Partagez | 
 

I love you until the end [Thranduil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Graphiste
Royaume : Mirkwood
Localisation : Mirkwood
Amour Gloire et Beauté : Mariée à Thranduil
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Moony ; Tumblr ; Broken (Seether)
FT. : Anna Speckhart
Date d'inscription : 13/03/2014
Messages : 739
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: I love you until the end [Thranduil]   Mer 22 Juil - 11:02
Thranduil & Enelyë

I love you until the end



L’attente. L’angoisse. Sans qu’elle ne parvienne à le maîtriser, son coeur battait à tout rompre depuis ce qu’il lui semblait être une éternité. Elle avait galopé en direction de Fondcombe sans s’arrêter après L’avoir supplié de regagner son royaume au plus vite. La séparation lui avait presque arraché le coeur tant elle s’inquiétait mais sans doute avait-elle eu besoin de se retrouver un peu seule pour réfléchir. Réfléchir... à quoi ? Sauron était de retour, les rois et reines d’Harad semblaient plus ou moins prêts à le suivre, était-ce bien l’objet de ses inquiétudes les plus profondes ? Bien que poétesse et musicienne, elle était devenue au fil de temps une guerrière qui trouvait bien plus de paix dans les combats que dans l’oisiveté d’une réception. Le retour du Seigneur Sombre signifiait que tous devraient reprendre les armes, elle y compris. Elle s’y était préparée et venait faire son rapport à son seigneur et maître comme l’exigeait son devoir et son dévouement. Pourtant, tout ne s’était pas déroulé comme prévu. Elle, la guerrière qui avait frôlé la mort à plusieurs reprises, celle qui ne reculait pas face à la mort, s’était tout simplement évanouie aux mots d’Elrond, poids lui restant sur les bras, incapable d’en entendre davantage.

Et elle était repartie à peine quelques jours plus tard, une fois remise de ces révélations. Et si l’inquiétude la tenait à la gorge, elle était néanmoins soulagée de laisser son seigneur entre de bonnes mains. Si elle avait été surprise du retour de son épouse, elle en était heureuse. Les confidences de Lindir à ce sujet l’avaient même plongée dans une hilarité peu commune et bienvenue quand elle avait appris que Celebrían -qui semblait avoir un caractère bien trempé et fantasque- avait menacé d’attacher son époux aux montants de leur lit s’il s’avisait encore d’aller combattre en la laissant derrière. Elle avait même entendu dire qu’elle avait vertement réprimandé Glorfindel à ce sujet, ce que peu d’elfes osaient faire. Bien sûr la mort d’une des leurs l’avait profondément affectée et si elle s’inquiétait pour son seigneur, elle savait pourtant que sa place n’était plus à Imladris. Alors elle était repartie, vêtue de ses habits de rôdeur élimés par le temps, silhouette sombre juchée sur une monture fière, suivie d’un félin massif rayé d’or et de nuit. La présence de Maelor la rassurait un peu alors qu’elle cheminait vers Mirkwood, le coeur au bord des lèvres. Au moins ne serait-elle pas seule quand viendrait le moment de... Pouvait-elle encore fuir ? Retourner à Fondcombe ? Elle avait fait ses adieux au maître des lieux, à son capitaine et à l’intendant. Pouvait-elle y retourner alors que sa fierté refusait catégoriquement qu’elle recule ?

La peur pourtant lui tordait les entrailles alors qu’elle pénétrait dans la sombre forêt. Son coeur cognait si fort dans sa poitrine qu’elle s’imaginait que chaque battement résonnait sous la voûte sylvestre. Les gardes ne furent pas longs à la trouver. Après tout elle n’avait même pas essayé d’être discrète et Maelor ne lui avait pas facilité la tâche, tout heureux qu’il était de trottiner à droite, à gauche, de faire mine de partir en chasse alors qu’elle le rappelait sévèrement à l’ordre pour ne pas s’éloigner du sentier. Maudit félin. Docilement, elle avait suivi les elfes sylvestres sans un mot alors que le tigre batifolait joyeusement en allant d’un soldat à l’autre, réclamant des caresses tel un jeune chien avide de tendresse et d’attentions. Elle avait été surprise de voir l’agitation qui régnait au royaume. Une effervescence telle qu’elle n’avait jamais vu cela régnait à Mirkwood et l’inquiéta davantage. Que se passait-il ? Le royaume était-il déjà en guerre ? Pourtant les elfes souriaient, bavardaient avec une animation peu commune à leur peuple et ne semblaient absolument pas songer aux batailles. « Le roi vous attend. » La voix du garde arracha un regard incrédule à la créature apeurée. Comment cela il l’attendait ? Avait-il posté des soldats partout dans la forêt pour guetter son retour ?

Ce fut pourtant sans un mot, sans une question qu’elle suivit son guide. Il n’était pas encore temps de parler. Elle avait beaucoup à dire, mais seulement au maître des lieux. Sans attendre, elle entra dans la pièce qu’on lui avait désignée et se figea. Il était là. L’angoisse des derniers jours, la peur, l’inquiétude disparurent d’un seul coup alors qu’un sourire soulagé étirait ses lèvres. « Thranduil... » La créature ne parvint pas à prononcer un mot de plus alors qu’elle s’avançait vers lui d’un pas rapide et le serrait dans ses bras sans se soucier de savoir s’ils étaient seuls ou non. Rien d’autre ne comptait que ce moment où le vide qui tourmentait son être était enfin comblé. Elle avait pris la bonne décision en venant ici. Ce ne fut qu’au bout de longues minutes que l’elfe consentit à s’écarter de son âme soeur pour lui offrir un sourire lumineux. « Tu m’as manqué. » dit-elle simplement en serrant délicatement ses mains dans les siennes.





(c) sweet.lips


It has been a long time
©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administratrice
Royaume : Mirkwood
Localisation : Vert Bois Le Grand retrouve de son éclat d'antan
Amour Gloire et Beauté : Compagnon d'Enelye
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : panda vador
FT. : Lee Pace
Date d'inscription : 16/02/2014
Messages : 2611
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I love you until the end [Thranduil]   Mer 23 Sep - 19:57

Nous trouverons un chemin ou nous en créerons un




Impatience. Un défaut souvent exempt parmi les elfes. Quand les siècles deviennent millénaires, la vie prend une allure indolente, presque paresseuse. Les muscles s’étirent sans hâte, à moins que les prémices d’un conflit ne grondent à proximité. Pourtant, c’est bien l’émoi qui cahote sous le marbre lisse du royal flanqué dans ses quartiers depuis la fin du repas.  La silhouette du flavescent a quitté la pénombre des artères peu longtemps après un entretien avec son conseiller. Depuis, le platine antique s’est retiré dans son alcôve privée, à méditer sur les derniers événements qui ont secoué non seulement son quotidien, mais aussi une destinée qu'il soupçonnait insipide. Au minois de sa charmante s’empile les traits décousus de Legolas, heurté par ses propres aveux quelques jours plus tôt dans la blancheur hivernale de la sylve.  Les mots durs de son fils résonnent encore dans sa blonde caboche, griefs percutants, pourtant légitimes. Peut-il le blâmer d’éprouver soudain le doute sur la réalité des sentiments portés à sa mère ? D’une épouse qu’il a chérie d’un amour ardent, la discussion prit une tournure éruptive. Après quoi Legolas y mit un terme pour s’évanouir dans la neige épaisse. Depuis, l’enfant ne donne plus signe de vie, planqué sûrement quelque part, à ruminer leur conversation dans tous les sens. Cette idée lui est pénible, père bouleversé.

Un coup à la porte sort le roi de ses pensées. « Oui ? »  Le chêne façonné s’ouvre sur un jeune elfe,  messager garant de le tenir avisé de la situation à l’extérieur du palais. « Mon seigneur, dame Enelye est arrivée »  Sourire en coin, le cœur sursaute, dépouillé d’un battement, de l’anxiété jusque là présente.  C’est l’envie soudaine de rejoindre sa douce pour la serrer dans ses bras, mais Thranduil retrouve un peu de sang froid et acquiesce au soldat qui patiente à l’embrasure. « Amenez là ici » Au départ du garde, le masque s’effiloche, la peau retrouve de son éclat, épiderme enjolivé.  L’attente devenue infernale depuis leur clivage quelques semaines plus tôt. Encore quelques minutes qui semblent interminables, deviennent invivables. Puis enfin, un nouveau coup porté sur le bois, la porte qui s’ouvre à nouveau, cette fois sur deux elfes. L’une n’étant autre que sa charmante. « Enelye… » Doux soupir à la vue de sa bien aimée longtemps attendue, d’un avenir encore fragile qui doucement se trace devant eux. Le flavescent écarte les bras pour accueillir la tornade brune contre son torse dans une étreinte ardemment convoitée. Svelte carcasse choyée dans l’étau de ses biceps, le museau qu’il égare près de la sombre crinière pour en respirer l’odeur, parfum capiteux. Déjà un pas en arrière, la dissidence des corps fossiles, Thranduil aurait pu s’oublier dans cette étreinte, ne penser qu’à sa muse revenue à lui.

«   Ces semaines m’apparurent comme des siècles. J’ai cru que tu ne me reviendrais pas » L’hypothèse a moult fois traversé son esprit. Des heures d’angoisse dans cette pièce, à boire le vin pour tamponner sa nervosité et babiller avec son frère de cœur jusqu’à ce que le silence s’ensuive d’âmes trop fourbues pour parler. Mains jointes, Thranduil exerce une légère pression dans le ballet de leurs doigts graciles, délicat sourire ne le quitte plus. « Tu n’as pas rencontré des problèmes en chemin ? Comment s’est passé ton passage à Fondcombe ? » La curiosité et l’inquiétude mêlés dans un combo turbulent. A présent qu’ils sont seuls, la porte close à toutes mirettes indiscrètes, l’elfe peut s’ouvrir, laisser tomber le marbre quotidien hissé sur son faciès.  « Le voyage a du t’éprouver, allons nous asseoir. Veux tu manger quelque chose? » L’invitation à le rejoindre dans le petit coin de salon, la jolie assise. Avant de la rejoindre, il s’en va tirer une cordelette accrochée au mur, Laegor surgissant dans la seconde, à repartir sitôt la demande prononcée. Une tisane, quoi de mieux pour détendre et le corps, et l’esprit ? Au départ précipité de l’éphèbe maladroit, Thranduil vient s’installer aux côtés da la voyageuse, bienheureux et surtout soulagé. « Elrond se porte t’il bien ? » Fondcombe qu’il n’a foulé depuis quelques mois, rencontre encore fraîchement récente des événements qui ont secoué les peuples libres d’Arda.  
 




FICHE PAR SWAN.



Such is the nature of evil, in time all foul things come forth!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Graphiste
Royaume : Mirkwood
Localisation : Mirkwood
Amour Gloire et Beauté : Mariée à Thranduil
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Moony ; Tumblr ; Broken (Seether)
FT. : Anna Speckhart
Date d'inscription : 13/03/2014
Messages : 739
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I love you until the end [Thranduil]   Dim 4 Oct - 14:48
Thranduil & Enelyë

I love you until the end



A sa place. C’était là qu’elle était, au creux de ses bras, blottie contre son être, à l’abri de la peine et du monde extérieur. Ce n’était qu’à présent qu’ils étaient à nouveau réunis qu’elle se rendait compte à quel point il lui avait manqué. Si cela l’effrayait - elle était habituée à la solitude depuis bien longtemps et à ne dépendre de personne - elle avait accepté cet état de fait, sans doute un peu résignée. Elle perdait sa liberté d’aller et venir là où sa volonté la conduisait, mais gagnait tellement que cela lui paraissait bien peu de chose. Et puis désormais, il n’était plus question de courir les routes et les combats sans prudence… «  Ces semaines m’apparurent comme des siècles. J’ai cru que tu ne me reviendrais pas » La nymphe secoua la tête avec un sourire indulgent. Le doute était permis en effet, mais ne lui avait-elle pas fait une promesse ? La séparation lui avait crevé le coeur d’une douleur cruelle et bien qu’ayant pris un peu de repos à Fondcombe, elle avait compté les jours jusqu’à son départ pour la Forêt Noire. « Hélas tu ne pourras plus te débarrasser de moi, j’en ai peur. Ces jours ont été vides sans toi. Je reviendrai toujours, tu le sais. » Certes, désormais ne lui faudrait-il plus quelques millénaires avant de fouler une terre désertée.

« Tu n’as pas rencontré des problèmes en chemin ? Comment s’est passé ton passage à Fondcombe ? » Se contentant d’un sourire un peu crispé, l’elfe brune serra davantage les doigts de son aimé entre les siens. Des problèmes ? A part un tigre d’humeur folâtre, elle n’avait rien eu à déplorer. Cependant son passage à Fondcombe avait été autrement plus mouvementé. « Rien à signaler, juste un félin au caractère insouciant pour hanter mes pas. » Ledit félin releva la tête alors qu’il se roulait sur un tapis avec un grondement joyeux, comprenant que l’on parlait de lui. Un doux rugissement lui échappa alors qu’il se relevait pour venir se frotter contre les jambes de sa maîtresse. « Le voyage a du t’éprouver, allons nous asseoir. Veux tu manger quelque chose ? » Elle secoua la tête, l’estomac trop noué pour seulement songer à avaler quelque chose. Se laissant tomber sur un siège avec soulagement, elle plongea ses doigts dans la fourrure du fauve installé à ses côtés, nerveuse à l’idée de devoir annoncer… L’irruption de Laegor la sortit de ses pensées et elle ne put s’empêcher de sourire en voyant son visage décomposé lorsqu’il remarqua le tigre.

« Elrond se porte t’il bien ? » Hochant la tête, l’errante laissa échapper un petit rire amusé. « Avec le retour de son épouse des terres immortelles le pauvre a fort à faire. Dame Celebrían n’est pas aussi facile à vivre qu’elle l’était auparavant. Mais je suis heureuse qu’elle soit de retour pour veiller sur lui. Le seigneur Elrond a eu fort à faire ces derniers temps. » Son visage s’assombrit et elle soupira. Les récentes nouvelles avaient vrillé son coeur de culpabilité à l’idée de quitter son seigneur bien qu’il lui ai affirmé que sa place était à Mirkwood. « Les Nazgûls ont attaqué et Elrond a été blessé. Il est rétabli mais ceci n’augure rien de bon pour le futur. Je lui ai fait mon rapport concernant les derniers évènements d’Harad mais je crains qu’il ne puisse rien y faire. Puissent les Valars nous venir en aide, je crains que l’avenir ne soit bien sombre. » La belle s’interrompit en voyant l’intendant revenir et déposer deux coupes sur la table avant de s’éclipser tout aussi vite qu’il était venu. « Puis-je te poser une question ? Le royaume est-il en guerre ? Quand je suis arrivée, tout le monde était en effervescence mais cela ne ressemblait pas à des préparatifs militaires. Que se passe-t-il donc ici ? » Le ton était inquiet, l’angoisse lui serrait déjà la gorge et déjà elle s’attendait au pire.

Par réflexe, sa main vient chercher celle du souverain éclatant et la serra doucement. Comment allait-elle pouvoir lui dire que… alors que le royaume était sans doute en proie à un péril qu’elle ne parvenait pas à imaginer ? « Ne m’épargne pas, si je suis venue c’est pour être à tes côtés quoi qu’il arrive. Rien ni personne ne saurait se mettre en travers de ma route s’il s’agit de te soutenir. » Car Enelyë n’avait plus aucun doute désormais : il était son âme-soeur et elle l’avait accepté. Elle avait compris la force de ce lien indéfectible et inéluctable en voyant son seigneur et son épouse certes amnésique, partager cet attachement alors que bien des siècles les avaient séparés. Rien n’avait su entamer leur union l’un à l’autre, ni la douleur, ni l’oubli. Et l’elfe avait compris qu’il n’était rien de plus important que d’être auprès d’une personne chère à son coeur. Aujourd’hui elle avait choisi sa voie et comptait bien s’y tenir. Même s’il lui était difficile de trouver les mots et l’instant idéal pour révéler à son amant que…





(c) sweet.lips


It has been a long time
©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administratrice
Royaume : Mirkwood
Localisation : Vert Bois Le Grand retrouve de son éclat d'antan
Amour Gloire et Beauté : Compagnon d'Enelye
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : panda vador
FT. : Lee Pace
Date d'inscription : 16/02/2014
Messages : 2611
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I love you until the end [Thranduil]   Dim 14 Fév - 12:20

Nous trouverons un chemin ou nous en créerons un




Elle reviendra toujours…
L’espoir d’une exactitude dans les lendemains à venir, malgré l’assurance boiteuse qui incite à la réserve. D’une Arda qui  s’arrache peu à peu à l’ombre, à la macule de mornes siècles, le tourment reste fiché sous la chair immortelle. Naïfs sont ceux qui pensent le futur immaculé, dépouillé de fléau et de ruine. Mais faut-il blâmer les optimistes ? Thranduil a vécu trop longtemps pour avaler l’utopie de songes  euphoniques. Si l’aspect de son espèce offre jouvence et vierge saccage, étoffe et magie fardent les sévices d’antan.

Celebrian. Le prénom ricoche sous la toison platine dans un écho palpitant. Le descendant de Thingol doit avoir perdu ses mots lorsque l’épouse est revenue sur ses pas. Combien de siècles  usés depuis son départ pour Valinor ? Trop. A l’époque, il partageait sans mal la peine du semi elfe, ne comprenait que trop bien la perte de son âme sœur. Même si la fille de Galadriel n’a trépassé de fourbes créatures comme sa défunte aimée, le sentiment est identique. L’éloignement, la distance, l’inéluctable espace qui se creuse entre les deux cœurs battants. A l’illusion de saisir à nouveau la chair et l’âme de la compagne longtemps aimée.

« L’avenir a toujours été sombre, tremblant des forfaits de Morgoth, s’étiolant toujours au rythme des ambitions de Sauron. Si le premier est mort, l’autre demeure, survit quelque part, à travers l’âme corrompue de quelques hommes et femmes déroutées »  Arda ne peut subsister tant que le second résiste.

Mais l’auguste roi eut autre chose à penser que le mal qui largue son fiel sur les parcelles du globe antique depuis l’aube jadis. Une question, l’anxiété partagée de sa douce au sujet du remue ménage dans l’enceinte du royaume. L’inquiétude se lut sur le galbe d’ivoire. « Ah… je crains que notre affection se soit répandue comme une traînée de poudre et tu connais Asileth, il aime prendre les choses en main. » Peut-être était-ce trop rapide ? Prématuré de sa part ? Quelques semaines se sont à peine écoulées depuis son retour au bercail que l’union à venir tintait déjà les moindres couloirs du palais. « Je me suis peut-être précipité, mais mon émoi m’a poussé aux préparatifs » Dans le timbre suave se logea quelques nielles d’embarras. D’une étreinte sensible, les doigts se glissèrent dans leurs jumelles et cherchèrent réponse à l’hésitation qui cognait sous sa poitrine. « Mais je peux tout arrêter et nous laisser le temps » Ont-ils seulement le temps ? L’immortalité jusqu’au prochain malheur. L’option de Valinor ? Rien ni personne ne l’attendait sur la glèbe des valars. Que des anonymes ou rivaux d’autrefois. Sa chair et son âme iront fermenter les terres d’Arda lorsque son jour viendra. Comme son père Oropher autrefois. «  Ma reine » Les mots s’essoufflèrent dans un murmure rauque. Des nuées oscillèrent depuis les tasses brûlantes, remontant le long des paluches muselées l’une à l’autre dans une valse étourdissante. Un mince sourire se faufila sur le labre tendre. Son désir transpirait depuis chaque pore. Rester auprès d'elle, profiter de chaque instant, régner ensemble. Dans les rouilles de son âme, ces mots prônèrent une sensation oubliée, plutôt agréable.

 




FICHE PAR SWAN.



Such is the nature of evil, in time all foul things come forth!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Graphiste
Royaume : Mirkwood
Localisation : Mirkwood
Amour Gloire et Beauté : Mariée à Thranduil
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Moony ; Tumblr ; Broken (Seether)
FT. : Anna Speckhart
Date d'inscription : 13/03/2014
Messages : 739
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I love you until the end [Thranduil]   Dim 6 Mar - 11:11
Thranduil & Enelyë

I love you until the end



Ses doigts enroulés autour de ceux de son aimé, la belle le dévisageait avec une inquiétude qu’elle avait du mal à dissimuler. Étrange comme le masque impassible qu’elle portait d’ordinaire se fissurait en sa présence. Depuis qu’ils s’étaient trouvés et unis, un lien invisible et presque palpable les reliait l’un à l’autre. C’était réconfortant quoique inhabituel pour l’elfe de se sentir accompagnée en permanence alors qu’elle s’était accoutumée à une austère solitude pendant des siècles passés à s’endurcir. Il était là à chacun de ses pas, occupant une part de son esprit sans discontinuer, présence chaleureuse qui lui rappelait qu’elle n’était plus seule. Malgré l’inquiétude, elle se sentait curieusement sereine. Elle n’était plus seule. Elle pouvait faire front et avec lui, elle était plus forte que jamais.

« Ah… je crains que notre affection se soit répandue comme une traînée de poudre et tu connais Asileth, il aime prendre les choses en main. » La réponse de son compagnon acheva de dissiper ses dernières craintes et la laissa muette l’espace d’un instant. Avait-elle bien compris ? Retenant de peu un grognement boudeur, Enelyë se promit de châtier l’inconscient plus tard. Sans doute apprécierait-il plus que quiconque la présence collante et étouffante d’un félin un peu trop taquin. Bien qu’elle fusse reconnaissante envers Asileth, il faudrait bien que ce dernier apprenne de la manière douce ou de la manière forte qu’il fallait parfois laisser les gens régler leurs affaires eux-même.

« Je me suis peut-être précipité, mais mon émoi m’a poussé aux préparatifs » L’air piteux du souverain fait naître un éclat de rire que l’elfe ne chercha pas à retenir. Avait-elle jamais vu Thranduil embarrassé ? A part peut être lorsqu’il avait chu dans la fontaine avec elle ? Un peu trop éméchée ce jour-là, elle n’avait pas prêté attention à cette expression adorable qui fit naître en son coeur un élan d’affection. « Mais je peux tout arrêter et nous laisser le temps » Allons bon, pouvait-elle réellement résister à cela ? Soulagée que le royaume ne soit pas en guerre et plus contrariée par Asileth que par son aimé (auquel elle aurait tout pardonné, sous le charme d’une moue embarrassée), elle se pencha et déposa un tendre baiser sur les lèvres souveraines.

« Non, tu as bien fait. Le temps est précieux et je refuse de gaspiller le moindre instant loin de toi. » Les lippes écarlates s’attardèrent un instant sur la joue du flavescent avant de s’écarter. « Ma reine » Voilà un rôle qu’elle redoutait d’endosser. Reine. Elle craignait de ne pas être à la hauteur, de ne pas savoir prendre les bonnes décisions. De ne pas être capable d’aider l’être aimé. Mais elle se l’était promis, plus question de reculer désormais. Elle était venue jusque ici et ne devait plus fuir comme elle l’avait fait pendant des siècles. « Mon roi » se contenta-t-elle de répondre alors qu’une sensation de chaleur envahissait doucement son coeur. Non, rien ne saurait la faire fuir à nouveau, pas même une armée.

« Sans doute as-tu bien fait de précipiter les choses, il serait bon d’officialiser notre union avant que… » Elle s’interrompit, baissant les yeux et cherchant désespérément le meilleur moyen, les mots appropriés pour… Un soupir exaspéré lui échappa et, saisissant la main de son époux, elle la posa sur son ventre encore plat mais qui s’arrondirait bientôt. « Elrond a vu que… je… tu… » Était-ce si compliqué ? Ne pas reculer. Faire face. « Je suis enceinte. De jumelles. » Elle l’avait dit. Et à présent elle attendait sa réaction avec une angoisse qu’elle peinait à maîtriser. Tout arrivait beaucoup trop vite.





(c) sweet.lips


It has been a long time
©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: I love you until the end [Thranduil]   
Revenir en haut Aller en bas
 

I love you until the end [Thranduil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Thranduil m'éneeeeeeeeeeerve !!!
» [Elfes] Blason de Thranduil et statut de messager
» « CENTRAL PARK » New York i love you .





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Archives rps post-MAJ 2016 ♥-