Partagez | 
 

Orcrist

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Administratrice
Royaume : Mirkwood
Localisation : Vert Bois Le Grand retrouve de son éclat d'antan
Amour Gloire et Beauté : Compagnon d'Enelye
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : panda vador
FT. : Lee Pace
Date d'inscription : 16/02/2014
Messages : 2611
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Orcrist    Mer 29 Juil - 16:59


Promesse





Suite de  part I: l'amour adoucit les barbes

Au départ de la jeunesse, le silence retombe à même titre qu’un certain malaise.  Les deux couronnes, ou pour l’une, ce qu’il en reste, plantée face à l’autre, à chercher les mots courtois pour ne pas froisser la bienséance fragile qui menace de se désosser à la moindre bévue. Thranduil souhaite éviter un retour au conflit récent qui les unissait pendant une décennie naine. Alors, quitte à faire bonne figure, tirer un rideau sur ses convictions sévères pour cette espèce et entrouvrir son esprit à l’interlocuteur n’est peut-être pas chose ballote.  

Un regard porté au devant, jusqu’à l’évanouissement des deux cadets, puis le temps estimé à la parole.  Prière silencieuse pour que son héritier n’entraîne pas son jeune hôte dans une situation rocambolesque, l’immortel descendit ses globes célestes sur la silhouette de Thorin, remarquant la vigilance fichée en chaque trait. Quoi de plus normal, au souvenir de sa dernière incursion synonyme de « cachots » et « d'humiliation » pour le roi orgueilleux et buté qu’il fut. Thranduil n’était pas non plus fier de son geste. L'émotion prenait racine entre eux, sans qu'ils ne s'étonnent d'une pareille incommodité.  Aussi faudrait-il prendre des pincettes pour aborder le cœur froissé du bourlingueur, jusqu’au départ de ce dernier hors des terres lépreuses de Mirkwood.  « J’espère que votre compagnon est robuste. Le vin de ces caves n’est pas de cette chopine abordable que l’on trouve dans tavernes et auberges des alentours » Engager la discussion par de l’anodin, le vieux monarque  préfère miser la prudence, lèvres nacrées se nippant d’un sourire fugace.

Soudain, un bras se soulève sous l’épaisse manche argentée, au bout duquel invite une blanche main à quitter l’écorce du monde façonnée en trône depuis moult décennies.  Lieu devenu accessoire à leurs affaires, le fils d’Oropher fit un signe à son hôte, plus hétéroclite que jamais en ces lieux elfiques, de le suivre dans le dédale tortueux de son royaume. « Pas de surprises en chemin ? » La Forêt Noire n’est pas un lieu populaire pour ses balades, mais plutôt pour ses occupantes un peu envahissantes qui ont, depuis longtemps, sut ternir le nom 'jadis' glorieux de ses vastes bois. Chose regrettée par le cerbère millénaire, qui voit l’émeraude se faner de teintes mortes. D’orange à noir, la nature qui se meurt, se ploie sous les lourdes soies, et craquèle aux mandibules voraces.

Dans les sombres boyaux du palais, les souverains glissent toujours plus en profondeur. L’armurerie placée en bordure des caves, peut-être croiseront-ils Legolas et Gimli pendant leur expédition jusqu’aux sous-sols ? « Je sais tout ce qu’il vous en coûte de revenir ici, après notre dernière affaire, mais puisque vous êtes là, pourquoi ne pas suivre l’exemple de votre ami une fois votre dû récupéré, et goûter à quelques crûs de nos caves ? Je sais l’espèce naine plus friande de bière, mais le vin n’est pas un mets sur lequel ils rechignent. » L’espoir sincère d’atténuer les tensions avec le roi de sous la montagne, Thranduil y aspirait sans grandes convictions. A moins que Thorin mette à l’écart son entêtement familier pour une ouverture inopinée ?

Devant eux, enfin, les portes de l’armurerie flanquées de deux gardes. Un signe royal et le chêne sculpté qui s’ouvre à leur passage. Intrusion silencieuse dans l’immense salle chargée de lances, d’arcs et d’épées de fabrication elfique.  




FICHE PAR SWAN.



Such is the nature of evil, in time all foul things come forth!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondatrice
Royaume : Erebor
Localisation : Erebor
Amour Gloire et Beauté : ...C'est compliqué ?
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : avatar ladybeard/indis, darkparadise pour le code sign
FT. : Richard Armitage
Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 2969
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Orcrist    Mar 25 Aoû - 14:34


     Thranduil & Thorin
       
 
     Orcrist & jewels : one king to another
L'écho des pas des deux jeunes gens avait fini par s'estomper, malgré la raisonnance répercutée des halls de Thranduil. Et le silence qui retombait faisait regretter la présence tumultueuse des deux cadets - il s'éternisa un instant, glacial et flottant dans l'atmosphère comme une brume opaque et nauséabonde, comme une vieille rancune tenace qui telle la crasse s'était ancrée entre deux adultes raisonnables jusqu'à ce qu'ils se comportent comme deux ânes bâtés levés du mauvais pied.
Les impertinences et faux-pas diplomatiques de Legolas et Gimli avaient eu au moins le mérite de construire un fragile pont au-dessus de ce marais de silence.

Thorin restait immobile au pied du trône de son aîné, mal à l'aise, et tendu. Sur ses gardes. Ce n'était même pas, à ce niveau, une décision consciente que de se défier de son hôte. Sa paume reposait machinalement sur le pommeau de son arme, sans que le nain ait envie de la tirer et de déclarer la guerre à celui qui le faisait face – et pourtant. La dernière fois qu'il s'était trouvé en ces lieux, il avait cru voir son royaume enterré sous la poussière et les feuilles mortes de la forêt noire. Il avait cru que ses os pourriraient dans un cachot elfe, prisonniers de leur double arrogance, sans jamais revoir Erebor. Pris en traître par son ancien allié, envoyé dans un cul de basse-fausse pour soutenir le regard condescendant dans l'elfe la tête haute. Pour tenir en sa paume quelques joyaux étincelants. Ce qui brille contient toujours une grave erreur.

Une partie de Thorin conservait une certaine rancune de ces rigueurs, ou du moins une méfiance. Il était bien loin le temps où les nains et les elfes travaillaient main dans la main à créer ce qu'il y a de plus fabuleux en Arda. Le monde en avait sans doute perdu, mais les jeunes nains avaient dans les veines une défiance qui perdurerait plus longtemps que les filons de mithril dans leurs montagnes.
Pourtant, Thorin n'était pas si obtus et stupide que certains le croyaient : il prêtait une oreille attentive aux conseils qu'on lui donnait ; oh, il faisait souvent comprendre que ceci ne lui plaisait guère d'un regard noir, mais il obtempérait et savait reconnaître ses erreurs - et certaines étaient difficiles à nier. Plus encore, il voulait se souvenir de ce moment de grâce qu'ils avaient vécu, dans une taverne perdue et criarde. De l'espoir de paix cordiale entre leurs peuples, d'un roi à un autre, entre deux rois se conduisant comme tels pour la protection de leurs peuples respectifs.

Mais ce n'était pas à lui d'ouvrir les hosti..la discussion et décider du ton de la conversation. Il attendait, frémissant d'un je-ne-sais-quoi : crainte ? Certes pas. Impatience ? Pas encore. Une attente en gestation.  « J’espère que votre compagnon est robuste. Le vin de ces caves n’est pas de cette chopine abordable que l’on trouve dans tavernes et auberges des alentours » Les lèvres de Thorin s'ourlèrent dans un sourire fugace, faisant la grâce à Thranduil de se prêter au jeu.

« - Il est têtu. » Commenta doucement Thorin, sans cacher son sourire en coin ; Gimli était robuste buveur, bien plus accoutumé aux soirées d'ivresse que lui-même et la modération n'était pas dans son tempérament. L'exemple même de la ténacité naine et de son père lorsque l'occasion de se prouver face à un elfe se présentait. Il était encore jeune toutefois. Et imprudent, insolent comme le sol les jeunes nains de noble ascendance qui ont l'habitude de surmonter l'adversité sans peine - comme il l'avait été.
Mais de cela, Thorin ne dit mot : Gimli ne lui adresserait plus jamais la parole s'il concédait que le nain roux se pensait beaucoup plus robuste qu'il ne l'était, et Thorin se dédommageait d'avance de l'ivresse qui risquait de prendre le nain face à un breuvage auquel il n'était pas habitué. Mais s'il avait voulu un diplomate et jouer selon les règles, il aurait amené Balin avec lui, pas Gimli fils de Gloïn.

Il suivit le roi Thranduil, tentant de dissiper la désagréable impression de n'être qu'un petit canard clopinant à côté d'un cygne gigantesque, de suivre son adversaire dans un traquenard évidement. Il ne sentait pas à sa place ici ; métal et fourrure, froideur minérale face aux courbes sombres et mordorées de ce royaume sylvestre. Pourtant les halls de Thranduil étaient souterrains, prouesse de l'art elfique que de bâtir dans une dimension nanesque avec un art elfique. Les dédales de couloirs, le labyrinthe obscur qui parcourt les profondeurs de la forêt dans lequel un elfe l'attire et le perd - si ce n'était pour l'art qui y est enfermé, la discrète grâce elfique qui marque ce royaume, il pourrait presque s'y sentir chez lui. Presque. Les hauts piliers de Khazad-Dûm ou de la Moria grandissent les nains qui y vivent, et ne le faisaient que se sentir petit  ici.  A la question du roi elfe, Thorin secoua légèrement la tête, négativement.

« - A surprise, non. Nous n'avons pas rencontré d'embûches sur le chemin, et aucune ...surprise, à l'intérieur de vos bois.  Peut-être que le prince nous a trouvé à temps, mais peut-être que l'ombre relâche un peu son emprise. »


Si les paroles incitaient à l'optimiste, le ton ne prêtait guère à sourire, puisqu'il était dénué de naïveté. Il savait le combat que Thranduil avait entrepris pour assainir son royaume, il savait aussi que les bois corrompus étaient loin de leur grandeur d'origine - l'ombre ne relâchait pas son emprise, ni ici, ni ailleurs en Arda et pourtant. Pourtant ils devaient tenir bon et s'échiner à cette tâche presque impossible; les luttes du roi Thranduil étaient l'exemple même qu'il y avait du bon subsistant dans le monde, qu'ils pouvaient progresser dans leur combat contre l'éternel retour de l'ombre - dans les âmes et dans les chairs, dans les êtres et dans la nature. Rendre à Vert-Bois-Le-Grand son céladon d'antan, reverdir chacune des feuilles souillées, insuffler une vie nouvelle dans chaque racine n'était pas une tâche dont le nain verrait le bout de son vivant, mais la retraite timide des octopèdes était un soulagement partagé.

« Je sais tout ce qu’il vous en coûte de revenir ici, après notre dernière affaire, mais puisque vous êtes là, pourquoi ne pas suivre l’exemple de votre ami une fois votre dû récupéré, et goûter à quelques crûs de nos caves ? Je sais l’espèce naine plus friande de bière, mais le vin n’est pas un mets sur lequel ils rechignent. » Le sourire narquois et sans joie que Thorin ne retient pas alors que le roi des elfes reprend la parole s'éteint presque aussitôt, mourant, fugace sur ses lèvres alors que Thranduil clôt sa proposition, son offre de coupe de la paix. Encore une preuve de la justesse des paroles de l'elfe, ce sourire empreint de méfiance, du cynisme acquis par l'expérience, preuve du chemin à parcourir; mais Thranduil ne le rencontrait-il pas à mi-chemin, main tendue ? Et dos crispé, certes, aucun des deux rois n'étant parfaitement à son aise dans cette danse - un pas en avant, un pas en arrière;

« - Le vin de Vert-bois-le-grand est presque aussi célèbre que les araignées qui vous harcèle, »  reconnut Thorin avec un sourire et un signe de tête  « et ce serait un honneur que de le partager avec vous. »

S'il ne se réveillait qu'avec une migraine et non pas des chaînes aux pieds. Enfin. Thorin pénétra à la suite du roi dans l'armurerie de son royaume. Orcrist. Le coeur de Thorin saigne des gouttes de son honneur de la guetter ainsi du regard, de chercher à reconnaître sa lame précieuse au milieu des autres. Se voir prendre son épée, confisquer son arme, qui plus est par des elfes, c'était un déshonneur et une défaite.  Forgeron lui-même - reprendre sa couronne, Erebor et ses devoirs l'ont éloigné de sa forge, de la forge qu'il n'avait fréquenté qu'avec haine et mépris à l'époque, mais qui lui manquait aujourd'hui - il appréciait Orcrist, et l'art des elfes. Et chaque lame sur laquelle il posait ses yeux alors qu'il s'avançait dans la pièce, sans même remarquer ses pas, chaque lame renvoyait un éclat promettant sa merveille. Le regard de Thorin était appréciatif, sinon admiratif alors qu'il détaillait des yeux les armes les plus proches ;

« - Si votre vin est à la hauteur de votre forge... »
souffla-t-il doucement, presque pensif, perdu dans sa contemplation avant de se rappeler sa propre promesse intérieure à sa mémoire; il glissa la main sous le pan de son manteau pour en sortir une bourse de velours sombre, étroitement nouée par des liens d'or. Paume ouverte, il présenta le petit sac au roi des elfes; rivant son regard bleu au sien avec franchise. Une franchise droite dénuée des accents sombres et avares, mesquins, qu'il avait eu, la dernière fois qu'il avait tenu les bijoux étincelants entre ses mains :

« -A propos. Les bons comptes font les bons amis disent les humains... et je vous prie d'accepter mes excuses pour avoir retenu si longtemps votre bien.»



I have to wear my crown in my heart, not on my head.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administratrice
Royaume : Mirkwood
Localisation : Vert Bois Le Grand retrouve de son éclat d'antan
Amour Gloire et Beauté : Compagnon d'Enelye
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : panda vador
FT. : Lee Pace
Date d'inscription : 16/02/2014
Messages : 2611
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Orcrist    Sam 19 Déc - 19:08

Promesse





Suite de  part I: l'amour adoucit les barbes

Têtu ? Un nain ? Un pléonasme qui flanque le labre églantine d’une sobre risette.  Comme l’elfe est discipliné et clairvoyant, les trapus velus se distinguent de par leur ardeur et leur témérité. Et lorsque dans le noyau d’une guerre, les deux espèces ferraillent à l’unisson, l’épilogue ne peut en être qu’incertaine. D’une conciliation moult fois ébranlées par l’orgueil et l’ambition, des brèches vivotent sous les visages diplomates. Des lésions sous la chair, fissures de l’âme, aux fléaux de jadis qui ne s’oublient pas. Des antécédents de l’histoire trop nombreux pour convoiter une concorde inébranlable entre les fils d’Illuvatar et ceux d’Aulë. Et si l’optimisme va à l’entente d’aujourd’hui, Thranduil n’est pas dupe. De cette cabale ancestrale, nombreux résument l’épilogue de ces dernières guerres comme une connivence où chacun dressent masques charmants et louanges polies. Seul un naïf s’enhardirait dans le récit exalté des alliances qui menèrent plusieurs espèces à combattre la raclure, à dresser armes ensemble et guerroyer contre l’ombre vespérale qui refoule des flancs de la terre depuis l’aube d’Arda. « Nous pouvons remercier Radagast Le Brun et Grimbeorn, fils de Beorn, pour la labeur apportée, qui a largement contribuée au déracinement du mal. Ces bois ont trop longtemps souffert du souffle infect de Sauron. Aujourd’hui, j’entrevois de l’espoir. Puissions-nous profiter de cette quiétude pour un temps durable... »

Sous le pennage doré résonne encore la litanie des vaillants disparus, le glas des familles endeuillées. Dans la mémoire millénaire, il entend encore les derniers râles de ses soldats, lèvres blêmes et carcasses tressautant au cruor formé sous leurs cuirasses.  Leurs dépouilles reposent aujourd’hui dans les fondements du mausolée, et leurs âmes se sont égarées jusqu’aux cavernes gardées  par le vénérable Mandos. « Puisse cette désolante réputation pâlir et s’éteindre aux jours qui se lèvent, et ne laisser que la notoriété de nos raffineries retentir dans les voisinages de Vert Bois »

Espérance de jours meilleurs. D’une gloire d’antan restaurée.
La forge. Le colosse d’argent s’y aventure en premier, le pas silencieux, l’étoffe somptueuse reluisant sous la flamme des chandelles. Les mots du nain oscillent jusqu’à ses oreilles, sans dithyrambes ou boniments flagorneuses. Les compliments obtiennent récompenses. « Se faire louanger sa forge par un maître forgeron et surtout un nain, voilà une affaire qui n’est pas bénigne. Le burinerai-je sur un mémorial que beaucoup douterait de son authenticité… » Malice sur la tendre babine. L’animosité entre les deux couronnes est encore fraîche dans leur esprit. L’amertume d’un passé décousu, rongé par des ratiches voraces. Cette entrevue est à tester avec doigté…

Lueur dans l’ombre, trémulent les topazes antiques. Une onde grisante à la vue des joyeux millénaires, souvenir d’une vénusté aimée, d’un amour jamais oublié. Le cœur vétuste  sursaute aux nimbes cerclant les phalanges charnues. Gemmes blancs qu’il ne pensait revoir un jour. Spasme qu’il refoule aux doigts qui se tendent presque timidement vers le trésor détenu par son hôte. Bijoux butinés, roulant dans les blanches paluches. Lactescence miroitante dans la pupille anthracite. « Hantalë …» Souffle rauque, la syllabe elfique claque sa sincérité sur la péninsule de ses lèvres. L’émoi se dessine sur le visage lisse, l’auguste mis à nu, délacé de ses sobres mines. Un pas puis l’autre jusqu’au bout de la vaste salle, titube presque l’honorable jusqu’aux arcades dorées où gisent les plus belles lames. L’étrangère extirpée d’un mur qu’elle n’étreindra de sitôt, le roi revient jusqu’à Thorin, avec la merveille longtemps souhaitée tenue à l’horizontale entre ses mains soigneuses. « Votre bien trop longtemps gardé dans cette enceinte. Restée intacte depuis le jour où elle vous a été dérobée, il semble qu’elle n’avait de destin pour nul d’entre nous » L’objet est remis à son propriétaire, un dernier regard pour l’habilité des Noldors prouvée dans chaque atours de cette estoc. « Vos excuses, autant que les miennes… » Echange scellé, le contentement pour chacun.

« Et si nous descendions à la cave ? Le chemin doit vous être encore familier  »  Taquinerie osée, Thranduil pétrit sa langue et corrige sa malice. « Pardonnez moi, votre dernière visite n’est pas vraiment le meilleur de vos souvenirs » Les gemmes sont rangées dans une poche et les bras s’entrecroisent sur le râble droit. « Cette année, nous avons obtenu un crû enchanteur. La nature retrouve de sa vie et le raisin, de son éclat. » Bouche gourmande du vin goûté la veille, fierté au talent de son peuple, aux habiles marivaudant au jour le jour. Le flavescent espère amadouer son convive avec le nectar grenat produit au cœur de sa forêt. Et peut-être y retrouver les deux puînés entre deux tonneaux...


Hantalë : merci



FICHE PAR SWAN.



Such is the nature of evil, in time all foul things come forth!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Orcrist    
Revenir en haut Aller en bas
 

Orcrist

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Orcrist





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Archives rps post-MAJ 2016 ♥-