Partagez | 
 

Dirty old town. {Elorin}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Dirty old town. {Elorin}   Sam 2 Mai - 15:06
Dirty old town
Elorin & Miléador
You strike my side by accident as you go down to your goal. ▬ Flashback, intrigue n°1.

Quelle nuit, mes enfants, quelle nuit. Pas que je m’en souvienne, mais vu la migraine qu’elle m’a laissé, ça devait être quelque chose. A en juger par les chopes qui décorent le sol, en tout cas, c’était bien arrosé. Sérieusement, j’ai l’impression qu’un pic vert me tambourine le front. Et c’est moche, les pics verts.

Je m’assoie péniblement sur ma couchette. Dire que l’équipage va me faire nettoyer toute la cale, après, c’est un véritable scandale. Quand j’arrive sur le pont, cependant, c’est à peine s’ils me voient. Ne vous méprenez pas, d’habitude ils ne sont pas affairés autour de ma petite personne, mais il y en a toujours bien un pour m’attribuer une corvée. Là, ça bouge dans tous les sens, ça s’agite, on dirait qu’on a lâché un warg dans une auberge.
« On arrive en vue de Lond Daer » prévient le vigie. Ouais, super, on accoste quoi. Je ne vois pas ce qu’il y a de si perturbant. Ce qui me perturbe plutôt, c’est la mer. Ça tangue drôlement, non ?

Je n’ai pas le mal de mer, pourtant. Enfin, pas souvent. Pas quand la mer est calme, du moins. Oui, bon, ça va, faut juste que je m’habitue à ma vie de marin. En plus, ce matin, j’ai des circonstances atténuantes.
« Alors, Milo, tu t’es remis de ton demi-verre de bière d’hier soir ? » résonne la voix d’un matelot.
Ben non, visiblement. La bière, ça tabasse vachement quand même. J’apprends qu’il y a du grabuge à Lond Daer et qu’il est important que l’équipage aille récupérer ses biens et intérêts avant que la ville ne parte en fumée. Ils devaient avoir un trésor caché là, ou que sais-je. Dans tous les cas, ça se met sur la tronche à Lond Daer. Très peu pour moi. Je conviens de rester allongé sur ma couchette pendant que l’équipage est à terre.

Le temps passe. Effectivement, j’entends le fracas des armes depuis le navire. Ça ne me dérangerait pas particulièrement, si ce n’est que je n’arrive pas à fermer l’œil à cause de tout ça. Pas de sieste, donc. Vous savez ce qui me ferait le plus grand bien ? Une tasse de thé. Et son nuage de lait. Seulement voilà, quand je cherche les réserves, je me rends compte qu’il n’y a plus de thé. Scandale ! Comment je décuve, maintenant ? Depuis le hublot de la cale, je regarde le port. Les gens fuient, mais encore aucune armée n’est entrée dans la ville. J’aurais bien le temps de descendre, filer chercher un sachet de thé, et remonter en vitesse. Sans doute même que, dans la panique générale, je pourrais voler mon dû. Ok, bon plan, je fonce.

De retour sur les planchers des orcs, mon état ne s’améliore décidément pas. Le choc brutal entre les roulis du bateau et la pesanteur des pierres du port crée des papillons dans mon ventre. Et par pitié, arrêtez de crier et de courir partout. Ça n’aidera personne, vous savez. Malgré tout, je me fraye un chemin parmi la foule. Où est cette épicerie ? Ma quête est interrompue par un cri glaçant. Je relève la tête. Une grande masse sombre survole la plaine. Des images de Smaug défilent dans ma tête. Tout mais pas ça, par pitié. Ah, je sens mon petit-déjeuner qui remonte.

« Oh bordel de m… »
J’attrape le premier truc qui vient. Peu importe. Et je me lâche dedans. Ecoutez, il fallait bien que ça aille quelque part. Je crois que j’ai attrapé un vieux morceau d’étoffe rapiécé. Je l’ai pris à hauteur de ma tête, ce qui devait correspondre au buste d’un humain. En tout cas, moi, ça va mieux. Mon premier geste est de tendre le paquet du côté de là où je l’ai pris, comme pour le rendre, avant de me dire que ce n’était peut-être pas un cadeau des plus bienvenus. Je relève la tête. Je sens que je vais regretter ce geste.



   

   
© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Fondatrice
Royaume : Celui de l'or
Localisation : En train de te faire les poches
Amour Gloire et Beauté : Mariée ô joie
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Elf
FT. : Clara Paget
Date d'inscription : 13/03/2014
Messages : 640
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Dirty old town. {Elorin}   Dim 3 Mai - 0:29
Dirty old town
Elorin & Miléador
You strike my side by accident as you go down to your goal. ▬ Flashback, intrigue n°1.


Mais quelle journée de merde. Mais quelle putain de journée de merde. J'aurais pas du me lever. J'aurais du rester à comater ma bière le nez dans la fourrure touffue de mon warg de garde ventru, le cul dans le caniveau. J'y étais bien, je me serais crue en Comté. Dormir du sommeil du juste pendant que les bons citoyens de Méawyn ( enfin de son chef, mais je suis pas le truc à bouclette personnellement ) se font étriper. On m'auait peut-être trébucher dessus, d'accord, mais ça aurait réveillé le monstre et il aurait eu son petit déjeuner sans se faire trop mal aux crocs. A la place, c'est la guerre, ou tout comme.
Le warg ? Perdu dans la mêlée, il doit être en train d'étriper un ou deux estomacs trop pansu; faire son oeuvre de machine à tuer, et il me manque là maintenant. Est-ce que quelqu'un pourrait libérer le chemin, sérieux, un mètre 35, 35 kilos et j'arrive quand même à me faire bousculer dans la cohue sans arriver à me frayer un chemin. J'ai besoin d'un warg pour croquer les mollets de ces abrutis.

"-Connard."

Je crache à la ronde, sans destinataire précis. Je vais me frayer un chemin à coup de dagues, moi, ça va être vite fait. Même si la moitié de ceux que je cogne sont pissent déjà le sang par divers endroits de leurs anatomies. Je cuvais, les pirates sont descendus sur le port, tandis que les grands chefs palabraient entre eux. En conséquence, c'est le bordel et je trébuche sur une bourriche abandonnée dans la cohue. Pauvres marins, effrayés par les grands méchants pirates. Devinez pour qui je prend parti, 80 % du temps ? Ceux qui ont du rhum ( pas Wolburgh Redbeard si vous suivez donc ).

Absinthe ? Perdue dans la mêlée bis . Bordel, j'ai sauvé cette grue, je l'ai SAUVEE. D'une mort certaine, sans la moindre forfanterie, je l'ai sauvé, ma bonne action du siècle. Parfois, elle me propose des sales boulots à faire, et malgré son désir incompréhensible de me voir rallier les rangs de ses employés, je l'apprécierais presque. Et je l'ai sauvée, j'ai mis, j'insiste là dessus, ma vie en danger pour ses beaux yeux et je l'ai perdue avant d'exiger un remboursement pour le préjudice subi.
Bien que pour être tout à fait honnête, ce qui n'est guère mon genre, je n'ai pas perdu mes compagnons d'infortune totalement involontairement. Mais j'ai prévenu que j'allais prendre à gauche, j'ai crié à gorge déployée, mais autant pisser dans un violon. Justement. " Pause, je dois aller faire pipi !" La bière. Par Yvanna, fuyez la bière humaine comme la peste noire, il y a mieux que de devoir s'écarter au beau milieu d'un port attaqué par des pirates pour faire sa petite affaire entre des bris de verre hyalins et des tonneaux ( vides ) entreposés là. Sortie de ruelle, la nitescence du soleil m'aveugle un instant, me rappelant la quantité d'alcool (beaucoup) et de nourriture ( fort peu ) que j'avais dans les veines avant que tout ce foin ne commence.

« Oh bordel de m… » Mais je t'en prie, tu veux pas de l'herbe du vieux Tobby et trois pièces d'or tant qu'on y est ? Mon chapeau ! Mon cha-peau. Pas celui que j'ai trainé des années avec moi, que j'aimai tant et que ces enflures de gardes gondoriens m'ont volé. Mais tout de même, celui-ci ( volé à un elfe naïf croisé en orée du bois )  en mélusine smaragdine à larges bords tenait mes oreilles frétillantes en paix. Je l'aimais bien. Mais ça, c'était avant.
Maintenant, il est empli d'un vomi glauque et nauséabond. Est-ce qu'il faut que je me répète pour que vous saisissiez toute l'horreur de la situation ? Parce que l'information tourne et retourne dans mon cerveau comme des bateaux en papiers dans un seau d'eau. En boucle jusqu'à devenir un poil chiante.
La stupéfaction, l'horreur et la nausée m'abalourdissent un instant. J'en ai la nausée, je sens ma gorge se serrer et ma bière matinale remonter dans mon estomac. Je. Non. Non. Pas..NON. Je suis un peu comme un hobbit de bas étage qui voit un warg marcher sur le gâteau de mariage à 18 étages et trois glaçages.  Je récupère le paquetage sans avoir le temps de réagir convenablement ( c'est à dire de le lui renvoyer à la tête et de le lui faire manger puis nettoyer le feutre délicat avec la langue ). Jusqu'à croiser le regard bleu océan de mon vis à vis et de me remettre en branle.
Le chapeau retombe à nos pieds, mais mes pieds n'attendent pas de se faire asperger de vomi; saisissant les pans de la veste de l'hurluberlu, le traîne et le pousse contre le premier mur qui passe à ma portée, sans me soucier de savoir si ses pieds suivent le mouvement et touchent le sol ou pas. Je suis bien trop occupée à lui rugir au visage, les yeux noirs de fureur.

"-Espèce de niqueur d'orc de fumier de vicelard de fils de warg ! Tu vas me le payer enf..."


Dire que je fulmine est un euphémisme alors que je crache l'insulte avec la rage d'un warg qui a la gale.  Ce n'est qu'à ce moment là que je tilte qu'il est plus petit que moi ce qui, étant donné que même mon mari nain me surplombe, est plutôt rare, en dehors des vertes collines de ma Comté natale. Que des bouclettes d'ébène lui tombent devant son minois pas très à l'aise - verdâtre, un peu - mais que ça ne suffit pas à cacher un visage que je connais.  Surprise, vaguement dégoutée aussi. Pas que par l'odeur. Je fronce le nez, les oreilles et fait la grimace, abasourdie, j'en oublie même de le planter à coup de dague. Parce que, quand il me vomit pas dessus, je l'aime plutôt bien ce type. Sauf qu'il n'a rien à faire là.

"-Milou ?! "

Est-ce que j'étais tellement ivre que je me suis déplacée de Lond Daer à Hobbitebourg à dos de warg ?


   

   
© Gasmask


Damaged people are dangerous : they know they can survive
Me? I'm dishonest, and a dishonest woman you can always trust to be dishonest


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Dirty old town. {Elorin}   Lun 17 Aoû - 12:28
Dirty old town
Elorin & Miléador
You strike my side by accident as you go down to your goal. ▬ Flashback, intrigue n°2.

Je réprime un rot des plus élégants. On a beau dire, je me sens beaucoup mieux maintenant. L’estomac vide, la tête au frais et les pieds sur le plancher des orcs, que demander de plus ? Eh bien, là tout de suite, je demanderais bien d’être débarrassé de cet horrible chapeau. Il m’a bien servi, mais bizarrement je n’éprouve pas l’envie de le garder comme souvenir. Surtout que vu mon dernier repas, il offre maintenant une vision peu ragoûtante. Je ne rentre pas dans les détails, mais disons simplement que les rats du navire sont réutilisés à bon escient. Oh et puis l’odeur…

Heureusement que mon vœu est rapidement exaucé. On m’enlève le colis des mains. Parfait ! La suite du plan est de filer en douce sans demander mon reste. Mais voilà l’autre qui laisse tomber le chapeau par terre. Oh non. Oh non, ça c’est dégueulasse quand même. Je veux dire, il faut quand même avoir un minimum de tenue. Je m’arrête devant ce triste spectacle. De toute façon, il est hors de question que je nettoie ça. J’ai un honneur. Et avant que je puisse repartir, je me fais saisir par la veste – ma veste ! – et plaquer contre le mur. Ça sent pas bon.

"-Espèce de niqueur d'orc de fumier de vicelard de fils de warg ! Tu vas me le payer enf..."
Je me ratatine sous le flot d’insultes. Aïe aïe aïe, ça va encore être ma fête. Les yeux ronds comme des billes, je fixe le visage qui semble baver de tout côté tel un animal enragé. Attends, quoi ?!
« Elo’ ?! »
Ah tiens, elle s’arrête. Bingo, on l’a, notre semi-hobbite. Par ma barbe – si, elle existe –, si on m’avait dit que je croiserai Elorin ici !
"-Milou ?! "
Alors, là, c’en est trop. Je me dégage de son emprise, partiellement aussi pour m’éloigner des lieux du crime, et je lui tends un doigt rageur en ronchonnant.
« C’est Milo. M I L O ! C’est pourtant pas compliqué, bon sang… »

Non mais, là, je n’ai pas peur de le dire, ZUT. Je déteste ce surnom. Tous les vieux de la Comté m’appellent comme ça. Je lui trouve un air étrangement… canin. Et moi les chiens, je n’aime pas ça. Ils finissent toujours par me courir après pour telle ou telle raison. En tout cas, mon agacement se dissipe vite. J’ai en face de moi une Elorin passablement énervée, et si je sais une chose, c’est qu’il ne faut pas énerver Elorin. Même passablement.

Je resterais bien pour m’expliquer quant au fâcheux incident du chapeau, mais vous pensez bien qu’elle ne m’écoutera pas. Elle n’a jamais été bien diplomate, celle-ci. Retour au plan initial, on se tire. Et on se tire vite. C’est qu’elle a pas oublié d’être rapide, la demi-sang, et il faut saisir sa chance avant qu’elle ne pense à sortir une quelconque arme. Tiens, c’est vrai qu’elle n’a même pas cherché à me planter. Elle est à moitié bourrée, à tous les coups.

« En tout cas, quelle bonne surprise ! Ahah, cette bonne vieille Elorin… T’as l’air en super forme ! Toi, t’as minci, non ? »
Doucement, très doucement, je me mets à reculer en restant face à elle, la main tendue comme un dresseur de fauve. C’est un tuyau que m’a filé un marin du navire pour échapper aux wargs. Toujours garder le contact visuel, et calmer le jeu pour pouvoir s’assurer de sa retraite. Quoi, c’est pas ça la technique pour les wargs ? Peut-être que je confonds avec celle pour échapper à un ours… A moins que ce ne soit celle des araignées géantes… Oh et puis zut, on a qu’à dire qu’Elorin réunit toutes ces bestioles à la fois. C’est pas tellement faux, quand vous y pensez.

« C’est fou, cette coïncidence, hein ! Le monde est quand même petit. Ben tiens, l’autre fois, je me vois encore à parler avec le vieux Ben. On discutait de toi. Qu’est-ce qu’elle peut bien devenir, cette sang-mêl– enfin je veux dire, cette chère Elorin, qu’on se demandait. Et paf, te voilà. Non c’est vrai, le monde est petit. Oh et puis, ça fait toujours plaisir quoi. Croiser des têtes connues, ça réchauffe le cœur, comme je dis toujours ! J’adorerais savoir ce que tu deviens, mais je suis assez pressé là tout de suite. J’ai un rang assez haut placé sur un des bâtiments à quai là, et puis tu me connais : toujours boulot boulot boulot. Repose-toi un peu, tu donnes trop de ta personne, qu’elle me disait ma mère quand j’étais plus jeune. Mais bon, on ne se refait pas hein haha ! Bon allez, promis je t’envoie une lettre, si si j’insiste, je trouverai une adresse. Au plaisir ! »
J’avais déjà réussi à mettre presque deux mètres de distance entre nous deux. Brusquement, je fais volte-face et je prends les jambes à mon cou. On dit que l’adrénaline fait courir plus vite. Il est temps de tester cette théorie.



   

   
© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Fondatrice
Royaume : Celui de l'or
Localisation : En train de te faire les poches
Amour Gloire et Beauté : Mariée ô joie
I'm beautiful biatch, look at me :
Copyright : Elf
FT. : Clara Paget
Date d'inscription : 13/03/2014
Messages : 640
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Dirty old town. {Elorin}   Dim 27 Sep - 23:12
Dirty old town
Elorin & Miléador
You strike my side by accident as you go down to your goal. ▬ Flashback, intrigue n°1.



DON T FUCKING ELO ME.
Déjà, seuls mes amis ( que je peux compter sur les doigts de ma main droite ) peuvent m'appeler Elo, et ensuite, prendre un air innocent pour dire "Elo ?" ( oh mon dieu que je suis surpris de te voir là, à genre un mètre de toi, avec un chapeau plein de vomi, mon vomi, dans les mains, enfin plus dans les mains maintenant parce que c'est vraiment dégoûtant, même pour une semi-hobbite des caniveaux ( espèce protégée ) ) ça ne suffit pas à effacer le contexte dans lequel c'est prononcé. Ouais, tu connais mon nom, merci bien, mais ça ne suffit pas vraiment à t'acheter un passe-droit-vomi espèce de sale petit hobbit joufflu à bouclettes je vais le te faire bouffer ce chapeau pour qui tu me prends ?

« C’est Milo. M I L O ! C’est pourtant pas compliqué, bon sang… » Il me rage à la figure, non mais je rêve c'est après moi qu'il couine ? L'hôpital qui se moque de la charité, le Milou qui se moque de la pauvre victime de son vomi !  Oui, Milo, Miléador Touque, tu parles, la 2e ( 3e ? Où en est ce bon vieux Bilbo dans le classement au jour d'aujourd'hui ? ) plus mauvaise réputation hobbitique de la Comté. Milou quoi. Ce bon vieux Milou, aux bouclettes soyeuses, au sourire débile et au sens de l'orientation dérisoire. Milou, ce cri entendu par toute la Comté à chaque fois qu'il s'emmêlait les pieds ou qu'un vieux plein de poils aux pattes avait envie de lui papater la tête ou de demander où était passé la dernière part de tarte. Milou. Ah, ce petit u de la discorde, le truc qui le faisait se hisser sur la pointe des pieds pour me rager à la figure et surtout m'agiter son petit de doigt de hobbit sous le nez ;  Je claque des canines à deux centimètres de son doigt, prête à le mordre - ce n'est pas l'envie qui me manque en tous cas, mais avez-vous déjà essayer de bouffer - ou de tuer proprement, hein si vous faites partie des gens civilisés - quelqu'un qui n'arrête pas de parler et de vous casser les oreilles en papotages intempestifs ? Voilà la raison principale qui fait de la Comté un fief imprenable jamais attaqué par des attaquants dotés de deux pieds et de deux oreilles à hauteur hobbite ! Parler pour ne rien dire, saouler son auditoire de mots et de politesses stupides et ineptes, c'est une compétition dans notre peuplade originelle.

« En tout cas, quelle bonne surprise ! Ahah, cette bonne vieille Elorin… T’as l’air en super forme ! Toi, t’as minci, non ? »  Il raconte de la merde de warg en bouteille d'un litre, cela n'a pas changé et je n'hausse même pas un sourcil supplémentaire - j'ai un sourcil et deux oreilles dressées depuis qu'il m'a vomi dessus, l'étonnement et le dégoût ne sont pas encore retombés . Il me prend pour un warg ou quoi le Milou ? Il recule, une main tendue et j'en oublie même de le planter - je croise les bras, sceptique. J'observe, mon poids appuyé sur une jambe, bien confortable. Tu viens où là ? Tu fais quoi avec ta main là, tu veux que je te brise les doigts ? Que je les compte pour voir si je suis bourrée ?

Il cause, il cause, il déblatère, il baratine, il est fin prêt pour devenir un petit vieux hobbit qui passe sa journée à causer sous le vieux chêne avant d'aller boire son p'tit coup à la taverne et y causer un peu plus.  Le vieux Ben. Le vieux Ben te déteste depuis que tu lui as pété sa pipe étant gamin. Rang. Haut. Placé. Genre, on te croit. Ce bon vieux Milou, aux bouclettes soyeuses, au sourire débile et au sens de l'orientation dérisoire et FOUTUE PIPELETTE.

... ET IL SE MET A COURIR COMME UN DERATE CET ENFOIRE.

C'est quand un warg vous manque que la cité prend feu, que tout le monde se met à courir en criant, que les pirates attaquent et que vous vous retrouvez à devoir vous débrouiller tous seuls. Où ai-je mis Björnulf par Yvanna ? Là, d'un claquement de doigt, je pourrais lui dire de sauter sur le hobbit, de le mettre à terre et de me venger pendant que je le dépouille. Il en aurait grignoté juste une petit bout inutile et ça aurait été bien fait. Mais non, on ne peut compter que sur soi même.

"Sale rat, reviens ici ! ATTRAPEZ LE ! AU VOLEUR ! AU PIRATE ! "


Non, le sens civique des gens n'est plus ce qu'il était, ou du moins ce qu'il est quand c'est après moi qu'on couine. Comment ça ? Ils ont d'autres pirates à fouetter ? Pfeu.
Du coup, je cours à contre-sens dans la foule, à la poursuite de ce petite cancrelat, qui certes avait quelques mètres d'avance et l'effet de surprise pour lui, mais qui a oublié que j'avais quand même des plus longues jambes que lui. Et que je suis passablement énervée, et que non vraiment, aujourd'hui c'est pas son jour à ce chouquet. En conséquence, je le talonne assez rapidement, je prends mon élan, je bondis et paf, je lui atterris sur le dos - pas que ça soit trop haut, de toute manière vous me direz.

Une fois là, je m'accroche. Les deux pieds autour de sa taille, un bras autour de son cou ( quoi ? Comment ça, je risque de l'étrangler ? Mais occupez vous de vos oignons ma petite dame ) et l'autre... bah également autour de son cou, à la différence que je tiens un mignon petit poignard d'assassin avec la jolie petite lame bien coupante contre son cou. Et paf, je me tiens là comme une tique dans le dos d'un warg, bien solidement accrochée, même si ça vacille sec vu mon poids. Et moi qui susurre à son oreille d'un ton revanchard, ça doit pas aider à notre équilibre non plus, il paraît.

"- Reste-là-toi, maintenant que t'es là, t'y restes. Comme si quelqu'un va t'attendre dans ton bâtiment, t'es pas haut placé Milou, tu vas pas me faire croire ça, t'es mignon mais tu sers pas à grand chose. Sale foutre queue de hobbit, tu vas voir qui va donner de sa personne ! Tu m'as vomis dessus ! Dans mon chapeau préféré, c'est sacré ! Ta mère elle en dirait quoi hein ? Tes manières, voilà de quoi on va parler à Hobbitebourg !"

Je fais la grimace pendant que je parle et que je le palpe de la main non-armée, à la recherche d'une bourse de taille appréciable. Ou d'une bou
rse, d'un petit quelque chose, d'un sachet de thé, une gâterie. Vous savez, un truc pour compenser la perte de mon couvre-chef, à tout hasard.

"Tu fous quoi ici, tu t'es perdu ? "


Je pivote ma petite tête pour tenter de le regarder en face, enfin presque, enfin nez à nez, j'ai sa bouclette dans le nez, je vais éternuer.  Soudain, ça grouille. « Fermez les portes, bloquez le port et préparez les cordes. Il n'y a pas un pirate dans cette ville qui sortira d'ici vivant. » Ordres de Méadred, ca couine, ça chahute, ça se fait porter par le vent, mais la rumeur grandit et ne nous épargne pas même si on est déjà sur le port ou presque. La racaille va mourir, va être pendue, les rats doivent quitter le navire au plus vite.

"Ton bâtiment il est où, captaine mousse ?... ATCHA !"

Au début je fronçais le nez et j'étais prête à tirer la bouclette dans la direction choisie, hue dada, vas y mon hobbit, mais l'inconvénient des bouclettes hobbitiques c'est que ça se glisse absolument partout, c'est une horreur et que je viens d'éternuer très bruyamment au nez et à la barbe – ah non il en a pas – de Milo, voilà, vous savez tout.
   

   
© Gasmask


Damaged people are dangerous : they know they can survive
Me? I'm dishonest, and a dishonest woman you can always trust to be dishonest


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
TALES OF MIDDLE EARTH



MessageSujet: Re: Dirty old town. {Elorin}   
Revenir en haut Aller en bas
 

Dirty old town. {Elorin}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Dirty old town. {Elorin}
» 2.07 : Dirty Money
» [Libre]Nobunaga est mort! [Big Town, Rang B, Chasseurs de Prime, Assassinat]
» [Fiche d'île] Logue Town
» Un Voleur Sachant Voler. [Orange Town, Rang D, Solo, Interception de voyous]





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Middle Earth :: Archives rps 2014-2016-