite. Sombrant dans un demi-sommeil familier et oh combien réconfortant, il semblait alors être revenue au bon vieux temps de l’aventure et des errances dans des terres sauvages. Un bruissement, légèrement différent de celui du vent, lui fit tendre l’oreille par-delà les brumes de l’engourdissement réparateur et -parfaitement éveillée cette fois- elle garda les yeux clos. Ses armes étaient à portée de main et si elle distinguait avec peine trois démarches, elle reconnut un parfum familier -mélange de pluie, d’herbe coupée et de cèdre- qui la détendit et elle feignit un sommeil profond.

« Naneth ! » L’elfe resta immobile quelques secondes avant de soulever ses paupières et de laisser échapper un petit rire en voyant ses enfants penchées au dessus d’elle. La reine se redressa et entoura les chérubins de ses bras, les couvrant de baisers, avant de lever un regard amusé par-dessus les chevelures ornées de fleurs des deux fillettes. « N’as-tu donc aucune pitié ? Tu as amené de puissants renforts pour me tirer hors d’un repos bien mérité. » fit-elle d’un ton faussement réprobateur à son époux qui était -à n’en pas douter- l’instigateur de ce vil complot. « Ce n’est plus l’heure de dormir naneth ! » protesta l’une des deux jumelles alors qu’elle s’accrochait à la veste de sa mère. « Oui c’est vrai ! » renchérit l’autre en faisant de même. « Pourquoi tu viens toujours ici ? » Enelyë laissa échapper un gloussement amusé en voyant l’expression scandalisée des deux gamines et les serra contre elle. « Pour obliger votre père à venir me chercher » se contenta-t-elle de répondre avec un sourire innocent alors qu’elle dardait son regard azuréen sur le souverain doré.


FICHE ET CODES PAR ILMARË


It has been a long time
© .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Idylle [ft Enelye]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Idylle
» ~*~ Un rp avec Nuage d'Idylle :D ~*~
» Liens de Splash
» Le topic officiel de l'idylle clandestine entre Noah et Amanda
» Sibylline Idylle. ▲ "On te déçoit, on te ment, on te fais du mal... puis on te dit que c'est toi qui as changé." 11/03





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Rhovanion :: La Forêt Noire-